background preloader

Jean Schultheis - Confidence pour confidence

Jean Schultheis - Confidence pour confidence
Related:  Années 80-Variete francaisegestion de la perception et de la politique publique

Années 80 Chansons Françaises Télécharger Musiques MP3 Chanson Variété Française Musique France French Nineties Music Video Clip Clips Année 1980 compil compilation Top 50 Pourquoi tout ça ? Pour le souvenir / la nostalgie, pour organiser un "Blind Test" (Quizz Musical), ou plus simplement, pour vous faire plaisir (j'espère)... Emmanuel Ratier : « Manuel Valls est un homme pétri d’ambitions démesurées » Emmanuel Ratier est un journaliste, écrivain et archiviste infatigable. Animateur sur Radio Courtoisie et responsable de la revue confidentielle Faits & Documents, il a répondu aux questions du Bréviaire des patriotes au sujet de son récent ouvrage : Le vrai visage de Manuel Valls (éditions Facta, 2014). Quel est l’enseignement principal à retenir sur la personne de Manuel Valls au regard de son parcours ? Manuel Valls est un homme qui a réécrit sa propre histoire, celle de ses parents et celle de ses grands-parents. Pourquoi pensez-vous que les médias traditionnels persistent à présenter M. Parce qu’ils ne connaissent rien à l’histoire de la guerre civile espagnole. Avant votre livre, personne n’avait relevé la facture brutale entre son passée pro-palestinien et son actuel soutien « éternel » à Israël. Les journalistes sont lamentables et ne font pas leur travail. L’Express m’a attribué cette théorie, parlant d’un pamphlet. Manuel Valls fait effectivement peur. Oui, bien évidemment.

Comment détruire votre communauté en 10 leçons Si vous avez le malheur de développer un projet « open source » au sein de votre entreprise alors vous courrez le risque de voir arriver une « communauté » qui peut à tout moment s’agréger autour du code source de votre logiciel et en menacer sa bonne gouvernance. Heureusement le développeur Josh Berkus est là pour vous expliquer point par point comment faire pour être certain de ruiner et dissoudre toute velléité communautaire (au cours d’une intervention donnée il y a un mois à la Linux.Conf.au et relatée ici par Jonathan Corbet)[1] Un article évidemment ironique (qui détourne les howto), mais qui donne à réfléchir sur les relations subtiles et complexes qui peuvent exister entre les communautés et les entreprises qui œuvrent sur un même projet. Pas toujours facile de se comprendre en effet quand les uns disent plutôt « logiciel libre » et les autres plutôt « open source » (voire même parfois carrément « fauxopen source »). Comment détruire votre communauté : mode d’emploi 1. 2. 3. 4. 5.

La dissidence - épisode "elle voit de la manip' partout" --- Question numéro 1 : qu'est-ce que la propagande ? Réponse de Wikipédia : "La propagande est un ensemble d'actions psychologiques exercées sur les pensées et les actes d'une population, afin de l'influencer, l'endoctriner ou l'embrigader". Mon propos du jour, (ce n'est pas du neuf, c'est d'ailleurs la base de la réflexion d'un conspirationniste) est le suivant : à partir du moment où on conçoit que le Pouvoir met tout en jeu pour contraindre le Peuple, on doit également concevoir que la dissidence est aussi un instrument de la Propagande. J'ai donc passé - comme vous peut-être - du temps à l'écouter et le regarder parce que je voyais les conspis le faire : "oui mais ainsi tu as une indication de blablabla ... tu sauras en gros le projet du n.o.m... à toi de faire le tri ... il y a à prendre et à laisser" et même : "commence par là comme ça tu auras les bases". Ah bon ? QUI FAIT CA ??? Ben ouiii : j'ai fait l'tour puisque ... ben "on" m'a dit que faire le tour, c'était bien, quoi !!!

Neuro-pirates, Neuro-esclaves conférence Paolo Cioni Détails Catégorie : Actu Scripto Écrit par L'équipe Scripto « Neuro-esclaves : Techniques et psychopathologies de la manipulation politique, économique et religieuse » De Paolo Cioni & Marco Della LunaPréface de Thibault Philippe (chroniqueur sur Scriptoblog) Voici la premiére partie de l'allocution prononcée par Paolo Cioni lors de sa venue en France pour notre conférence sur l'ingénierie sociale. « Précisions fondamentales quant au fonctionnement du cerveau humain »... « Sommes-nous tous dépressifs ? On pourrait raisonner de la même façon en se demandant : « Sommes-nous tous dépressifs et/ou neuro-esclaves ? Ces considérations nous connectent à un principe, formulé par Marco Della Luna dans un essai de 2010, Oligarchie pour les peuples superflus : l'ingénierie sociale de la décroissance malheureuse, que j'espère voir bientôt traduit en français. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas, car il n'y a plus une élite spécifiquement française, liée au territoire. Fin de la première partie...

Psychothérapeutes : chronique d’une désillusion – Kaléïdoblog Le 8 octobre 2003, l’amendement Accoyer(1), visant à réglementer l’usage du titre de psychothérapeute, était voté à l’unanimité des douze députés présents et du Docteur Mattéi, alors Ministre de la Santé, après 5 minutes et 30 secondes de « débat ». Le 20 mai 2010, le décret relatif à l’usage du titre de psychothérapeute(2) est promulgué. Entre temps ? Six ans et demi de navettes parlementaires, de combats, de textes, de paroles, d’images, de reportages, de réflexions, de manipulations, d’engagement ou de désengagement de la part de tous les interlocuteurs concernés de près ou de loin par le sujet. Et moi ? Une amie chère est venue s’asseoir à côté de moi et m’a dit : « Écris, dis ce que tu ressens… ». La stratégie globale On l’oublie souvent, mais l’histoire n’a pas commencé en 2003. En janvier 2001, la proposition de Monsieur Accoyer est à nouveau présentée au Parlement, sous forme d’amendement au projet de loi de modernisation sociale, alors en discussion. Pourtant, tenace, M.

Les Lumières contre le colonialisme | « Sous nos yeux » Cet article, publié ce matin en Syrie et en Italie, a été écrit avant l’annonce par Barack Obama de la consultation du Congrès des États-Unis Voltaire et Rousseau. Les deux philosophes, qui représentaient les aspirations de classes sociales distinctes, remirent en cause l’ordre du monde. À la domination de l’homme blanc et de sa religion, ils préféraient la Raison. Comme dans une tragédie grecque, les Occidentaux qui annonçaient bombarder la Syrie dans l’heure n’ont rien fait et s’entre-déchirent. « Ceux que les Dieux veulent détruire, ils commencent par les rendre fous », disait Euripide. D’un côté les leaders des États membres permanents du Conseil de sécurité, Barack Obama, David Cameron et François Hollande ; de l’autre leurs peuples. La pièce qui se joue n’est pas un énième épisode de la domination mondiale, mais un moment charnière tel que l’Histoire n’en a pas connu depuis 1956 et la victoire de Nasser au Canal de Suez. Ce rêve fut pourtant ravivé par George W.

Mandela et la violence légitime Le décès de Nelson Rolihlahla Mandela a provoqué une émotion mondiale et généré un nombre impressionnant de réactions et de commentaires. En Occident, c’est surtout l’homme qui a pardonné à ses bourreaux blancs qui a été célébré. Il est vrai que ce personnage exceptionnel a su libérer son peuple sans céder à la facilité de la haine et de la vengeance. De Mandela, l’écrivain sud-africain André Brink dit qu’il « laisse à tout jamais une moralité, une éthique politique qui perdureront » (*). Pour s’en convaincre, il faut écouter la voix de Mandela telle qu’elle retentit à la lecture d’un ouvrage exceptionnel intitulé « Conversations avec moi-même. « Nous nous sommes rendus à Durban pour une réunion du Bureau exécutif national de l’ANC. Un peu plus loin, et toujours durant une conversation avec Richard Stengel, Mandela fait référence au Christ et à la violence qu’il emploie contre les marchands du Temple. Contrairement à une idée reçue, Mandela ne dérogera jamais à cette position.

Ces « élites » qui considèrent que les humains sont une plaie sur terre… Il est bien évident que le problème de la surpopulation, n’est pas un mythe. Sur une planète où les ressources ont été exploitées à l’extrême, et en prônant une croissance à l’infini, nous courrons à la catastrophe. Nous avons tous eu sous les yeux, les déclarations de ces élites qui appellent à la dépopulation, qui mettent en évidence la nécessité d’arrêter de croitre et de se multiplier, pour que nous puissions vivre mieux. Nous avons tous, plus ou moins de mal à envisager cette option. La vie est précieuse, elle n’a pas de prix. Ce qui pose question, c’est surtout qu’il faut faire des choix sur qui doit vivre où pas, qui doit naitre ou pas! Beaucoup de gens refusent de le croire, mais les personnes les plus influentes du monde et leurs proches, ceux qui pourraient être considérés comme l’élite mondiale et leurs assistants, sont convaincus que la surpopulation est la cause principale des problèmes du monde. John P. Eric R.

Related: