background preloader

La pédagogie inversée : recherche sur la pratique de la classe inversée au lycée

La pédagogie inversée : recherche sur la pratique de la classe inversée au lycée
Vincent FAILLET 1. Introduction Bien que la formalisation de la classe inversée soit relativement récente, un certain nombre de travaux ont étudié cette approche pédagogique. La présente recherche s’inscrit dans la continuité des conclusions de Bissonnette et Clermont et tâchera d’apporter un éclairage expérimental sur une pratique de classe inversée dans le secondaire, en lycée. Il s’agira notamment d’estimer les effets de l’apprentissage inversé sur le rendement des élèves. 2. Notre étude concerne deux classes de première scientifique (n1=28 et n2=30) qui ont été suivies sur une année scolaire dans un lycée parisien. Chaque cours commençait par un rapide contrôle – comme cela est souvent d’usage en classe inversée – qui permettait à l’enseignant d’apprécier, a posteriori, le niveau de connaissance effectif des élèves sur la leçon distribuée. 3. Les figures 2a et 2b en annexe reportent les indices de performance en classe inversée pour chaque élève de chaque classe. 4. 4.1. 4.2. Facile.

http://sticef.univ-lemans.fr/num/vol2014/23r-faillet/sticef_2014_faillet_23r.htm

Related:  Les enjeuxflipper classroomFlipp class/Classe InverséeTClasse inversée

Mobiliser pour de bon l’attention des élèves, un défi pour l’école d’aujourd’hui Tenez, profitez donc un peu de l’été pour échanger avec vos ados ou ceux de vos amis si vous n’avez pas ou plus l’âge… Ils sont en général plus disponibles, plus reposés — quoique ! —, moins préoccupés par les contingences matérielles, à l’exception peut-être de leur bronzage dont ils n’arrivent pas vraiment à parfaire la finition. Posez-leur des questions sur leur collège, leurs professeurs ou, pour les plus grands, le lycée, le baccalauréat, tout ça… Au début, ils vont détester et vous saurez précisément à ce moment-là ce qu’est un adolescent renfrogné.

Classe inversée : des résultats scolaires nettement supérieurs Au Calhoun Community College, en Alabama, les étudiants sont responsables de connaître la matière avant d’arriver en classe. Sur place, ils travaillent ensemble sur des projets leur permettant de progresser dans leurs apprentissages, tout en menant des discussions significatives avec l’enseignant. Bienvenue à l’ère de la classe inversée! Inversons la classe ! Repenser l’enseignement à tout niveau Inspirée par cette expérience Outre-Atlantique, elle décide à son retour en France en 2013, d’explorer le terrain des usages en classe ; au départ sous forme d’Amicale, elle crée en 2014 l’association « Inversons la classe ! ». Au démarrage, elle répertorie les enseignants qui utilisent la classe inversée et crée une documentation sous forme d’entretiens « pour les faire parler de leur pratique et mettre ses entretiens à disposition sur un site internet » . Puis des discussions sur Twitter, des « Twittchats » se sont mises en place deux fois par mois. Récemment, en juillet 2015, a eu lieu le CLIC 2015 au lycée Montaigne à Paris « où nous avons réuni environ cinquante intervenants pour partager, échanger, mutualiser et informer sur la classe inversée et toutes ses variétés ».

Redoublement, nouveaux programmes : quand les pédagos brassent du vide FIGAROVOX/HUMEUR - Jean-Sébastien Philippart s'inquiète de la dérive «pédagogiste» de l'école qui a réduit le «savoir» au «savoir-faire», voire au «savoir-être». Un nivellement par le bas qui pénalise d'abord les enfants issus d'un milieu modeste. Jean-Sébastien Philippart est conférencier à l'Ecole supérieure des arts de Bruxelles. En Belgique comme en France, depuis des années, le fantasme de la suppression du redoublement à l'école est un sujet récurrent dans le discours institutionnel. La logique paraît limpide: puisque les systèmes produisant les moins bons résultats scolaires sont les mêmes qui présentent un taux élevé en matière de redoublement, en supprimant celui-ci, comme chez nos voisins scandinaves, on devrait pouvoir s'attendre à de meilleurs résultats.

Clin d’oeil sur la recherche! Futurs enseignants et classe inversée Pour souligner la fin de la session d’hiver 2016, Profweb a invité ses 3 collaborateurs du DESS en enseignement collégial à résumer un article de leur choix paru dans un numéro spécial de la Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur (RIPES) et portant sur l’usage du numérique en enseignement. Voici ce qui a retenu l’attention d’Alexandre Dal-Pan, enseignant de biologie au Cégep Garneau. L’effervescence grandissante autour des pédagogies inversées amène avec elle la « nécessité de recueillir des données probantes et scientifiquement valides pour la viabilité du dispositif de formation du type « classe inversée ». C’est dans ce contexte qu’Isabelle Nizet et Florian Meyer, 2 enseignants chercheurs membres de PeDTICE (Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke), ont mené cette étude. Cadre théorique et contexte pratique de l'étude Selon cette approche, un enseignant pourra :

La violence institutionnelle ordinaire de l’école Extrait de « l’école de la simplexité », TheBookEdition.com Un problème qui n’est pas celui d’une école de 3ème type. le texte en .pdf : Extrait_Violence « Violence » est un terme qui fait la une des médias depuis la fin du XXème siècle. Curieusement surtout lorsqu’il est associé à l’école ou aux « jeunes »[1]. Lorsque c’est plus général, on parle d’insécurité… en période électorale. Au Canada, une nouvelle pédagogie pour aider les élèves - 10 janvier 2013 "Bonjour, ici Madame Annick". Celle qui s’exprime ainsi sur une vidéo YouTube avec un joli accent canadien n’est pas une animatrice de la télé, mais professeure de maths, d’histoire et d’anglais dans une école publique, l’école Le Mascaret à Moncton, à l’extrême sud-est du Canada. Annick Arsenault Carter, 41 ans, adresse ses leçons (environ 10 minutes) sur les probabilités, les diagrammes circulaires ou les décimales à ses élèves de 7e (11-12 ans).

Le sentiment d'efficacité personnelle dans l'apprentissage et la formation : quel rôle joue-t-il ? D'où vient-il ? Comment intervenir S’inscrivant dans une longue tradition de recherche (Atkinson, 1964 ; Vroom, 1964), le concept de sentiment d’efficacité personnel partage, avec la plupart des conceptions actuelles de la motivation en formation, l’idée que les croyances qu’a l’apprenant en ses capacités à réussir joue un rôle crucial dans son engagement et ses performances. Même si chaque conception théorique a ses propres spécificités, l’importance du sentiment de compétence ou de contrôle constitue un point commun majeur de la plupart des courants de recherche en psychologie de l’éducation (Bong & Skaalvik, 2003 ; Wiegfield & Eccles, 2002 ; Viau, 1994). Les mesures développées dans ces différents courants de recherche sont d’ailleurs souvent empiriquement très proches. C’est pourquoi ce texte inclura aussi des études traitant de la compétence perçue ou du concept de soi et pas seulement du sentiment d’efficacité.

Meirieu : Du bon usage des « innovations » Le numéro spécial de rentrée de la Revue « Sciences humaines » (n° 263) propose un dossier sur le thème « Éduquer au XXIème ». Ce dernier se conclut par un article de Sylvain Marcelli présentant « Huit idées pour réinventer l’école » (1). L’auteur nous prévient qu’il s’agit là, d’ailleurs, plutôt d’ « innovations » que d’ « expérimentations » au sens strict, dans la mesure où c’est bien leur caractère inventif plutôt que l’évaluation de leurs effets positifs sur les progrès des élèves et la cohérence de l’école qui est mise en avant (2)… Loin de moi, pourtant, de suspecter a priori les innovateurs. Je fais, tout au contraire, partie de ceux qui s’agacent particulièrement de voir ces innovateurs faire l’objet d’une sorte de quête inquisitoriale de « résultats » alors qu’à côté, les pratiques ordinaires se reproduisent à l’identique dans une bienveillante indifférence.

La pédagogie inversée : bouleversons nos manières d'enseigner ! La pédagogie inversée ou classe inversée qu’est ce que c’est? Fini le cours magistral ! La pédagogie inversée laisse l’élève préparer le cours à la maison à l’aide de vidéos, de podcasts, de lectures conseillées par le maître.

«A l’université, les cours sont dignes du Moyen Age» - Le Temps Les ondes électromagnétiques sont le quotidien d’ Eric Mazur . Professeur de physique à l’Université Harvard, il est également doyen de cette discipline dans le prestigieux établissement américain. Et pourtant, ce n’est pas pour parler d’optique et de nanoparticules que le professeur était invité vendredi dernier à l’Université de Lausanne. Le scientifique venait présenter ses recherches en matière d’éducation devant quelque 220 confrères et conseillers pédagogiques. Le titre de sa conférence? 5 bonnes raisons de croire que l’immobilisme continue sa marche vers l’avant Rendons à l’auteur ce qui lui appartient, l’aphorisme exact d’Edgar Faure est : « L’immobilisme est en marche, et rien ne pourra l’arrêter ». Mais j’aurais pu aussi bien intituler ce billet « 5 bonnes raisons de fuir l’école à toutes jambes quand on est prof » ou encore, car j’ai hésité, c’eût été plus court « 5 raisons de penser que c’était mieux avant ». Vous savez bien, vous qui me lisez, que ce n’était pas mieux avant, non, que c’était juste différent, que l’école de Jules Ferry correspondait à son temps, comme celle qui lui a succédé et a changé correspondait au sien. Vous savez bien, de même, que l’école d’aujourd’hui n’est pas ou plus, depuis belle lurette, en adéquation avec son temps, qu’elle a accumulé un retard considérable à l’observation des évolutions politiques, sociétales, économiques de la société et, surtout, des pratiques numériques de sa jeunesse.

La pédagogie inversée La pédagogie inversée : les flipped classrooms : de nouveaux espaces-temps pour enseigner et apprendre à l'ère numérique Conférence de Marcel Lebrun, professeur à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l'éducation de l'UCL de Louvain ; Le mercredi 3 Octobre 2012 lors du Forum@tice Document support de la conférenceLe blog de Marcel Lebrun A propos de la pédagogie inversée Les outils qui rendent possible la classe inversée La notion de classe inversée tourne beaucoup autour de la vidéo. Mais pourquoi? Selon Caroline Hétu et David Chartrand, enseignants, elle constitue un outil pédagogique très puissant, permettant « d’expliquer des notions, substituer une partie du cours et donner des instructions claires, autant en classe qu’à la maison ou à l’étranger ». De plus, elle favorise l’autonomie des jeunes en leur permettant d’apprendre à leur rythme, laissant par le fait même plus de temps à l’enseignant pour aider les autres. 1.

Related: