background preloader

Quand les internautes organisent le web

Quand les internautes organisent le web
La curation pour guérir de l’infobésité et gérer sa réputation. Interview de Patrice Lamothe, Pearltrees, au LeWeb pour « Les visages de la réussite » Curation – BuzzWord 2011 – est (ma définition) un trèfle à trois coeurs : veille, documentation et communication/marketing. C’est l’art de se positionner comme une valeur ajoutée dans une expertise en partageant une veille qualitative dûment épurée sur la base d’un centre d’intérêt (passion) clairement identifié. Pearltrees et Paper.li un service de curation ? Le 7 février 2011, la 1ère conférence sur la curation smwcuration réunissait Pearltrees, Scoop.it, Storify, Paper.li,…des services dits de curation. Sur ce blog, j’utilise Pealtrees depuis 2009 pour vous présenter les dossiers ressources et les newsletters sous forme de carte heuristique. « Créez le monde de vos intérêts » Pearltrees Sur ce post vous trouverez: Interview de Patrice Lamothe, DG : Qu’est-ce que Pearlrees? Pealtrees: Comment ça marche. Related:  Conférence : Curation, l'avenir du web?

Profession: Curator du Net Nous connaissons bien le blogging, soit la création de contenu relativement long, plus ou moins basé sur du contenu glané ailleurs et personnalisé. Nous connaissons aussi le microblogging à la Twitter, dont l’utilité principale est d’être un système de veille concis et facile à suivre. Nous allons bientôt connaître la “curation”, dont voici une définition proposée par cet excellent article sur 20minutes “la curation, nouvelle tarte à la crème du web? Curation, vient du métier de «curator» qui désigne, en anglais, les conservateurs de musées qui sélectionnent des tableaux pour en faire une collection qui ait du sens. Donc le curator c’est celui qui va mettre en page, coordonner un ensemble de sources d’information de différents formats sur un sujet spécifique. 1) Un reader de flux RSS en tous genres, y compris le microblogging/réseaux sociaux, et compatible avec les mobiles

Synthèse La Social Media Week parisienne débutait hier avec une conférence organisée par Pearltrees, Scoopit, ReadwritewebFr et la Région Ile de France et consacrée à la curation. L’enjeu : la curation est-elle l’avenir du web ? Un terme encore à définir Le phénomène de curation serait tellement nouveau qu’il n’aurait pas encore de définition bien établie, sans parler d’une tentative de traduction en français. Tous curateurs ? Si le terme est récent, le phénomène est ancien. Le panel 2 du débat avec E. Curator, mais pour quoi faire ? Le curator peut être journaliste web, documentaliste, archiviste du net, voire même blogueur ou, plus vraisemblablement, aucun d’entre eux : le curator est le plus souvent un expert sur un sujet qu’il maîtrise et/ou qui le passionne. Le curator, simple dépollueur ou sauveur du web ? La curation serait, finalement, une conséquence naturelle de l’évolution du web, de la qualité et de la quantité de contenus partagés chaque jour.

Et si on organisait le web? Posted by evidencesx in économie, développement durable, e-tech, innovation, numérique, technologie, web. Tags: édition, classement, curation, perles, web trackback Conférence pertinente le 7 février, dans le cadre de la socialmediaweek, sur l’avenir du web et sa capacité à organiser les contenus et pages selon des goûts individuels : la web curation. Proposée par la région IdF, Scoop.it, Pearltrees et RWW France, elle réunit acteurs, penseurs et journalistes du web pour débattre de l’intérêt et de l’actualité de ce sujet hype. Aujourd’hui le web est devenu un monde ultradense de données de qualité et d’importance inégales, dans lequel il devient difficile de trouver la bonne information. En résumé, il est de plus en plus compliqué de différencier les informations importantes, des futiles, des vraies ou de la désinformation (hoax). Quel intérêt me direz-vous ? - Organiser tous les sites que vous aimez pour les retrouver facilement. Panel : « Qui sont les curators ? Like this:

Moi j'aime pas la curation!!! Je suis allé cet après midi à la conférence sur la curation organisée dans une annexe du conseil régional, dans le cadre de la "social média week". J'y suis entré dubitatif sur le concept, j'en suis sorti pas convaincu du tout. Je n'ai certes assisté qu'à la première table ronde, mes obligations familiales m'amenant à partir prématurément. De ce que j'ai capté, la curation, c'est une sorte de tri et d'organisation des contenus. Même si j'ai beaucoup d'amitié pour les organisateurs, ce concept de curation m'apparait comme un emballage nouveau d'une vieille fumisterie, aussi vieille que le web, celle de la démocratisation. Ce mirage est en fait le coeur même de la publicité : "venez tous faire partie de cette petite élite restreinte".

Le web organisé par les utilisateurs Lundi 7 février 2011 se tenait la première conférence sur la curation en ouverture de la Social Media Week à Paris, avec en trame de fond la question de l’avenir du web. Sommes-nous face à une nouvelle étape de l’évolution d’internet, une nouvelle ère ? Pour répondre à cette question la conférence était organisée en 3 temps : une présentation de Dominique Cardon, sociologue, chercheur au Centre d’Etudes des mouvements sociaux de l’EHESS et au Laboratoire des usages d’Orange Labs ; un panel sur les médias et les journalistes ; un second panel sur la question « Qui est curator » ? Patrice Lamothe de la société Pearltrees, plateforme de curation introduit le sujet en indiquant l’enjeu actuel : les usages sont encore jeunes, et cette conférence doit nous aider à définir un concept à la fois technologique et social. Quelle nouvelle démocratisation du web ? Dominique Cardon explique ainsi les évolutions récentes ; nous sommes au point de rencontre entre 2 tendances : Pour E. La bataille des égos

La douleur du curateur Paper.Li a fait le buzz, Qwiki vient doucement par invitation. Pearltrees est un must des geek. Le leader et l'inventeur est sans doute scoop-it. Des plateformes et services différents qui partagent un même principe : composer une ligné éditoriale à partir de contenus produits ailleurs : vidéos, post, images, documents que les producteurs éditent sur de multiples plateformes et qu'on associe dans un même espace. Une sorte de Djing textuel : mixer des textes et des documents qu'on a pas écrit, pas photographier, pas dessiner, pas mis en scène, pour composer un journal neuf, une édition originale, un collage. Incidemment ces outils créent un rôle nouveau dans les métiers du marketing digital : Le curateur. C'est bien de drame de l'information. Mais pas de Dj sans technologies, sans table de mixage, sans automate qui ajuste les rythmes et les clés, permettant d'assembler ce qui ne partage rien, et donne l'illusion d'un tout, d'une création.

Related: