background preloader

Aïkido

Aïkido
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'aïkido (合気道, aikidō?) est un art martial japonais (budo), fondé par Morihei Ueshiba O sensei entre 1925 et 1969[réf. nécessaire]. L'aïkido se compose de techniques avec armes et à mains nues utilisant la force de l'adversaire, ou plutôt son agressivité et sa volonté de nuire. De plus l'Aïkido est aussi intimement lié à la religion Shinto. Historique de l'aïkido[modifier | modifier le code] Comme la plupart des budō modernes (judo, karaté, kendo…), l'aïkido est l'héritier des arts martiaux développés durant les périodes de guerre, qui furent modifiés lors des périodes de paix (ère Tokugawa) et de la disparition de la classe des samouraïs (restauration de Meiji). Morihei Ueshiba était un fervent pratiquant shinto, il fut également initié à la religion Ōmoto-kyō, au bouddhisme Shingon et au Kototama. Le terme aïkido[modifier | modifier le code] Calligraphie des trois caractères formant le terme « aikido », de haut en bas : ai, ki, dō. Related:  psychologie / spiritualité

Aïkibudo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'aïkibudo (合気武道, aikibudō?) est un art martial traditionnel d'origine japonaise (budō) essentiellement basé sur des techniques de défense. Il est très proche de l'aïkido qui hérite des mêmes enseignements issus des pratiques martiales des samouraïs. Histoire[modifier | modifier le code] Morihei Ueshiba, fondateur de l'Aïkidō, a fait évoluer sa vision de l'art martial tout au long de sa vie. Certains de ses élèves créeront à leur tour leur propre style; l'un d'eux, Minoru Mochizuki viendra en France promouvoir l'aïkido d'alors. L'un d'eux, Alain Floquet, initié à l'aiki jūjutsu, et pratiquant lui-même d'autres arts martiaux, décide de l'enseigner en France. Surtout développé et enseigné en France, l'aïkibudo est en développement et connait une croissance du nombre de ses pratiquants en Europe et à travers le monde. — Pensée en mouvement, Alain Floquet, édition Budo Description[modifier | modifier le code] Les grades[modifier | modifier le code]

Impuissance apprise Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Test de laboratoire sur l'apprentissage des animaux : un rat nageant dans un labyrinthe. L'impuissance apprise a été proposée en 1975 par Martin Seligman, professeur de psychologie expérimentale sous le terme de théorie de l'impuissance apprise et a été, par la suite, reformulée avec l'aide d'Abraham et de Teasdale en 1978 sous le terme d' « attribution et impuissance apprise »[2]. Cette théorie a finalement été révisée et complétée par Abramson, Metalsky et Alloy, en 1989, sous le terme de « théorie de manque d'espoir ou de désespoir »[2]. Définition[modifier | modifier le code] Il s'agit d'un état psychologique, résultat d'un apprentissage dans lequel le sujet fait l'expérience de son absence de maîtrise sur les événements survenant dans son environnement (peu importe la valence positive ou négative de l’événement). Cette expérience, tendrait à l'adoption par le sujet, animal ou humain, d'une attitude résignée ou passive.

Aïkijutsu Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Aikijutsu (合気術, Aikijutsu?), aussi écrit "aiki-jutsu", "aiki-jitsu", "aiki-ju-jitsu", "aiki-jujitsu", "aiki-ju-jutsu", "aiki-jujutsu", "aikijutsu" et "aiki-no-jutsu" — Aïki-no-jutsu étant l’ancien terme (dont la première apparition daterait de 1873 selon certains, du milieu du XVIe siècle selon d’autres) est un art (Technique) de l’harmonisation des énergies. Historique[modifier | modifier le code] Les historiens japonais attribuent la création de l’aïkijutsu alors aiki-in-yo-ho (aïki in’yo ho) « l’utilisation du pouvoir in et yo des énergies unifiées » à (Shinra Saburo) Minamoto no Yoshimitsu (1056 – 1127) et dans une moindre mesure à son frère aîné Minamoto no Yoshiie (1041 – 1108). Issu de la doctrine In-Yo-Ho, qui recherchait l’harmonie entre l’homme le ciel et la terre, le principe de base aïki-ho mettra l’accent sur la non-résistance à l’action ou à la réaction d’un adversaire. Spécification[modifier | modifier le code]

Conditionnements Un livre de Wikilivres. L'habituation et la sensibilisation sont des apprentissage dits non-associatifs, qui se contentent d'augmenter ou de diminuer l'intensité d'un réflexe ou d'un comportement acquis. Mais ces deux mécanismes agissent sur des comportements déjà existants, comme des réflexes. Expériences[modifier | modifier le wikicode] Pour montrer à quoi peut ressembler ce conditionnement de Pavlov, nous allons prendre quelques expériences, qui serviront d'exemples. Expérience des chiens de Pavlov[modifier | modifier le wikicode] Tout commença dans les années 1890 : un scientifique du nom de Pavlov s'était mis en tête d'étudier la sécrétion de sucs gastriques par les chiens. Dans ses expériences, Pavlov faisait ses études avec l'aide d'un appareil qui recueillait la salive des chiens. Mais, chose étonnante, plus l'expérience durait, plus les chiens commençaient à saliver avant leur repas. Expériences sur des rats[modifier | modifier le wikicode] Principe[modifier | modifier le wikicode]

American kenpo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’American kenpo est, dans son sens littéral, un terme générique désignant un ensemble de systèmes de combat d'origine hawaïenne qui se sont développés aux États-Unis. Cependant, ce terme désigne souvent de manière spécifique le système de combat créé par le grand maître Ed Parker aux États-Unis au milieu des années 1950. Ce système est souvent désigné sous divers termes tels American kenpo, Ed Parker Kenpo, Kenpo Karaté, Ed Parker American kenpo Karaté (E.P.A.K), etc. En France, les termes souvent utilisés pour sa désignation sont American kenpo ou Kenpo américain. Histoire[modifier | modifier le code] L’American kenpo, dans ses origines lointaines, est issu du Kenpo hawaïen qu’enseignait le Professeur William K.S. Celui-ci est structuré à partir de son expérience des situations de combat de rue auxquelles il aura à faire face dans sa jeunesse. Évolutions[modifier | modifier le code] Les organisations les plus en vue dans le monde sont :

Induction et conformisation Dans les années soixante-dix aux Etats-Unis, une institutrice, du nom de Jeanne Elliot, a expérimenté l'induction de stéréotype en milieu naturel. L'expérience se déroulait dans sa propre classe. Dans un premier temps, elle dit à toute sa classe qu'une récente étude avait prouvé que les personnes avec les yeux marron étaient moins intelligentes que celles avec les yeux bleus. Pour appuyer ses propos, l'institutrice a recourt à "l'exemple typique" pour justifier le stéréotype. Ensuite, l'institutrice va observer le comportement des enfants en récréation puis elle va soumettre une dictée aux enfants. En fait, les enfants aux yeux marron (victime du stigmate) vont être davantage repliés sur eux même. Deux jours plus tard, l'institutrice dira aux enfants qu'il y a eu une erreur et que désormais il est certain que ce sont les enfants aux yeux marron qui sont supérieurs à ceux avec les yeux bleus. Et là, elle observe et évalue les enfants.

Kajukenbo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le kajukenbo est un style de kenpo orienté vers la self défense. Sa création est due à une réflexion commune ayant pour origine l’insécurité et la violence qui régnaient sur l’archipel d’Hawaï à la fin des années 1940. Issu de l’étude et de la comparaison de différents arts martiaux, il a été créé par un collège de cinq experts en arts martiaux dont Adriano Emperado. Les cinq styles ayant servi de base à la création du kajukenbo ont aussi servi à former son nom (kajukenbo = ka : karate + ju : judo et jujutsu + ken : kenpo + bo : boxe). Histoire[modifier | modifier le code] Vagues d’immigration, violence et mixité des styles[modifier | modifier le code] À l’origine, l’économie de l’île d’Hawaï dépendait de la culture de la canne à sucre. Ce sont les Chinois qui arrivèrent en premier lieu sur l’île. À partir de 1920, on organisa des « compétitions » entre arts martiaux différents, un boxeur contre un judoka, par exemple.

L Inhibition de l action : Henri Laborit "L'inhibition de l'action" du Pr Henri Laborit Baudouin Labrique © Cette page est généralement classée N°1 sur Google (recherche sur le mot "inhibition de l'action") "L'inhibition de l'Action", biologie comportementale et de physio-pathologie de Henri Laborit, aux Editions Masson et aux Presses Universitaires de Montréal (1980) (ISBN : 2-225-80641-1 / Ean 13 : 9782225806414) : il y expose déjà le résultat de ses recherches en psychosomatique relatives à l'incidence de situations conflictuelles sur le somatique au moment où le Dr Hamer commence à peine ses travaux sur le même sujet, mais en se gardant (erratiquement) de faire référence à Laborit comme de parler de psychosomatique ! La "loi d'airain" du Dr Hamer ne fait ainsi que reprendre ce que Laborit a découvert et pourtant le Dr Hamer qui ne pouvait pas ne pas le connaître, ne le nomme pas ! L'inhibition de l'action peut être le facteur déclenchant de désordres neuro-psycho-immulogiques. [° Att ! Henri Laborit est né en 1914, à Hanoi. 1. "1.

Bando (art martial) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ce style de combat de Birmanie est la partie sans armes du Thaing Birman. Il remonterait au IIIe siècle, lorsque les moines des monastères du nord de la Birmanie voulaient se défendre et s’entretenir physiquement. Depuis le XXe siècle, il désigne, en particulier dans le thaing, le travail à mains nues et notamment celui des techniques animales. Cette discipline appartient au système des pratiques « dures » (dites « formes externes »). Très efficace et complète, cette science du combat allie une grande variété de modes de combat : travail de percussion, de saisie, de projection et de soumission. Les origines de cet art que nous appelons aujourd’hui « bando » sont donc plutôt obscures et imprécises. Percussion directe de type « tigre » avec la paume de main On peut cependant avancer que le lien entre le bando et les temples locaux est presque aussi ancien que le bando lui-même. Coup de poing plongeant de type "cobra"

Related: