background preloader

Qu'est-ce que la géographie ?

Qu'est-ce que la géographie ?
Si l’on se fie à l’étymologie, la Terre (Gaïa ou Ge, en grec) est l’objet d’étude de la géographie. Sa structure et ses mouvements sont étudiés par des disciplines connexes (géophysique et astronomie), que le géographe ne peut totalement ignorer pour prétendre connaître et comprendre sa surface. La surface de la Terre est une interface entre une planète essentiellement minérale, la lithosphère, une enveloppe gazeuse, l’atmosphère, de l’eau sous diverses formes, l’hydrosphère, et des éléments organiques et vivants, la biocénose. Les écosystèmes, emboîtés à diverses échelles, sont le cadre des échanges entre tous ces éléments. L’écologie, comme science, étudie les écosystèmes. On se repère à la surface de la Terre par rapport aux pôles et à l’équateur, qui sont eux-mêmes relatifs à l’axe de rotation de la Terre sur elle-même. Le monde est l’objet d’étude effectif de la géographie, dans deux acceptions distinctes : Un territoire est un espace approprié, limité et géré par un groupe humain. Related:  Qu'est-ce que la géographie ?

Géographie des interfaces. Une nouvelle vision des territoires 1Littéralement, une interface est une surface de séparation entre deux états distincts de la matière. Le terme, ayant cheminé de la physique à la biologie, et aussi désormais d’usage répandu en informatique. En géographie, l’usage du mot s’est développé dans les années 1980 et peut être défini comme un espace permettant la mise en relation de deux espaces/territoires différents, influencé par des échanges entre l’un et l’autre, et se distinguant par là-même des deux espaces contigus. Intégrant la notion de contact (« plan ou ligne de contact entre deux systèmes ou deux ensembles distincts », R. 2L’ouvrage Géographie des interfaces. 3Une fois ce préalable posé, les huit textes qui composent le cœur du livre présentent divers exemples de systèmes localisés, les interfaces pouvant être de type horizontal (articulation entre espaces de même niveau d’organisation) ou vertical (niveaux d’organisation différents).

Avec des définitions intéressantes Document 1 Qu’est-ce que la géographie ? (1882) Il y a donc nécessité à apprendre la géographie, tout le monde est d’accord sur ce point ; mais une question se pose avant tout : Qu’est-ce que c’est géographie ? « C’est la description de la terre », répond la vieille et excellente définition. La description de la terre, soit ; mais toutes les sciences, excepté l’astronomie, ont leur siège sur la terre, et peuvent entrer dans cette définition. L’ancienne école géographique simplifiait hardiment la question. Tout autre, par opposition est l’école géographique moderne, surtout en France. Et tout d’abord demandons-nous à quels différents points de vue la Terre peut être considérée. Le lieu d’une bataille, le relief d’un massif rocheux, l’aire d’une végétation particulière, l’étendue d’un climat, la densité d’un peuple, cela sera de la géographie. SCHRADER, F. (1882) Article "géographie" in Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire, F. Épistémologie : qu’est-ce que la géographie ?

Quand le géographe laisse sa trace sur le territoire 1La géographie est considérée comme une « science qui a pour objet l’espace des sociétés » (Levy et Lussault, 2003), avant de formuler progressivement la notion de territoire. C’est ce territoire qui devient l’enjeu pour les géographes, lorsqu’ils s’intéressent de plus près à l’action publique. Les connaissances qui leur sont spécifiques en terme de fonctionnement du territoire, de logiques spatiales, d’organisation des sociétés, se sont vite avérées intéresser les responsables de la gestion des territoires. Les géographes sont alors devenus les conseillers, les « éminences grises des politiques » (Philipponneau, 1999). Leur intervention dans les affaires publiques a parfois été très visible lorsqu’elle a permis de remodeler les frontières internationales ou d’initier un cycle de plusieurs décennies de réformes décentralisatrices. L’influence des géographes est cependant plus importante au niveau local et régional.

Qu'est-ce que la Géographie? A la question qu’est-ce que la géographie? Chacun peut évoquer des noms de pays, de continents, d’océans, quelques activités économiques ou quelques productions, des types de reliefs ou de climats étudiés à l’école, au collège ou au lycée. Cependant lorsqu’il s’agit d’en donner une définition précise, beaucoup éprouvent des difficultés tant celle-ci embrasse des domaines multiples. Une discipline complexe En France, la géographie est une discipline qui passe souvent pour une compilation des connaissances empruntées aux sciences de la terre, de la vie et autres sciences humaines et sociales (Robert Marconis). «C'est la seule discipline qui puisse revendiquer le triple statut de science humaine, de science sociale et de science de la nature» (Sylvain Allemand et al). Une discipline caractérisée par la dualité En France, la définition de la géographie suscite de nombreuses querelles (J. Des divisions internes La philosophie au secours de la géographie Bibliographie

aggiornamento hist-geo | Réflexions et propositions pour un renouvellement de l'enseignement de l'histoire et de la géographie du primaire à l'université www.wheresciences.com/articles.php?id=60 L'anticartogramme et ses interprétations Patrick Poncet «Antigéographie» est une expression forte pour une idée qui n’est pas anodine : les évolutions épistémologiques et théoriques de la géographie contemporaine tendent à laisser de côté certains aspects de la dimension spatiale du social, des aspects qui, «en face» de la géographie du visible, des évidences, des discours proclamés ou des identités revendiquées, se développent dans la discrétion et la furtivité des réseaux. Partager Imprimer Télécharger «Antigéographie» est une expression forte pour une idée qui n’est pas anodine : les évolutions épistémologiques et théoriques de la géographie contemporaine tendent à laisser de côté certains aspects de la dimension spatiale du social, des aspects qui, «en face» de la géographie du visible, des évidences, des discours proclamés ou des identités revendiquées, se développent dans la discrétion et la furtivité des réseaux. L’anticartogramme Rappel sur les cartogrammes Anamorphose et cartogramme

lexique géographie La géographie (du grec ancien γεωγραφία - geographia, composé de « η γη » (hê gê) la Terre et « γραφειν » (graphein) graver) est l’étude de la planète, ses terres, ses caractéristiques, ses habitants, et ses phénomènes. Une traduction littérale serait « décrire ou à écrire sur la Terre". La première personne à utiliser le mot « géographie » fut Eratosthène (276-194 avant J.-C.) pour un ouvrage aujourd’hui perdu... Longtemps les géographes se sont donc posé quatre questions majeures lorsqu’ils regardaient la Terre, s’inscrivant en cela dans une démarche descriptive et analytique : Qui ? La géographie a beaucoup changé depuis le début du XXe siècle, et à présent, c’est la science qui étudie avant tout les dimensions spatiales du social : elle analyse donc la manière dont les sociétés jouent de l’espace pour s’organiser et se structurer. Une division de la géographie en quatre branches principales s’est imposée à l’usage : A de Aber à Azonal ABER ou ABERS Champ cultivé, gagné sur la forêt.

Une discipline interrogée : Géographie : vers une transformation profonde ? Par Jeanne-Claire Fumet La question était posée à l'Institut de Géographie de Paris, le 11 janvier, à l'occasion d'un séminaire de didactique proposé par Didagéo : l’histoire-géographie face aux changements passés, présents et à venir, avec François Audigier, Professeur à l'Université de Genève (UNIGE), responsable de l’équipe ERDESS (recherche en didactique et en épistémologie des sciences sociales) , et Pascal Clerc, Maitre de conférences, à l'Université de Lyon – IUFM, UMR Géographie-cités, équipe E.H.GO, en présence du géographe François Durand-Dastès. Pascal Clerc revenait sur les propositions de réforme de l'enseignement géographique dans les années 1860 : « Réformer pour transformer le monde ». Comment la géographie s'est-elle constituée en objet d'enseignement, à la faveur de quel contexte et avec quelles difficultés ? Une géographie « plus utile à l’action dans le monde » Un changement de paradigme, aujourd'hui ? Présupposés et implicites performatifs Dans quel sens va-t-on ?

Hakim El Karoui ou l'archétype d'une nouvelle génération d'immigrés Ce n'est pas tous les jours que le Journal du Dimanche, hebdomadaire français à grand tirage, consacre toute une page (la quatrième, en plus) à un "tunisien par son père, français par sa mère, banquier chez Rothschild". Sa mère Nicole El Karoui est la grande référence universiatire en mathématiques financières. Même si son parcours peut paraître atypique, Hakim représente de plus en plus l'archétype d'une nouvelle génération d'immigrés loin d'être " réductible au cliché du Maghrébin des cités déscolarisé ". Fondateur du Young Mediterranean Forum qui, après Tunis en 2008, tiendra à Séville du 4 au 7 novembre sa deuxième session, il cultive les réseaux. Extraits: Les extraordinaires mains de Frédéric Chopin couraient sur les touches du piano jusqu’à ce qu’elles trouvent la fameuse "note bleue": un absolu. Pressé et occupé. Un parcours exemplaire. Hakim El Karoui, normalien et agrégé de géographie, parle d’une scolarité en dents de scie. Le tournant. La politique reste sa passion.

Compte-rendu de la séance d’ouverture du séminaire | Vers une géographie littéraire Le rôle des mathématiques dans une « révolution » théorique et quantitative : la géographie française depuis les années 1970 Si l’usage du nombre n’a jamais été absent de la géographie, malgré de sérieuses critiques engagées contre la statistique (en ce qu’elle a de réducteur de la richesse des faits humains), il n’a longtemps été utilisé que sous forme de tableaux de valeurs brutes ou de pourcentages (superficies et population des pays, densités de population, accroissements démographiques, volumes de productions…), attestant simplement, pour ainsi dire, de la réalité d’un « fait géographique », comme le faisaient de leur côté les photographies ou autres documents censés témoigner de la véracité d’une assertion relative à un pays ou à un paysage. En géographie physique, des essais de morphométrie, des analyses sédimentologiques, des recherches en climatologie, feraient exception. Géographie et mathématiques : se former et produire Un ensemble d’événements convergents permet de dater des années 1970-1972 un tournant significatif dans la géographie française. Tableau 1 - Stages de formation

Related: