background preloader

Des techniques pour apprendre à apprendre

Acquérir des savoirs s'apprend, découvrez des conseils et techniques pour améliorer vos performances. Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre formation S'investir dans un processus d’acquisition de savoirs n'est pas toujours aisé. Parfois, selon son histoire personnelle, il peut persister des blocages à l'apprentissage (échecs scolaires par exemple). De toute manière, s'engager dans un cursus d’enseignement nécessite de se « remettre dans le bain ». Les compétences à développer Tout d’abord, qu’est-ce qu’apprendre ? L’acquisition de connaissances est fortement favorisée si l’apprenant assimile des méthodes et des pratiques, comme par exemple, être capable de : Traiter efficacement l’information, Prendre des notes, Synthétiser, partager et reformuler les acquis, Résoudre des problèmes, S’auto évaluer et estimer sa capacité à réaliser une tâche, Planifier et gérer sa formation,S’auto motiver, Résilience (capacité à surmonter les épreuves). Quelques pistes méthodologiques Related:  espacenumeriquesudcharenteautres documentsapprendre à apprendre

Simplebooklet. Creer facilement des flipbooks et brochures en ligne Simplebooklet est un service qui vous permet de créer très facilement des flipbooks ou brochures en ligne. Simplebooklet va vous permettre à vous et à vos élèves de créer, publier et partager facilement tout type de flyer, brochure, dépliant ou présentation en ligne sous la forme d’un flipbook. Les flipbooks recréent pour le visiteur/lecteur l’expérience de la consultation traditionnelle d’un journal ou d’un livre dans lesquels on tourne les pages. Ici vous tournerez les pages mais du bout de la souris. Simplebooklet facilite grandement la création d’un booklet ou flipbook grâce à un studio de montage particulièrement clair dont la prise en main se fait en quelques minutes. Lorsque vous avez fini votre flipbook, vous pouvez aussitôt le partager très facilement par mail ou sur les réseaux sociaux. Simplebooklet permet au lecteur de consulter votre création sur tous les dispositifs fixes ou mobiles. Lien : Simplebooklet

La taxonomie de BLOOM La classification des objectifs en catégories est ce que l'on appelle la « Taxonomie des objectifs ». L'intérêt d’une taxonomie est qu'elle permet d'identifier la nature des capacités sollicitées par un objectif de formation et son degré de complexité. Cette information, parmi d’autres, permet d’adapter la méthode de formation. De ses travaux Benjamin Bloom , psychologue en éducation, a fait émerger une classification des niveaux de pensée importants dans le processus d'apprentissage. Vis à vis du domaine cognitif, Bloom identifie 6 types d'activités, du plus simple au plus complexe, comprenant chacune un ou plusieurs sous-domaines : Bloom fait l'hypothèse que les habiletés peuvent être mesurées sur un continuum allant de simple à complexe. La taxonomie des objectifs éducationnels de Bloom est composée des six niveaux suivants : la connaissance, la compréhension, l'application, l'analyse, la synthèse et l’évaluation. 1-Retenir des connaissances Il peut s’agir de : Il peut s’agir de

Pensée intuitive ou analytique ? FAITES LE TEST Le Test de réflexion cognitive, publié en 2005 par le psychologue Shane Frederick (1), évalue la tendance à utiliser une pensée intuitive ou analytique. Les résultats de ce test, ont montré des études, sont généralement (c'est-à-dire en moyenne, au niveau d'un groupe et pas nécessairement pour chaque personne) en corrélation avec des mesures de l'intelligence telles que le test de quotient intellectuel. Voyez, après avoir répondu aux 3 questions que comporte ce test, comment sont définies les pensées intuitive et analytique. FAITES LE TEST (gratuit, sans inscription.) Pour plus d'informations sur les modes de pensée, voyez les liens plus bas. (1) « Cognitive Reflection Test » : Frederick, S. (2005), Cognitive reflection and decision making, Journal of Economic Perspectives. Psychomédia Tous droits réservés.

Un guide d’entretien avec l’élève en difficulté Le cadre règlementaire des PPRE place l’entretien avec l’élève au cœur de la pratique des enseignants [2]. Il s’agit dans cet article de construire un outil comprenant un guide de passation et une grille d’entretien utilisable pour tout projet d’aide pédagogique. Au-delà de la mise en place des PPRE, il s’agit d’ouvrir la réflexion à l’élaboration d’une formation spécifique des techniques d’entretien en milieu scolaire. Dans le cahier des charges de la formation des maitres, un enseignant doit être capable d’identifier et d’analyser les difficultés d’apprentissage des élèves, de tirer le meilleur parti de leurs réussites et de leur apporter conseils et soutien personnalisés [3]. but : identifier et nommer les compétences, aptitudes et attitudes de l’élève ; finalité : établir un projet d’aide proposant une mesure d’ordre scolaire afin de favoriser une modification positive de l’élève. L’entretien avec l’élève : un double objectif pédagogique Mise en œuvre du protocole La grille d’entretien

«Apprendre à apprendre» L'expression «apprendre à apprendre» remonte loin dans le temps, beaucoup plus loin qu'on ne le croit. C'est une bonne nouvelle, mais aussi une mauvaise. Cette expression est en effet de l’ordre de l’évidence pour les cadres de l’Ecole républicaine dès la fin du XIX° siècle. On peut en prendre pour exemple (parmi bien d’autres possibles) cet extrait banal d’un rapport annuel de l’inspecteur d’académie de la Somme adressé au Conseil général et au préfet, il y a 120 ans. : « Aucun de nos maîtres n’ignore que le but de l’enseignement primaire est double. On veut d’abord, dans nos écoles, donner aux enfants les connaissances nécessaires à la vie moderne ; on veut ensuite cultiver l’intelligence de l’enfant de façon à la rendre forte, souple, capable de réflexions et d’efforts, apte à se gouverner, à travailler, à produire d’elle-même. En deux mot : on veut apprendre, et apprendre à apprendre.

Apprendre à apprendre : la compétence qui manque Les nouveaux rapports aux savoirs, l’impact du numérique qui nous les rendent tous (ou presque) accessibles, les nécessités nouvelles de savoir trier, sélectionner, trouver les sources, faire preuve d’esprit critique… renforcent la nécessité pour l’Éducation de développer les compétences des apprenants. L’inscription, plus que jamais indispensable, d’une éducation tout au long de la vie fait porter de nouvelles exigences sur « le temps premier de l’Éducation », celui de la scolarité obligatoire et du socle commun. En effet, il ne s’agit plus uniquement aujourd’hui pour les professeurs, d’enseigner des connaissances et pour les élèves de les apprendre. L’ « apprendre à apprendre » doit s’inscrire dans les missions éducatives prioritaires. Crédit photo : Stanford EdTech via photopin cc Like this: J'aime chargement…

7 recommandations pédagogiques pour enseigner efficacement L’apprentissage : se produit quand les neurones se touchent.se forme quand le cerveau est face à un déséquilibre ou un défi.s’installe dans la mémoire à long terme L’apprentissage modifie le cerveau ! 1. L’activité neuronale augmente en présence d’émotions positives et quand l’enseignant célèbre l’apprentissage et la prise de risque (dans un climat où l’erreur est la bienvenue, où le jugement est évité – aussi bien dans la relation enseignant/ élève qu’entre les élèves eux-mêmes). L’activité neuronale est ralentie est présence d’émotions négatives ou de stress élevé. Cela peut passer par plusieurs outils dont voici quelques exemples : >> Pour aller plus loin :L’importance d’un climat de classe positif : pourquoi ? 2. La rétroaction consiste à donner un retour à l’élève sur le degré de développement d’une compétence. Recevoir un retour d’information immédiat sur l’action en cours est constitutif de l’apprentissage. 3. 4. 5. 6. Apprendre passe par des tâches d’appropriation : 7. Enregistrer

Apprendre à apprendre avec le numérique ? Oui, mais … Quand j’annonce à mes deux classes de 4ème l’échéance du contrôle après avoir terminé un gros chapitre de Géographie (Les espaces majeurs de production et d’échanges et Les échanges de marchandises), c’est la traditionnelle désolation : « madame, je ne sais jamais comment apprendre « , « j’apprends par cœur et après je me souviens de rien » etc etc. Ce coup-ci, je sors ma carte jocker : le prochain cours sera consacré aux révisions … et nous mettrons en ligne leur travail sur le blog et sur l’ENT Edmodo… Les élèves sortent de la classe quelque peu soulagés… Et je les retrouve le lendemain. Cinq ateliers sont proposés, les élèves s’y inscrivent librement, et peuvent faire deux ateliers dans l’heure. Ils peuvent travailler seuls ou en binôme. Leur production doit pouvoir être utile et accessible à tous les élèves de la classe. Une fiche de révision est distribuée pour guider les élèves à cibler ce qui doit être mémorisé. Les résultats sont excellents, la plus basse note est un 24/30.

Apprendre à mieux apprendre | apprentis.ch - la plate-forme des jeunes en formation professionnelle Trucs et astuces pour améliorer tes méthodes de travail Contrairement à ce que l'on peut penser, être en classe ne veut pas dire passer toute sa journée « le cul vissé sur sa chaise ». Enfin, pas seulement... Pour réussir les cours qui lui sont proposés en plus de la pratique, un apprenti doit se concentrer, organiser et structurer son travail. Avec l'aide de Pierre-Alain Délitroz, conseiller en méthodes de travail, apprentis.ch te propose quelques pistes pour optimiser tes techniques d'apprentissage. Prise de notes Selon certaines estimations, un élève attentif pendant les cours a déjà réalisé plus de 70% de son travail. Préfère les feuilles volantes aux cahiers. Gestion du temps Une bonne gestion du temps te permettra de profiter davantage de tes loisirs et de libérer ton esprit de toute culpabilité. Planifie ta semaine. Avant l'épreuve Il est important de s'y prendre à l'avance pour préparer une épreuve. Répartis ensuite ton travail.

Symptômes typiques de problèmes d’apprentissage Accueil > Symptômes typiques Symptômes typiques de problèmes d’apprentissage Voici une liste de symptômes typiques des problèmes d’ordre affectif, organisationnel et cognitif qu’un étudiant est susceptible de vivre au cours de ses études. Si vous vous reconnaissez dans l’un ou l’autre de ces énoncés, suivez le lien pour voir s’il n’y a pas quelques conseils dont vous pourriez tirer avantage. Les problèmes de confiance en soi Je manque de confiance en moi – je doute de la réussite de mes études – j’ai des pensées défaitistes – je me culpabilise pour mes difficultés et mes échecs – je m’autocritique de façon très négative – j’ai le sentiment d’être moins bon que les autres étudiants – etc. Les problèmes de motivation Les problèmes de stress Les problèmes d’impulsivité Les problèmes d’attention et de concentration Les problèmes de mémoire Les problèmes de temps et d’organisation Les problèmes de compréhension Les problèmes de communication Les problèmes de résolution de problème

Apprentissage : à chacun son style La recherche sur les styles d’apprentissage, dont les origines remontent aux années 1930, connait depuis plusieurs années un renouveau sans doute lié à l’engouement pour la psychologie cognitive et les neurosciences. Ce qui émane de ces recherches, c’est une multitude de points de vue disparates et fragmentés qui contribue à accentuer le flou conceptuel. Marie Gaussel, de l’Institut français de l’éducation (IFE), nous éclaircit l’horizon. Qu’entendez-vous par « style d’apprentissage » ? Ce serait une démarche privilégiée par chaque individu pour appréhender l’acte d’apprendre. De la diversité des théories exposées depuis une quarantaine d’années, l’équipe de Coffield a reconnu cinq familles : 1 - les modèles centrés sur des facteurs génétiques et les préférences innées de l’apprenant comme les sens et la perception, visuels, tactiles, auditifs et kinesthésiques, ou basés sur l’opposition cerveau droit-cerveau gauche. Et jusqu’à présent, est-ce cela que l’on a obtenu ?

Comment apprendre à apprendre François Taddéi (Wikipédia, @francoistaddei) est biologiste de formation. Il est le cofondateur du Centre de recherche interdisciplinaire (CRI). Sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel, ce promoteur de l'interdisciplinarité est venu évoquer son obsession : comment innover dans l'éducation, comment apprendre à apprendre... Quand Garry Kasparov a perdu contre Deep Blue, The Economist titrait "si votre métier ressemble aux échecs, il faut vous préparer à changer de métier". "Aujourd’hui, notre système éducatif sélectionne ses éléments sur leur capacité à mémoriser des leçons. Or, force est de constater que la pédagogie, elle n’a pas progressé aussi vite que la science. Les 3 niveaux d'intelligence Pour François Taddéi, nous avons besoin de créer les conditions de développement de toutes les formes d’intelligence. L’université sait résoudre les problèmes existants (niveau 1). Apprendre à apprendre : c'est offrir des défis et de la liberté Hubert Guillaud

Related: