background preloader

Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques

Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques
Related:  BYOD - Définition + Pourquoi utiliser le BYODBYOD

Le smartphone au service de la réussite des élèves Le projet est né d’un double constat : le smartphone est une possibilité pour suppléer les carences en équipement, tant des salles de classe d’un établissement qu’au domicile de l’élève ; le smartphone, pourtant interdit par le règlement du collège, est souvent utilisé de manière intempestive par les élèves dans de nombreux cours. L’idée qui découle de ce constat est de définir une place pédagogique pour cet outil à l’école et de permettre aux élèves d’en explorer ses possibilités, dans le cadre de leurs apprentissages, et d’en tirer le meilleur parti pour leur réussite. Le cadre de l’expérimentation Une classe de 3ème à option DP 3, effectif 23 élèves, profil hétérogène, niveau plutôt moyen voire faible. La majorité de la classe dispose d’un smartphone : 17 élèves sur 23. Sous iOS : 10 Sous Android : 4 Sous Windows Phone : 3 Nombre d’élèves disposant d’un accès 3G ou 4G : 13 élèves. Un protocole et des règles d’utilisation en classe Quels usages du smartphone en classe ? 1. 2. L’entrainement

Le BYOD à l’école en 5 questions Le BYOD à l’école, peu importe le niveau des élèves, est un sujet particulièrement intéressant. Sur ce blog, nous avons d’ailleurs publié de nombreux articles sur cette thématique : Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur un document diffusé par l’Académie de Toulouse (Haute Garonne) et centré sur le BYOD et la pédagogie. Mettant de côté l’aspect purement technique du phénomène, l’académie pose cinq questions que l’on peut considérer de fondamentales et qui devraient intéresser plus d’un DSI. 1. À l’instar du monde de l’entreprise, la question de l’équité lors de la mise en place du BYOD se pose. L’académie explique pour sa part que dans le cas où une minorité d’élèves n’est pas équipée, il reste possible de dégager des fonds pour financer du matériel. Dès lors qu’il n’y a pas de solutions miracles – le financement du matériel pour les plus démunis peut stigmatiser ces derniers par exemple – il convient à chaque établissement d’étudier la question en fonction de sa population. 2. 3. 4.

Formation et innovation : les six avantages du BYOD Formation et innovation : les six avantages du BYOD Le BYOD – Bring Your Own Device – est une nouvelle tendance lourde du monde #numérique. La traduction de cette expression est « Apportez votre propre appareil ». Les apprenants viennent donc avec leur appareil familier pour apprendre. Dans l’article sur la #formation innovante paru hier, je cite entre autres innovations, le BYOD. Cet acronyme constitue une nouvelle tendance lourde du monde numérique. Avec le BYOD, tout part de l’apprenant et de son propre environnement technologique. See full story on Formation et innovation : les six avantages du BYOD | Formation 3.0 BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves Apparu au milieu des années 2000 dans les entreprises, le BYOD, « Bring Your Own Device » (ou AVAN en français pour « Apportez Votre Appareil #numérique ») fait aujourd’hui une percée spectaculaire dans les salles de classe. 22 mai 2015 Dans "Méthodes et organisation" 2 avril 2015 Dans "Technologie" 9 juillet 2015

Partager et distribuer du contenu numérique en et hors la classe « BYODetBOX » Des exemples d'utilisation : Gallica Box : un dispositif de partage de documents Gallica La Gallicabox est un dispositif numérique permettant de mettre à disposition du public des ebooks et des contenus numériques. Grâce à une connexion wi-fi locale, les utilisateurs peuvent s'y connecter sans risque et sans utilisation de data et n’ont ensuite plus qu’à y récupérer les contenus sélectionnés pour eux. Une BiblioBox au CDI : la CdiBox (Documentation académie de Rouen – Lycée) La combinaison tablettes/CdiBox est un atout majeur pour l’utilisation pédagogique de tablettes en classe. Des podcasts pour enrichir une Bibliobox Offrir la possibilité aux lycéens d’accéder à des suggestions de livres sous formes de podcasts, de vidéos, et à plus long terme d’ebooks téléchargeables de la bibliobox. Une Bibliobox est installée à l'espace numérique de la Bibliothèque de la Part-Dieu (accessible également dans le département Sciences au 3e étage).

Le BYOD : un atout pour les classes numériques ? Le BYOD : un atout pour les classes numériques ? Le Bring Your Own Device ou BYOT (Bring Your Own Technology) recueille la faveur des milieux enseignants outre-Atlantique mais sous certaines conditions. D’une manière plus globale, avec leurs terminaux mobiles, les étudiants se forgent des compétences en matière de travail collaboratif, font valoir certains enseignants, en apprenant à rechercher, sélectionner et partager des informations connexes, utiles pour leur #formation, pour préparer leurs examens et pour leur avenir professionnel. Le #BYOD s’impose également en entreprise même si cela pose des problèmes de sécurité. Repéré depuis Le BYOD : un atout pour les classes numériques ? DOSSIER : Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques 2 avril 2015 Dans "Technologie" BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves 22 mai 2015 Dans "Méthodes et organisation" Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques 27 juillet 2015 Dans "Pédagogie" Share This Story, Choose Your Platform!

BYOD : les conseils de la CNIL Le BYOD doit rester « subsidiaire » Depuis des années, la tendance est lourde : le BYOD se développe bien plus rapidement en Asie et sur le continent américain qu’en Europe. Une situation qui s’explique par différents facteurs : habitude de fournir un appareil à l’employé, problème juridique, séparation des données privées et professionnelles, travail en-dehors des heures de travail, etc. L’autorité administrative indépendante française divise sa fiche en sept points. Sans même lire le développement, le titre nous indique d’emblée le caractère limité du BYOD. Des conseils de base toujours judicieux La CNIL n’est pas anti-BYOD pour autant, sinon elle n’aborderait pas le sujet de cette façon. La commission rajoute qu’il est important : Bref, le b.a. La question majeure du respect de la vie privée Le cinquième point abordé par la CNIL est par contre plus complexe, mais tout aussi important. Notons enfin que d’après la CNIL, l’entreprise n’a pas grand-chose à faire en terme de formalité.

Le BYOD : pour quel projet pédagogique ? par Karine Aillerie * BYOD (ou BYOT) est l’acronyme de l’expression anglophone « Bring your own device/technology ». Plusieurs traductions francophones ont été proposées, telles que : AVAN (« Apportez votre appareil numérique »), PAP (« Prenez vos appareils personnels ») ou AVEC (« Apportez votre équipement personnel de communication »), retenue par la Commission générale de terminologie et de néologie française. Interroger le potentiel BYOD Le concept de BYOD parie sur la simplicité logistique pour un élève ou un étudiant, propriétaire d’un appareil connecté, de l’utiliser à l’école ou à l’université, économisant ainsi pour l’institution les coûts d’achat et les temps de familiarisation avec des objets technologiques conçus pour l’enseignement. Une nécessaire réflexion sur l’accès aux ressources Le BYOD, pendant idéal de l’apprentissage par l’enquête Conclusion date de publication : 28/01/2015 Références bibliographiques :

Les différents modèles d’intégration du BYOD (suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) L’enseignant a le choix des outils et des plateformes qu’il veut (et peut) utiliser dans sa salle de classe. En fonction de la liberté qu’il donne aux élèves, différents modèles d’intégration du BYOD se dessinent. Ainsi, l’approche de l’utilisation restreinte demande à l’enseignant de choisir un outil en particulier (par exemple un iPad Air 2 de 64 Go), unique pour tous. L’approche de l’utilisation ciblée laisse le choix de l’appareil à l’élève (par exemple une tablette ou un ordinateur). L’approche de l’utilisation ouverte unique permet à l’élève de choisir son outil et ses logiciels/applications. Enfin, l’approche de l’utilisation ouverte multiple recouvre toutes les perspectives du BYOD. Par ailleurs, notons qu’il est nécessaire de prendre en considération les différents facteurs externes et internes qui viendront influencer l’utilisation du BYOD dans la salle de classe. Véritable casse-tête en vue? 1.

Le BYOD au lycée, un nouveau cadre pour l’appropriation des technologies numé... 3 Shares Share Tweet Email L’équipement des élèves de l’enseignement scolaire amorce un tournant susceptible de modifier en profondeur les usages que ceux-ci font des technologies numériques. L’ampleur du mouvement d’équipement personnel des élèves s’accroît au point d’interroger, voire de condamner, la logique des plans d’équipement à l’œuvre depuis plusieurs décennies. A la croisée des chemins, l’Etat et les collectivités s’interrogent sur la nécessité d’équiper des élèves déjà très bien outillés. C’est le thème du BYOD (Bring Your Own Device) dont l’actualité se révèle jour après jour. On observe là un renversement de situation qui renouvelle la question de l’appropriation des technologies numériques dans le champ institutionnel de l’éducation selon deux dimensions. La première concerne les élèves. Cette situation, courante à l’université, gagne peu à peu les lycées et les collèges. Note de positionnement A propos des auteurs Melina Solari et Jean-François Cerisier lu : 5056 fois

BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves Apparu au milieu des années 2000 dans les entreprises, le BYOD, « Bring Your Own Device » (ou AVAN en français pour « Apportez Votre Appareil #numérique ») fait aujourd’hui une percée spectaculaire dans les salles de classe. L’esprit du BYOD est de permettre à chaque utilisateur de travailler partout et à tout moment avec son appareil numérique personnel. L’utilisation d’un appareil numérique connecté, valorise et motive l’élève. Le BYOD doit impérativement rentrer dans les réflexions des organismes de formation. Repéré depuis BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves. | Edupronet Sur le même thème Comment mettre en place le BYOD dans une classe? Enseigner et #apprendre dans un environnement #byod demande des adaptations. 7 avril 2015 Dans "Pédagogie" DOSSIER : Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques 2 avril 2015 Dans "Technologie" BYOD | La pensée divergente

10 raisons d’utiliser les téléphones mobiles en classe Alors que certaines écoles se félicitent de l’interdire, le téléphone cellulaire en classe fait ses preuves dans d’autres! Appuyé par une bonne stratégie d’intégration, il peut s’avérer un outil d’apprentissage et d’organisation indispensable. Autoriser ou non l’utilisation du téléphone cellulaire en classe : voilà un sujet délicat! Un rapide sondage dans tout établissement secondaire permet de constater qu’une bonne partie des jeunes possède un téléphone cellulaire, et qu’il est souvent sur eux. Il y a peu de temps, à l’occasion d’une conférence, Martin Lessard, chroniqueur à l’émission La Sphère de Radio-Canada, expliquait que les cellulaires actuels sont aussi puissants que le module lunaire des missions Apollo, à la seule différence que cette puissance est maintenant dans nos poches. Le 27 janvier dernier, le site Teachthought publiait sur le sujet un article de Terry Heick intitulé 50 Reasons It’s Time For Smartphones In Every Classroom. Avez-vous tenté l’expérience?

Le BYOD, une pratique intéressante pour vos projets TICE Dans un contexte éducatif où, avec la montée en puissance du numérique, les enjeux d’équipement deviennent toujours plus prégnants, des expériences de BYOD (Bring your own device) ou AVAN (Amenez votre appareil numérique) émergent çà et là. Projets-ENT propose un tour d’horizon non exhaustif de ces expérimentations en cours, en France et dans le monde. Le BYOD à l’école, pourquoi maintenant ? Les technologies personnelles mobiles devenant de plus en plus puissantes, il est désormais possible, à petite échelle, de demander aux élèves d’un établissement scolaire de travailler avec leur propre matériel numérique. Auparavant, cette pratique était rendue difficile par le poids du matériel, la complexité d’utilisation des appareils, l’impossibilité d’utiliser certains services avec tous les types de matériels, les connexions hasardeuses dans les établissements, etc. Risques et appréhensions En réponse à cette appréhension, plusieurs solutions sont possibles ! De belles expérimentations

untitled Bring your own device (Wikipédia) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Terminaux mobiles : ordinateur portable, ultra portable, tablette et smartphone BYOD (abréviation de l’anglais « Bring your own device » : « Apportez vos appareils personnels » ; en français : PAP, abréviation de « Prenez vos appareils personnels »[1] ou encore AVEC, abréviation d'« Apportez votre équipement personnel de communication »[2]) est une pratique qui consiste à utiliser ses équipements personnels (téléphone, ordinateur portable, tablette électronique) dans un contexte professionnel. Ces appareils facilitent l’accès aux informations et applications de l’entreprise. Cette pratique pose des questions relatives à la sécurité de l'information et à la protection des données, ainsi que sociales et juridiques. Apparu avec les premiers ordinateurs portables qui ont permis de gommer la frontière entre monde personnel et professionnel, ce phénomène a tendance à se répandre au sein des entreprises. Origines[modifier | modifier le code]

Related: