background preloader

» [Défaut en vue !!!] Grèce : la nouvelle stratégie des créanciers

» [Défaut en vue !!!] Grèce : la nouvelle stratégie des créanciers
La crétinerie infinie de nos dirigeants me décourage de commenter plus avant… Les créanciers voudraient imposer un contrôle des capitaux et des limitations de retraites aux guichets. Selon la Süddeutsche Zeitung, les créanciers prépareraient un plan “à la chypriote” pour la Grèce en cas de défaut. Un moyen de faire pression sur le gouvernement hellénique qui demeure risqué. Désormais, tout se passe comme si les créanciers de la Grèce jouaient une nouvelle partie : celle qui se jouera après le défaut d’Athènes vis-à-vis de ses engagements envers le FMI. Dimanche 14 juin, il n’y a eu aucune discussion. Stratégie européenne pour l’après-défaut Leur stratégie a été en partie révélée par un article de la Süddeutsche Zeitung (SZ) de ce mardi. Renouveler Chypre La SZ ne donne pas la finalité de ce plan. Pressions sur Athènes Le but est fort clair : une telle procédure rendra extrêmement impopulaire le gouvernement d’Alexis Tsipras. Pari risqué Cependant, le pari est risqué. Problèmes juridiques

http://www.les-crises.fr/defaut-en-vue-grece-la-nouvelle-strategie-des-creanciers/

Related:  Défaut Grec => HaircutGrècePAYS : LA GRECE

Le vote grec : un très grand succès Par J.-P. Baquiast – Le 5 juillet 2015 – Source Mediapart Le vote grec au référendum du dimanche 5 juillet, estimé à 60% en faveur du Non ce soir à 21h, est un très grand succès, que nous voudrions ici, pour notre part, saluer comme il se doit. – un très grand succès pour Alexis Tsipras, son gouvernement et plus généralement Syrisa. Les ravages de l’austérité en Grèce en dix graphiques Alors que les négociations s'accélèrent entre la Grèce et ses créanciers, retour sur les effets de l'austérité imposée par la Troïka. Une politique contre-productive d'un point de vue économique et socialement dévastatrice, comme le montrent ces dix infographies. Certains de ces graphiques sont issus des travaux d’un économiste et syndicaliste grec, Christos Triantafillou, et ont déjà été signalés par Jean Gadrey sur son blog. Les autres viennent d’Eurostat ou encore d’un rapport d’un institut de recherche allemand.

Les peuples de l’euro en crise, Partie 3: La Grèce saignée par l’austérité Par­tie 1: Intro­duc­tionPar­tie 2: La crise de la dette © AFP/Getty Images Intro­duc­tionL’économiste Paul de Grauwe (1) pro­pose une ana­lo­gie éclai­rante sur la crise de la dette que tra­verse la zone euro et en par­ti­cu­lier la Grèce. Ima­gi­nez une ville dont les mai­sons seraient conti­nuel­le­ment en feu. Cer­tai­ne­ment, un pro­blème struc­tu­rel (un gang de pyro­manes, un laxisme dans les normes anti-feu, etc.) se cache der­rière le pro­blème, et doit être adressé.

La crise grecque attend d’autres partenaires de l’Otan «...Dans le déluge de reportages des médias occidentaux sur la crise de la dette grecque, un aspect clé reste étrangement caché. Autrement dit, le fait que le fardeau de la dette de la Grèce de $320 Mds a été largement engagé par des décennies de militarisme exorbitant. Selon certaines estimations, au moins la moitié de la dette grecque totale – plus de 150 Mds – est due aux dépenses militaires... Si la Grèce devait réduire ses dépenses militaires de moitié, à environ 1% cent du PIB, comme en Italie, en Belgique, en Espagne ou en Allemagne, elle pourrait générer $2 Mds qui satisferaient les demandes immédiates du FMI et contribuerait aussi à éviter les mesures d'austérité drastiques exigées par la troïka.» Par Finian Cunningham – Le 2 juillet 2015 – Source strategic-culture Une conséquence notable du conflit en Ukraine et de la confrontation larvée en cours entre l’Occident et la Russie est l’augmentation spectaculaire des dépenses militaires dans plusieurs pays européens.

Sept graphiques éloquents sur le tsunami de l’austérité en Grèce Ces graphiques sont extraits d’une intervention, fin février, d’un économiste et syndicaliste grec, Christos Triantafillou, au cours d’une rencontre organisée à Bruxelles par ETUI (European Trade Union Institute), institut de recherche de la Confédération européenne des syndicats. J’ai eu plusieurs occasions de coopérer avec cet institut et d’apprécier ses apports. Les graphiques portent sur des questions économiques, d’emploi et de chômage. Je reviendrai sur d’autres bilans sociaux (évolution des inégalités et de la pauvreté) dans un prochain billet, sur la base d’une étude de grande ampleur publiée et financée par un institut… allemand. Vous ne trouverez pas ces graphiques dans les grands médias, qui préfèrent les chiffres de la dette.

Yanis Varoufakis: «L’austérité sape la capacité de la Grèce à rembourser sa dette» Yanis Varoufakis, le ministre des Finances de la Grèce, a tenu ce discours que nous avons pu retranscrire, lors d’une rencontre sur le futur de la zone euro, le 8 juin 2015 à Berlin, organisée par l’Institut für Makroökonomie und Konjonkturforschung de la Fondation Hans Böckler. « Depuis la fin de la guerre, les Grecs et les Allemands, ainsi que les autres européens, ont été unis. Nous avons été unis malgré des langues différentes, des cultures diverses, des tempéraments distincts. Pendant ce processus de rapprochement, nous avons découvert, avec une grande joie, qu’il y avait moins de différences entre nos nations qu’à l’intérieur même de nos nations.

» Grèce : la BCE durcit encore le ton – comme les Allemands ! Les crétiiiiiiiiiiiiiins…….Franchement, cela ne m’étonne pas vraiment, mais je pensais qu’il y aurait quand même un peu plus d’intelligence chez nos dirigeants… Black and white, clair obscur. Ouverture d’un côté, fermeté de l’autre. Solidarité d’un côté, responsabilité de l’autre. François Hollande et Angela Merkel, qui intervenaient lundi soir depuis l’Élysée, à l’issue d’une réunion de travail dans le bureau du président, ont pris acte du vote grec, qu’ils disent «respecter».

La vérité sur la dette grecque : totalement insoutenable C’est dans un contexte de suspension des négociations entre la Grèce et l’Europe que la Commission pour la vérité sur la dette grecque vient de rendre public son rapport préliminaire. Cette Commission, mise en place début avril à l’initiative de la présidente du Parlement grec, Zoé Konstantopoulou, a fait travailler ensemble une trentaine d’experts grecs et étrangers (principalement des économistes et des juristes) qui ont croisé leurs compétences et leurs expériences pour rédiger en un temps record cet état des lieux. Il avait notamment pour objectif de faire la lumière sur la dynamique de la dette grecque et sur les effets sociaux des conditions d'austérité imposées par les créanciers. Les statuts du FMI n’ont pas été respectés, pas plus que les lois et la Constitution grecque. La dette a été gonflée par la corruption internationale et les manipulations spéculatives.

Related: