background preloader

Comment évaluer le socle commun au collège ? Trois scenarii, du probable au réalisable

Comment évaluer le socle commun au collège ? Trois scenarii, du probable au réalisable
La mise en œuvre du socle est semée de pièges qui pourraient dénaturer l’esprit du travail par compétences, même à travers les meilleures intentions des acteurs. Voici trois scenarii possibles d’application du socle qui tentent de déminer le terrain en identifiant ces pièges, afin de ne pas sombrer dans l’usine à cases, l’ « évaluationnite » ou le rejet d’une impossible évaluation par compétences. l'OCNI (objet commun non identifié) Certainement le scenario actuel dans la plupart des collèges, par manque de temps de concertation, de formation et dans l'obligation d'évaluer le socle (palier 3 pour les élèves de 3e) à la fin de cette année scolaire. Ailleurs, peut-être qu'aucun temps de concertation n'a même été pensé pour réfléchir à l'application du socle commun, tout au mieux une réunion plénière, un conseil pédagogique, pour que les disciplines se partagent le gâteau des items du socle. La transposition disciplinaire Ce travail sera extrêmement chronophage et faussement rationnel.

Faut-il en finir avec la pédagogie par compétences ?, Alter Educ :Archives : Entre spécialistes, « la bataille fait rage » pour reprendre l’expression de Bernard Rey (ULB), un des contributeurs au dernier numéro des Cahiers du Service de pédagogie expérimentale de l’ULg consacré aux « compétences »1. Cette revue de référence dans le monde pédagogique belge francophone met en scène les oppositions qui divisent le monde scientifique face à la notion de compétence. Pratiquement , que tirer de ces controverses ? Une pédagogie de l’extrême Le texte qui inaugure ce n° est un réel « pavé dans la mare » que l’on doit à Marcel Crahay (Université de Genève et ULg). « Caverne d’Ali Baba conceptuelle dans laquelle il est possible de rencontrer juxtaposés tous les courants théoriques de la psychologie quand bien même ceux-ci sont en fait opposés », la notion de compétences constituerait de plus une « illusion simplificatrice » qui vient tout droit du monde de l’entreprise et qui passe par perte et profit la dimension nécessairement humaniste de l’école. Le pilotage enseignant

POUR UN SOCLE VRAIMENT COMMUN | socle commun de connaissances et de compétences Retour vers l'évaluation des connaissances plutôt que des compétences (Québec) Après plusieurs mois de négociations et de travaux communs, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) et l'Alliance des professeures et professeurs de Montréal se sont entendus pour proposer une série de recommandations à la ministre de l'Éducation, madame Michelle Courchesne, visant à modifier le modèle actuel d'évaluation des apprentissages. Les deux parties visent à rééquilibrer la réforme, implantée depuis 10 ans, et «remettre les connaissances au coeur des apprentissages». Dans une lettre adressée à la ministre, la présidente de la CSDM, Diane de Courcy, et la présidente du syndicat d'enseignants, Nathalie Morel, proposent un projet de refonte de l'évaluation scolaire au primaire et au secondaire pour la rentrée scolaire 2010. Les parties proposent que l'évaluation porte sur les connaissances acquises de façon « prioritaire et fondamentale », par rapport à l'évaluation des compétences qui est devenue exclusive depuis l'implantation de la réforme de l'éducation en 2000.

Notes et compétences, quelle équation ? C'est une question qui agite la salle des profs, à l'heure de la mise en oeuvre du socle commun. J'émets l'hypothèse de l'incompatibilité. La note sur 20 permet, à travers l'exemple de la dictée, de sanctionner les fautes. Si l'on se penche sur les moyennes (obtenues par de savants calculs coefficientés), ce "réel" est biaisé. Ces constantes s'expliquent par des mécanismes protecteurs de la part du professeur, obnubilés tant par la réussite des élèves, que par la moyenne que l'on présente en conseil de classe. La moyenne d'un élève n'a de valeur que mise en rapport aux autres élèves de la classe. La norme "réelle" instituée est en soit un renoncement. Ce système pervertit les apprentissages, notre coeur de métier. La logique du socle commun et du travail par compétences est d'un autre ordre paradigmique, qui efface une partie des effets pervers de système de notation. Aussi la double-évaluation est-elle, dans le cadre du système institué, à éviter.

Livret de compétences : nous ne sommes pas condamnés à l'« usine à cases » - Le Cercle de Recherche et d'Action Pédagogiques et les Cahiers pédagogiques Cette année, les enseignants de collège vont avoir à remplir le « livret personnel de compétences » visant à valider le socle commun. Il y a urgence pour soutenir les équipes dans cette démarche novatrice et prometteuse, ce qui est toute autre chose que demander un moratoire, prélude à un enterrement, comme vient de le faire une organisation syndicale. Comment ne pas partager la perplexité des équipes devant ces livrets de compétences, alors que la confusion règne dans leur mise en œuvre ? Les diverses autorités institutionnelles, du ministère aux inspections pédagogiques régionales, envoient des messages confus, contradictoires même, ne serait-ce que sur l’articulation entre ce livret très novateur et un diplôme national du brevet à l’ancienne, inchangé. L’accompagnement des équipes pédagogiques est dérisoire, faute de moyens pour la formation continue. Le socle commun, nous dit-on, « écrase des pans entiers de la culture scolaire ». La « course à la croix » n’a rien d’inéluctable.

Foire aux questions - Compétences Les questions –réponses abordent les questions les plus fréquemment posées (cf. sommaire ci-contre).Vous pouvez adresser à la Mission Travail et Évaluation par compétences vos questions : elles seront traitées et présentées dans la F.A.Q. • Livret personnel de compétences Qui peut renseigner le Livret personnel de compétences ? Et comment faire ?L’ensemble de l’équipe éducative et pédagogique peut renseigner les items du Livret personnel de compétences, les enseignants tout comme la direction et la vie scolaire.Il ne s’agit pas pour autant de se répartir les items ou les compétences. Il est préférable de se demander : en tenant compte des pratiques habituelles de classe ou d’évaluation, quels items peut-on renseigner parmi les sept compétences proposées.On renseigne un item pour informer de sa maîtrise, pour cela on appose la date de la réussite sur le livret.En cas d’échec, on peut évaluer de nouveau la maîtrise de cet item autant de fois que nécessaire. Qui renseigne le LPC ?

Téléformation et Savoirs » Archive du blog » Formation, apprentissage ou accès aux savoirs ? La confusion entre l’accès aux savoirs et les processus d’apprentissage fait partie des nombreux contresens qui caractérisent la formation professionnelle continue. L’accès aux savoirs consiste à trouver une réponse à une question par le moyen le plus simple, le plus confortable et le moins onéreux permettant précisément d’éviter d’entrer dans une démarche d’apprentissage. Complémentairement, car il n’y a pas d’opposition entre les deux volets, la formation implique une organisation de ressources et une intervention de formateurs occasionnels ou permanents auprès de personnes souhaitant acquérir des savoirs ou développer des compétences. Cette confusion a d’ailleurs entraîné d’autres contresens parmi lesquels l’équivalence entre l’accès aux savoirs et l’accès à la formation est en bonne place. On peut également citer l’objectif « d’apprendre à apprendre » dont la signification échappe au commun des mortels mais apparaît comme le substrat de la pensée pédagogique experte.

L'OCDE, le livret de compétences, 1984 Si vous êtes enseignants, qui plus est au collège, vous aurez difficilement échappé à ce diaporama émanant du CNRBE (le Comité National de Retrait de la Base Elèves) : Le discours dénonce au moins deux faits dans le mise en oeuvre du socle commun de compétences : 1. un fichage généralisé des élèves via le livret personnel de compétences (LPC) qui suivra les élèves à vie, comme une marque indélébile de la réussite ou de l'échec scolaire. 2. la volonté de fournir des masses d'ouvriers serviables pour le patronat. Qui est à l'origine de ce monstrueux projet ? Comment ne pas être outré par les faits soulevés par le CNRBE ? Le retour du livret ouvrier ! Rien que cela avec la référence aux régimes autoritaires des Napoléon qui ont introduit ce livret en France (n'oublions pas les ersatz soviétiques et chinois...). On peut aussi s'interroger d'ailleurs sur le poids de la classe ouvrière aujourd'hui dans une société post-industrielle. La question des compétences Menace sur les libertés individuelles

Socle Commun et Orientation : le PDMF Le blog de Bernard Desclaux» Blog Archive » Conséquences du collège unique Il y a un an, François Dubet et Christophe Paris écrivaient une tribune libre dans le Monde du 16.09.09 : Il faut avoir le courage de réinventer le collège unique Ils y écrivaient notamment : « Nous ne sauverons pas le collège unique si nous n’avons pas le courage politique de nous attaquer à la contradiction dans laquelle il se trouve aujourd’hui : celui d’être à la fois un lieu d’accueil pour tous les publics, avec une grande hétérogénéité sociale et scolaire, et un lieu de sélection chargé de faire émerger une élite, qui suivra ensuite les meilleures filières du lycée et de l’enseignement supérieur. Compétition pour l’accès à des chemins scolaires différenciant après la troisième. Une hésitation tragique La France a hésité durant plusieurs années, jusqu’à la réforme Haby, entre deux conceptions pour l’étage collège. Deux corps enseignants y ont été mélangés : les PEGC. Les premiers avaient notamment un horaire supérieur au deuxième groupe, et par contre une paye inférieure.

Parution des thèmes 3 et 4 d’EDD Géographie 2de Ouvrage numérique à commander en ligne pour téléchargement Les deux derniers thèmes du nouveau programme intitulé Sociétés et développement durable y sont traités cette fois encore de manière complète : tout d’abord par une mise au point scientifique pointue, puis par des pistes pédagogiques, enfin par des documents imprimables et projetables. C’est donc maintenant un outil complet qu’offre le CRDP de l’académie d’Amiens à tous ceux qui veulent aborder sereinement l’éducation au développement durable en seconde. Les 4 thèmes « Les enjeux du développement durable », « Gérer les ressources terrestres », « Aménager la ville », « Gérer les espaces terrestres » sont aujourd’hui disponibles. Testez l’ouvrage et commandez-le en ligne. • Le thème : 7,00 € • Pour l’achat des trois premiers thèmes, le quatrième vous sera offert. • Tarif établissement

Related: