background preloader

Les flops de l'innovation

Les flops de l'innovation
Au Consumer Electronics Show 2017 on a pu voir une brosse à cheveux connectée... Fera-t-elle un flop comme avant elle le Bi-Bop, le Mini-Disk ou les Google Glass ? Il faut dire qu'il y a plus d’échecs que de succès dans l’univers impitoyable de l’innovation. Des chercheurs ont même créé une base de données des produits tombés dans les oubliettes de l’histoire, avant de parfois en ressortir... Quel est le point commun entre le visiophone1, les sous-vêtements jetables et le dentifrice saveur cornichon2 ? Ce sont des flops. Le Bi-Bop, exemple emblématique de flop tricolore Reste à définir ce qu’est un échec… « Les chiffres de vente ou d’utilisation sont un indicateur, mais il faut aussi tenir compte de l’histoire des innovations : quand elles sont provisoirement abandonnées puis resurgissent, sous une forme différente ou non, peut-on parler d’échec ? Le Newton d’Apple fut d’abord un flop avant de revenir sous forme du fameux iPhone, succès planétaire. De la nécessité de l’échec

L’Open Data, l’ouverture des données pour de nouveaux usages Autocollants utilisés par les militants des données ouvertes. Photo de Jonathan Gray [CC0], via Wikimedia Commons 1. Les données : une mine d'or Jusqu’à très récemment, l’Informatique évoquait surtout l’activité de conception de logiciels. Elle a tout d’abord une valeur stratégique, car elle permet la prise de décision. La donnée possède aussi une valeur économique. Ce changement de perspective, mettant les « données au centre » (data centrality), se traduit également dans la structure des logiciels contemporains, dont la base de données constitue le noyau et autour de laquelle gravitent de nombreux services d’interrogation et d’analyse, interconnectés par Internet. Données ouvertes L’ouverture de données administratives peut aussi traduire une vision politique de la société : plus de transparence, moins d’inter-médiation, plus de participation et d’innovation, pour et via la société civile. Difficultés juridiques 2. Accéder aux données Source : Météo-Bretagne Parfait ! Intégrer les données

Pour un droit à l’erreur dans les entreprises , Le Cercle Si les entreprises veulent innover, elles doivent impérativement instaurer un droit à l’erreur. Dans une PME française d’une centaine de salariés, trois ingénieurs proposent au dirigeant de développer un nouveau modèle d’imprimante. Le dirigeant leur donne son accord. Instaurer un droit à l’erreur Comme l’a rappelé Julien Cusin , on ne peut pas innover sans mener d’expérimentations. Lorsqu’elles sont confrontées à un échec, la plupart des entreprises cherchent un bouc émissaire. Une question de culture ? Le droit à l’erreur est plus répandu dans certains pays que dans d’autres. Aux Etats-Unis, l’échec est considéré comme une source de progrès. Jérôme Barthélemy / Professeur à l'ESSEC Sur le même sujet : > France : Macron veut le « droit à l'erreur » pour les entreprises > L'erreur monétariste

L’innovation par le Design Thinking : un levier de transformation utile pour les DSI - JDN Plus que jamais, la DSI a un nouveau rôle à jouer en intégrant l’approche de Design Thinking dans tous projets transversaux : collaboratifs, dématérialisation... Le Design Thinking(1) est une approche centrée sur l’Humain et sur un processus itératif et exploratoire. Il permet notamment de construire le chemin qui mène à 3 éléments clés pour la production de solutions ou d’un produit : La Désirabilité pour l’utilisateur, la Viabilité pour le business et la Faisabilité en termes de process. Force est de constater que ces trois composantes constituent des préoccupations permanentes des DSI pour la transformation de l’organisation par l’innovation utile. Design Thinking et Intelligence Collective Dans l’objectif de l’évolution d’une organisation vers plus de transversalité, l’approche participative large permet de créer des conditions idéales pour faire émerger l’intelligence collective. Design Thinking et Expérience Utilisateur (UX) DSI, ayez « l’Esprit Design » !

Comment la Chine tente de prendre le contrôle d’entreprises européennes de semi-conducteurs Pour rattraper son retard dans le domaine des semi-conducteurs, Pékin multiplie discrètement les acquisitions à l’étranger, y compris en France, en se dissimulant derrière des sociétés écrans. Le 13 mai, le fonds d’investissement chinois Wise Road Capital a déposé une offre de rachat sur l’entreprise française Unity Semiconductor (SC) SAS, comme l’indique la plate-forme spécialisée de données financières Refinitiv. En apparence, ce fonds semble anodin. Créé en 2017 pour investir dans des entreprises technologiques, en particulier de semi-conducteurs, il se définit sur son site Internet comme « privé » et revendique une « prise de décision indépendante ». Or, selon l’analyse du cabinet d’intelligence économique Datenna effectuée pour Le Monde, plusieurs des actionnaires de ce fonds sont étroitement liés à l’Etat chinois. Il est en fait utilisé par Pékin comme un instrument de sa montée en puissance technologique. Wise Road Capital n’en est pas à sa première acquisition en Europe.

Nespresso ou l'innovation au coeur de l'entreprise "Il n'y a pas vraiment d'innovation au service marketing", assène Nathalie Gonzalez, directrice marketing de Nespresso. Nous préférons parler de création, une valeur présente depuis les débuts de Nespresso, et qui touche tous les services de l'entreprise". Derrière la sémantique, chez Nespresso, l'innovation touche le produit (via les experts café), mais aussi les machines (l'affaire des designers) et surtout les services proposés, sans cesse améliorés au travers de l'écoute client. Côté produit, d'abord, les spécialistes "café" de la maison ont, par exemple, créé en 2012 la série limitée Crealto, un grand cru à torréfaction à très basse température, inspirée d'un grand Chef cuisinant de cette manière ses poissons. Autre lancement né d'un sens aigu d'observation, la récente édition limitée " Monsoon Malabar", issue d'une récolte dans le sud de l'Inde, où les grains de café gonflent avec la mousson, lui donnant une saveur unique.

Comment La Poste, Orange et la SNCF se frottent à l’open innovation « Trop gros pour innover ? » L’intitulé de la conférence qui s’est tenue jeudi 11 juin à Futur en Seine avait le mérite d’être explicite. Est-ce que des institutions parfois centenaires comme la SNCF, Orange et La Poste sont en mesure de s’ouvrir au monde de l’innovation pour se transformer ? Une table ronde qui n’aurait certainement pas eu lieu il y a encore deux ans mais qui sous les coups de boutoir des fameux GAFA prend aujourd’hui tout son sens. Brainstorming géant pour les 260 000 postiers Pour Muriel Barnéoud, P-DG de Docapost, filiale de services du traitement des documents du groupe La Poste, la question ne se pose même pas. « Il n’existe pas d’abri antinumérique pour se réfugier. La Poste cultive l’innovation depuis très longtemps. « Derrière la simplicité apparente de la distribution du courrier par le facteur, on fait appel à la reconnaissance d’écriture et d’image mais aussi au big data. 70 millions d’objets sont transportés chaque nuit. » « Si nous avions investi dans Skype… »

Build an Innovation Engine in 90 Days Practically every company innovates. But few do so in an orderly, reliable way. In far too many organizations, the big breakthroughs happen despite the company. Successful innovations typically follow invisible development paths and require acts of individual heroism or a heavy dose of serendipity. Most executives will freely admit that their innovation engine doesn’t hum the way they would like it to. For the past decade we’ve been helping organizations around the globe strengthen their innovation capabilities, and that work has taught us that there’s an important intermediate option between ad hoc innovation and building an elaborate, large-scale innovation factory: setting up a minimum viable innovation system (MVIS). We borrow the language for this term from the world of lean start-ups, where “minimum viable product” denotes a stripped-down functional prototype used as a starting point for developing a new offering. Day 1 to 30: Define Your Innovation Buckets How do you pick them?

Valeo fait feu de tout bois au CES de Las Vegas Dans un salon de l’électronique grand public privé d’une grande partie de ses dizaines de milliers de journalistes d’avant la crise liée au Covid-19, les deux zones de démonstration vert et blanc de l’équipementier français Valeo ne passent pas inaperçues au cœur du Convention Center de Las Vegas (Nevada). Si, pour des raisons sanitaires, les patrons et la majorité des équipes européennes de l’industriel n’ont pas fait le déplacement au Consumer Electronic Show (CES) qui a ouvert ses portes au public mercredi 5 janvier, des responsables, la plupart américains, de Valeo sont bien là pour montrer ce qui ressemble à un feu d’artifice d’inventions. Lire aussi Article réservé à nos abonnés Au CES de Las Vegas, une industrie automobile de plus en plus dépendante des logiciels Premier axe de recherche dont on voit la concrétisation au CES : le développement de la voiture autonome.

Related: