background preloader

Zoomer ou dézoomer? Les enjeux politiques des données ouvertes » Article » OWNI, Digital Journalism

Zoomer ou dézoomer? Les enjeux politiques des données ouvertes » Article » OWNI, Digital Journalism
Pour Dominique Cardon, le journalisme de données doit apprendre à se dézoomer lui-même: c'est la condition pour que la libération des données publiques soit véritablement pertinente. Afin que tout un chacun puisse se retrouver dans les chiffres. Dominique Cardon, sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs, est l’auteur de “La démocratie Internet” (Seuil/République des idées). Le mouvement qui s’est constitué autour des “données ouvertes” et du “journalisme de données” ouvre un nouveau terrain au dialogue, déjà ancien, entre journalisme et sciences sociales. On ne peut que se réjouir de cette proximité, même si, faut-il le rappeler, le journalisme ne se résume pas à ce travail de mise en perspective documentaire et qu’il doit sa noblesse au rapport privilégié qu’il entretient avec l’événement en train de se faire – rôle dans lequel les sciences sociales ont toujours montré une inaptitude quasi constitutive. Secrets des coulisses, secrets des chiffres SourceMap Nosdéputés.fr

Open Côte d'Ivoire Les promesses de l'open data Vitalité démocratique, regain de croissance, l'ouverture des données publiques suscite bien des attentes. Mais soulève aussi de nombreuses questions. A quelle heure passe le prochain bus ? A qui la municipalité distribue-t-elle des subventions ? La pollution atmosphérique est-elle supérieure à la normale aujourd'hui ? Où est la piscine ouverte le soir la plus proche ? Les données publiques, bientôt (vraiment) accessibles à tous "Pour lutter contre l’asymétrie de l’information entre ceux qui ont le pouvoir et ceux qui ne l’ont pas, il faut donner l’information, donc il faut ouvrir les données publiques", expliquait récemment Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris chargé de l’innovation, lors d’une conférence sur l’open data (données publiques) organisée par Regards sur le numérique (laboratoire d’idées de Microsoft France) et le site d’information Worlde.gov Forum . Ces données publiques, ce sont celles recensées par les administrations, les services publics, les collectivités territoriales (des statistiques d’état civil aux emplacements des arrêts de bus…) et qui sont – ou devraient être – à la disposition de tous. Grâce à internet, elles peuvent – ou pourraient – l’être d’autant plus facilement. Les Etats-Unis, avec data.gov , et la Grande-Bretagne, avec data.gov.uk , ont été pionniers en matière de libération de telles données. Autre problème : qui paie pour mettre en ligne et stocker les données ?

Conseil national du numérique, Données publiques, l'open data Le Conseil national du numérique a rendu public le 5 juin 2012 un avis portant sur l’ouverture des données publiques. Cet avis est exprimé alors que le nouveau gouvernementGouvernementOrgane collégial composé du Premier ministre, des ministres et des secrétaires d’Etat chargé de l’exécution des lois et de la direction de la politique nationale. issu de l’élection présidentielle a réaffirmé sa volonté de mener une action pour accélérer la mise à disposition des informations publiques et a fait figurer "l’open data" parmi les principes énoncés dans la charte de déontologie des membres du gouvernement. Le Conseil national du numérique, créé par décret du Président de la République le 29 avril 2011, est composé essentiellement d’entrepreneurs du secteur de l’internet nommés par décret.

Guide pratique de l’ouverture des données publiques territoriales en version beta, à commenter et enrichir Dans le cadre du programme d’ouverture des données publiques, la Fing publie le guide pratique de l’ouverture des données publiques territoriales, à l’usage des territoires et de leurs partenaires. Ce guide version béta est publié sous licence Creative Commons CC-By. Pour commenter et enrichir le guide en version beta, rendez-vous sur le réseau social de la Fing : L’ouverture des données publiques n’est pas une option pour les acteurs publics : elle est rendue obligatoire par des directives européennes et une législation française qui en a fait un droit opposable. Mais cette ouverture constitue également, et surtout, une chance. Il s’agit donc d’une véritable opportunité pour les territoires, qui plus est moins coûteuse et moins complexe qu’il n’y parait de prime abord. Reutilisation-des-donnees-publiques Reutilisation des donnees publiques Fing Une version de travail à enrichir : au contact du terrain et de vos critiques et suggestions.

Seeing Like a Geek Yes, as through this world I've wandered I've seen many men, I guess; Some will rob you with a six gun, And some with a GIS. In the state of Tamil Nadu, near the town of Marakkanam, right next to a reserved forest, lies a contested plot of land. Records say these three acres belong to a member of the Mudaliar caste, but lower-caste Dalits living nearby claim the plot should be part of the reserved forest, which is not privately owned. The Dalits claim that the Mudaliars have pulled a fast one, using their influence in the local bureaucracy to fix the land records, and that older records will bear out the Dalit claim. Complicating the case, officials say that boundaries between land parcels in the area are often difficult to ascertain. According to Bhuvaneswari Raman, the Dalit claim was sideswiped by a Tamil Nadu government program to standardize, digitize and centralize land records. The open data doppelgänger Making data "open" has two effects: Effective use: empowering the empowered

Communiqué de presse / Initiative Opendata Détail d'un texte Chapitre III : La commission d'accès aux documents administratifs. La commission d'accès aux documents administratifs est une autorité administrative indépendante. Elle est chargée de veiller au respect de la liberté d'accès aux documents administratifs et aux archives publiques ainsi qu'à l'application du chapitre II relatif à la réutilisation des informations publiques dans les conditions prévues par le présent titre et par le titre Ier du livre II du code du patrimoine. Elle émet des avis lorsqu'elle est saisie par une personne à qui est opposé un refus de communication d'un document administratif en application du chapitre Ier, un refus de consultation ou de communication des documents d'archives publiques, à l'exception des documents mentionnés au c de l'article L. 211-4 du code du patrimoine et des actes et documents produits ou reçus par les assemblées parlementaires, ou une décision défavorable en matière de réutilisation d'informations publiques. A. B. C.

Open Data : l'Etat régulateur ou valorisateur Ce point de vue important et novateur dans la sphère publique s’appuie sur le travail de jeunes ingénieurs qui constitueront l’armature de la haute fonction publique de demain. Ils se positionnent ainsi clairement pour une politique de gratuité dans la « querelle des anciens et des modernes » qui agite en ce moment les administrations à propos de l’ouverture des données publiques et leur tarification ; les caciques de la vieille technostructure s’arc-boutant sur une logique de valorisation tous azimuts à l’initiative de l’APIE (l’agence pour le patrimoine immatériel de l’État). Cette agence a été créé d’ailleurs avec le dessein de diffuser au sein de l’administration la politique de valorisation de l’immatériel à laquelle appartiennent sans conteste les données publiques. 1) Trois scenarii pour trois évolutions potentielles de l’Open Data dans un futur proche en France : Une situation d’inertie : l’accélération de la mise à disposition des données publiques n’a pas lieu. Conclusions :

ZOOM SUR L’OPEN DATA : UNE MARCHANDISATION DES DONNÉES PUBLIQUES ENCADRÉE JURIDIQUEMENT Après Rennes, c’est la capitale qui vient de se lancer dans la mise à disposition d’une multitude de données publiques en vue de l’optimisation de l’utilisation de ses services et de la stimulation de l’innovation. L’occasion de revenir sur le concept très en vogue mais également quelque peu controversé de l’OPEN DATA. Les administrations et services publics brassent une multitude de données sous divers formes (rapports, études, registre, cartes, photographies, etc.) et dans de nombreux domaines (social, juridique, financier, géographique). Le concept d’open data ou données ouverte vise à organiser la réutilisation de ces données et informations non seulement pour informer les citoyens mais également pour favoriser le secteur de l’innovation. L’idée n’est pas forcément nouvelle. Il s’agit là d’une première source de controverse tant les enjeux éthiques et juridiques attachés à la diffusion de telles données sont exacerbés. A bon entendeur… Source

Loïc Bodin: L'Open data ou la démocratie augmentée L'open data serait-il l'avenir de la démocratie, son renouveau voire même son aboutissement ? En dehors d'un petit cercle d'initiés experts du numérique en général ou de l'open data en particulier, la question peut sembler curieuse si ce n'est absurde. L'open data, alors qu'il concerne directement la société et l'ensemble de ses composantes, est une expression barbare pour la plupart des citoyens français. Ce paradoxe est lié à plusieurs freins, qui, une fois levés, permettront à chacun de s'engager pleinement dans la vie de la cité. Jargon Tout d'abord, dans l'open data comme dans le digital, le jargon (1) est un frein largement sous-estimé par nombre de personnes ou d'organisations qui se plaignent régulièrement du "retard français" en matière de numérique. Les données, carburant de la démocratie Le numérique entraîne un changement en profondeur de l'exercice démocratique. Transfert de pouvoir Il faut bien réaliser le changement qui est à l'œuvre. Un rôle nouveau pour le citoyen ?

Droits et devoir de l’open data Dans un environnement économique pour le moins morose, le secteur des innovations technologiques afférent à l’exploitation de données publiques bénéficie de perspectives commerciales très prometteuses. Les statistiques de l’INSEE, les données du trafic routier, les informations sur les jardins publics, les listes des gares SNCF et les statistiques de ponctualité des TGV sont en effet autant d’informations brutes qui ne demandent qu’à être génératrices de valeurs ajoutées une fois entre les mains d’opérateurs privés ingénieux. Dans le prolongement d’un mouvement culturel mondial apparu au début des années 2000 visant à rendre les données publiques et transparentes, la France, transposant les termes de la directive 2003/98/CE, a consacré le principe de la libre réutilisation de la donnée publique dès 2005, notamment à travers l’ordonnance n°2005-650 relative à la liberté d'accès aux documents administratifs et à la réutilisation des informations publiques. Un engouement récent

Open data : un atout incontournable pour les collectivités territoriales (1/3) Nous vous proposons de découvrir un guide pour mener à bien un projet Open Data. Rédigé par Microsoft, il fait partie d'un ouvrage dédié à l'Open data coordonné par le Réseau des Territoires Innovants, et qui sera diffusé début janvier 2013. Première partie avec les enjeux de la libération des données et la question essentielle de la qualité des données publiées. « Le mouvement de libération des données publiques au bénéfice des citoyens, plus communément appelé « Open data », est en marche dans de nombreux pays. En plus de participer activement à la modernisation des administrations qui les mettent en œuvre et de permettre l’optimisation de la dépense publique, les projets Open data constituent une opportunité d’innovations démocratiques, sociales et économiques inédites. Innovations démocratiques, car ils facilitent l’information des citoyens, une meilleure compréhension des politiques publiques, contribuant ainsi à une plus grande implication de chacun. 1) Répertorier les données

Related: