background preloader

Femmes de lettres, je vous aime

Femmes de lettres, je vous aime
Quelques liens: – la page du Ministère de l’éducation nationale sur laquelle j’ai trouvé les sujets du bac de littérature de TERMINALE L, de 2001 à 2014 – La BD Olympe de Gouges de Catel et Boquet chez Casterman écritures: une jolie façon de découvrir cette femme extraordinaire dont personne ne parle plus, et qui a pourtant bien brassé notre pays. Elle s’est opposée à l’esclavage, a rédigé « la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » en 1791 et a obtenu le droit au divorce. Elle est morte guillotinée en 1793. – le livre « Ainsi soit-elle » de Benoîte Groult qui m’a fait découvrir plein de femmes de lettres méconnues, et m’a amenée à réfléchir sur la condition des femmes depuis toujours dans le monde. extrait:« »Qu’est ce qui leur prend, soudain, aux femmes? Pour le coup, quand j’ai réalisé qu’en plus de dix ans aucune écrivaine n’était tombée au bac de Français, j’ai râlé. J’ai bon espoir que la prise de conscience se fasse tout doucement. Love,Diglee

http://diglee.com/femmes-de-lettres-je-vous-aime/

Related:  La femme est un homme comme les autresFemmes et Histoirehalflady

La pilule du féminisme – Entrez dans la matrice J’ai avalé la pilule du féminisme. Cette expression, on l’entend souvent de la part des féministes, ou – si vous préférez – dans la bouche de celles et ceux qui se sont rendus compte. Une métaphore bien trouvée et dans laquelle on peut lire une référence à la pilule contraceptive, cette pastille journalière pour laquelle les féministes se sont battu·e·s et ont vaincu. Mais pas seulement. Une appli qui fait vibrer votre téléphone près des lieux où les femmes ont fait l'Histoire Près d’une semaine après la Journée Internationale du Droit des Femmes, le mouvement féministe international SPARK veut rappeler que cette cause ne se limite pas à un jour dans l’année. Fruit d’une collaboration avec Google, le groupe a lancé au début du mois la campagne Women on the map (Les femmes sur la carte), en réaction à la faible place réservée aux femmes dans les hommages et récits historiques de nombreux pays. Intégré à l’appli d’exploration urbaine Field Trip, le projet propose aux détenteurs de smartphones du monde entier de recevoir une notification lorsqu’ils s’approchent d’un lieu où les femmes ont marqué l’Histoire.

Briser le tabou du « privilège » pour lutter contre le racisme et le sexisme Toute personne devrait se sentir concernée par la lutte contre le racisme et le sexisme non pas – ou pas seulement – parce qu’elle défendrait le principe de l’égalité, mais avant tout parce qu’elle est impliquée dans les rapports de domination que le racisme et le sexisme légitiment et font perdurer, y compris quand elle n'en est pas victime. Comment comprendre le fonctionnement d’une domination en n’en regardant qu’un versant – la discrimination des personnes qui en font l’objet – et en refusant de voir ce qui en résulte mécaniquement : des avantages pour les autres. Dans la mesure où ces avantages se caractérisent par le fait que leurs bénéficiaires en sont la plupart du temps inconscient-e-s, il est essentiel de se rendre compte que vouloir en rester inconscient-e, c’est refuser de se montrer responsable. Et c’est aussi renforcer une domination qui tire sa force du fait d’être invisible, d’être partiellement ou mal analysée – et l’analyse est effectivement complexe[1].

Ce qu’elles veulent « Elles ont déjà le droit de vote, mais que veulent-elles de plus ? » Elles veulent Une petite histoire des femmes dans les jeux vidéo de sport Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par William Audureau Le jeu de football « FIFA 16 » permettra de jouer des sélections féminines. Un événement médiatique, mais qui n’est toutefois pas une première. Contrairement à une idée répandue, les tout premiers jeux vidéo, à l’époque des salles d’arcade, ne visent pas spécifiquement les hommes. Stop Harcèlement de rue (c’est quoi le slut shaming? Clique) L’article que j’ai écrit sur Madmoizelle raconte comment j’ai récemment répondu à différentes agressions verbales sexistes et/ou sexuelles (grâce notamment aux conseils du blog « Projet Crocodiles »), et vous pouvez le lire ici. Voilà. Cette (première?) petite mise au point me semblait nécessaire.Ceux qui me connaissent dans la vie savent que je suis intransigeante dès qu’il s’agit de l’égalité homme-femme.

Féminisme radical Le féminisme radical se démarque des mouvements féministes qui visent à le perfectionnement de la condition féminine par des aménagements de législation (réformisme) sans mettre en cause le dispositif patriarcal, quoique certaines féministes radicales (Catharine MacKinnon et Andrea Dworkin) aient exactement centrées leur lutte sur des réformes législatives. Avec d'autres, ce courant cherche à contester le modèle réformiste en rejetant les rôles sexuels archétypaux et en critiquant l'essentialisme, qui naturalise le rôle social de la femme en en faisant une donnée biologique, propre à sa constitution sexuelle. Il accompagne la libération sexuelle et le mouvement de libération des femmes aux États-Unis, en Angleterre, au Canada et en France. Le terme «féminisme radical» regroupe néanmoins des militantes ayant des positions variées, ou alors antagonistes. Le terme remonte au moins à 1969 avec l'apparition du FLFQ (Front de libération des femmes du Québec) [1]. Spécificité

À Lyon, les débaptiseuses de rues ont encore frappé ! En sortant de chez eux ce matin, les habitants des Pentes de la Croix-Rousse ont dû croire qu’ils étaient mal réveillés : toutes les rues (ou presque) de leur quartier avaient changé de nom durant la nuit ! Les plaques bleues des noms de rues et de places portant des patronymes biens virils (place Morel, rue Flesselles, rue de La Tourette, rue Bodin…) cohabitent désormais avec des affiches roses collées sauvagement et rendant, elles, hommage à des femmes. Ce n’est pas la première fois que des féministes lyonnaises mènent ce type d’opération : en 2014 déjà, elles avaient tenté d’instauré un peu plus de parité dans une toponymie encore très masculine : seulement 2% des rues françaises portent un nom de femme… Décentrer le féminisme Au contraire, elles ont choisi d’opérer un décentrage bienvenu en célébrant également les femmes en lutte sur d’autres continents que l’Europe ou l’Amérique du Nord.

Ne nous taisons plus ! Sources (garanties sans lien wikipédia) : Merci à tous d’avoir suivi cette publication. J’espère que les surfeurs comprendront que je ne les mets pas tous dans le même sac. J’ai d’ailleurs essayé (sans succès), d’entrer en contact avec l’un deux pour en parler dans la fin de ma BD. Ce gars là a été victime d’une attaque de requin, il a perdu une jambe, mais est devenu un de leur plus ardent défenseur. Ce n’est pas le seul surfeur particulièrement impliqué dans les enjeux écologiques, mais c’est une belle leçon pour tout ceux qui utilisent des arguments basés sur l’émotion !

"Slutwalk" - Au sujet des défilés de féministes-en-sous-vêtements J’ai essayé d’éviter d’écrire un essai sur les « slutwalks » (marches des salopes). J’ai laissé quelques bouts de textes ici et là dans ce party sans fin que constitue l’Internet, mais je préfère m’en prendre aux prostitueurs que critiquer des femmes qui sont, pour l’essentiel, bien intentionnées. Mais les choses se sont déclenchées lorsque Sunsara Taylor a écrit pour Revolution un essai intitulé « The Thing About slutwalks ... and a World Without Rape » (1) et m’a demandé mon opinion. Comme mon respect pour sa diligence n’a fait que croître depuis que nous avons fait connaissance à l’événement « Stop Porn Culture » de juillet dernier, j’ai pensé qu’elle méritait une réponse détaillée. Les anecdotes qu’elle présente de femmes rassemblées et discutant des enjeux entourant le viol ont du poids, et je la crois lorsque elle affirme que ce fut somme toute une occasion inspirante pour les femmes impliquées dans ces défilés.

Des histoires pour les filles rebelles : un projet numérique jeunesse étonnant L’idée de départ était de vous présenter un super eBook dont la campagne sur Kickstarter venait de commencer. Cet eBook s’appelle « Good night stories for rebel girls ». En faisant quelques recherches sur les auteurs/créatrices de l’eBook, je suis passée de surprise en surprise et en suis arrivée à la conclusion que ce livre, ses auteures et la boîte qu’elles ont créée sont remarquables. J’irais même jusqu’à dire que c’est ce qui se rapproche le plus du meilleur de la culture numérique pour enfants à l’heure actuelle. Elena Favilli et Francesca Cavallo sont italiennes et vivent aujourd’hui en Californie. 5 raisons pour lesquelles les droits des animaux concernent les féministes Article paru ici en décembre dernier, écrit par Aph Ko avec l’aide de Syl Kocieda. Les droits des animaux, c’est un problème féministe. Voilà, je l’ai dit. En fait, l’objectivation et l’exploitation des vies et des corps des animaux se devaient d’être examinées minutieusement par les féministes, étant donné que le féminisme a pour principe de se battre contre la façon dont le patriarcat ignore les intérêts et la subjectivité de certains êtres au profit d’autres arbitrairement considérés comme « supérieurs ». Un point encore plus terrifiant est que la vulnérabilité perçue chez les animaux est utilisée comme justification implicite de leur exploitation. En d’autres termes, parce que les animaux ne peuvent pas se défendre, donner ou non leur consentement, ou organiser une opposition, nous, en tant qu’humains, pensons que nous pouvons faire d’eux ce que nous voulons, généralement avec l’excuse de « prendre en compte » leurs intérêts.

La femme est un homme comme les autres Le nouvel ouvrage d’Irène Théry, « La Distinction de sexe : une nouvelle approche de l’égalité » (Odile Jacob), va sans doute nous faire beaucoup réfléchir. Pourquoi imaginer le masculin et le féminin comme des propriétés intérieures des individus, alors que ce sont plutôt des manières d’agir en relation aux autres ? Pourquoi classer les individus en femmes ou hommes, homosexuels ou hétérosexuels ? Alors que nous sommes tous des êtres humains à part entière et qu’aucun de nous n’est enfermé ni dans son sexe ni dans sa sexualité... Nous devrions plutôt reconsidérer la personne, sa biographie, son itinéraire, nous explique la sociologue Irène Théry, c’est la meilleure façon de réfléchir aux bouleversements de la société en matière d’égalité des sexes, qui ont eu lieu ces dernières décennies.

Related: