background preloader

Remilitarisation de la Rhénanie

Remilitarisation de la Rhénanie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sous le nom de remilitarisation de la Rhénanie, ou d'occupation de la Rhénanie, on désigne l'installation d'éléments armés de la Wehrmacht le dans la Rhénanie démilitarisée. En réponse à la ratification du traité d'assistance franco-soviétique, le 27 février 1936, Hitler fit réoccuper la zone démilitarisée de la Rhénanie pour rétablir la souveraineté du Reich sur la frontière occidentale de l'Allemagne et continuer à transgresser les dispositions du traité de Versailles. Une telle action n'eut pour l'Allemagne aucune conséquence vraiment fâcheuse et constitua une nouvelle étape dans le programme d'Hitler pour refaire de l'Allemagne une grande puissance. Les puissances victorieuses et d'abord le Royaume-Uni se laissèrent apaiser par les assurances pacifiques du Führer, et c'est ainsi que fut perdue probablement la dernière chance de faire comprendre au dictateur par une opération militaire limitée quelles bornes il ne devait pas franchir. Related:  Le Nazisme

"Hitler n'aurait pu prendre le pouvoir sans la complicité d'élites bourgeoises" A 70 ans, le britannique sir Ian Kershaw est considéré comme l'un des meilleurs historiens de Hitler. En 1999, il a publié une biographie en deux volumes du maître du IIIe Reich qui a connu un grand succès international (la traduction française est parue chez Flammarion). Son dernier livre consacré à Hitler s'intitule "la Fin" (il a été publié en 2012 au Seuil). Il a été anobli par la reine d'Angleterre en 2002. Une question obsède l'Allemagne et l'Europe depuis quatre-vingts ans : comment un peintre raté, sans fortune ni éducation, un marginal désaxé, incapable d'entretenir une relation humaine stable, a-t-il pu prendre le pouvoir dans l'un des Etats les plus avancés du monde ? - A plusieurs étapes cruciales de son ascension, Hitler a bénéficié de protections en haut lieu. Vous dites qu'il aurait pu être stoppé dès 1919... Merci, votre inscription a bien été prise en compte. - Oui. Comment se retrouve-t-il là ? Quel a été son rôle pendant l'éphémère République des Conseils ? - Bien sûr !

L'horreur de la Nuit de cristal La tentative d'assassinat d'Ernst vom Rath, diplomate allemand à l'ambassade de Paris, le 7 novembre 1938 aurait pu rester la vengeance malheureuse d'un juif allemand de 17 ans dont les parents ont été déportés dans un camp en Pologne. Mais ce tragique événement a été le déclencheur d'un autre qui reste dans l'histoire. En effet, cela a été le prétexte qu'ont utilisé les nazis allemands pour lancer un grand pogrom dans la nuit du 9 au 10 novembre 1938, plus connue sous le nom de Nuit de cristal. Lorsque le jeune diplomate allemand meurt des suites de ses blessures le 9 novembre, Adolf Hitler célèbre le quinzième anniversaire de sa tentative de putsch dans un restaurant de Munich en compagnie de son ministre de la propagande, Joseph Goebbels, et ses fidèles. Un pogrom par la terreur Goebbels prend la parole et se lance dans un discours profondément anti-juif. Les téléphones sont en ébullition, les instructions se diffusent à grande vitesse. En l'espace d'une nuit, le bilan est terrible.

Le nazisme, sa montée, son pouvoir et son idéologie Entre [...] = indication hors texte 1918. Tous les sacrifices ont été vains. « Le 10 novembre [1918], un pasteur vint à l’hôpital militaire pour nous faire une petite allocution ; alors nous apprîmes tout. J’étais ému au plus haut point en l’écoutant. (...) alors je fus frappé comme par la foudre, par la voix de ma conscience : « Misérable pleurnicheur, tu vas gémir alors que des milliers sont cent fois plus malheureux que toi ! Ainsi, vains étaient tous les sacrifices et toutes les privations ; c’est en vain que l’on avait souffert de la faim et de la soif durant d’interminables mois, vaines les heures pendant lesquelles, serrés par l’angoisse de la mort, nous accomplissions néanmoins notre devoir ; inutile, le trépas de deux millions d’hommes qui trouvèrent la mort. Les tombes n’allaient-elles pas s’ouvrir, de ces centaines de milliers d’hommes qui sortirent un jour des tranchées pour ne plus jamais revenir ? (...) Adolf Hitler, Mein Kampf, Paris, Editions latines, 1934, pp. 203-205. 1.

Le début de la terreur nazie Dès son accession au poste de chancelier, le 30 janvier 1933, Adolf Hitler travailla à transformer l'Allemagne en une dictature à parti unique. Il entreprit aussi de se doter des pouvoirs nécessaires pour mettre en œuvre sa politique de purification “racial” à long terme et la conquête de l'Europe, et ce aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du cadre légal de la constitution allemande. Dans la nuit du 27 au 28 février 1933, un déficient mental de nationalité néerlandaise mit le feu au bâtiment du parlement allemand (le Reichstag). Hitler et son ministre de la propagande, Joseph Goebbels, présentèrent cet événement comme le prélude à un soulèvement armé communiste et parvinrent à persuader le vieux président, Paul von Hindenburg, de proclamer ce qui allait devenir un état d'urgence permanent. Hitler et le régime nazi eurent également recours à la terreur pour intimider les opposants. La SS était un instrument particulièrement important de la terreur nazie.

Mysticisme nazi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mysticisme nazi (ou l'ésotérisme nazi) est une appellation qui sert à désigner de manière globale un ensemble de doctrines florissantes en Allemagne avant ou pendant le régime nazi et mêlant le pangermanisme et l'aryanisme à des doctrines ésotériques. Elles s'inspirent de théories développées en Allemagne à partir du début du XIXe siècle (Ariosophie, l'Armanisme, la Théozoologie, l'Armanen-Orden, l'Artgemeinschaft, etc…). Ce courant quasi-religieux consiste en fait en la combinaison du pangermanisme et racisme allemand avec l'occultisme, l'ésotérisme, et le paranormal et une philosophie de l'histoire qui est un messianisme sécularisé. Le nazisme ne se veut pas seulement une idéologie politique, mais aussi une vision globale du monde. L'établissement du lien entre ésotérisme et nazisme peut se faire sur plusieurs plans : Vue d’ensemble[modifier | modifier le code] Histoire[modifier | modifier le code] La théorie[modifier | modifier le code]

Surhomme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Surhomme (Der Übermensch — prononciation) est une notion principalement associée au nom du philosophe allemand Friedrich Nietzsche. Richard Roos l'a ainsi définie : « Le Surhomme de Nietzsche est de nature égale au divin . Il est au-dessus des hommes et "plus hauts des hommes que ceux-ci le sont du singe". Il ne doit pas se soucier des hommes, ni les gouverner : sa seule tâche est la transfiguration de l'existence[1]. » Le Surhomme romantique[modifier | modifier le code] Goethe, Faust : Du flehst, eratmend mich zu schauen, Meine Stimme zu hören, mein Antlitz zu sehn; Mich neigt dein mächtig Seelenflehn, Da bin ich! Fasst Übermenschen dich! « Tu aspirais si fortement vers moi ! Tu voulais me voir et m'entendre. Je cède au désir de ton cœur. — Me voici ! Saisit ta nature surhumaine ! Le Surhomme dans la pensée de Nietzsche[modifier | modifier le code] Genèse du Surhomme[modifier | modifier le code] « Le sur-animal. Le Surhomme ne nie plus, il est :

Complexe militaro-industriel allemand Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le complexe militaro-industriel allemand fonctionna à plein régime pendant les deux guerres mondiales. De forme évolutive, il passe des Konzern associés aux marchands de canons et d'obus de la Ruhr en 1914, forme prise par le capitalisme bourgeois lié à de riches familles associées à l'aristocratie prussienne et militaire, à un secteur de l'armement intégré par les nazis comprenant des concepteurs de technologies de pointe qui, en 1945, intéresseront les vainqueurs du deuxième conflit mondial. Observant la forme prise par l'industrie de guerre dans les régimes fascistes, le livre de Daniel Guérin édité en 1936 Fascisme et grand capital. Italie-Allemagne (en) examine l'interventionnisme du gouvernement dans l'industrie lourde. Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code] Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code] Le Führer lance le pays dans une politique de grands travaux pour le moderniser.

Mouvement völkisch Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ce courant d'idées puise ses sources dans le romantisme allemand des années 1840 et dans les désillusions de la période 1849-1862, entre l'écrasement du printemps des peuples et l'arrivée de Bismarck au pouvoir en Prusse[3]. Important par le nombre de groupuscules, mais peu par celui de ses adhérents, et de par les évolutions sociétaires[2], le mouvement idéologique s’est trouvé face à de nouveaux problèmes lui imposant une nouvelle définition. Pour les uns, le courant völkisch découle d’une vocation raciste permanente, lié aux apports de la biologie et du « darwinisme social ». Étymologie[modifier | modifier le code] Völkisch, terme difficilement traduisible en français, peut revêtir plusieurs significations ; en allemand aussi, le terme Volk revêt plusieurs significations : la nation, le peuple, dans un sens ethnique. Préalable : le Volk[modifier | modifier le code] Le corpus idéologique völkisch[modifier | modifier le code]

Shambhala (mythe) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mythe de Shambhala, Shambhalla, Shambala ou Shamballa, d'origine hindo-bouddhiste, semble avec les personnages qui s'y rattachent être un creuset où se rassemblent toutes les croyances et les religions de l'humanité[réf. nécessaire]. Shambalha (tibétain bde byung) est un pays mythique, dépositaire de l'enseignement du kalachakra qui fut transmis par le Bouddha à la demande de son roi Suchandra. Il est décrit dans le Tantra Kalachakra et ses commentaires. Selon le 14e Dalai Lama[2], c'est une terre pure terrestre qui ne peut cependant pas être située sur une carte ; seuls y ont accès ceux qui ont acquis le karma convenable. Le thème du royaume parfait dissimulé dans l’Himalaya existe aussi dans le bön : il s’agit en l’occurrence du berceau de cette religion. La fondatrice de la Société théosophique, Helena Petrovna Blavatsky, évoque Shambhala dans son livre La Doctrine Secrète. Rigdan Tagpa ou Manjushrí Kírti, roi de Shambhala.

L'histoire du cartel pharmaceutique L’histoire du cartel pharmaceutique 15 mai 1911 La Cour suprême des États-Unis déclare John Rockefeller et son trust coupable de corruption, de pratiques illégales et de racketérisme. Pour dissiper la pression publique et politique qu’il subit avec ses barons, Rockefeller trouve une nouvelle solution appelée "philanthropie" : il utilise les revenus de ses pratiques illégales sur le marché du pétrole pour créer la Fondation Rockefeller. La Fondation Rockefeller est la façade d’une nouvelle entreprise globale gérée par Rockefeller et ses complices : les investissements dans le commerce pharmaceutique. C’est à cette époque que l’on découvre les vitamines. Par conséquent, dès ses premières années d’existence, le commerce pharmaceutique est déjà confronté à un risque mortel : les vitamines et autres micronutriments promus par des programmes de santé publics rendraient impossible le développement de toute activité commerciale basée sur des médicaments brevetés. 29 novembre 1929 Le cartel I.G.

Race aryenne Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour le courant de pensée des débuts du christianisme, voir Arianisme. La « race aryenne » est un concept de la culture européenne qui a eu cours à la fin du XIXe siècle jusqu'au milieu du XXe siècle. La « roue du soleil » est utilisée comme symbole de la race aryenne. Étymologie et dérive du concept[modifier | modifier le code] L'expression « race aryenne » désigne à l'origine la « race » des Aryens, un ancien peuple de langue indo-européenne.Il pourrait venir de l'indo-européen aryos (« noble ») et pourrait être l'auto-ethnonyme des Indo-européens originaux. L'expression a ensuite été largement utilisée par les nazis, reprenant les théories de classification et de hiérarchisation des races humaines édifiées dans des travaux tels que ceux de l'Anglais Houston Stewart Chamberlain ou du Français Georges Vacher de Lapouge. Historique[modifier | modifier le code] Fondement linguistique[modifier | modifier le code] À propos de « L’espace vital » :

Related: