background preloader

Déclaration commune contre la surveillance généralisée d'Internet

Déclaration commune contre la surveillance généralisée d'Internet
Related:  De la surveillance de masse à la paranoïa généraliséeLoi sur le Renseignement (5 Mai 2015)

Projet de loi relatif au Renseignement : agissons contre la surveillance de masse ! | Sous-Surveillance.fr La loi sur le renseignement est-elle constitutionnelle Le gouvernement n’a pas souhaité solliciter le Conseil Constitutionnel sur le projet de loi sur le renseignement. À gauche comme à droite, certains députés – très peu – ont renâclé, estimant que cela jetait la suspicion sur un texte qui concerne nos libertés fondamentales. Puis une voix inattendue s’est élevée, celle de l’ancien Premier ministre François Fillon : il s’est fait fort de réunir 60 parlementaires pour sauter le pas. Du coup, je me suis abonné à son compte twitter, histoire de ne pas l’oublier, quand le moment sera venu. La politique est quand même un drôle de truc… En 2006, le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy soutient une loi pour lutter contre le terrorisme. Pour mémoire, François Hollande qui, aujourd’hui, a parrainé le départ pour les USA d’Hermione, la réplique de la « frégate de la liberté », était alors premier secrétaire général du PS. Je suppose que pour la préparer M. On est au cœur du débat. Mais pourquoi diable n’y a-t-on pas pensé plus tôt ?

Ce que l'on sait du Pôle national de cryptanalyse et de décryptement (actualisé -2) Publié le - Mis à jour le Présenté par le journal Le Monde comme un «Big Brother dissimulé au coeur du renseignement», le PNCD reste entouré de nombreux mystères. Lors du débat sur le projet de loi sur le renseignement, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a brièvement abordé le sujet, dans la soirée du mercredi 15 avril (voir sur le site de l'Asemblée nationale). PNCD ne signifie pas «Plateforme nationale de cryptage et de décryptement», mais «Pôle national de cryptanalyse et de décryptement», a indiqué le ministre. Il est complexe d'en apprendre plus. Toutefois, ce blog peut apporter sa (modeste) pierre à la connaissance du sujet. Un rapport parlementaire de 2005, consultable sur le site de l'Assemblée nationale, parlait du PNCD : "Dans le domaine de la cryptologie, le programme du pôle national de cryptanalyse et de décryptement se poursuivra, avec l'acquisition de nouveaux moyens informatiques puissants".

Le 4 mai, mobilisation contre le projet de loi Renseignement : 24 heures avant 1984 Qosmos : itinéraire d’un (ex-)marchand d’armes de surveillance numérique En janvier 2011, alors que le Printemps arabe commençait à fleurir, une entreprise française envoyait l’un de ses ingénieurs en Syrie, pour y préparer le déploiement d’un système d’interception des télécommunications. Les « SpyFiles 3 », la nouvelle « fuite » de documents de WikiLeaks, révèlent que Qosmos, l’entreprise française dont il est question, commercialisait alors un système de surveillance d’Internet à l’échelle de « tout un pays ». Alors que la France se prépare à bombarder la Syrie, on découvre que si la guerre civile n’avait pas éclaté en Syrie, le pays serait équipé de « grandes oreilles » made in France. Le DPI, utilisé par la NSA américaine Créée en l’an 2000 par des membres du LIP6, un laboratoire de recherche en informatique sous tutelle de l’université Pierre & Marie Curie et du CNRS, Qosmos est devenu un des leaders du Deep Packet Inspection (DPI, ou inspection en profondeur des paquets en français. Surveiller les joueurs de « WoW » 10 millions du Fonds créé par Sarkozy

Loi sur le renseignement : "Un danger, même aux mains de républicains" Jean-Marie Delarue, président de la Commission nationale de Contrôle des Interceptions de Sécurité (CNCIS), s'inquiète du projet de loi sur le renseignement, qui doit être voté à l'Assemblée mardi 5 mai. Il s'explique. Le projet de loi sur le renseignement entend rendre légales des pratiques qui ne l'étaient pas. - Je ne crois pas. Il y a eu des débordements et des illégalités mais je ne pense pas qu'ils aient été très nombreux. Votre dernier rapport souligne de nombreuses écoutes administratives, non pour des faits de terrorisme, mais pour des faits de criminalité organisé

« Les écoutes made in France », ma 1ère BD La Revue Dessinée (Twitter, Facebook) a été créée par une bande de potes, dessinateurs & auteurs de bandes dessinées, qui ont décidé de proposer à des journalistes de faire des reportages & enquêtes en mode BD. Ils m'ont contacté, j'ai adoré l'idée, et leur ai donc proposé de dessiner : « Les aventures des Pieds Nickelés chez Kadhafi » Quelque peu interloqués, je leur ai donc raconté l'histoire d'Amesys, cette PME française qui avait conçu un système de "surveillance massive" de l'Internet à la demande du beau-frère de Kadhafi, condamné (le beauf', pas Kadhafi) à la prison à perpétuité par la justice française pour son implication dans le pire attentat terroriste qu'ait jamais connu la France, et qui a depuis pris le contrôle de BULL. Un jour, quelqu’un m’a dit que, du temps de Nicolas Sarkozy, une entreprise française avait vendu (et installé) un système de surveillance massive de l’Internet à la Libye de Kadhafi. Signaler ce contenu comme inapproprié

Communiqué d’Acrimed : Malaise au pays des droits de l’homme et des services spéciaux Finies les belles déclarations de nos gouvernants sur la liberté d’expression à la suite des attentats du début de l’année, oubliés les engagements selon lesquels il n’y aurait pas de « Patriot Act » à la française. Le premier projet de loi d’envergure (Projet de loi relatif au renseignement) faisant suite à ces événements est le plus attentatoire aux libertés que notre pays ait connu depuis longtemps. La mise en discussion de ce projet au Parlement selon une procédure accélérée qui limite drastiquement le débat parlementaire et la possibilité d’une réaction de la société civile, de surcroît pendant une période de vacances scolaires, est déjà, s’agissant d’un texte de cette importance, un déni de démocratie [1]. On a connu ce président moins pressé pour légiférer, par exemple sur le secret des sources des journalistes, pourtant une de ses promesses de candidat. En même temps que le droit à la vie privée, c’est aussi la liberté d’expression qui est ici visée.

NSA Nicknames and Codewords (Updated: January 18, 2014) Below is a listing of nicknames and codewords related to US Signals Intelligence (SIGINT) and Communications Security (COMSEC). Most of them are from the NSA, some are from other government or military agencies. Some of them also have an abbreviation which is shown in brackets. NICKNAMES are generally unclassified. CODEWORDS are always classified and always consist of a single word. Due to very strict secrecy, it's not always clear whether we see a nickname or a codeword, but terms mentioned in public sources like job descriptions are of course unclassified nicknames. Please keep in mind that a listing like this will always be work in progress (this list has been copied on some other websites and forums, but only this one is being updated frequently!). See also the lists of Abbreviations and Acronyms and British Nicknames and Codewords

Loi renseignement, Big Brother arrive Par Aurélien Véron.Un communiqué du PLD Le projet de loi sur le renseignement n’était débattu que par 35 députés à l’ouverture des débats à l’assemblée nationale lundi 13 avril. Pire que cette désinvolture à l’égard de nos libertés, aucun parti présent dans l’hémicycle ne s’est opposé à leur recul sans précédent, malgré l’inquiétude croissante d’une majorité de Français à l’égard de ce texte. Cette quasi unanimité des partis représentés au parlement permettra à des services sous l’autorité du ministre de l’intérieur – hiérarchie éminemment politique – d’avoir accès au contenu de nos correspondances et de nos échanges téléphoniques, de poser des caméras à notre domicile et des balises sur nos véhicules sans jamais requérir l’autorisation préalable d’un juge. Pour Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, la vie privée n’est pas une liberté. Notons enfin que cette loi n’est pas une loi anti-terroriste, mais un outil de surveillance sans limite dans sept domaines d’action.

De la surveillance de masse à la paranoïa généralisée Il y aura un avant et un après Snowden. Avant, ceux qui dénonçaient la montée en puissance de la société de surveillance passaient pour de doux paranoïaques (alors que les paranos, c’était pas eux, mais la NSA, ce que Snowden a amplement démontré). Depuis, tout le monde ou presque est persuadé d’être espionné par la NSA, ou encore que la DGSE espionnerait toutes les télécommunications, en France… ce dont je me permets de douter : la NSA ou la DGSE (& Cie) ont certes les moyens de tenter d’espionner n’importe qui, mais les documents Snowden ne permettent aucunement de conclure qu’ils espionneraient tout le monde, a fortiori tout le temps, façon « Big Brother« . Mise à jour, juin 2015 : vous trouverez plus bas la vidéo de la suite de cette conférence, donnée à Pas Sage en Seine 2015, où j’ai tenté d’expliquer pourquoi je n’avais pas particulièrement peur des « boîtes noires » du Projet de loi relatif au renseignement, et pourquoi le problème me semble être ailleurs… Problème.

C'est confirmé, la France adopte la surveillance de masse Pendant que vous dormiez hier soir, discrètement, 30 députés ont décidé pour nous, que ce serait bien que TOUT ce qu'on fait sur le net soit surveillé. (25 ont voté pour / 5 ont voté contre) Je vous passe toutes les subtilités, mais en gros, on va avoir le droit aux boites noires. Cazeneuve a utilisé tout ce qu'il connait de la langue de bois pour dire que "non ce n'est pas de la surveillance de masse" mais faut pas être un génie pour comprendre que si on fait passer TOUT le trafic Internet des Français dans des boites noires, c'est de la surveillance de masse. Le Bernard était tellement acharné hier soir, que je me suis dit qu'il voulait probablement cette loi pour l'utiliser à titre personnel. Ah et scoop relevé par Numérama, la vie privée n'est pas une liberté. Bref, sur ces 30 gus dans l'Assemblée, seuls 5 courageux ont voté contre. Edit : Ce point est controversé par les spécialistes qui disent que non c'est pas obligé que ce soit des IMSI-catchers. Allez bonne journée !

Loi renseignement – où et comment placer les "boîtes noires", pour quelle efficacité ? - Mon blog-notes à moi que j'ai La loi renseignement a été votée à l’Assemblée nationale. En attendant le vote au Sénat et les recours, continuons la réflexion au sujet des « boîtes noires ». Aujourd’hui : où et comment les déployer. On sait de manière à peu près certaine que les algorithmes de détection ne fonctionneront pas : il génèreront beaucoup trop de faux positifs (individus considérés comme suspects par erreur), mais également de vrai négatifs (terroristes non détectés). En outre, l’étendue du champ d’action du projet de loi renseignement (les fameuses 7 catégories) m’incite à cesser de me focaliser sur la lutte anti-terroriste qui n’en constitue qu’une petite partie, bien qu’étant systématiquement utilisée par les défenseurs de la loi pour provoquer la peur (on appelle ça le FUD). Cet article ne portera donc pas sur l’efficacité supposée de l’analyse des métadonnées collectées par les « boîtes noires », mais bien de celle de la collecte. Il existe 2 manières de déployer des sondes d’analyse réseau :

[Citizenfour] Un oscar pour le documentaire sur Edward Snowden Citizenfour, le film documentaire retraçant la sortie du bois du lanceur d’alerte Edward Snowden qui révélera les pratiques de surveillance de masse de la NSA a remporté l’oscar du meilleur documentaire lors de la 87e cérémonie des oscars. Confirmant une soirée des plus politisées. S’il est une victoire que Barack Obama ne risque pas de saluer, c’est bien celle-ci : Citizenfour, le documentaire réalisé par Laura Poitras et qui retrace le parcours d’Edward Snowden jusqu’au moment où il s’apprête à dévoiler au monde entier ce qui deviendra LE scandale de la NSA sur la surveillance de masse, s’est illustré lors de la dernière cérémonie en ravissant la fameuse statuette. Déjà nominée pour My Country, My country en 2006 sur l’occupation américaine en Irak, Laura Poitras est également la personne contactée par le lanceur d’alerte alors à peine réfugié à Hong Kong et encore détenteur de milliers de documents confidentiels de l’Agence de Sécurité Nationale américaine.

Related: