background preloader

Jusqu’où écrire pour Google

Jusqu’où écrire pour Google
Les éditeurs de sites web n’ignorent pas que les moteurs de recherche existent, et que, parmi eux, Google jouit d’une position hégémonique. Ils n’ignorent pas non plus que sur le web « exister, c’est être indexé par un moteur de recherche »[+] NoteLucas INTRONA, Helen NISSENBAUM « Shaping the web: why the politics of search engines matters », The Information Society, 16, 2000, p. 171. [1]. Enfin, ils n’ignorent pas que la place de leurs pages web dans les listes de résultats dépend en partie de leurs actions : sujets traités, structure du site, vitesse de chargement, formats, mots, liens, code. Certains éditeurs agissent par conséquent en fonction de ce qu’ils savent, ou croient savoir, à propos des algorithmes de classement des moteurs en général, et de Google en particulier. [2]. Certains éditeurs n’hésitent pas à détourner les règles pour piéger Google De nombreux éditeurs se conforment à la « norme de publication » ainsi promue par Google.

http://www.inaglobal.fr/numerique/article/jusqu-ou-ecrire-pour-google-8213

Related:  Journalisme et WEB 2.O , presse numériqueInfos GoogleLecture écriture

[Édito] Facebook, son kiosque et la presse : et si le pire était encore à venir Semaine chargée dans le domaine de la presse, puisque les conférences sur son financement et son avenir se sont succédé. Mais finalement, c'est une annonce autour de Facebook qui a retenu toute l'attention. De quoi nourrir une préoccupation pour ce secteur en mutation, qui devrait plutôt se préoccuper de la bataille d'après. Cette semaine, la presse évoquait son avenir en partie financé par Google à travers le Fonds pour l’Innovation Numérique de la Presse (FINP), à l'occasion de la conférence Vers les médias de demain.

Qu'est-ce qui se cache derrière Alphabet, le vaisseau mère de Google ? - Tech Depuis août 2015, Google est redevenu un moteur de recherche : c'est Alphabet qui s'occupe de gérer toutes les filiales et entreprises de Larry Page et Sergueï Brin. Pour y voir plus clair, nous les avons toutes regroupées en une infographie. Mise à jour du 14 décembre 2016 : ajout de Waymo dans la galaxie Google. SantéLes abc de la santé Calico — Californie Life Company Calico est une société spécialisée dans la biotechnologie qui s’est lancée comme défi de lutter contre le vieillissement et ses maladies associées. Faisant écho au courant transhumaniste, qui souhaite entre autres produire l’élixir de la jeunesse éternelle grâce à la technologie, Alphabet espère être un bonne place dans cette folle course à la jeunesse grâce à Calico.Verily — C’est la branche santé d’Alphabet.

Qu'est-ce que la lecture sociale Hier « lecture 2.0 », aujourd’hui « lecture sociale » (et ses variantes : « livre 2.0 », « livre social », etc.) : la « lecture sociale » semble suivre les évolutions sémantiques du « web 2.0 », devenu « web social ». Trop chargées idéologiquement, trop flottantes, ces expressions doivent néanmoins être prises au sérieux. Elles sont en effet au croisement de mondes sociaux (monde des institutions, monde des entreprises, etc.) qui parviennent à se réunir et à se comprendre, malgré les différences qu’ils attachent aux significations de ces expressions.

Le native advertising, un poison pour la presse en ligne Les revenus publicitaires engrangés par Internet dans le monde devraient dépasser cette année 150 milliards de dollars. À lui seul, Google récoltera plus de 30 % de ce pactole, et Microsoft, Yahoo! et Facebook s’en partageront 15 %. Dans l’Hexagone, les quatre mousquetaires états-uniens détiendront au moins 50 % de part de marché sur les quelque 3 milliards investis dans le numérique. Et la presse ?

L'histoire du référencement et des moteurs de recherche depuis 1994 Aujourd’hui, Google permet d’accéder à des contenus nombreux et variés sur Internet : textes, images, vidéos, applications… L’intégration récente du Knowledge Graph permet également aux internautes de visualiser des informations pratiques, directement sur les pages de résultats. Tout ceci nous paraît finalement très naturel aujourd’hui, mais les moteurs de recherche n’ont cessé d’évoluer ces 20 dernières années. Pendant ce temps, les techniques SEO, permettant d’améliorer le référencement des sites sur les moteurs, se sont adaptées. HubSpot a partagé un document sur SlideShare, qui retrace l’histoire du référencement et des moteurs. En 1994, il y a bientôt 20 ans, Brian Pinkerton créait le premier « crawler », ces robots capables de parcourir les pages web pour les analyser et les indexer. Résultat : la premier annuaire basé sur cette technologie était né, il s’appelait WebCrawler et rassemblait 25 sites web.

SensCritique et Babelio : comment la lecture sociale évolue-t-elle Engagées depuis quelques années sur le web, Babelio et SensCritique sont deux start-up dynamiques. La première est exclusivement dédiée aux livres, tandis que la seconde met en avant plusieurs univers culturels (livres, cinéma, séries TV, musique, jeux vidéo). Ces plateformes agrègent des avis et des évaluations, mettent les internautes en relation et proposent des moteurs de recommandation automatisée qui suggèrent des idées d’œuvres à partir de l’identification des préférences. Co-fondateur de Babelio en 2007, Pierre Fremaux travaille sur l'évaluation des projets de recherche et sur les interfaces homme-machine, tandis que Guillaume Boutin, co-fondateur de SensCritique en 2011, est responsable de la monétisation et des partenariats.

Media : Google News devant la presse traditionnelle L’étude 2015 Edelman Trust Barometer vient tout juste de sortir et c’est un fait historique qui en ressort : en terme de confiance concernant l’information générale, les moteurs de recherche (comprenez Google Actualités) se placent en première place, devant la presse traditionnelle, avec 64% contre 62% pour cette dernière. Les internautes estiment plus fiables les informations diffusées par les moteurs de recherche qu’ils utilisent que celles communiquées dans les journaux ou à la télévision. Les réseaux sociaux enregistrent quant à eux un petit 48% en croissance depuis 2 ans. Et sans surprise, ces chiffres explosent concernant les digital natives (Millennials). Via

Tout ce qu’il faut savoir sur Alphabet, la nouvelle maison mère de Google Google devient Alphabet, mais Google continue d’exister au sein d’Alphabet : si vous n’avez rien compris aux annonces de Google, la nuit dernière, tour d’horizon des principales questions. Que s’est-il passé ? Google a annoncé, à la surprise générale, une importante restructuration, dans la nuit de lundi 10 à mardi 11 août. L’entreprise change de nom et devient Alphabet, une holding qui supervisera toutes les filiales du groupe. Le changement devrait être effectif au début de 2016 : Alphabet supervisera une série d’entreprises, dont Nest (objets connectés), Calico (lutte contre le vieillissement) et Google. Google a-t-il disparu ?

Dominique Lahary : contributions à texte-e Contributions de Dominique Lahary au colloque virtuel text-e BPI, octobre 2001-mars 2002 Voir aussi: Le témoignage d'un invité : 6 mois de vécu, in : text-e : Écrans et réseaux, vers une transformation du rapport à l'écrit. Bulletin des Bibliothèques de France n°4, 2002 Lecteurs et lectures à l'âge de la textualité électronique / Roger Chartier Furetage, oralité, littérature grise, 25 octobre Babel ou le choix du caviste: la bibliothèque à l'heure du numérique / L'équipe de la BPI Spécifique, la BPI ?

Comment Facebook est en train de dévorer les médias, menaçant leur survie Vous avez vu des vidéos en autoplay dans votre fil? Avec cette innovation, le réseau social pourrait faire mettre la clé sous la porte à bon nombre de sites d'information. On vous explique pourquoi. Pendant un instant, imaginez que vous êtes le propriétaire d'un site Internet. Vous vendez des publicités sur ce site, ce qui fait que plus de gens le visitent, plus vous gagnez de l'argent.

Un bon site Internet, c'est quoi ? Réponse de Google... Il y a quelques semaines, un document exceptionnel a fait surface sur Internet : sur 160 pages, Google expose les critères qui définissent un bon site Internet à ses yeux. Comment le moteur de recherche le plus célèbre au monde évalue-t-il la qualité d’une page web ? Aujourd’hui, c’est mon anniversaire et en bonne Google-addict, j’ai décidé de fêter ça en mettant Google à l’honneur… et lisant pour vous ce document (les « Search Quality Guidelines »).

Figure du livre Depuis plus de cinq ans, nous remarquons sur Internet l'émergence d'oeuvres hypermédiatiques reprenant la figure du livre à l'écran. La lecture de telles œuvres peut paraître similaire à celle à laquelle le lecteur est habitué, mais la navigation dans celle-ci s'effectue grâce à la souris. Par conséquent, la manipulation du livre est différente, car il ne doit pas uniquement être lu, mais vu et entendu, puisqu'il s'explore par des hyperliens, des images, des vidéos et de l'animation.

La place des réseaux sociaux dans l'information journalistique / E-dossier de l'audiovisuel : Journalisme, Internet, libertés Arnaud Mercier est Professeur en Sciences de l’information et de la communication. Responsable de la licence professionnelle "journalisme et médias numériques" à l’Université de Lorraine, ses thèmes de recherches concernent, notamment, la communication politique, les traitements médiatiques, la sociologie du journalisme et du webjournalisme. Il est membre du comité scientifique des Cahiers du journalisme et du comité de rédaction de la revueQuestions de communication. ______________________________Médias et réseaux sociaux sont devenus des espaces d’expression pour des millions de gens sur Internet. S’il n’est pas encore majeur, le poids de ces réseaux sociaux, tels Twitter ou Facebook, dans l’interaction entre journalistes, sources et lecteurs, la progression des usages informatifs et la croissance rapide du nombre d’inscrits préfigurent un support pour l’information. Une tribune libre : le réseau social comme espace d’expression non contraint

« Droit à l’oubli » : Google condamné à 100 000 euros d’amende La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) a annoncé, jeudi 24 mars, avoir condamné Google à 100 000 euros d’amende pour son application jugée trop restrictive du « droit à l’oubli ». Ce dispositif, consacré par une décision de la Cour de justice de l’Union européenne en mai 2014, donne aux citoyens la possibilité d’obtenir le déférencement d’informations les concernant directement dans le moteur de recherche. Mais Google n’accepte d’appliquer le « droit à l’oubli » que pour des recherches faites à partir de ses extensions européennes (comme Google.fr par exemple), pas à partir de son site Google.com. « La solution consistant à faire varier le respect des droits des personnes en fonction de l’origine géographique de ceux qui consultent le [site concerné] ne permet pas aux personnes de bénéficier du plein effet de leur droit au déréférencement », a expliqué la CNIL. Le « filtrage géographique », pas suffisant pour la CNIL

Related: