background preloader

Terrorisme, insurrection ou résistance : cartographier et nommer « l'internationale djihadiste »

Terrorisme, insurrection ou résistance : cartographier et nommer « l'internationale djihadiste »
Depuis la fin des années 1990, on a vu naître et se développer des mouvements islamistes fondamentalistes transnationaux sans vraiment pouvoir en faire une cartographie plus précise que d’indiquer de vagues localisations géographiques où ces groupes opéraient, ou encore les lieux des attentats qui leur étaient attribués. Ces mouvements qui semblaient disparates et agir indépendamment les uns des autres, à l’exception d’Al-Qaida, se sont structurés petit à petit, tout au long des années 2000, et surtout après le début des révoltes arabes en 2011. Ils se sont transformés en organisations politiques, idéologiques et militaires, qui commencent à tisser entre elles des liens étroits. Depuis 2013, elles ont même entrepris de se « territorialiser » - avec plus ou moins de succès (certaines tentatives de territorialisation sont « contrariées » par des interventions militaires occidentales). Cette toute première approche ignorait tout de ce qui se passait au sud du Sahara.

http://visionscarto.net/djihadisme-international

Related:  Comprendre les attentats du 13 novembre 2015Aborder un drame avec les élèvesAprès les attentatsGéo

Origine, puissance, financement : les clefs pour comprendre l’Etat islamique Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé L’organisation, qui a revendiqué les attentats du 13 novembre, est une nébuleuse dont les contours sont difficiles à cerner. Voici 5 points essentiels pour l’appréhender. 1. Son origine L’Etat islamique (EI), qui a revendiqué les attentats de Paris et de Saint-Denis du 13 novembre, est né de la guerre en Irak.

Guerre et guerre Par Dominique FAGET Scène de panique dans les environs de la place de la République à Paris, le 13 novembre 2015 (AFP / Dominique Faget) PARIS, 15 novembre 2015 – Tout commence par un coup de téléphone chez moi, ce vendredi soir, alors que je suis photographe de permanence à Paris. La rédactrice en chef photo de l’AFP m’annonce que des coups de feu auraient été tirés dans le dixième arrondissement de la capitale. Pour le moment, on ne sait rien de plus. C’est peut-être un attentat, mais cela peut aussi bien être un simple fait divers, un règlement de comptes. Pour contribuer à la réflexion après les attentats du 13 novembre 2015 Suite à la vague d'attentats du 13 novembre dans le Xe et XIe arrondissement de Paris et à Saint-Denis, comme après ceux des 7 et 8 janvier 2015 contre la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo et contre un magasin casher à Paris, nous proposons une sélection de ressources universitaires publiées par des spécialistes de géographie et de géopolitique pour contribuer à l'analyse. Nous avons privilégié les ressources en ligne, en accès libre ou via le portail cairn.info. Les ressources les plus récentes sont mises en avant.

"L’extension du domaine maritime français"-oct 2015-Géoconfluences La ZEE s’étend jusqu’à 200 milles marins, mais un pays a le droit de revendiquer l’extension de sa zone économique exclusive au-delà des 200 milles traditionnels, et jusque dans une limite de 350 milles, en faisant entrer en ligne de compte, études géologiques à l’appui, les limites de son plateau continental qui s’étend sous les eaux. C'est ainsi que la France vient d'étendre son domaine maritime de 579 000 km², soit l'équivalent de la superficie de l'Hexagone. Quatre décrets ont été publiés à la fin de septembre au Journal officiel (JO), fixant les limites extérieures du plateau continental français au large de la Martinique et de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Nouvelle-Calédonie et des îles Kerguelen. Avec 11 millions de km² de zone économique exclusive (ZEE) dont 97 % outre-mer, la France conforte ainsi sa deuxième place mondiale en termes de domaine maritime, juste derrière les Etats-Unis. le planisphère avec toutes les zones concernées le glossaire la sitographie

13 novembre 2015 : une histoire française L’effroyable carnage de vendredi 13 novembre n’a pas surgi de nulle part. Contrairement aux apparences, la France n’a pas subi l’irruption fortuite et accidentelle d’une violence forgée ailleurs, au loin, hors de portée de notre intelligibilité. Bien au contraire, elle a éprouvé une fois encore le poids de son histoire et des liens indéfectibles qui la relie à "son Proche-Orient". Notre si Proche-Orient "Un si Proche-Orient". Pour l’historien Pascal Ory, « le terrorisme est la guerre de notre temps » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pascal Ory (Historien, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Prononcé encore avec réticence au mois de janvier, le mot « guerre » impose sa présence au mois de novembre. Ce simple constat pourrait suffire : l’histoire est performative. Mais je me doute bien que beaucoup d’intellectuels, préoccupés de « raison garder » et surtout très soucieux de « ne pas être dupe », vont continuer à manifester plus que des réserves, ne serait-ce qu’en souvenir des emballements belliqueux du passé.

Actualités - Savoir accueillir la parole des élèves après les attentats terroristes en Ile-de-France Comment organiser le dialogue avec les élèves le lundi 16 novembre ? En solidarité avec les victimes et leurs familles, le Président de la République a demandé qu'une minute de silence soit organisée le lundi 16 novembre 2015. Il appartient au directeur d'école et au chef d'établissement d'organiser un temps de regroupement des élèves dans les classes ou la cour de l'école et de l'établissement pour ce moment de recueillement individuel et collectif dans cette journée. Dans les deux cas, chaque enseignant doit encadrer sa classe durant ce temps de recueillement, dont la forme doit prendre en compte l'âge des élèves. Ce temps de recueillement sera précédé d'un échange d'au moins une heure entre les élèves et les enseignants dans chaque classe. Ce dialogue est un travail pédagogique indispensable pour soutenir les enfants et les adolescents dans la gestion de leurs émotions et la compréhension complète de ces événements violents.

"Les castes en Inde" Géoconfluences 2007 Le kaléidoscope des castes, des jâtis et autres marquages communautaires On associe souvent les castes en Inde au modèle des quatre "varna" (ou "couleurs") du système brahmanique : les Brahmanes (prêtres), les Kshatriyas (guerriers), les Vaishyas (commerçants), et enfin les Shudras (travailleurs manuels) auxquels s'ajoutent les Dalits (hors-castes ou Intouchables) qui représentent le 1/5e de la population. Dans la pratique toutefois, cette présentation est réductrice. Le système des castes s'est en fait moulé dans les structures politiques démocratiques des lendemains de l'indépendance (1947) selon des modalités échappant aux simplifications hâtives. Au-delà des quatre grandes Varna du système brahmanique et des hors-castes, c'est à travers une nébuleuse de 4 ou 5 000 "jâtis" (communautés de référence) que fonctionne la société indienne selon un modèle complexe. Les jâtis se rattachent par ailleurs à différents niveaux de référence.

Prorogation de l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 et renforcement de l'efficacité de ses dispositions Projet de loi prorogeant l'application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l'état d'urgence et renforçant l'efficacité de ses dispositions, n° 3225, déposé le 18 novembre 2015 (mis en ligne le 18 novembre 2015 à 14 heures 10) et renvoyé à la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l'administration générale de la république Etude d'impact - Dépôt des contributions sur cette étude d'impact Avis du Conseil d'État

Abdennour Bidar «C’est la communion, l’unité du 11 Janvier qui vient d’être visée» Philosophe des religions, Abdennour Bidar travaille depuis des années sur le monde musulman et la laïcité. En 2015, il a publié Plaidoyer pour la fraternité (Albin Michel) et Lettre ouverte au monde musulman (Les liens qui libèrent). Si vous deviez vous adresser à nouveau au «monde musulman», que lui diriez-vous ? Daech est un cancer qui ronge et défigure ce monde musulman. Daesh : une tentative de territorialisation du salafisme (...) TRÉS affaibli entre 2006 et 2010 par les forces américaines épaulées par les milices arabes sunnites antidjihadistes, l’État islamique en Irak, antenne locale d’Al Qaida, se revivifia à partir de 2011 dans la guerre civile syrienne. Engageant sur le champ de bataille ses combattants aguerris survivants, il remporta des succès qui lui procurèrent peu à peu les moyens de sa conquête : nouvelles recrues, armement et ressources financières. Cela sans attirer suffisamment l’attention de la communauté internationale qui fut donc prise au dépourvu par l’offensive lancée début 2014 dans le nord de l’Irak. En dépit de quelques revers, les forces de ce qui s’appelait depuis 2013 l’État islamique en Irak et au Levant opérèrent une progression foudroyante.

Carte -Géographie des exportations d’armes-2013 Lors de la publication dans le diplo, au tout dernier moment juste le jour d’avant le bouclage, la rédaction a tenu à ce que je dessine un gros trait bleu pour cercler « aussi » les fournisseurs d’armes européens et américains. Dans leur logique, puisque la Russie était cerclée, il semblait anormal pour la rédaction que l’ensemble euro-américain ne le soit pas (voir la carte ci-dessous). Je n’étais pas vraiment d’accord avec ce changement dans la mesure où ce nouvel élément — dessiné à la va-vite — dénaturait un des messages de la carte (l’idée d’encerclement et de « glacis militaire »), mais je m’y finalement suis plié. La carte a donc été publiée dans le journal avec ce trait bleu surimposé assez bizarre. Par contre, la carte a été présenté à Oslo, à Moss et à Bergen telle qu’elle avait été initialement conçue.

Related: