background preloader

Les (Biens) Communs : vers une littératie des Communs

Les (Biens) Communs : vers une littératie des Communs

http://docs.ac-toulouse.fr/wp/?p=1182

Related:  biens communsEducation à la citoyennetéA trierdiaporama

Copywrongs, un site pour interpeller les députés sur la réforme du copyright - Les univers du livre EBLIDA, le Bureau européen des associations de bibliothèques, d’information et de documentation, a mis en avant ce matin le site Copywrongs, une plateforme destinée à attirer l'attention des députés sur la réforme européenne du copyright. Il est possible de signaler les problèmes rencontrés, relatifs à l'actuelle législation, mais aussi de contacter directement un député de son pays pour le sensibiliser à la question. Capture d'écran de la vidéo diffusée sur Copywrongs À 18 jours d’un vote important en Commission des Affaires juridiques du Parlement européen, qui décidera des amendements ajoutés au rapport Reda, les différents intéressés appuient un peu plus leur lobbying auprès des eurodéputés. Les partisans d’une réforme européenne du droit d’auteur, dont les bibliothécaires, pourront passer par une plateforme dédiée, Copywrongs.

La manipulation de l'information à l'ère des médias sociaux Ces derniers temps de nombreux articles ont été écrits sur le thème de la manipulation de l’information à l’ère des réseaux et médias sociaux. Photos recadrées, sorties de leur contexte. Vidéos ne correspondant pas à la période citée ou au pays mentionné, faux comptes Twitter, absence de sources… Toutes les manipulations possibles sont utilisées pour entretenir la désinformation, la rumeur, le dénigrement… L’utilisation des médias et réseaux sociaux comme le retweet automatique sans vérifier l’information participent-ils à la propagation de la manipulation de l’information ? Comment vérifier l’information face aux manipulateurs ? Quels outils peut-on utiliser ?

Favoriser la diffusion de la culture et des savoirs Dans une tribune publiée le 10 septembre 2015 dans le journal Le Monde, soixante-quinze personnalités de la communauté scientifique, de la recherche, du numérique et de la culture soutiennent les mesures du projet de loi numérique sur le domaine public informationnel, l’open access des publications scientifiques et le text and data mining. Les biens communs vont bientôt faire leur entrée dans le droit français, à l’occasion de la future loi sur le numérique annoncée par Manuel Valls, issue des travaux de concertation du Conseil national du numérique. Il faut s’en féliciter : les biens communs - ou communs - nourrissent depuis toujours les pratiques d’échange et de partage qui structurent la production scientifique et la création culturelle. La science a toujours été appréhendée comme un commun. Historiquement, la méthode scientifique implique une construction collective de la connaissance, organisée autour de la vérification et de la validation par les pairs.

La personnalité des théoriciens du complot (Agence Science-Presse) Les théories du complot ont plus de chances de fonctionner chez ceux qui ont le sentiment de perdre le contrôle sur leurs vies. Ce qui pourrait, du coup, contribuer à faire comprendre pourquoi une personne qui croit à une théorie du complot a plus de chances de croire à une deuxième. Cliquer sur la photo pour agrandir Selon Jan-Willem van Prooijen, de l’Université VU d’Amsterdam, qui a étudié pendant six ans ceux qui croient, ces théories ont tendance à fleurir pendant des périodes d’incertitude économique ou politique — ce qui, déjà, accentue le sentiment de perdre le contrôle sur nos vies.

Notions juridiques rattachées au droit d’auteur La question du droit d’auteur est soulevée de deux façons dans le processus de recherche : au cours de la recherche pour confronter et enrichir les sources par l’exploitation de travaux dont le chercheur n’est pas l’auteur,à la fin de la recherche lors de la publication des résultats. Voici un petit rappel des notions juridiques qui sont alors en jeu : Copyright: vise à protéger l’oeuvre. C’est un « droit exclusif que détient un auteur ou son représentant d’exploiter pendant une durée déterminée une oeuvre littéraire ou artistique » (Médiadix). Il nécessite un dépôt. => préserve droits de l’ayant droit, de l’investisseur (pas de droits moraux).Droit d’auteur : vise à protéger l’auteur et son œuvre.

L’essor de l’économie collaborative, l’exemple Wiki for home L’économie collaborative est en vogue depuis quelques années : la faute à la crise, ou au besoin de retourner aux essentiels, un phénomène qui favorise en tous cas les innovations. Nous parlions de cette révolution collaborative dans un précédent article. Cette économie accorde donc une place importante au participatif, il s’agit là d’une réponse à nos besoins actuels. Ceux qui correspondent à l’utilisation des biens que nous possédons, des compétences ou encore des passions que nous avons. La consommation collaborative est basée sur le partage, le troc, la location, le prêt ou le don de biens et services. Elle peut aussi créer un lien social, voire une communauté autour d’une passion commune, par exemple le bricolage et la décoration pour le cas de Wiki for home qui sera présenté en fin d’article.

J’ai vécu au Liban et en France: je peux vous dire l’importance de la laïcité Entre le Liban multiconfessionnel et la République laïque à la française, il y a un monde. Ce texte est un simple témoignage s’appuyant sur une vie en deux temps. Commencée au Liban en 1974, six mois avant le début de la guerre dite «civile» qui a ravagé le pays jusqu’en 1990, elle s’est prolongée en France depuis 1990.

L’enjeu des communs pour répondre aux défis du XXIe siècle Le texte ci-après est la présentation d’une intervention dans un séminaire transculturel entre universitaires français et chinois (merci à la Fondation Charles Léopold Mayer pour l’invitation) Le monde en ce début de XXIe siècle est marqué par deux phénomènes qu’à première vue on pourrait penser opposés : Blue Earth In Child’s Hands, par Ken TeegardinKen Teegardin, licence CC by-sa Ces deux questions sont abordées par les États (négociations internationales sur le climat, utilisation des techniques de communication pour le filtrage, le contrôle et la surveillance de masse) et par le secteur privé (nouvelle économie dite « verte », création de groupes mondiaux basés sur la maîtrise de l’information, comme Google, Apple, Alibaba, Tencent,...). Mais ce qui nous intéresse ici, c’est d’étudier comment ces deux questions sont prises en charge directement par des groupes, des réseaux, des acteurs de la société civile. Commençons par deux exemples pour rendre sensibles ces notions.

Le bien commun ou les biens communs ? Version imprimable J’introduis avec une image de la construction d’un important parc éolien citoyen réalisé à Béganne[L'éolien en Bretagne]. Cette réalisation présente en effet toutes les caractéristiques essentielles d’un bien commun : localisation, nombreux associés (85), cofinancement (1 000 souscripteurs et banques coopératives), expertise militante et professionnelle, implication des collectivités territoriales, démocratie directe...

Related: