background preloader

Veille, réseaux sociaux, réputation

Veille, réseaux sociaux, réputation
27 février 2011 - Veille, réseaux sociaux, réputation L'aide des égaux, le souci des egos Le développement des réseaux sociaux a eu une conséquence évidente sur la veille : les sources d'information se multiplient (tout le monde devient un peu émetteur, commentateur, évaluateur, donc, sur un Web 2.0 où chacun ne cesse de signaler et de commenter, tout le monde devient partant un peu veilleur) ; par ailleurs l'individu, l'institution ou l'entreprise ont de plus en plus de raisons de surveiller l'opinion dont dépend leur avenir économique, politique ou personnel (et à qui il ou elle laisse de plus en plus de traces à collecter et juger). Tous en veille, tous sous veille, attentifs au savoir des égaux, soucieux de l'image des egos. Raison de plus d'apprendre à sélectionner l'information omniprésente Les réseaux sociaux de type Facebook, Linkedin, Viadeo ou Twitter sont devenus des sources d'information, pour repérer les nouveautés, événements, idées, mobilisations, innovations, etc ...

http://www.huyghe.fr/actu_893.htm

Related:  Veille documentaire outils

Quels sont les outils de veille les plus populaires sur les médias sociaux ? Tout veilleur se doit d’utiliser plusieurs outils de veille pour effectuer des recherches d’information pertinentes. Mais quels sont les critères de performance attendus par un veilleur ? Le site Oneforty a publié le mois dernier une infographie à ce sujet. Petite analyse. Les Social Media Monitoring tools, qui permettent de surveiller l’ensemble des blogs et réseaux sociaux, sont désormais très nombreux et continuent de se développer considérablement. En effet, l’explosion des réseaux sociaux est allée de pair avec celle des outils de veille qui leur sont consacrés.

02/21 > BE Etats-Unis 236 > Entretien avec Charles Wessner - Les tendances en matière d'innovation aux Etats-Unis (partie 1/3) Innovation et transfert de technologieEntretien avec Charles Wessner - Les tendances en matière d'innovation aux Etats-Unis (partie 1/3) Le docteur Charles Wessner est expert à l'Académie nationale des sciences et directeur du programme "technologie, innovation et entrepreneuriat". Il est reconnu nationalement et internationalement pour son expertise dans les politiques d'innovation notamment sur les partenariats public-privé, l'entrepreneuriat, le financement des phases précoces des jeunes entreprises et les besoins des entreprises de hautes technologies. Il est étroitement associé aux travaux du Congrès américain et il apporte sa contribution aux principales commissions nationales en matière d'innovation. Il conseille également les gouvernements, coopère avec les organisations internationales, des ministères et des bureaux de premier ministre en Europe et en Asie.

Le curator est-il un veilleur Petit rapport d’étonnement pour commencer l’année en douceur… "Curator" et "curation" sont les deux termes qui montent sur le web ces derniers mois. Schématiquement l’idée est la suivante : la sélection de l’information sur les réseaux numériques est de moins en moins algorithmique, et de plus en plus humaine. Comme la veille ?... Ce qui est magique sur le web (entre autre) c’est sa propension à exploiter de nouvelles terminologies, à appeler un chat un « lol cat », ou encore un modérateur un « community manager » (et la liste est longue). Cette nouvelle année ne déroge pas à la règle, et voit l’apparition (ou plutôt l’application) d’un nouveau terme : le curator.

20 plateformes de curation à expérimenter Curator, curation... Néologisme, buzzword ou simple phénomène marketing, un constat est à faire : de plus en plus de plateformes dédiées à cette activité se développent sur le web. Outils qui, au-delà de leur utilité pour formaliser, classer et diffuser une veille, se révèlent aussi intéressant à observer dans une problématique de gestion de la réputation en ligne. Voici quelques unes de ces plateformes... Si le « curator » fait de la veille, et que de plus il sait/peut la médiatiser, alors les outils qu'il utilise peuvent (doivent ?) Le social bookmarking, pratique incontournable de formation tout au long de la vie - 1 : Articles : Thot Cursus Première partie de l'entrevue avec Michèle Drechsler Les enseignants se forment et progressent avec le socialbookmarking Michèle Drechsler, qui êtes-vous ?

02/25 > BE Etats-Unis 237 > Entretien avec Charles Wessner - Les tendances en matière d'innovation aux Etats-Unis (partie 2/3) Innovation et transfert de technologieEntretien avec Charles Wessner - Les tendances en matière d'innovation aux Etats-Unis (partie 2/3) Après avoir abordé les grandes tendances [1], nous explorons dans la seconde partie de cette entrevue avec le Dr Wessner les mécanismes de soutien et de financement de l'innovation : les évolutions du SBIR, le capital risque, la valorisation dans les universités et la réforme des brevets. Tour à tour élogieux, critique et même sentencieux sur le système américain de l'innovation, le Dr Wessner nous livre ses vues en toute liberté sans pourtant égratigner le fonctionnement français. Outils de recherche sur le web Lecture et plateau de jeu numérique about 1 month ago - Aucun commentaire Comment motiver les élèves à rendre compte de leurs lectures dans le cadre d’une sélection?

Netvibes présente son Social Pack Netvibes présente son Social Pack et devient la première plateforme intégrée qui permet aux utilisateurs de réaliser à la fois de la veille ET de l’analyse, en parallèle. “Le Social Pack de Netvibes est le premier outil d’analyse sociale conçu pour s’adapter au fil de pensée des gestionnaires de marques et des professionels des médias sociaux d’aujourd’hui, leur garantissant d’être automatiquement tenus à jour – même quand ils sont absents ou en voyage.” — Freddy Mini, CEO de Netvibes Pour en savoir plus, je vous invite à lire le billet d'annonce sur le blog de Netvibes, et à regarder la vidéo de présentation ci-dessous.

Frédéric BASCUNANA's blog - Déconstruire l\'Entreprise 2.0. - techtoc.tv, web-tv community with En hommage à mon camarade Fred Poulet et à son salutaire premier pavé dans la marre, dont je pousse le bouchon désormais volontairement trop loin. Le concept d'entreprise 2.0 est à obsolescence incorporée, c'était un bon contrepoids, il fut même salutaire, pour contrebalancer la sclérose programmée par les ERP psychorigides. Une fois l'évangélisation réussie, il se passe la même chose que dans toute explosion d'énergie : une inévitable dilution de la dynamique de départ. C'était une énergie centrifuge : vous avez, cette force d'inertie qui sous l'effet d'une rotation a tendance à pousser les corps vers l'extérieur. Oui, il fallait un peu remuer le tambour de la machine, réveiller les bonnes volontés, ou plutôt les redécouvrir. Mais l'entreprise doit se recentrer sur son business, et c'est à bon escient que je devrais dire son "core business", qui comme la notion l'indique, nécessite une force centripète.

Comment définir sa stratégie de veille Jeune hyperconnecté et asocial Personne passionnée. Dans la bouche de ceux qui l’utilisent, le terme «geek» marque souvent un retrait voire une rupture avec les usages et les usagers du numérique. Poudre aux yeux ? Réseaux sociaux dans l’entreprise.fr : les 5 obstacles culturels November 1, 2009 Il s’agit d’un questionnement qu’avait déjà soumis Bertand Duperrin depuis son blog dans la préparation de cet évènement : quelles sont les spécificités de l’entreprise française qu’il convient de prendre en compte dans la mise en oeuvre de réseaux sociaux dans l’entreprise.fr. Comme le rappelle le slide illustrant ce billet, cette approche n’implique pas seulement des outils collaboratifs mais aussi un changement profond dans notre relation au travail au sein d’une organisation. La réponse aux spécificités françaises tient en 5 obstacles culturels majeurs.

États d’âme sur la diffusion de ma veille Dans un billet précédent j’expliquais que : l’objectif d’une veille est d’apporter l’information dont le destinataire à besoin au moment où il en a besoin. C’est en cela que le veilleur est un capteur de signaux faibles dans les flux continus d’informations. Il ne s’agit pas seulement de repérer les bonnes ressources, il faut pointer l’information pertinente et la rendre disponible et utilisable pour soi mais aussi pour sa communauté de pratique ou d’intérêt. Veiller c’est donc et surtout diffuser, partager et capitaliser. Depuis plusieurs semaines je m’interroge sur la manière dont je partage et je diffuse ma veille sur le web social.

Guide méthodologique de la veille en 2011 Un nouveau document méthodologique : le Guide méthodologique de la veille en 2011. La veille devient un aspect essentiel des métiers liées aux technologies et aux savoirs et à la connaissance : elle permet d’actualiser ses connaissances, de repérer et d’apprendre à utiliser de nouveaux outils, de se mettre en relations avec d’autres « veilleurs » partageant les mêmes centres d’intérêt afin de capitaliser des informations et pourquoi pas de monter des projets à plusieurs. Pour le métier d’animateur multimédia en EPN (espace public numérique), la veille est essentielle : elle permet d’actualiser ses connaissances. Ceci est aussi vrai dans tout type d’entreprise ou d’organisation (secteur public, associations…). Organiser son temps de veille et optimiser sa veille devient crucial dans bon nombre d’activités professionnelles.

Traiter, partager, diffuser et capitaliser sa veille je pars demain à Bordeaux où j’interviendrai sur la notion de traitement, de diffusion et de capitalisation de l’information de sa veille, dans le cadre d’une journée d’étude organisée par L’IUT Michel de Montaigne – Pôle des Métiers du livre et le CNFPT ayant pour thème "La veille professionnel sur internet". Ma réflexion part d’un postulat un tantinet provocateur : Netvibes n’est pas un outil de veille – la matinée de cette journée est consacrée à ce service. Bien installé dans le monde de l’info-doc Netvibes est surtout utilisé comme un tableau de bord des ressources en ligne suivies par le veilleur. Une sorte d’offre de signets dynamique. Je rappelle que l’objectif d’une veille est d’apporter l’information dont le destinataire à besoin au moment où il en a besoin. C’est en cela que le veilleur est un capteur de signaux faibles dans les flux continus d’informations.

Related: