background preloader

Smartphones : comment ne pas payer le travail au juste prix, par Cécile Marin (Le Monde diplomatique, juin 2015)

Smartphones : comment ne pas payer le travail au juste prix, par Cécile Marin (Le Monde diplomatique, juin 2015)
Libre-échange, la déferlante Marchandise emblématique de ce début de siècle, les smartphones produits par Apple tirent parti des chaînes mondiales d’approvisionnement permettant d’acheter le labeur humain au prix le plus bas, où qu’il se trouve. Cette division internationale du travail entre conception, fabrication des composants et assemblage garantit à l’entreprise une marge brute d’au moins 69 % sur le dernier modèle d’iPhone : l’appareil est vendu plus de trois fois le prix que coûte sa production. En 2015, Apple construit et commercialise quatre modèles d’iPhone (5c, 5s, 6 et 6 Plus) dont les composants varient légèrement d’un modèle à l’autre. Plusieurs fabricants peuvent être chargés de produire un même module. Par ailleurs, Apple publie la liste de ses fournisseurs de matières premières, mais ces entreprises recourent elles-mêmes à des filiales qui, elles, ne sont pas identifiées.

http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/smartphone

Related:  Iphone, produit mondialiséun produit mondialisé : telephone mobile

On a testé… l’iPhone 7, le changement dans la continuité Le dessin de l’iPhone 2017 n’évolue pas, mais sa batterie grandit, son capteur photo progresse et… sa prise casque disparaît. Faut-il craquer ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Nicolas Six Etrange métier que concepteur d’iPhone. Le fabricant de l'iPhone remplace 60.000 ouvriers par des robots Foxconn, sous-traitant d'Apple ou de Samsung, a remplacé la moitié des effectifs de l'une de ses usines par des machines automatisées. La science-fiction aime imaginer des combats entre l'homme et les machines. Pour le moment, ils s'affrontent pour fabriquer des smartphones. L'entreprise taïwanaise Foxconn, sous-traitante d'Apple et d'autres sociétés de nouvelles technologies, a annoncé samedi avoir remplacé plus de 60.000 ouvriers par des robots.

Le sulfureux parcours du téléphone portable, des mines aux filières clandestines de déchets LE MONDE | • Mis à jour le | Par Angela Bolis C’est une question méconnue, qui concerne pourtant un objet omniprésent : d’où vient le téléphone portable et où finit-il sa (courte) vie ? Une mission d’information pilotée par la sénatrice écologiste Marie-Christine Blandin (Nord) a rendu les conclusions de son enquête, jeudi 29 septembre, dans un rapport qui tente de retracer les étapes du cycle de vie de l’appareil, de l’extraction des matériaux qui le composent au recyclage… ou aux filières d’exportation illégales. 1.

Sur la carte mondiale des tweets, on repère les gares, les aéroports, les aires d’autoroute… Dans quels lieux publics tweete-t-on le plus souvent ? Réponse : dans les halls de gare, sur les aires d’autoroute, dans les terminaux d’aéroports. C’est l’un des enseignements de la carte publiée par le programmeur américain Eric Fischer. 13 ans d'Apple Stores en carte interactive Source : bonial.fr Année : 2001Stores : 0 Scroller pour zoomer 2014Nouvel iPhone & iWatch? 2001iPod

Paris tweete plus que la province, la France moins que ses voisins du Nord: la carte hyper détaillée de l'utilisation de Twitter à travers le monde Voici l'une des cartes les plus détaillées à ce jour des tweets balancés à travers le monde. Du moins, à en croire son auteur Eric Fischer, pas vraiment un novice en la matière (comme le prouve cette carte sur la ségrégation repérée par Gizmodo), qui explique sur le site Mapbox que l'ensemble des petits points verts visibles représentent 9% de quelque 6.341.973.478 messages postés et géolocalisés sur Twitter, en trois ans et demi. Ce qui fait tout de même 810 millions de tweets. Et donne un aperçu des usages que les internautes font du réseau social à travers le monde. En se focalisant sur la France, on se rend par exemple mieux compte que Twitter est avant tout un outil parisien, même s'il n'est pas non plus complètement inconnu ailleurs en France, comme le montre la ribambelle légère de points verts.

L'iPhone 7 coûte 225 dollars à fabriquer pour Apple Vendu 649 dollars, l'iPhone 7 32 Go coûte près de trois fois moins cher à produire. Le coût de ses composants est toutefois supérieur à celui de l'iPhone 6S à sa sortie. Les composants et l'assemblage d'un iPhone 7 de base coûtent trois fois moins que son prix de vente en magasin. Selon les estimations d'IHS Markit, il faut compter 224,80 dollars pour fabriquer un iPhone 7 de 32 Go, qui sera ensuite vendu 649 dollars en magasin (769 euros en France). Vous utilisez un bloqueur de publicité Pour poursuivre la lecture de nos articles, nous vous proposons deux solutions : Réseau cellulaire Digicel en Haïti: 2,2 millions d'abonnés en quatre ans «C'est une indication de ce qu'on peut faire malgré les défis d'Haïti, observe Greg Van Koughnett, chef du conseil juridique et réglementaire de Digicel Haïti. L'avocat canadien est à Montréal pour participer au Forum des affaires Québec-Haïti, afin de montrer qu'«on peut travailler en Haïti». On peut y travailler, mais il faut abandonner certains réflexes acquis dans les marchés riches et faire preuve de souplesse et de créativité. Digicel, entreprise incorporée aux Bermudes, a été fondée en 2001 par l'entrepreneur irlandais Denis O'Brien, afin d'implanter un réseau cellulaire en Jamaïque. Son succès immédiat lui a permis d'étendre la formule à 32 autres pays des Antilles et du Pacifique.

iPhone 7 : les raisons d'un lancement difficile Par rapport aux autres années, la commercialisation des nouveaux iPhone semble moins maitrisée. Vous avez été nombreux à nous signaler que l’appareil que vous aviez commandé n’arriverait pas en temps et en heure. Les revendeurs ainsi que les principaux acteurs de la grande distribution se sont également plaints de stocks faméliques par rapport aux années dernières. Alors, qu’est-ce qui coince ?

Impact du Téléphone mobile en Haïti. De 6% à 30% d'utilisateurs en 1 an Les technologies de communication jouent un rôle important dans le développement économique et social d’un pays. En réduisant les coûts d’interactions entre individus, elles facilitent la circulation des informations et contribuent au meilleur fonctionnement des échanges. Elles permettent en outre d’entretenir les liens sociaux et d’accéder plus facilement à certains services publics. Ainsi, la très forte augmentation récente de la téléphonie dans les pays pauvres a permis, pour des centaines de millions d’individus, un meilleur accès aux informations sur les prix des produits, un accès facilité à certains services (notamment bancaires) et de nouvelles activités génératrices de revenu. Depuis quelques années, l’AFD et sa filiale Proparco se sont engagées dans la promotion d’un accès large aux services téléphoniques, en particulier pour les ménages pauvres - naturellement moins bien desservis.

Foxconn ouvre douze usines : l’heure de l’Inde dans la mondialisation Terry Gou, président de Foxconn, lors d’une conférence de presse à New Delhi, le 5 août 2015 (Chandan Khanna/AFP) Après la Chine, l’heure de l’Inde est-elle arrivée ? Outre le fait qu’elle va devenir, plus vite que prévu, le pays le plus peuplé au monde, l’Inde vient d’annoncer l’un des plus gros investissements étrangers de son histoire : 5 milliards de dollars du taïwanais Foxconn, le fabricant des smartphones et autres tablettes des principales marques internationales. L’investissement de Foxconn, annoncé par son président, Terry Gou, est d’autant plus spectaculaire que ce géant de l’électronique était jusqu’ici surtout présent en Chine continentale, avec une vingtaine d’usines d’assemblage, et quelques incursions plus ou moins réussies au Brésil ou en Indonésie. Foxconn a bien profité de la Chine L’an dernier, Foxconn avait annoncé un plan destiné à l’installation d’un million de robots dans ses usines chinoises.

Du sang dans nos portables Les minéraux utilisés pour la fabrication de nos téléphones portables proviennent essentiellement des mines de l’Est de la République démocratique du Congo. Or ce pays a connu le conflit le plus meurtrier depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Aujourd’hui encore, des groupes armés financent leurs activités par le contrôle exercé sur le commerce des «minéraux du sang». Le réalisateur Frank Poulsen s’est interrogé : Nokia, la compagnie qui lui a vendu son téléphone, peut-elle assurer qu’elle ne contribue pas au financement de la guerre au Congo ? Nokia étant incapable de le lui garantir, il décide de se rendre sur place pour visiter les mines. Les richesses minières de l’Est de la République démocratique du Congo sont l’objet de tous les appétits et de tous les trafics.

Related: