background preloader

Traité de Versailles

Traité de Versailles
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le traité de Versailles est un traité de paix signé le 28 juin 1919 entre l'Allemagne et les Alliés à l'issue de la Première Guerre mondiale. Choix du lieu[modifier | modifier le code] Le lieu de la signature du traité permet à la France d'effacer symboliquement l'humiliation de la défaite lors de la guerre franco-allemande de 1870. C'est en effet dans la même galerie des Glaces, au château de Versailles, qu'avait eu lieu la proclamation de l'Empire allemand, le 18 janvier 1871. Choix de la date[modifier | modifier le code] La signature du traité de Versailles le 28 juin 1919 commémore le 28 juin 1914, date de l'attentat de Sarajevo, cause de l'ultimatum austro-hongrois adressé à la Serbie, dont le refus a déclenché la Première Guerre mondiale. Conditions de la rédaction et de la signature du traité[modifier | modifier le code] On[Qui ?] L'affaire de Fiume[modifier | modifier le code] Contenu[modifier | modifier le code]

Histoire et mémoire des deux guerres mondiales - Enseigner la première guerre mondiale - Les 14 points du président Wilson 1) Des conventions de paix publiques, ouvertement conclues après lesquelles il n'y aura pas d'accords internationaux privés d'aucune sorte, mais une diplomatie qui agira toujours franchement à la vue de tous ; 2) Liberté absolue de navigation sur les mers en dehors des eaux territoriales, aussi bien en temps de paix qu'en temps de guerre [. 3) Suppression, en tant qu'il sera possible, de toutes les barrières économiques ; établissement de conditions commerciales égales entre toutes les nations consentant à la paix et s'associant pour la maintenir ; 4) Garanties convenables, données et prises que les armements nationaux seront réduits au dernier point compatible avec la sécurité du pays ; 6) Évacuation de tous les territoires russes [...] pour donner à la Russie l'occasion de déterminer, sans être entravée ni embarrassée, l'indépendance de son propre développement et de sa politique nationale [ 7) La Belgique. 13) Un État polonais indépendant devra être établi.

Montségur - Les châteaux du pays cathare Les murailles de Montségur, dans les contreforts des Pyrénées, à quelques kilomètres au sud de Lavelanet, ont baigné dans un oubli presque total pendant plus de six siècles, jusqu'à leur redécouverte par un érudit passionné de catharisme, Napoléon Peyrat, à la fin du XIXe siècle. Depuis lors, le grand public et les historiens se passionnent pour l'histoire des cathares et la croisade des Albigeois, ainsi que pour le dernier et plus tragique épisode de celle-ci : la reddition de Montségur, haut lieu du catharisme pendant 40 ans, après dix mois de siège acharné... Comment ne pas être ému par les 200 religieux cathares qui, refusant de renier leur foi, marchent volontairement au bûcher ? Équilibre instable Après vingt ans de violents combats, la croisade contre l'hérésie cathare aboutit en 1229 à la soumission du comte de Toulouse. Les croisés venus du Nord se voient confirmer la possession des seigneuries dont ils se sont emparés. Citadelles du vertige Montségur et la légende Fabienne Manière.

Pertes humaines de la Première Guerre mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les pertes humaines de la Première Guerre mondiale s'élèvent à environ 18,6 millions de morts. Ce nombre inclut 9,7 millions de morts pour les militaires et 8,9 millions pour les civils. Les Alliés de la Première Guerre mondiale comme les Empires centraux perdent plus de 9 millions de vies. Classification des statistiques[modifier | modifier le code] Le nombre des pertes estimées pour la Première Guerre mondiale varie énormément. Pertes par pays[modifier | modifier le code] Pertes militaires alliées par pays. Sources du tableau[modifier | modifier le code] Les principales sources utilisées pour les pertes civiles et militaires sont les suivantes : (en) Le rapport 2006-2007 de la Commonwealth War Graves Commission[26] est la source pour les pertes militaires du Royaume-Uni, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, le Canada, l'Afrique du Sud et le Raj britannique. Pertes humaines selon les frontières modernes[modifier | modifier le code] Madagascar: 2 500

Lois des années 1930 sur la neutralité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les lois sur la neutralité (en anglais : neutrality acts) furent adoptées par le Congrès des États-Unis dans les années 1930 en réponse à la montée des tensions en Asie et en Europe qui mènera à la Seconde Guerre mondiale. Elles furent initiées par une volonté d'isolationnisme et de non-interventionnisme dans les conflits étrangers à la suite d'une implication américaine dans la Première Guerre mondiale qui s'était révélée coûteuse. Ces lois de neutralité furent largement critiquées, ne faisant aucune distinction dans les belligérants entre État agresseur et État victime. Elles avaient par ailleurs limité les aides du gouvernement américain au Royaume-Uni et à la France contre l'Allemagne nazie en 1939-1940. Contexte[modifier | modifier le code] Loi sur la neutralité de 1935[modifier | modifier le code] Loi sur la neutralité de 1936[modifier | modifier le code] Lois sur la neutralité de 1937[modifier | modifier le code] (en) Robert A.

Bataille de Verdun 1916 - 1917 Le front de l'ouest en février 1916 Le 2 août 1914 la France décrète la mobilisation générale. Le 3 août l'Empire Allemand lui déclare la guerre, suivi de l'Empire Austro-Hongrois. Pendant que les Français organisent leurs armées de conscription, les Allemands avec leurs unités d'active, envahissent la Belgique pourtant pays neutre et poussent des reconnaissances offensives sur le territoire français. Le 7 août, Joffre le général en chef français ordonne la marche au Rhin afin de reconquérir l'Alsace et la Lorraine, territoires perdus à l'issue de la guerre Franco-Prussienne. Affaiblie par ces attaques meutrtrières, l'Armée Française, ne peut empêcher l'inexorable progression adverse et le 25 août Joffre ordonne la retraite. Fin novembre 1914, le front se stabilise. Les forces en présence La Région Fortifiée de Verdun (RVF) compte à la veille de la bataille vingt-deux forts disposés sur deux anneaux concentriques. L'offensive sera confiée à la 5. L'offensive allemande La bataille des ailes

Trente Glorieuses Période historique comprise entre 1946 et 1975 pendant laquelle la France et la plupart des économies occidentales connurent une croissance exceptionnelle et régulière et à l’issue de laquelle elles sont entrées dans l’ère de la société de consommation. 1. L'origine de l'expression « Trente Glorieuses » Titre de l’étude publiée en 1979 par l’économiste Jean Fourastié, l’expression fut choisie en référence aux « Trois Glorieuses » de la révolution de 1830 et à la « révolution invisible », sous-titre de l’ouvrage, dont la France fut le théâtre au cours de ces années. La plupart des pays occidentaux, ainsi qu’en Asie, le Japon, ont également été marqués par cette phase d’expansion connue – en Allemagne et en Italie notamment – sous le nom de « miracle économique » ou, plus généralement, d’« âge d’or » de la croissance. 1.1. En prélude à son étude, J. Il s’agit en fait du même village, deux états en miniature de la France que trente ans de développement séparent. 2. 2.1. 2.2. 2.3. 2.4. 2.5.

Isolationnisme américain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'isolationnisme est une tendance de la politique étrangère des États-Unis promouvant une intervention minimale dans les affaires du monde. Il est historiquement défendu par les deux franges de l’échiquier politique américain. Histoire[modifier | modifier le code] George Washington[modifier | modifier le code] À l’origine historique de l’isolationnisme américain, on trouve la volonté de maintenir une politique consensuelle vis-à-vis des anciennes puissances colonisatrices (Royaume-Uni essentiellement, France, etc.). C’est pourquoi, il déclare dans son « message d’adieu » : « La grande règle vis-à-vis des nations étrangères est, en étendant nos relations commerciales, de n’avoir avec elles aussi peu de liens politiques possibles […]. La doctrine Monroe[modifier | modifier le code] Le 2 décembre 1823, lors d'un discours au congrès, le président James Monroe énonce le principe de ce qui deviendra la doctrine Monroe. Le programme de George W.

La Guerre d'Espagne Introduction La Guerre civile espagnole, qui dura de juillet 1936 à mars 1939, est l’un des événements majeurs du XXe siècle. Ses conséquences eurent une grande importance dans la préparation de la Seconde Guerre Mondiale. Elle permit à Hitler et Mussolini de favoriser ses armements et la création d’unités nouvelles ; quant à Staline, ce fut une expérience politique et policière, donnant ainsi un exemple sur l’influence du communisme dans d’autres pays. 1) La IIe République espagnole (1931-1936) Avant 1931, l’Espagne est une monarchie parlementaire, c’est-à-dire qu’elle est dotée non seulement d’un roi qui gouverne, mais également d’un parlement étant élu au suffrage universel. Mais l’opinion publique devient progressivement défavorable à cette monarchie parlementaire. 2) Le soulèvement (1936) La IIe République, dirigée par un président, n’est pourtant pas stable. En 1934, la droite entre au gouvernement mais doit immédiatement faire face à des grèves insurrectionnelles dans les Asturies.

Bilan de la Seconde Guerre mondiale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Seconde Guerre mondiale fut le conflit militaire le plus meurtrier de l'histoire. Plus 60 millions de personnes ont été tuées, ce qui représentait plus de 2,5% de la population mondiale à l'époque. Cet article tente de dresser un bilan humain et matériel de cette guerre. Bilan humain[modifier | modifier le code] Comme le montre ce graphique, plus de la moitié des victimes furent des civils En 1945, de nombreuses régions sont détruites en Europe et plusieurs millions de personnes sont mortes ou blessées. Pertes militaires en Europe[modifier | modifier le code] Graphique représentant les pertes militaires en Europe selon le front de combat. Au total, selon les estimations, environ 17 877 000 de militaires sont morts sur les champs de bataille européens, dont 10 774 000 du côté des alliés et 7 103 000 du côté des forces de l'Axe. Pertes civiles[modifier | modifier le code] Bilan matériel[modifier | modifier le code]

Related: