background preloader

Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses

Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses
Dossiers d'actualitéMis à jour le 14/04/2017 Copyright : Flickr CC by sa Perspecsys Photos L'open data, ou, dit en français, l'ouverture des données publiques est devenue une obligation pour toutes les collectivités locales de plus de 3500 habitants depuis l'adoption de la loi pour une République Numérique (loi du 7 octobre 2016). La "loi Lemaire" achève un chapitre législatif intense autour de l'open data (loi Valtere, loi Macron...). Les plus grosses collectivités se sont déjà lancées ; les autres vont devoir le faire. Elles devront résoudre les questions relatives aux licences, aux formats, aux processus internes, à l'animation d'un écosystème de start up et d'innovateurs...

http://www.lagazettedescommunes.com/dossiers/reutilisation-des-donnees-publiques-des-promesses-vertigineuses/

Place Publique - Média citoyen, relais d’engagements associatifs et outil de démocratie participative par D.Sabo, le 5/10/2012 De plus en plus d’entreprises, d’établissements ou d’associations s’accordent à penser que la libération des données brutes est tout bénéfice aussi bien sur le plan de la communication entre humains que sur le plan des solutions d’innovations en entreprise. Avec l’Open Data s’installe un nouveau monde : celui de la confiance et de l’autonomie. 2013 devrait être l’année du véritable du décollage du phénomène open data en France. Mais qu’est-ce que l’Open data ? La philosophie de l’open data est proche de celle de l’open source. L’open source développé par Eric Raymond reposé sur un principe libertaire selon lequel la liberté du logiciel est meilleure pour le marché.

Données personnelles : un gisement sous haute protection LE POTENTIEL. Une multitude de données à caractère personnel sont collectées dans les applications métiers des collectivités. Mieux exploitées, elles permettraient de proposer des services plus ciblés ou d’optimiser les politiques publiques.

Réutilisation des données publiques : des promesses vertigineuses Publié le 08/11/2010 • Mis à jour le 05/08/2014 • Par Romain Mazon, Hélène Girard • dans : Dossiers d'actualité Peu de collectivités se sont à ce jour lancées dans l’open data. Pourtant, la réutilisation des données publiques, qui est un droit depuis 2005, est riche de potentiels pour l’enrichissement des services rendus aux usagers. Mais elle peut bousculer certaines pratiques des administrations. La réutilisation des données culturelles soulève ses propres questions.

Open Data: «peut mieux faire» pour la France La fondation Open Knowledge vient de publier une étude menée dans 70 pays afin d'évaluer à quel point les données publiques sont ouvertes aux citoyens de chaque Etat. Les résultats sont peu brillants pour la France, note PC Inpact. Elle se situe à la 16e place, ce qui n'est pas ridicule sur 70, mais reste à la traîne vu les ambitions sur l'open data affichées tant par Nicolas Sarkozy que par François Hollande, estime le site spécialisé. publicité #opendata 2/2: L’internationale de l’opendata ? » Article » owni Quelles sont les conditions pour qu'un pays décide de libérer ses données publiques afin que les citoyens s'en saisissent? Est-ce possible uniquement dans nos démocraties occidentales? Cet article continue l’analyse du rapport de Becky Hogge publié par l’Open Society Institute.

Pour un opendata des usagers » Article » OWNI, Digital Journalism Aujourd'hui, les administrations mènent la danse de l'ouverture des données. Cette politique de l'offre doit être remplacée par une démarche où les usagers demandent directement des comptes à leurs administrations - et où elles leur répondent. Depuis mai 2009 et la mise en ligne de data.gov, l’ouverture des données publiques a avancé à pas de géants. Les catalogues de données publiques se sont multipliés. Le Royaume-Uni a sorti data.gov.uk, la Suède édite opengov.se et même les gouvernements les moins transparents s’y mettent, avec, par exemple, opengovdata.ru en Russie. On compte près de 60 initiatives de ce type à travers le monde, comme le montre la carte collaborative ci-dessous : L'"open data" ou comment contrôler enfin l'administration Ce choix, c'est celui d'ouvrir largement, librement et gratuitement toutes les données publiques produites par les administrations et de les mettre à disposition de tous. Une ambition que porte Séverin Naudet et la mission Etalab, créée en février dernier par François Fillon, et ayant pour objectif la mise en ligne de la plateforme data.gouv.fr en décembre prochain. Plus qu'une simple décision politique, cet engagement sans retour participe à la nécessaire rénovation dont a besoin notre pays. Ses bienfaits pour la société et l'économie sont indéniables. En premier lieu, l'ouverture des données permet de renforcer la transparence de l'Etat et contribue de ce fait à éclairer le débat public. Grâce à cet accès plus facile aux données publiques, chacun pourra se forger une position personnelle dorénavant éclairée de chiffres fiables et d'informations de qualité produits par nos services publics.

La démocratie en mode Open « Le blog d'Infoclip Sage : Pack sérénité fiscale 2014 Découvrez le pack sérénité fiscale 2014 avec Infoclip et Sage Sage : Pack sérénité fiscale 2014 Solutions de gestion, Développement & ingénierie, Systèmes & réseau, Téléphonie sur IP, Hébergement, Formation Contactez-nous Vous êtes ici

Related: