background preloader

Portail:Économie

Portail:Économie
Cependant, le mot est polysémique. L’économie est le concept étudié par les sciences économiques, celles-ci prenant appui sur des théories économiques, et sur la gestion pour sa mise en pratique. Le terme « d’économie » (economics en anglais), au sens uniquement d’économie politique, a été popularisé par les économistes néoclassiques tel qu’Alfred Marshall. Le mot « économie » devient alors, de façon concise, synonyme de « science économique » et peut être considéré comme substitut de l’expression « économie politique ». Cela correspond à l’influence notable des méthodes mathématiques utilisées dans le domaine des sciences naturelles. L’économie au sens moderne du terme commence à s’imposer à partir des mercantilistes et développe à partir d’Adam Smith un important corpus analytique qui est généralement scindée en deux grandes branches : la microéconomie ou étude des comportements individuels et la macroéconomie qui émerge dans l’entre-deux-guerres. Lire la suite Related:  Theories

Portail:Management Problèmes pour faire un don? | Autres façons de donner | Foire aux questions | En donnant, vous acceptez notre politique de confidentialité du donateur. La Fondation Wikimédia est une organisation à but non lucratif, exonérée de taxes aux États-Unis.By donating, you are agreeing to our donor privacy policy and to sharing your information with the Wikimedia Foundation and its service providers in the U.S. and elsewhere. Si chacun de nous donnait $3, la levée de fonds serait achevée en une heure. Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Banque d'investissement Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une banque d'investissement est une banque, ou une division de la banque, qui rassemble l'ensemble des activités de conseil, d'intermédiation et d'exécution ayant trait aux opérations dites de haut de bilan (introduction en Bourse, émission de dette, fusion/acquisition) de grands clients corporate (entreprises, investisseurs, mais aussi États…). Ces activités sont généralement scindées en entités distinctes, habituellement désignées par des anglicismes : les opérations de Corporate Finance (finance d'entreprise), de Global Capital Markets (marchés financiers), et de Structured Finance (opérations de financement). On différencie parfois la banque d'investissement (investment banking en anglais) de la banque d'affaires (corporate banking) en attribuant à la première les activités de marchés et à la seconde celles de finance d'entreprise. §Détail des activités[modifier | modifier le code] §Déontologie[modifier | modifier le code]

Théorie de la valeur (marxisme) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour rendre la valeur travail compatible avec un taux de plus-value uniforme parmi les industries, Marx radicalise la division du capital introduite par Adam Smith. Il distingue la part nécessaire au paiement des salaires capital variable (de), du reste, le capital fixe : immobilier (terre, locaux), outils de production (machines), matières premières ou produits intermédiaires… Selon Marx, seul le travail permet une augmentation du capital, d'où le terme variable. Cette décomposition permet de poser les bases d'un concept de valeur-travail compatible un taux uniforme des profits. (voir Le problème de transformation chez Marx (en)) Marx reprend la théorie classique[2] de la valeur travail afin de montrer les contradictions dans les raisonnements de ces auteurs libéraux. L'utilité d'un bien (sa « valeur d'usage ») n'est pas déterminante pour expliquer la valeur d'un bien. Le travail concret est le travail produisant de la valeur d'usage.

David Ricardo David Ricardo, né le 18 avril 1772 à Londres et mort le 11 septembre 1823 à Gatcombe Park, est un économiste et philosophe britannique, également agent de change et député. Il est considéré comme l'un des économistes libéraux les plus influents de l'école classique aux côtés d'Adam Smith et de Thomas Malthus. Biographie[modifier | modifier le code] Jeunesse[modifier | modifier le code] David Ricardo est le troisième des dix-sept enfants d'une famille bourgeoise de financiers juifs (d'origine portugaise), ayant émigré des Pays-Bas vers l'Angleterre juste avant sa naissance. À quatorze ans, David Ricardo rejoint son père à la Bourse de Londres, où il commence à apprendre le fonctionnement de la finance. Ricardo rejette le judaïsme orthodoxe de sa famille et s'enfuit à l'âge de 21 ans avec une quaker, Priscilla Anne Wilkinson, qu'il vient d'épouser. Financier : praticien et théoricien[modifier | modifier le code] Le député[modifier | modifier le code] L'économiste[modifier | modifier le code]

Les Unes des journaux de France. Toute la presse d'aujourd'hui. Kiosko.net Portail:Entreprises Problèmes pour faire un don? | Autres façons de donner | Foire aux questions | En donnant, vous acceptez notre politique de confidentialité du donateur. La Fondation Wikimédia est une organisation à but non lucratif, exonérée de taxes aux États-Unis.By donating, you are agreeing to our donor privacy policy and to sharing your information with the Wikimedia Foundation and its service providers in the U.S. and elsewhere. The Wikimedia Foundation is a nonprofit, tax-exempt organization.En faisant ce don, vous acceptez notre politique de confidentialité en matière de donation ainsi que de partager vos données personnelles avec la Fondation Wikimédia et ses prestataires de services situés aux Etats-Unis et ailleurs.*Les versements périodiques seront débités par la Fondation Wikimédia jusqu‘à ce que vous nous indiquiez d‘arrêter. Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. modifierLumière sur Lire la suite Autres articles sélectionnés au sein du portail Entreprises modifierSélection

Goldman Sachs Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. The Goldman Sachs Group, Inc. Histoire[modifier | modifier le code] 1869–1894 : Marcus Goldman[modifier | modifier le code] Goldman Sachs est fondée en 1869 par Marcus Goldman sous le nom de Marcus Goldman & Co.[2]. En 1882, Goldman invite son gendre Samuel Sachs à rejoindre l'entreprise et rebaptise cette dernière M. 1894-1930 : Samuel Sachs[modifier | modifier le code] En 1894, Samuel Sachs remplace son beau père Marcus Goldman à la tête de la société. Au début du vingtième siècle, Goldman joue un rôle dans la création des règles d'introduction en bourse (initial public offering, IPO). Le 4 décembre 1928, la société crée le Goldman Sachs Trading Corp., une société d'investissement à capital fixe (en) avec des propriétés similaires à celles d'une chaîne de Ponzi[6]. Senator Couzens: Did Goldman, Sachs and Company organize the Goldman Sachs Trading Corporation? 1930-1969 : Sidney Weinberg[modifier | modifier le code] 1976-1990 : John C.

Théorie du commerce international Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie du commerce international comprend deux branches essentielles. La première est fondée sur la pensée classique inspirée de David Ricardo, et la seconde s'inspire des outils de l'organisation industrielle et de l'économie géographique. Les théories classiques[modifier | modifier le code] Théorie des avantages absolus[modifier | modifier le code] Cherchant à défendre l'idée du libre échange, Adam Smith montre, à la fin du XVIIIe siècle, en 1776, qu'un pays ne doit pas hésiter à acheter à l'extérieur ce que les producteurs étrangers peuvent produire à meilleur compte que les producteurs nationaux. La théorie des avantages absolus exclut l'échange réciproque entre pays ayant des niveaux très différents de développement. Théorie ricardienne des avantages comparatifs[modifier | modifier le code] La théorie ricardienne des avantages comparatifs lie le commerce international à des différences de technologie de production entre les pays.

Keynésianisme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le keynésianisme est une école de pensée économique fondée par l'économiste britannique John Maynard Keynes. Pour les keynésiens, les marchés laissés à eux-mêmes ne conduisent pas forcément à l'optimum économique. En outre, l'État a un rôle à jouer dans le domaine économique notamment dans le cadre de politique de relance. Toutefois, l'importance de ce rôle varie avec les courants keynésiens et avec les traditions étatiques des différents pays. Les courants dominants actuels sont la synthèse néo-classique nommée aussi néokeynésianisme et la nouvelle économie keynésienne. Pour Alan Blinder[1] le keynésianisme s'articule autour de six principaux traits dont trois concernent le fonctionnement de l'économie et trois les politiques économiques. À partir de là, les keynésiens avancent trois principes de politique économique : Les grands traits du keynésianisme[modifier | modifier le code] Demande effective et loi de Say[modifier | modifier le code]

Related:  Attaché 2007