background preloader

Antonin Léonard : "Un âge 2 de l'économie collaborative se dessine"

Antonin Léonard : "Un âge 2 de l'économie collaborative se dessine"
Antonin Léonard au OuiShare Fest (crédit : Consumo Colaborativo / Flickr) We Demain : Le 20 mai, vous inaugurerez à Paris la troisième édition OuiShare Fest. Que nous réserve ce rassemblement des acteurs de l'économie collaborative ? Antonin Léonard : Le programme a été co-construit avec la communauté mondiale de OuiShare, qui nous a soumis plus de 200 contributions. Il est organisé autour de douze grandes questions, telles que "économie collaborative et développement durable", "travailler avec des robots"... Il y aura des keynotes, des workshops, de la musique. © OuiShare Le choix d'un tel titre ne témoigne-t-il pas aussi d'un certain désenchantement à l'égard de l'économie collaborative ? Les politiques prennent-ils la mesure des enjeux ? Il s'est passé cinq ans depuis le moment où l'étudiant Antonin Léonard ouvrait un blog sur la consommation collaborative et aujourd'hui, où le mot "collaboratif" est sur toutes les langues. Journaliste à We Demain @Come_Bastin

http://www.wedemain.fr/Antonin-Leonard-Un-age-2-de-l-economie-collaborative-se-dessine_a1027.html

Related:  A lireEcoCoContributive et décentraliséeDéfi 4 - Imbriquer la multitude des solutions de solution

OuiShare Fest : l’économie du partage en pleine crise existentielle Après l’euphorie des débuts en 2013, l’obsession des communautés en 2014, l’édition 2015 du OuiShare Fest (du 20 au 22 mai à Paris) marque une nouvelle étape, celle de la crise existentielle, voire d’adolescence (tout grandit si vite avec le numérique). Le thème "Lost in Transition" n’est pas anecdotique. Les organisateurs et leur réseau de "collecteurs" ont en effet conscience que l’économie collaborative, ou "sharing economy", ne tient pas forcément toutes ses promesses. "On se demande où l’on va après les premiers succès et les premiers échecs, résume un organisateur. Quelle direction, quel chemin doit prendre ce mouvement ?"

Le premier téléphérique urbain verra bien le jour à Brest - Transport et infrastructures Contrairement à ce qui a pu parfois être écrit à la suite de l’abandon de l’écotaxe, le projet de téléphérique urbain reliant le centre-ville au nouveau quartier des Capucins verra bien le jour. Le groupement lauréat de la consultation sera connu mi-novembre. Il était prévu fin 2015, mais ce ne sera finalement que courant 2016 que les Brestois pourront traverser la Penfeld en trois minutes pour rejoindre le nouvel écoquartier de 15 ha en cours de construction sur le plateau des Capucins, libéré par la marine nationale. Quelques petits mois de retard qui n’inquiètent pas Brest Métropole Océane (BMO) à l’origine de ce projet, donné mort-né pour certains. Objet de vives critiques pendant la campagne municipale, encore susceptible de ne pas recevoir de subvention de l’Etat après la déroute de l’écotaxe, « le premier téléphérique urbain de France verra bien le jour à Brest » confirme Alain Masson, vice-président de BMO en charge des grands projets. Un projet plus cher

Blockchain : de quoi parle-t-on ? "La Blockchain, c'est un peu comme le gluten : tout le monde en parle, mais personne ne sait vraiment de quoi il s'agit", ironisait récemment Tim Swanson, directeur d'études de marché chez R3CEV. Mais derrière la "hype" supposée, que se cache-t-il derrière cette -pas si- nouvelle technologie qui affole les milieux de la finance, du droit et du libre ? Hacktiviste, artiste et chercheuse entre le Cersa (département du CNRS) et le Berkman Center (rattaché à l'Université d'Harvard), Primavera de Filippi concentre ses travaux sur les enjeux du droit liés à la Blockchain. Rencontre.

Millénaire 3 - Les mobilités comme modèle d'évolution Le jour de mai 2006 où Vélo’v fut livré à Lyon, le système informatique de l’opérateur eut du mal à suivre tant les Lyonnais se précipitèrent massivement vers les vélos en libre-service. Pourquoi ? Parce qu’ils avaient eu le temps d’intégrer cette offre qu’ils voyaient se construire sous leurs yeux depuis quelques mois. Ils ont dès lors adopté spontanément cette commodité qui participait de leurs organisations de déplacement et facilitait leur mobilité. Cette dernière est sans doute le champ où la confrontation entre l’offre innovante et l’agilité de la demande est le plus spectaculaire, celui où la ville servicielle se construit de manière la plus évidente. Cette démarche itérative conduit à réfléchir en permanence sur les services de mobilité, ce qu’ils changent dans le quotidien des citadins, ce qu’ils transforment dans la ville.

L’humain au défi du numérique, par Jacques-François Marchandise On a l’habitude de parler de numérique avec des grands mots comme “révolution“, par exemple ; moi, je n’utilise pas ces mots-là et je préfère souvent parler de transition. JF Marchandise pose la question des changements systémiques que provoque le numérique, « d’une transformation d’ensemble qui va changer le jeu d’acteurs ». Dans ce monde transformé par le numérique, JF Marchandise avoue n’être pas persuadé de la causalité numérique. L’autopartage : un service au coeur de la mobilité urbaine La ville et ses acteurs mettent en place un bouquet de solutions de mobilité ingénieuses pour répondre à des enjeux aussi bien environnementaux que sociaux. Parmi ces solutions, l’autopartage, qui consiste à mettre à disposition de plusieurs usagers une même voiture, permet à la fois de réduire l’empreinte de la voiture dans la ville (espace occupé et émission de gaz à effet de serre) et de rendre la voiture accessible au plus grand nombre. L’autopartage a connu un regain d’intérêt sous l’impulsion de progrès technologiques tels que la RFID, les télématiques embarquées….

#Technologie : 10 applications pour mieux comprendre les caractéristiques de la Blockchain Suite à la conférence « Bl0ckcha1n » qui s’est tenue le 3 novembre dernier, la rédaction de Maddyness s’est intéressée à un phénomène grandissant dans l’univers technologique : la Blockchain. Cette expression, pouvant être traduite par « chaine de bloc », représente la base de données des échanges d’une application décentralisée. La plus connue à ce jour est celle du Bitcoin, dont la technologie d’enregistrement des transactions pourrait réinventer le métier des banques. Au-delà des protocoles bancaires, la technologie blockchain pourrait être appliquée à différentes applications sur la conjonction de trois concepts : le fonctionnement grâce à un réseau P2P, des données publiques et anonymes ainsi qu’un fonctionnement décentralisé et sécurisé.

Grenoble - Métromobilité : la Métropole se dote d'un "coach" mobilité unique en France Un nouveau site Internet, une nouvelle application mobile... Ce mardi 27 janvier à la Belle Électrique, la nouvelle Métropole et le Syndicat mixte des transports en commun (SMTC) ont lancé « Métromobilité », un service unique en France. Créé en partenariat avec l’ensemble des gestionnaires des réseaux de déplacement du territoire (Tag, Transisère, Métrovélo, Cité lib, Ter, Écovoiturage), ce service permet désormais de mieux répondre aux besoins en déplacement des 450 000 habitants de l’agglomération. métromobilité.fr : votre mobilité en un clic ! Le site Internet "Métromobilité" est désormais doté, entre autres, de 4 outils majeurs : "le calculateur d’itinéraires", "l’infotrafic en temps réels", "le prochain passage" et "le système d’alertes personnalisées". L'application "M" : tous vos modes de transport dans la poche

Related: