background preloader

Quand les internautes organisent le web

Quand les internautes organisent le web
La curation pour guérir de l’infobésité et gérer sa réputation. Interview de Patrice Lamothe, Pearltrees, au LeWeb pour « Les visages de la réussite » Curation – BuzzWord 2011 – est (ma définition) un trèfle à trois coeurs : veille, documentation et communication/marketing. C’est l’art de se positionner comme une valeur ajoutée dans une expertise en partageant une veille qualitative dûment épurée sur la base d’un centre d’intérêt (passion) clairement identifié. Pearltrees et Paper.li un service de curation ? Le 7 février 2011, la 1ère conférence sur la curation smwcuration réunissait Pearltrees, Scoop.it, Storify, Paper.li,…des services dits de curation. Sur ce blog, j’utilise Pealtrees depuis 2009 pour vous présenter les dossiers ressources et les newsletters sous forme de carte heuristique. « Créez le monde de vos intérêts » Pearltrees Sur ce post vous trouverez: Interview de Patrice Lamothe, DG : Qu’est-ce que Pearlrees? Pealtrees: Comment ça marche. Related:  Conférence : Curation, l'avenir du web?

Profession: Curator du Net Nous connaissons bien le blogging, soit la création de contenu relativement long, plus ou moins basé sur du contenu glané ailleurs et personnalisé. Nous connaissons aussi le microblogging à la Twitter, dont l’utilité principale est d’être un système de veille concis et facile à suivre. Nous allons bientôt connaître la “curation”, dont voici une définition proposée par cet excellent article sur 20minutes “la curation, nouvelle tarte à la crème du web? Curation, vient du métier de «curator» qui désigne, en anglais, les conservateurs de musées qui sélectionnent des tableaux pour en faire une collection qui ait du sens. Donc le curator c’est celui qui va mettre en page, coordonner un ensemble de sources d’information de différents formats sur un sujet spécifique. 1) Un reader de flux RSS en tous genres, y compris le microblogging/réseaux sociaux, et compatible avec les mobiles

Social curation finds an audience: Pearltrees reaches 10M pageviews With its slick visual interface for bookmarking content, Pearltrees is unique enough that I’ve been both impressed and slightly skeptical that a mass audience will actually use it. But it looks like the site has found plenty of users. The French startup just announced that it crossed two big milestones in March: It has more than 100,000 users curating links, and it received more than 10 million pageviews. Not only does that show the concept is resonating, but it also suggests Pearltrees could reach the scale where it can build a real business around advertising or by offering premium accounts for publishers. When you share links on Pearltrees, they show up as little circles called Pearls. (The site can also automatically add links that you share on Twitter.) Pearltrees launched in December 2009, and it recently enhanced the social aspect with a new teams feature that lets groups of people create Pearltrees collaboratively. Pearltrees has raised 3.8 million euros in funding.

La réussite se conjugue avec passion et partage #Web10ftv Pas besoin d’attendre la réussite pour être généreux à la Bill Gates ! De passage à Paris, , M.Sc Commerce Électronique, blogueuse québécoise renommée et auteure du Livre « Médias Sociaux 101″ nous explique comment on peut à la fois réussir dans sa vie et partager ses succès. Michelle est certainement l’une des les plus connues dans la « sphère » francophone du Web social. Si elle se définit comme étant « la [plus] dispendieuse des consultantes en ou conférencière au Québec » C’est vrai et plus encore. Elle a également mit son expertise, sa visibilité et son dynamisme au service d’associations caritatives. Si vous vous intéressez au et au Web marketing, je vous recommande son blog ainsi que les 2 premiers chapitres de son Livre « Les médias sociaux 101″ comme avant goût à son (en cours de lecture). Dynamique avec un franc parlé qui déconcerte parfois; Michelle va droit au but avec probablement un manque de diplomatie pour les uns et un langage vrai pour les autres. Articles relatifs :

Curation Merci de votre visite chez Adverbe. Pour suivre notre actualité, vous pouvez vous abonner à notre flux RSS, à notre compte Twitter ou à notre newsletter. Vous pouvez également laisser une trace de votre passage, un encouragement, une critique dans un commentaire. On reste en contact, n'est-ce pas ? La curation et le curator pourraient bien être à les termes de l’année, comme le community management l’a été en 2010 ou la e-réputation en 2009. Nous en sommes encore aux balbutiements, à la recherche d’une traduction française euphonique plus adaptée que le sens anglophone de « conservateur » (dans l’acception de protecteur) et trahi par le faux ami juridique « curateur ». Un digital curator est un aiguilleur qui analyse, trie et distribue l’information du Web en fonction des destinataires. Rien de neuf sous le soleil donc, le curator ne fait qu’appliquer le fameux cycle du renseignement : collecte de l’information, analyse et diffusion. Valeur ajoutée de la curation : tri et éditorialisation

Synthèse La Social Media Week parisienne débutait hier avec une conférence organisée par Pearltrees, Scoopit, ReadwritewebFr et la Région Ile de France et consacrée à la curation. L’enjeu : la curation est-elle l’avenir du web ? Un terme encore à définir Le phénomène de curation serait tellement nouveau qu’il n’aurait pas encore de définition bien établie, sans parler d’une tentative de traduction en français. Tous curateurs ? Si le terme est récent, le phénomène est ancien. Le panel 2 du débat avec E. Curator, mais pour quoi faire ? Le curator peut être journaliste web, documentaliste, archiviste du net, voire même blogueur ou, plus vraisemblablement, aucun d’entre eux : le curator est le plus souvent un expert sur un sujet qu’il maîtrise et/ou qui le passionne. Le curator, simple dépollueur ou sauveur du web ? La curation serait, finalement, une conséquence naturelle de l’évolution du web, de la qualité et de la quantité de contenus partagés chaque jour.

Google + devrait s’enamourer des Pearltrees-like ou l’avenir du shopping drag and drop Citoyens ! Les commentaires vont bon train concernant Google + . Pour ma part, pas d’énormes révolutions de mes propres usages, pour la simple et bonne raison que l’étape 1 de la propagation de Google + repose sur une notion désormais hyperstatique : le carnets d’adresse. A la différence près que si les MySpace ou autres Facebook ont pu recruter sans avoir à justifier de services additionnels révolutionnaires (“log and see”), Google + arrive après une phase de maturation des réseaux sociaux vers le grand public, et de façon internationale. Difficile pour l’utilisateur de simplement faire confiance à Google pour un service additionnel. Il manque cette dimension dynamique dans l’acquisition des publics ; on pourrait presque parier que les prochains grands succès des médias sociaux n’auront pas lieu seulement via une contamination d’adresses emails mais par de véritables “missions” ou “call to actions” demandés aux utilisateurs prospects.

Comment réussir ses vidéos : le cas des vidéos du succès 2 millions de vues sans trucage, ni studio et sans montage (enfin presque). Voici près de 2 ans et 9 mois, que vous visionnez sur ce blog les vidéos du succès d’HK et de PPC. Nous avons eu l’occasion de rencontrer Henri lors du Million de vues. L’heure est au doublé Si comme eux vous souhaitez vous lancer dans la vidéo, voici les 7 ingrédients made in Fadhila. En bonus: une vidéo « Merci », mon interview d’Henri lors du 1er million lors de la sortie du livre dédié à cette aventure. Les 7 ingrédients de la réussite Partir sur une idée et accepter qu’elle puisse évoluer au fil du temps. La vidéo spéciale 2 millions Avec la participation de Philippe Jeudy (en direct de San Francisco), Nicolas Bordas (et son magnifique flipper), Fadhila Brahimi (la spécialiste du personal branding), Vinvin (qui vend la mèche), Emery Doligé (en vrai) , Emmanuel Gadenne (pour sa promo du livre), Stan et Dam (pour le sketch exclusif et hilarant à voir absolument!) L’écosystème: Recommandé par les vidéos du succès

Tous éditeurs ? Les promesses incertaines de la « curation » Les acteurs du monde numérique aiment les « buzzwords ». Ils consomment un nouveau concept tous les six mois. Cet inusable cycle de la hype et de sa ringardisation met en lumière un thème avant, impitoyablement, de rebondir vers une autre thématique intégrant plus ou moins ce qui a su résister de la précédente. La nouvelle mode déjà démodée s’appelle curation. Empruntée au monde de l’art contemporain, la figure du « conservateur » devenu « commissaire d’exposition » puis « curateur » (curator) est donc désormais appelée à qualifier le fait que les internautes font des choix, éditent des liens, les ordonnent et les diffusent. Faire des internautes des « curateurs », c’est d’abord tirer les conséquences de deux transformations importantes des pratiques du web : le développement de la recherche « sociale » (en opposition à la recherche lexicale ou sémantique) et l’accroissement de la critique du pouvoir des gate-keepers sur l’agenda de l’information.

Related: