background preloader

Structured Query Language - Wikipédia

Structured Query Language - Wikipédia
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. SQL (sigle de Structured Query Language, en français langage de requête structurée) est un langage informatique normalisé servant à exploiter des bases de données relationnelles. La partie langage de manipulation des données de SQL permet de rechercher, d'ajouter, de modifier ou de supprimer des données dans les bases de données relationnelles. Outre le langage de manipulation des données, la partie langage de définition des données permet de créer et de modifier l'organisation des données dans la base de données, la partie langage de contrôle de transaction permet de commencer et de terminer des transactions, et la partie langage de contrôle des données permet d'autoriser ou d'interdire l'accès à certaines données à certaines personnes. Créé en 1974, normalisé depuis 1986, le langage est reconnu par la grande majorité des systèmes de gestion de bases de données relationnelles (abrégé SGBDR) du marché. En 1979, Relational Software, Inc. Related:  BOX n°3Veille logiciels et outils associés

MySQL Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. MySQL est un système de gestion de base de données relationnelle (SGBDR). Il est distribué sous une double licence GPL et propriétaire. Il fait partie des logiciels de gestion de base de données les plus utilisés au monde[1], autant par le grand public (applications web principalement) que par des professionnels, en concurrence avec Oracle, Informix et Microsoft SQL Server. Son nom vient du prénom de la fille du cocréateur Michael Widenius, My. MySQL AB a été acheté le par Sun Microsystems pour un milliard de dollars américains[2]. Depuis mai 2009, son créateur Michael Widenius a créé MariaDB pour continuer son développement en tant que projet Open Source. Caractéristiques[modifier | modifier le code] C'est un logiciel libre développé sous double licence selon qu'il est distribué avec un produit libre ou avec un produit propriétaire. Systèmes d'exploitation supportés[modifier | modifier le code] Utilisation[modifier | modifier le code]

Daemon (informatique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Démon. Le terme daemon semble être introduit en 1963 par les concepteurs de CTSS du MIT, en réponse au « dragon », terme employé par les concepteurs d'ITS. Le rétro-acronyme Disk And Execution MONitor (moniteur de disque et d'exécution) a été inventé pour justifier le terme daemon après qu'il fut devenu populaire[1],[2]. Les démons sont souvent démarrés lors du chargement du système d'exploitation, et servent en général à répondre à des requêtes du réseau, à l'activité du matériel ou à d'autres programmes en exécutant certaines tâches. Les programmes serveurs réseau, qui doivent fonctionner en permanence, sont des démons. Les noms des logiciels serveurs se terminent souvent par un d comme daemon. Les démons peuvent aussi être utilisés pour configurer le matériel (comme devfsd sur les systèmes GNU/Linux), exécuter des tâches répétitives (comme crond) ou effectuer une variété d'autres tâches.

Le SQL de A à Z - Fonctions SQL Le présent tableau fait une synthèse des fonctions de la norme SQL (1992 à 2008), mais aussi des fonctions que l'on trouve dans les principaux dialectes des SGBDR que sont Paradox, Access, MySQL, PostGreSQL, SQL Server, Oracle et InterBase.Ce tableau ne prétend pas à l'exhaustivité mais permet la comparaison de l'implémentation des fonctions du SQL dans différents dialectes. Article lu 99558 fois. Légende : O : OuiN : NonX : Existe mais syntaxe hors norme! 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 1.7. 1.8. 1.9. 1.10. 1.11. 1.12. Copyright © 2009 Frédéric Brouard. Introduction au langage SQL - Apprenez à programmer en VB .NET Grâce au langage SQL, vous pourrez rechercher certains enregistrements afin de les extraire, dans l'ordre dans lequel vous souhaitez les extraire. Par exemple, vous pouvez créer une instruction SQL qui extrait les informations de plusieurs tables simultanément, ou alors un enregistrement spécifique. Pour ce faire, nous allons utiliser l'instruction SELECT : cette instruction est utilisée pour renvoyer des champs spécifiques d'une ou de plusieurs tables de la base de données. Par exemple, cette instruction… SELECT Artiste, Titre FROM Musiques … renverra la liste des Artistes et des Titres de tous les enregistrements de la table Musiques. Vous pouvez aussi utiliser le symbole « * » à la place de la liste des champs pour lesquels vous souhaitez la valeur : SELECT * FROM Musiques Ainsi, cette requête vous renverra un tableau contenant toutes les informations sur toutes les musiques présentes dans la table. Nous pouvons aussi limiter le nombre d'enregistrements sélectionnés. La clause WHERE

PHP PHP: Hypertext Preprocessor [3], plus connu sous son sigle PHP a permis de créer un grand nombre de sites web célèbres, comme Facebook, Wikipédia, etc.[5] Il est considéré comme une des bases de la création de sites web dits dynamiques mais également des applications web. Histoire[modifier | modifier le code] Utilisation[modifier | modifier le code] Répartition des langages côté serveur des sites web, le 28 avril 2016. En 2002, PHP est utilisé par plus de 8 millions de sites Web à travers le monde[9], en 2007 par plus de 20 millions[10] et en 2013 par plus de 244 millions[11]. De plus, PHP est devenu le langage de programmation web côté serveur le plus utilisé depuis plusieurs années : Enfin en 2010, PHP est le langage dont les logiciels open source sont les plus utilisés dans les entreprises, avec 57 % de taux de pénétration[14]. Versions[modifier | modifier le code] La version actuelle est la version 7.2.9, sortie le 16 août 2018[15]. Depuis la sortie de PHP 5.6, la configuration est : <? <? <? <?

Ingres (base de données) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ingres ou Actian est un système de gestion de base de données (SGBD) relationnel. Ingres signifie : INtelligent Graphic RElational System[1]. Son concepteur, Michael Stonebraker, décida de recommencer le développement à partir de zéro en 1985, mais en continuant à développer les idées d’Ingres. Il se lança dans un projet post-Ingres, qui fut d'abord nommé Postgres, puis, à partir de 1995, PostgreSQL. Détenu entre 1994 et 2005 par Computer Associates[2], et revendu depuis à un fonds d'investissement, Ingres est devenu un logiciel libre en 2004 ; sa licence est depuis lors la licence publique générale GNU. Sa dénomination commerciale a changé quasiment à chaque nouvelle version. Ingres 6.4OpenIngres 1.0Ingres II 2.0Advantage Ingres 2.6Ingres r3Ingres 2006 (9.0)Ingres 9.2Ingres 10.0 Ingres était commercialisé et fonctionne essentiellement sur des systèmes UNIX (particulièrement Linux), Microsoft Windows et VMS.

Système de gestion de base de données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En informatique un système de gestion de base de données (abr. SGBD) est un logiciel système destiné à stocker et à partager des informations dans une base de données, en garantissant la qualité, la pérennité et la confidentialité des informations, tout en cachant la complexité des opérations. Un SGBD (en anglais DBMS pour database management system) permet d'inscrire, de retrouver, de modifier, de trier, de transformer ou d'imprimer les informations de la base de données. Les systèmes de gestion de base de données sont des logiciels universels, indépendants de l'usage qui est fait des bases de données[2]. En 2011 la majorité des SGBD du marché manipulent des bases de données relationnelles. But visé[modifier | modifier le code] Les SGBD sont les logiciels intermédiaires entre les utilisateurs et les bases de données. Les données sont enregistrées sous forme de suites de bits représentant des lettres, des nombres, des couleurs, des formes,...

Les meilleurs tutoriels SQL SQL Tutorial Système de gestion de contenu Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir SGC et CMS. Un système de gestion de contenu ou SGC (content management system ou CMS en anglais) est une famille de logiciels destinés à la conception et à la mise à jour dynamique de sites Web ou d'applications multimédia. Ils partagent les fonctionnalités suivantes : Lorsque le SGC gère du contenu dynamique, on parle de système de gestion de contenu dynamique ou SGCD (Dynamic Content Management System ou DCMS). Les SGC ne doivent pas être confondus avec les systèmes de gestion électronique des documents (GED) qui permettent de réaliser la gestion de contenu dans l'entreprise (notamment le cycle de vie des documents). Fonctions communes[modifier | modifier le code] Pour arriver à offrir les fonctionnalités citées plus haut la conception se fonde assez souvent sur les mécanismes suivants : Utilisation d'interface web - SGC[modifier | modifier le code] C'est un principe fondateur de la gestion de contenu :

PostgreSQL Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. PostgreSQL est un système de gestion de base de données relationnelle et objet (SGBDRO). C'est un outil libre disponible selon les termes d'une licence de type BSD. Histoire[modifier | modifier le code] Principales caractéristiques[modifier | modifier le code] Ce SGBDRO utilise des types de données modernes, dit composés ou enrichis suivant les terminologies utilisées dans le vocable informatique usuel. PostgreSQL est largement reconnu pour son comportement stable, proche de Oracle, mais aussi pour ses possibilités de programmation étendues, directement dans le moteur de la base de données, via PL/pgSQL. Outils d'administration[modifier | modifier le code] Interfaces utilisateurs[modifier | modifier le code] Outils connexes[modifier | modifier le code] DBLink est un module permettant de travailler sur deux bases différentes.ECPG est un outil de SQL embarqué.PostGIS est le module spatial qui confère à PostgreSQL le statut de SGDBR spatial.

Interface graphique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir GUI. Quelques widgets typiques Les interfaces graphiques sont mises en œuvre par un ensemble de logiciels souvent inclus dans les systèmes d'exploitation. Histoire[modifier | modifier le code] En 1970, les ordinateurs se manipulent en tapant au clavier des phrases indiquant les opérations et les noms des objets à manipuler - c'est l'interface en ligne de commande. Le Xerox Star, est un ordinateur créé par Xerox en 1981. Principes[modifier | modifier le code] L'utilisation du dispositif de pointage en lieu et place du clavier permet d'éviter de transcrire les opérations, évitant ainsi l'apprentissage du lexique et de la syntaxe de commandes et les erreurs de dactylographie. User-friendly (traduction: amical avec l'usager), est une qualité attribuée aux interfaces homme-machine. L'interface utilisateur fait analogie à des objets familiers en vue de faciliter l'apprentissage. ↑ a et b (en) Ronald M.

SQL Oracle : requêtes avancées Lorsqu'une sous-requête ramène plusieur lignes l'utilisation de l'opérateur '=' dans la clause WHERE provoque une erreur. On utilisera alors des opérateurs spéciaux : - ALL : compare à toutes les valeurs d'une liste ou d'une requête (doit suivre l'un des opérateurs suivants : =, !=, >, <, <=, >= - IN : égal à n'importe laquelle des valeurs (équivallent à '=ANY' ) - ANY : compare à au moins une des valeurs de la liste ou du select (opérateurs idem à ALL) - WHERE EXISTS : vrai si la sous-requête retourne au moins une ligne, n'est pas précédé d'un opérateur... SQL> select ename,sal from emp 2 where sal > any (select sal from emp where deptno=10); ENAME SAL ---------- --------- ALLEN 1600 JONES 2975 BLAKE 2850 CLARK 2450 SCOTT 3000 KING 5000 TURNER 1500 FORD 3000 8 ligne(s) sélectionnée(s). ANY est différent de ALL, ainsi la requête suivante ne ramêne pas de ligne ! SQL> select ename from emp where sal > all (select sal from emp where job = 'MANAGER'); update Exemples insert forme générale

Related:  Langage SQLSQLPROCESSUS 7