background preloader

Le mythe du privilège féminin et pourquoi vos male tears me fatiguent

Le mythe du privilège féminin et pourquoi vos male tears me fatiguent
On a cru parfois l’entendre, euphémisme pour dire qu’on nous en rebat les oreilles en permanence: Poire le Nice Guy veut plein de choses. Du sexe, de l’affection, du sexe, des relations, du sexe, de la reconnaissance, du sexe. Pour le Nice guy, les femmes n’ont qu’à claquer des doigts pour obtenir tout cela, et en quantité illimitée. Il estime donc qu’il y a un privilège féminin. Il se sent lésé, et tient à le faire remarquer. Les femmes ont tout ce qu’il veut, lui. A priori, sans trop s’arrêter pour réfléchir, disons un lendemain de cuite sans se rappeler ce qu’on a fait la veille, d’où on se trouve, ni qu’il existe un truc nommé le patriarcat, ça pourrait sembler à peu près fondé: les femmes obtiennent plus facilement ce que veut le Nice Guy. Entendons d’abord ce à quoi pense Nice Guy en disant « femme ». De quoi parle vraiment le Nice Guy quand il souhaite obtenir du sexe ou des relations? Qu’est-ce que le sexe? C’est que le Nice Guy est hétéro, lui!

http://lesquestionscomposent.fr/lemytheduprivilegefeminin/

Related:  Expliquer le féminisme aux hommesFéminisme non exclusif - IntersectionnalitéLes femmes aiment les hommes nouveauxSexualité

Karl Marx et l'esclavage des Africains Contrairement à une idée parfois répandue, notamment par des marxistes, Karl Marx a reconnu la spécificité, par rapport à la lutte des classes, de l’esclavage déshumanisant pratiqué par les Européens contre les Africains. Il a bien marqué la différence entre l’esclavage salarial et l’esclavage raciste dans lequel « le propriétaire d’esclaves achète ses travailleurs (esclaves) comme il achète un cheval. S’il perd son esclave, il perd son capital. ». La lecture qui a longtemps été faite de Marx par une certaine gauche pour laquelle le philosophe aurait fait passer les problèmes d’oppression raciale esclavagiste et de colonialisme après la question de la lutte des classes est une interprétation européenne de la pensée d’un philosophe qui avait pris toute la mesure de ce qui se passait dans les colonies et qui en avait tiré les conséquences. Lettre à Lincoln 30 décembre 1864 : « Nous complimentons le peuple américain à l’occasion de votre réélection à une forte majorité.

Eduquer oui mais pourquoi ? "On n'est pas là pour vous éduquer" est la phrase que j'entends le plus souvent (et que je tends à prononcer de plus en plus souvent également) face aux personnes qui ne sont pas féministes. Il faut tout d'abord que je vous explique comment se passe systématiquement une discussion avec un non féministe. - Non féministe : "moi je suis pour l'égalité homme/femme mais je ne suis pas féministe car les féministes veulent la supériorité des femmes". - Féministe : "ah ? Où as tu lu cela, tu as un nom, une citation"

Marre de parler de féminisme aux hommes Un texte d’Anne Theriault, posté le 15 mars sur son blog « The Belle Jar ». « J’en ai marre de parler de féminisme aux hommes. Je sais que je ne suis pas censée dire ça. « Like a million black butterflies »: refuser le charme de la validation – Mrs Roots Note: J’espère que vous apprécierez l’update de ce petit bébé de blog qui a maintenant un formulaire pour la newsletter et quelques petits changements – avec ses couacs, certes, mais tout de même. Si tu étais devant TF1 pour regarder le concours annuel du sexisme et racisme latent qu’est Miss France et que ta page twitter était ouverte, tu as certainement vu l’engouement pour Miss Martinique. Outre une TL martiniquaise en feu, on pouvait observer ce soir là une certaine solidarité au sein de la diaspora noire, et particulièrement des femmes. Non, je n’ai pas oublié le caractère problématique de perpétuer chaque année le concours d’ « une Française, c’est ça », et je dois admettre que, ces dernières années, je ne regardais plus cette cérémonie (lol). Toutefois, devant cette jeune fille noire, arborant l’Afro et n’ayant pas peur de dire « je veux représenter la femme française [et]faire honneur à mon peuple martiniquais », ce serait hypocrite d’y rester insensible.

Le sexisme anti-hommes... et pourquoi il n'existe pas « Sexisme anti-hommes », « sexisme inversé » (s’il est « inversé », on reconnaît dans quel sens fonctionne le sexisme « normal » !), « misandrie »… Vous avez sans doute déjà entendu ces expressions, dans un raisonnement honnête ou pour contourner de manière fort pratique le problème de la misogynie. Elles désignent les oppressions dont seraient victimes les hommes, souvent attribuées aux féministes ou aux femmes en général. Signe distinctif de ces oppressions : elles n’existent pas… ou, du moins, elles ne sont pas ce que vous croyez. Une symétrie illusoire

Violence is violence Je vois régulièrement passer depuis quelques temps une vidéo britannique sur les hommes battus, sur les violences domestiques contre les hommes, qui seraient sous-estimées par rapport aux violences contre les femmes : Cette vidéo est accompagnée de cette légende : En caméra cachée, un couple se dispute en pleine rue au Royaume-Uni. L’homme va se montrer menaçant avec sa copine et les passants vont alors venir s’interposer et lui demander de se calmer.

De Bagdad à Paris : pas de paix sans justice ! Manifestations anti-corruption, place Tahrir, Bagdad, Irak, 16 octobre 2015. Le matin du 14 novembre 2015, je reçois des messages de ma famille de Bagdad, et d’amis de Syrie et du Liban : « Tout va bien ? », « Es-tu en sécurité ? Les hommes qui voudraient s'intéresser au féminisme Beaucoup d'hommes, lorsqu'ils en viennent à s'intéresser aux féminisme veulent aider dans les combats pré-existants. Ainsi on le voit militer pour que la rue soit à tous et toutes, militer pour l'égalité salariale ou je ne sais quoi. Mais ces combats là sont déjà pris en charge par les femmes qui n'ont donc nul besoin qu'on leur tienne à la main. En revanche, nous avons besoin qu'on détruise déconstruise la virilité.

le blog de Mirion Malle: Barbie versus Musclor, ou l'allégorie de la mauvaise foi Voilà l'article de la semaine, encore avec du retard, arg, pardon ! Je l'ai commencé en me disant "haha ça va être court et rapide à faire" et puis comme d'habitude j'ai mis mille ans.En tout cas, j'espère que c'est un sujet qui vous intéresse, moi ça m’énerve pas mal depuis longtemps ce mème, j'ai envie de lui donner des coups de poings et tout. J'aurais bien aimé parlé aussi du fait que tout le monde est blanc, mais ça s'applique aux deux sexe (merci le racisme), mais bon, l'idée est la même : exclure les oppressés de la représentation par les médias.

Related: