background preloader

Les inégalités se creusent dans le monde

Les inégalités se creusent dans le monde
Un rapport de l’OCDE montre que le revenu des 10 % les plus riches est aujourd’hui 9,6 fois plus élevé que celui des 10 % les plus pauvres. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Claire Guélaud Les écarts de revenus et de richesses continuent de se creuser de par le monde. « Les inégalités dans les pays de l’OCDE n’ont jamais été aussi élevées depuis que nous les mesurons », a déclaré, jeudi 21 mai à Paris, le secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques, Angel Gurria, en présentant le rapport In it together : Why Less Inequality Benefits Alls (« Tous concernés : pourquoi moins d’inégalité bénéficie à tous »). « Nous avons atteint un point critique », a-t-il ajouté. Ce rapport montre que les écarts de revenus et de richesses se sont creusés depuis le milieu des années 1980 dans de nombreux pays, pendant les années fastes et pendant les crises. » Evolution des revenus pour les 10 % les plus riches et les 40 % les moins riches (base 100 en 1985)

http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/05/21/on-n-en-a-pas-fini-avec-les-inegalites_4637789_3234.html

Related:  L'amélioration du niveau de vieChapitre 9 : Les déséquilibres de la croissanceconstats de l'écart de richesseseco terminal stmg

Consommation des ménages−Tableaux de l'Économie Française En 2014, la dépense de consommation des ménages, en volume, poursuit sa croissance amorcée en 2013 à un rythme toutefois nettement inférieur à celui d'avant-crise. La consommation effective des ménages progresse de manière plus dynamique, soutenue à la fois par la dépense de consommation individualisable des administrations publiques et par celle des institutions sans but lucratif au service des ménages. Au total, la consommation effective des ménages contribue pour 0,7 point à la croissance du produit intérieur brut, alors que leur dépense de consommation n'y contribue que pour 0,3 point. En valeur, dans un contexte de stabilité des prix, le revenu disponible brut des ménages s'accroît à un rythme plus soutenu qu'en 2013. Après deux années de contraction, le pouvoir d'achat augmente nettement (+ 1,1 %).

Observatoire des inégalités Les hauts revenus du show-biz et du sport en France et dans le monde 20 avril 2016 Les revenus annuels du show-biz et du sport représentent pour certains près de 1 140 années de Smic en France, 15 000 années aux Etats-Unis. Lire la suite Malgré de réels progrès, la tuberculose continue à frapper les plus pauvres 19 février 2016 La tuberculose a fortement reculé en vingt-cinq ans dans le monde. Deux millions de cas en moins ont été dénombrés entre 1990 et 2014, alors que la population mondiale a augmenté. Les rémunérations des patrons du CAC40 en hausse de 10%, mais de plus en plus contestées +10,1% par rapport à 2013. C’est l’augmentation de la rémunération globale des grands patrons français sur un an. Leurs salaires et autres avantages représentent désormais une somme de 153 millions d’euros. Ils sont aussi de plus en plus contestés, y compris par certains actionnaires.

Classement IDH 2015 : les 20 pays où la vie est plus belle Le rapport sur le développement humain 2015 dévoile les Etats où la population jouit d'une meilleure qualité de vie. Pour évaluer la situation économique et sociale d'un pays, le produit intérieur brut (PIB) ne suffit pas. Afin d'évaluer le bien-être d'une population, il faut aussi s'intéresser à la façon dont les richesses sont distribuées. C'est du moins la volonté du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), qui est à l'origine de l'Indice de Développement Humain (IDH). Au-delà du revenu national brut par habitant, ce dernier prend en compte l'espérance de vie à la naissance et le niveau de scolarisation des jeunes. Chaque année, le PNUD classe les pays en fonction de leur IDH.

La Chine a fait le « choix » d’augmenter les salaires au prix d’un peu de compétitivité Ces hausses de salaires se sont imposées à partir de 2010, alors que se multipliaient les grèves. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Harold Thibault (Shanghaï, correspondance) En Chine, il ne se passe pas un jour sans que des ouvriers organisent un débrayage. Sur le seul mois de janvier, China Labour Bulletin (CLB) a relevé 53 arrêts de travail et autres manifestations. Le PIB vert est-il sur le point de naître Présenté à l’occasion de la conférence sur le développement durable Rio+20 par le Programme des Nations unies (PNUE), le PIB vert intitulé « Inclusive wealth index » (IWI - indice de richesse globale) répondra-t-il aux attentes de ceux, nombreux, qui demandent une alternative au traditionnel PIB ? Le débat, engagé en France par la Commission Stiglitz-Fitoussi en 2009, n’a cessé de se poursuivre dans plusieurs instances internationales – Organisation de coopération et de développement économique notamment – et jusqu’aux Nations unies récemment, avec la venue du Premier ministre du Bhoutan pour une conférence spéciale sur le thème « Bien-être et bonheur : définir un nouveau paradigme économique ». « Mesurer la durabilité de la croissance des Etats » La conséquence immédiate de cet indice se trouve dans le rapport que le PNUE a publié sur l’état des ressources des 20 pays (1) représentant 56% de la population mondiale et trois-quarts du PIB de la planète.

Votation du 14 juin: 2% de super-riches se partagent 98% du gâteau Votation du 14 juin D’après un sondage diffusé aujourd’hui par l’USS, les Suisses n'ont pas conscience de la grande disparité de la répartition de la fortune dans le pays. Ce qu’elle veut démontrer, vidéo à l’appui. Vidéo: Samuel Borges-Fotolia Signaler une erreur L'économie bleue : "potentiellement, on pourrait doubler" PAPEETE, le 14 juin 2016- La Polynésie française est probablement le territoire au monde qui a le plus gros potentiel de développement dans ce qu'on appelle l'économie bleue. Mais un état des lieux montre que nous sommes très loin de l'utiliser pleinement. Ce jeudi 14 juin, une conférence organisée par les économistes et statisticiens du Cerom ambitionnait de faire le point sur l'économie bleue en Polynésie française.

Valeur ajoutée "Toupictionnaire" : le dictionnaire de politique Définition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée est un indicateur économique qui mesure la valeur ou la richesse créée par une entreprise, un secteur d'activité ou un agent économique au cours d'une période donnée. La valeur ajoutée est définie comme la différence entre la valeur finale de la production (valorisée par le chiffre d'affaires) et la valeur des biens qui ont été consommés par le processus de production (consommations intermédiaires, comme les matières premières). Elle quantifie l'accroissement de valeur que l'entreprise apporte du fait de son activité aux biens et services intermédiaires qui proviennent de tiers (ses fournisseurs). La richesse ainsi produite par l'entreprise est répartie entre les salariés (salaires), l'Etat (impôts et taxes), les actionnaires (dividendes), les prêteurs (intérêts d'emprunt) et l'entreprise (investissements, développement).

Quels sont les pays les plus et les moins inégalitaires ? Il ne s’agira ici que des inégalités de revenu. Pour cet exercice, on est totalement dépendant des bases de données mondiales. La moins mauvaise, que j’ai utilisée, est sans doute celle de la Banque mondiale. L’économie bleue : 5 % du chiffre d’affaires global du Pays en 2015 De nombreux acteurs du secteur maritime et économique ont assisté, mardi matin, à une présentation de “l’analyse inédite du poids de l’économie bleue dans l’économie du Pays”. (Crédit Pascal Martin) En 2015, hors tourisme, l’économie maritime a généré un chiffre d’affaires de 39 milliards de francs, soit 5 % du chiffre d’affaires global du Pays. L’économie bleue concentre 4850 emplois directs répartis dans 7 % des entreprises du pays. Un quart des dépenses des touristes serait directement lié à la mer, apportant ainsi 11,7 milliards de francs de recettes au Pays, principalement via l’industrie de la croisière.

Le partage de la valeur ajoutée en France : vers un renforcement des inégalités ? Cependant, la richesse créée par les entreprises ne se répartit pas uniquement entre salaire et fonctionnement des entreprises, mais intègre également le remboursement des emprunts, le versement des dividendes, et les impôts et taxes à destination de l'État et des collectivités territoriales. Ces dernières années, le débat s'est cristallisé sur l'importance que prenaient les dividendes dans la répartition de la richesse des entreprises. L'importance des débats sur le partage de la valeur ajoutée nécessite d'étudier ses évolutions. Ainsi, comment a évolué la part des différentes composantes de la répartition de la richesse produite par les entreprises ? La part de la rémunération des salariés est-elle restée stable ? Qu'en est-il pour les dividendes ?

En Europe, les riches se portent bien Dans un récent rapport, publié le 9 septembre, l’ONG britannique Oxfam pointe un accroissement des inégalités en Europe. En témoigne la hausse du nombre de milliardaires. Ils sont 342 à résider en Europe, selon Forbes, et détiennent au total une fortune combinée de 1500 milliards de dollars. Objectifs de développement Dans toutes les régions du monde, des voix s’élèvent pour demander un leadership et des mesures à l’échelle internationale pour lutter contre la pauvreté, l’inégalité et le changement climatique. En septembre 2015, les dirigeants du monde se sont réunis au Siège des Nations Unies à New York pour adopter un nouveau programme en matière de développement durable. Ce nouvel agenda pour 2030 comprend 17 nouveaux objectifs de développement durable (ODD), ou objectifs mondiaux, qui guideront la politique et le financement du développement pour les 15 prochaines années, en commençant par un engagement historique pour éradiquer la pauvreté. Partout.

Related: