background preloader

Débat sur les nanotechnologies

Débat sur les nanotechnologies
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. À l'instar des autres innovations scientifiques telles que les OGM, la téléphonie mobile, et le nucléaire, les nanoparticules font l'objet d'une controverse publique. Les développements actuels des sciences permettent d'explorer, à l'échelle du nanomètre, des domaines d'interfaces entre les différentes techniques : étudier et développer des techniques mettant en œuvre des procédés nanométriques impliquant à la fois des aspects chimiques, physiques et biologiques et notamment modifier la matière à l'échelle de l'atome. Ces techniques sont regroupées sous le terme de nanotechnologies. En France, un débat public national sur les nanotechnologies a été organisé du 15 octobre 2009 au 24 février 2010 par la Commission nationale du débat public en application du Grenelle de l'environnement de 2007[4], mais a tourné court. Depuis, le site de veille d'information citoyenne permet de suivre les différents enjeux.

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9bat_sur_les_nanotechnologies

Related:  /!\ Nanotechnologie à l'étude (VEILLE)Nanotechnologies

La zone obscure des nanotechnologies « Le schéma hylémorphique correspond à la connaissance d'un homme qui reste à l'extérieur de l'atelier et ne considère que ce qui y rentre et ce qui en sort ; pour connaître la véritable relation hylémorphique, il ne suffit pas même de pénétrer dans l'atelier et de travailler avec l'artisan : il faudrait pénétrer dans le moule lui-même pour suivre l'opération de prise de forme aux différents échelons de grandeur de la réalité physique. »i 1Les nanotechnologiesii, censées inaugurer une nouvelle révolution industrielle, souffrent du même manque. Au lieu de connaissances sur le fonctionnement et la genèse des nano-objets, c’est le schéma hylémorphique critiqué par Simondon que l’on retrouveiii.

Nanotechnologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les nanotechnologies bénéficient de plusieurs milliards de dollars en recherche et développement[8]. L'Europe a accordé 1,3 milliard d’euros pendant la période 2002-2006[9]. Certains organismes prétendent que le marché mondial annuel sera de l’ordre de 1 000 milliards de dollars américains dès 2015. Vitre insert 4mm et 5mm, verre autonettoyant, vitre de cheminée cassée Verre vitrocéramique (Néoceram) d'épaisseur 4 mm.Résiste à une température de 800°C. Pas de dilatation.Le verre vitroceram est ainsi particulièrement indiqué par tous les fabricants de cheminées, inserts et poêles à foyers fermés. Si vous souhaitez une vitre spécifique (pliée, prismatique, courbe/cintrée), merci de nous en faire la demande via la page "devis" ou "contact" en précisant votre besoin (nous ne faisons pas de vitre arrondie sur les côtés). Mêmes caractéristiques que le verre 4 mm+ version auto-nettoyante : Des vitres moins recouvertes de noir de fumée et de suie. Face extérieure, opposée au feu, traitée chimiquement en surface pour retenir le rayonnement et faire monter le verre en température afin de réduire l'adhérence des suies, et ainsi de maintenir la vitre plus claire.

Dangers et risques de la Nanotechnologie - Les Nanotechnologies Malgré les progrès que la Nanotechnologie apporte à notre vie, elle présente également d'énormes dangers pour les êtres vivants. Les industriels travaillant à partir de ces nouvelles technologies sont les premiers touchés. Ces dernières vont affecter dans les années à venir beaucoup plus de personnes, car la nanotechnologie est une science du futur : tout le monde aura la possibilité de l'exploiter. Nanotechnologies : le syndrome OGM On a du mal à imaginer que Monsanto signe un jour une lettre ouverte avec la Confédération Paysanne déplorant le peu de financement accordé, par les autorités, à l’évaluation scientifique des risques liés aux d’OGM. C’est pourtant ce qui s’est passé, aux Etats-Unis en matière de nanotechnologies. Dans un courrier envoyé en février 2006 à tous les parlementaires américains, quinze sociétés et ONG (dont Dupont, BASF, le Foresight Nanotech Institute et l’Union of Concerned Scientists) déploraient qu’aucune ligne budgétaire spécifique n’ait été allouée à la recherche en matière de risques sanitaires, environnementaux et de sécurité liés aux nanotechnologies.

Nanotechnologies Contexte - Les nanotechnologies désignent les technologies qui exploitent les propriétés uniques de minuscules particules dont la taille est de l’ordre du nanomètre (millionième de millimètre). Les nanotechnologies représentent un marché en rapide expansion ; on les utilise déjà dans une variété de technologies et de produits de consommation. (Cliquer ici pour obtenir une liste de tels produits) Cependant, les matériaux contenant des nanoparticules peuvent être préoccupants pour la santé humaine et l’environnement, et il convient d’évaluer les risques induits par ces matériaux récemment développés. Les nanoparticules, petites mais toxiques ? Écrit par J.Maherou, S. Norest & L.Ferrer Créé le mercredi 4 juin 2014 11:16 Cosmétiques, emballages, automobiles, textiles, les nanoparticules ont envahi notre quotidien. Les industriels y voient la solution à de nombreux problèmes car ces toutes petites particules possèdent des propriétés physico-chimiques que n’ont pas les particules plus grosses. Pourtant, elles suscitent des inquiétudes. Certains scientifiques les soupçonnent en effet d’être dangereuses pour la santé.

Les nanotechnologies : l'avenir est infiniment petit les pionniers Le physicien Richard P. FEYNMANN, qui recevra un Prix Nobel plus tard, est le premier, dans un discours qui date de 1959, à imaginer que l’on pourrait manipuler les atomes un à un comme des éléments d’un jeu de construction, pour construire des objets infinement petits. Nanotechs : débattre maintenant plutôt que trop tard Par Daniel Kaplan le 02/02/06 | 8 commentaires | 1,758 lectures | Impression Dans la Lettre d’information de janvier 2006, Transversales propose une intéressante – et très critique – série d’articles sur le développement des nanotechnologies, autour de deux questions centrales : “Quelles en sont les finalités ? (…) Qui pilote ces choix industriels ?” Quand “les” nanotechnologies ont détourné “la” nanotechnologie de son projet durable Par Jean-Marc Manach le 03/09/08 | 3 commentaires | 12,867 lectures | Impression Et si l’on réinsufflait un peu de politique dans les nanotechnologies ? La question se pose à la lecture d’un livre intitulé “Nanosciences : la révolution invisible” (extrait), de Christian Joachim, directeur de recherche au CNRS et responsable du groupe Nanosciences au Centre d’élaboration de matériaux et d’études structurales (Cemes) de Toulouse, écrit en collaboration avec la journaliste scientifique Laurence Plévert. Si leur livre cherche avant tout à vulgariser ce que sont réellement les nanosciences, il s’ouvre néanmoins sur un aspect historique crucial, bien qu’étrangement absent du débat public, pourtant vif, notamment en France avec un collectif comme Pièces et Mains d’Oeuvre. Christian Joachim s’en expliquait, le 24 janvier dernier, dans l’émission Sciences et conscience ( .ram), sur France Culture : La nanotechnologie, un “rêve” écologique

Les nanoparticules d'or dévoilées - 22 octobre 2007 C’est un travail de nano orfèvrerie sans précédent que Roger Kornberg et ses collègues ont réalisé, révélant pour la première fois la structure de la nanoparticule d’or. Très utilisée en nanotechnologie, cette particule de l’ordre du millionième de millimètre demeurait en partie mystérieuse : l’arrangement de ses atomes n’était pas connu dans le détail. C’est désormais chose faite, et la géométrie en 3D de la nanoparticule d’or est publiée dans la revue Science datée du 19 octobre.

sciences Cognitives Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les six disciplines scientifiques constituant les sciences cognitives et leurs liens interdisciplinaires, par l'un des pères fondateurs du domaine, G. A. Miller[1]. Les traits pleins symbolisent les disciplines entre lesquelles existaient déjà des liens scientifiques à la naissance des sciences cognitives ; en pointillés, les disciplines entre lesquelles des interfaces se sont développées depuis lors. En France, où la tradition disciplinaire est forte, la question de leur statut entre en résonance avec des problématiques liées à la structuration de la recherche.

Related: