background preloader

Les Anunnaki, les Sumériens et l'Homme

Les Anunnaki, les Sumériens et l'Homme

http://www.youtube.com/watch?v=D917a_2Qfbg

Related:  Énigmes ArchéologiquesL'Orient ancienMésopotamieLes sumériens

En scannant Kheops, ils découvrent deux nouvelles cavités dans la pyramide Pour mettre au jour l'existence de ces nouvelles cavités, qui n'ont bien évidemment pas encore pu être explorées, les scientifiques de ScanPyramids ont conjugué plusieurs technologies très pointues. C'est tout d'abord à la caméra thermique qu'une anomalie a été détectée au-dessus du l'entrée nord et de son couloir descendant qui, par un circuit de corridors, mène à la fameuse chambre du Roi. En parcourant la face nord de la pyramide avec leurs caméras thermiques, les scientifiques n'ont pas obtenu les résultats auxquels ils s'attendaient au niveau de quatre énormes chevrons.

Sumérien Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'akkadien a progressivement remplacé le sumérien comme langue parlée autour du XXe siècle av. J.-C., mais le sumérien a continué à être utilisé comme langue sacrée, cérémonielle, littéraire et scientifique en Mésopotamie jusqu'au Ier siècle av. J.-C.[1],[6]. Uruk Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Uruk (ou Ourouk) est une ville de l'ancienne Mésopotamie, dans le sud de l'Irak. Le site est aujourd'hui appelé Warka, terme dérivé de son nom antique, qui vient de l'akkadien, lui-même issu du nom sumérien ou pré-sumérien UNUG, et qui a aussi donné l'hébreu Erech dans la Bible[1]. Le site d'Uruk fut occupé à partir de la période d'Obeid (v. 5000 av.

Le premier roi du monde. L'épopée de Gilgamesh. - le blog du prof Gilgamesh, héros mi-dieu, mi-homme L’existence de Gilgamesh est incertaine : son nom est mentionné comme roi de la cité d’Uruk vers 2650 avant J.-C. On lui attribue une origine divine : certaines versions du mythe le présentent comme le fils de la déesse Ninsuna (la déesse du bétail). Son père serait le roi d’Uruk Lugalbanda. Mi-homme, mi-dieu, Gilgamesh est donc un personnage hors du commun : les tablettes soulignent sa force, sa beauté et son courage exceptionnels.

Babylone. Murs de Babylone. L'oeuvre de l'unification de la grande cité, comparable à ce qui s'est fait dans la seconde moitié du XIXe siècle pour Londres et Paris, commencée et projetée par plusieurs rois, fut enfin réalisée au VIe siècle, au temps de l'empire néo-babylonien. Josèphe, Abydène et d'autres attestent que le roi Nabudodonosor II (604-562) entoura Babylone d'un système de six enceintes. L'enceinte extérieure, la plus développée de toutes, dont Hérodote, parle longuement, formait un carré de 120 stades et, avec les rentrants des murs, 490 stades en tout, à peu près 93 kilomètres. Cette enceinte s'étendait en suivant le canal actuel arabe du Nil, au Nord, allait sur l'Oheynir, se développant sur une étendue de 23 kilomètres vers l'Est, tournait au Sud, puis à l'Est, traversait l'Euphrate et renfermait toute la cité de Borsippa; elle rejoignait le coin Nord-Ouest en allant toucher les ruines actuelles de Tell-Harkeh et Tell-Ghozaïl.

Ziggurat Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sauf précision contraire, les dates de cette page sont sous-entendues « avant Jésus-Christ ». Depuis la mise au jour des grandes capitales mésopotamiennes, plusieurs de ces bâtiments ont pu être analysés, même s'il n'en reste plus d'intacts, beaucoup étant très délabrés et se présentant sous l'aspect de collines, tandis que d'autres ont complètement disparu. La civilisation mésopotamienne en a également laissé peu de descriptions, que ce soient des textes ou des images. Certaines ziggurats (avant tout celle de Babylone) sont mentionnées par des auteurs grecs (Hérodote et Ctésias).

Maquette de Babylone Ville mythique par excellence parmi les villes antiques, Babylone rayonne encore aujourd'hui dans la " Grande Histoire " des civilisations et l'écho de sa grandeur nous est parvenu intact. Il y eu un premier empire babylonien qui s'effondra en 1 600 av. J.-C. On retient de cette première Babylone la grande épopée de Gilgamesh, rédigée en forme écrite et l'astronomie, création babylonienne avec ses mois lunaires de 29 à 30 jours. Stèle de victoire du roi Naram-Sin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Stèle de victoire du roi Naram-Sin La stèle de victoire du roi Naram-Sin est une stèle aujourd'hui parcellaire édifiée en l'honneur de la victoire de Naram-Sin, roi de l'empire d'Akkad, sur un peuple rebelle du Zagros, les Lullubis. Elle est aujourd'hui conservée au département des Antiquités Orientales du musée du Louvre. Contexte historique[modifier | modifier le code]

Related: