background preloader

Attila ~395-453

Attila ~395-453
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Attila, né aux alentours de 395 dans les plaines danubiennes et mort en 453 dans la région de la Tisza dans l'Est de la Hongrie actuelle, est le roi des Huns de 434 jusqu'à sa mort en 453, selon l'historiographie romaine. Durant les cinquante années précédant son avènement, l'Empire hunnique s'étend de l'Asie centrale à l'Europe centrale et soumet de nombreux peuples germains. La culture des Huns et la personnalité d'Attila ont fasciné ses contemporains. Biographie[modifier | modifier le code] Sources écrites et archéologie[modifier | modifier le code] L'historiographie d'Attila se heurte à une difficulté majeure : elle ne dispose que de sources écrites en grec et en latin par les ennemis des Huns. Jordanès est un historien goth ou alain de langue latine du VIe siècle, il laisse un ouvrage, Histoire des Goths, qui constitue l'autre grande source concernant l'Empire hunnique et ses voisins. Les origines d'un nom[modifier | modifier le code] Related:  Francs & Merovingiens

Aetius ~395-454 On ne sait plus quand est né Aetius. Ce devait être à la fin du IVième siècle. Aetius est romain. Il vécut dans le siècle troublé de l'Empire romain d'occident. Son monde est donc un monde en décomposition ; c'est le chaos de l'effondrement d'un Empire plusieurs fois séculaires qui avait su apporter la paix à la Gaule. Dans cette apocalypse, il sera le dernier rempart, la dernière chance, stupidement et criminellement foudroyé en pleine tâche. Dans sa jeunesse, Aetius a été envoyé comme otage chez les Huns. Il n'est pas non plus impensable qu'il aie alors croisé le jeune Attila, qui n'était pas encore le « Fléau de Dieu ». Aetius aura en tout cas pu apprécier la supériorité des Huns au combat, et plus tard il saura employer des troupes d'auxiliaires Huns lors de ses luttes contre les peuples germains. Aetius est général quand les Grandes Invasions submergent l'Empire romain d'Occident. Général talentueux et infatigable, Aetius est sur tout les fronts. Et par quelle armée !

Huns Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Huns au combat contre les Alains : illustration de Geiger (1873). Les Huns sont un ancien peuple nomade originaire de l’Asie centrale, dont la présence en Europe est attestée à partir du IVe siècle et qui y établirent le vaste empire hunnique. L'origine des Huns est disputée : bien que dès le XVIIIe siècle, de Guignes les ait reliés aux Xiongnu, voisins septentrionaux des Chinois jusqu'au Ier siècle et que de nombreuses études ultérieures se soient attachées à démontrer ou infirmer cette parenté, aucun consensus n'a encore été établi sur le sujet. Les Huns ont joué un rôle important dans le cadre des grandes invasions qui contribuèrent à l'écroulement de l'Empire romain d'Occident. Sous le règne d'Attila, l'empire est unifié mais ne lui survit pas plus d'un an. Il semble que les Huns parlaient un langage propre. La puissance militaire était principalement basée sur l'emploi d'archers montés. Origine[modifier | modifier le code]

Brunehaut 547-613 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Brunehaut ou Brunehilde (en latin Brunichildis[1]), née vers 547 en Espagne wisigothique, morte exécutée en 613 à Renève (actuelle Côte-d'Or), est une princesse wisigothe devenue reine des Francs qui dans les faits va régner sur au moins un royaume mérovingien (Austrasie et/ou Burgondie) pendant 33 ans. Elle est assez célèbre pour sa rivalité avec une autre reine franque, Frédégonde. Le royaume des Francs après le partage de 561. Le VIe siècle en Gaule franque est marqué par les partages qui ont lieu à la mort de Clovis (511) et à la mort de Clotaire Ier, fils de Clovis (561). Très vite, Sigebert déplace sa capitale de Reims à Metz ; Gontran déplace la sienne d'Orléans à Chalon. À la mort de Caribert en 567, sa part est partagée entre les trois survivants : en particulier, Sigebert (Metz) reçoit Paris et Chilpéric (Soissons) Rouen. Brunehaut est la fille d’Athanagilde Ier, roi des Wisigoths, et de Goswinthe[2]. De ce mariage, naissent :

Childéric Ier ~436-481 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « bon article ». Childéric Ier, mort en 481, fut roi des Francs saliens à partir de 457 ou 458. Son nom, constitué des éléments franciques hild- « combat » et -rīk « puissant », est attesté sous la forme latinisée Childericus[6],[Note 2]. Il est le père de Clovis Ier. Childéric Ier est le premier roi de la dynastie des Mérovingiens dont la filiation est attestée[7]. Contextes[modifier | modifier le code] Les sources[modifier | modifier le code] La première source importante qui informe sur Childéric est l' Histoire des Francs[8] rédigée par l'évêque Grégoire de Tours. Trois sources fondamentales et antérieures à celle de Grégoire de Tours évoquent la situation politique du nord de la Gaule[11]. L'évolution géopolitique en Gaule du nord au Ve siècle[modifier | modifier le code] Les Francs en Belgique romaine - deuxième moitié du Ve siècle sous Childéric Ier. Biographie[modifier | modifier le code]

Invasions barbares La recherche historique ancienne (XIXe et début du XXe siècle) regroupait sous l’expression « invasions barbares » ou grandes invasions les mouvements migratoires des populations germaniques, hunniques et autres, à partir de l’arrivée des Huns dans l’Est de l’Europe centrale aux environs de 375 jusqu’à celles des Lombards en Italie en 568 et des Slaves dans l’Empire romain d’Orient en 577. Dans la recherche historique moderne, les différentes langues européennes ont renoncé au substantif « invasions » et à l’adjectif « barbares », préférant des expressions comme « migration des peuples » ou « période des migrations » (Völkerwanderung en allemand, Migration Period en anglais). Ces mouvements migratoires ont eu lieu au cours de l’Antiquité tardive, et dans certains cas (par exemple l'invasion mongole de l'Europe) se sont reproduits au Moyen Âge. Survol général[modifier | modifier le code] Terminologie[modifier | modifier le code] Le second problème est lié au mot « barbare ».

Caribert Ier (561-567) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Biographie[modifier | modifier le code] Le conflit pour la succession : l'expédition contre Chramn (558)[modifier | modifier le code] Clotaire Ier avait réunifié le royaume franc de Clovis Ier avec peine mais n'avait pas partagé le royaume avant sa mort[5]. Le second partage du regnum francorum (561)[modifier | modifier le code] Partage du royaume à la mort de Clotaire. Le royaume des Francs en 561 après sa division en sous-royaumes. En recevant le royaume de Childebert, il devint le gardien du tombeau de Clovis. Les déboires matrimoniaux : le problème de la succession[modifier | modifier le code] Buste imaginaire de Caribert Ier Le royaume des Francs en 567 après la division du royaume de Paris. Sa vie conjugale doit être perçue comme la nécessité pour le souverain d'engendrer une descendance masculine. Il meurt le , âgé de moins de 50 ans, près de Bordeaux, alors qu'il visitait ses possessions méridionales[29].

Bataille des champs Catalauniques (451) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La bataille des champs Catalauniques marque l'avancée extrême en Occident des Huns, partis des steppes de la Volga vers 370 et établis en Pannonie (actuelle Hongrie) au début du Ve siècle. La victoire relative d'Aetius, qui a peut-être bénéficié de sa bonne connaissance du peuple des Huns, écarte Attila de la Gaule, et est confirmée l'année suivante par l'échec de son attaque en Italie. Elle permet de maintenir une partie de la Gaule sous la domination directe de Rome, mais elle conforte aussi les peuples fédérés, notamment les Francs de Mérovée qui obtiennent le gouvernement de la Gaule belgique et les Wisigoths établis en Aquitaine. Itinéraires probables des Huns comme ils ont envahi la Gaule, montrant le destin des villes principales dans leur chemin. L'empire romain est depuis 395 dirigé par la famille théodosienne, selon un partage en deux moitiés : L'origine de la guerre des champs Catalauniques est à rechercher dans la quête de butin.

Les Grandes Invasions Les Barbares sont venus envahir la Gaule en 476 pour mettre fin à l’Empire Romain. "Barbares" est le nom donné par les Romains aux Germains. Chassés par les Huns, les Wisigoths, les Burgondes et les Francs vont s’installer en Gaule. Les Huns sont originaires des steppes d’Asie Centrale. Les Huns tuaient tout ce qu‘ils trouvaient sur leur chemin. Les Francs dont le nom signifie "hardis" ou "libres" sont une réunion de peuplades germaniques. Les armes des Francs étaient la francisque, l’ épée, la framée, l’angon. Grégoire de Tours est mort en 576 . Grégoire de Tours a rédacté ses ouvrages. Clovis à la bataille de Tolbiac : Le baptême de Clovis : Clovis voulant encore agrandir son royaume se convertit à la religion des chrétiens et pour cela il se fait baptiser à Reims peut-être en 496 . Et après son baptême toute son armée va se faire baptiser et ainsi la Gaule devient le royaume des Francs . Le vase de Soissons :

Caribert II (629-632) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Caribert II (né en 606/610 - mort le 8 avril 632), roi d'Aquitaine à partir de 629. Il est le fils du roi des Francs Clotaire II et de Sichilde[1]. Biographie[modifier | modifier le code] Il est le demi-frère de Dagobert Ier[2],[3]. En décembre 626 à Clichy, selon la volonté de son père Clotaire II et quelques jours après le mariage de Dagobert avec Gomatrude, saint Amand célébra l'union de Caribert et Fulberte, belle-sœur de Brodulf, frère de la reine Sichilde[4]. En 630, son oncle Brodulf fut assassiné par son demi-frère Dagobert à Saint-Jean-de-Losne en Burgondie[2]. Le 8 avril 632, Caribert mourut après un bref règne de trois ans[8]. Postérité[modifier | modifier le code] Il est le père de Chilpéric (626-633[10]), que la chronique de Frédégaire mentionne comme mort au berceau[11], probablement assassiné à l'instigation de Dagobert Ier[8]. La division du royaume des Francs (628). Notes et références[modifier | modifier le code]

Empire romain et grandes invasions 395

Related: