background preloader

Sociétés réelles, sociétés rêvées : une histoire de l'utopie

Sociétés réelles, sociétés rêvées : une histoire de l'utopie

http://une-histoire-de-lutopie.edel.univ-poitiers.fr/

Related:  gommartBonheur & sociétéThème bonheurUE 53 Médiation numérique

10 banlieues américaines vues d’en haut Cherchant à illustrer l’étalement urbain, Christoph Gielen nous propose des photographies aériennes de grande qualité. Tantôt circulaires, d’autres fois hexagonales ou même octogonales, les formes cadastrales produisent une géométrie variée! Ce témoignage cherche à montrer la dépendance à l’automaubile, un élément central, au coeur du tissu urbain. Nuno Luciano: Auroville, la ville dont la terre a besoin Auroville (la Ville de l'Aurore) est située à une dizaine de kilomètres au nord de Pondichéry dans le Tamil Nadu en Inde. Cette ville expérimentale a été créée, en 1968, par une Française Mirra Alfassa (Mirra Richard), plus connue sous le nom de La Mère, compagne spirituelle de Sri Aurobindo, philosophe indien. Elle a pour vocation d'être « le lieu d'une vie communautaire universelle, où hommes et femmes apprendraient à vivre en paix, dans une parfaite harmonie, au-delà de toutes croyances, opinions politiques et nationalités ». Aujourd'hui, les Aurovilliens, issus d'une trentaine de pays, sont organisés en trente-cinq unités de travail: agriculture, informatique, éducation, santé, artisanat... Ils ont transformé l'endroit, désert à l'origine, en un jardin tropical. Auroville est construite d'après les plans conçus par l'architecte français Roger Anger.

Disney urbaniste : la ville de Celebration en Floride 1Depuis le début des années quatre-vingt-dix, la compagnie Disney a radicalement étendu le champ de ses activités autrefois cantonné à la production de films destinés à un public familial, et à la gestion de ses parcs de loisirs. Ces derniers, qui font partie du patrimoine de la compagnie depuis 1955 pour le plus ancien d’entre eux (Disneyland/Anaheim en Californie), ont perdu progressivement leur rôle de pourvoyeur principal de bénéfices au profit de films destinés à un public plus adulte, de toute une panoplie de produits dérivés ainsi que de la récente subdivision touchant à l‘immobilier (1). 3Le succès rencontré par le projet auprès du public lors de la prévenue des maisons et appartements nous amène donc, au delà d’une simple description du projet, à nous demander ce que cette ville apporte finalement de plus par rapport aux autres types de développement suburbain. Au cœur de Disney World Figure 1 : localisation de Celebration en Floride

Théorie de la dérive Une ou plusieurs personnes se livrant à la dérive renoncent, pour une durée plus ou moins longue, aux raisons de se déplacer et d’agir qu’elles se connaissent généralement, aux relations, aux travaux et aux loisirs qui leur sont propres, pour se laisser aller aux sollicitations du terrain et des rencontres qui y correspondent. La part de l’aléatoire est ici moins déterminante qu’on ne croit : du point de vue de la dérive, il existe un relief psychogéographique des villes, avec des courants constants, des points fixes, et des tourbillons qui rendent l’accès ou la sortie de certaines zones fort malaisés. Mais la dérive, dans son unité, comprend à la fois ce laisser-aller et sa contradiction nécessaire : la domination des variations psychogéographiques par la connaissance et le calcul de leurs possibilités. Le hasard joue dans la dérive un rôle d’autant plus important que l’observation psychogéographique est encore peu assurée. Guy-Ernest Debord

Présentation de Luc Schuiten « Le paysage urbain a un passé, un présent et un futur qui est parfaitement perceptible à l’observateur attentif. C’est ce que je tente de montrer dans mes tableaux en intégrant la 4ème dimension dans le champ d’un cadre limité à 2 dimensions. Par cette façon de procéder j’invite les gens à entrer dans mes œuvres pour mieux percevoir les mutations en cours et les vrais enjeux d’un monde nouveau à bâtir. » Depuis près de 40 ans, l’architecte Luc Schuiten cherche inlassablement des solutions alternatives à la dégradation de l’environnement et à l’architecture objet de design, banalement mondiale. Présentation Arrêt sur image de la ville, elle est un prétexte pour se raconter à soi et aux autres nos chemins, notre ville : nos entours. Parlant de soi et de l’autre, elle dit et imagine ce qui était déjà là : le commun Au terme de la création, l’exposition des cartes dans la rue suscite un débat informel sur la ville et la place tenue par chacun en son sein. La carte ainsi exposée publiquement fonctionnerait comme une invitation à dire son parcours, à projeter sa représentation du commun et à déconstruire certaines évidences Notre identité ce viendrait pas d’un sol ou d’une prétendue identité fixe ?

antiAtlas Journal 01 - Art, science et cartographie participative antiAtlas Journal #01 - Printemps 2016 Sarah Mekdjian et Marie Moreau Sarah Mekdjian est enseignante-chercheuse au département de géographie sociale de l’Université Grenoble Alpes et au laboratoire PACTE. Elle travaille à des manières de faire, entre recherche et création, qui permettent d’interroger et de déstabiliser les statuts, entre autres, de chercheur·se·s, artistes ; migrant·e·s, citoyen·ne·s. Marie Moreau vit et travaille en Rhône-Alpes, elle est diplômée de l’École Supérieure d’Art de Grenoble. Réalisatrice, artiste-exploreuse, ses films et ses installations sont actuellement présentés en France et à l’étranger. Des utopies en général Notre époque est celle des utopies. Elles sont nombreuses, de l'«american way of life» au communisme et aux «droits de l'homme», et elles possèdent toutes le pouvoir de mobiliser les foules. Mais, malgré ce pouvoir, elles ne sont pas «comprises» par leur partisans qui ne suivent, en leur nom, rien d'autre qu'une idée vague, non définie. Comment espérer alors que ces utopies deviennent réalité?

Archigram « Archigram ou un graphisme d’utilité utopique. Groupe d’architectes britanniques emblématique des sixties, Archigram introduit le graphisme au cœur de la cité dans des projets où la culture vernaculaire et pop, des pulps aux comics, révolutionne les concepts urbanistiques et environnementaux. » – Pierre Ponant cit. étapes: 151 – « Archigram (association des termes architecture et télégramme) est initialement une revue d’architecture avant-gardiste britannique des années 60 dont 9 numéros sortiront de 1961 à 1974. Initiée par six architectes, Peter Cook, David Greene, Mike Webb, Ron Herron, Warren Chalk et Dennis Crompton, la revue sera le support d’un mythe. Le milieu des années 50 incarne l’apogée de la production de masse.

Approfondissement théorique: la perception du paysage urbain selon Kevin Lynch Approfondissement théorique: la perception du paysage urbain selon Kevin Lynch Urbaniste et universitaire américain, Kevin Lynch fut professeur au MIT et participa en qualité de conseiller à plusieurs projets d’aménagement aux Etats-Unis, dont le projet de remodèlement du centre de Boston. Par son ouvrage fondateur « L’image de la cité » (The Image of the City, 1960), Lynch refonda la légitimité de l’analyse visuelle du paysage urbain, à un moment où la pratique urbanistique était essentiellement fondée sur l’analyse fonctionnelle de l’espace. Dans d’autres ouvrages, Lynch explore la présence du temps et de l’histoire dans l’environnement urbain (What time is this place?, 1972), et l’exploitation des perceptions et des valeurs humaines comme nouvelle base de conception pour un urbanisme meilleur (Good City Form, 1984).

ÉDITIONS B42 ♦● Voir l'architecture Today, our daily life depends as much on the architecture of digital data as on that of the built environment. Despite our different uses of these constructions, they pose the same questions of structure, organization, access, pathways, visibility, protection and identity. Going beyond a consideration of their irreducible material individuality, these essays seek to examine the processes that come into play at the moment of conception – in the past and in the present – of some of the critical moments in the perception of these architectures. Edited by Annick Lantenois Gilles Rouffineau B42 l Voir l'architecture — Seeing Architecture from B42 on Vimeo.

Françoise Choay, L'urbanisme, utopies et réalité, une anthologie (1965) ∞ Dérivations Quoique sorti en 1965, le livre L’urbanisme, utopies et réalités. Une anthologie de Françoise Choay me semble mériter une place parmi les outils qui permettent d’analyser l’évolution des villes aujourd’hui. L’auteure situe les grandes idées à propos de l’aménagement urbain dans un cadre idéologique et historique des courants de pensée, cadre qui continue à fonder les orientations prônées par les différents acteurs urbains, même si elles sont rarement explicitées.

10 Exemples, projets et théories Auroville, la cité de l'aurore, près de Pondichéry, sur la terre du Bengale, sera aussi la ville de la paix et de l'harmonie, une capitale du "bonheur au-dessus de toute croyance, de toute politique et de toute nationalité". Créée par le philosophe et penseur mystique Sri Aurobindo, elle a été prise en charge par ses héritiers, la Sri Aurobindo Société, et sera construi­te par une équipe d'architectes et d'urbanistes français. Elle coûtera 350 milliards d'anciens francs.

Related: