background preloader

Un bon prof ... MM

Un bon prof ... MM
Related:  Former des jeunes collègues

Conseils et ressources pour débuter dans l'enseignement - 2013 Attention actualisation ! ----------- L’année scolaire qui vient de s’achever a été marquée par une très riche actualité éducative. Je me suis longuement exprimé sur mon blog (voir mes deux billets “Des Espé…rances”et “entre espoir et inquiétudes”) et dans les médias (interviews à France Info et France Culture) sur l’avenir de la formation initiale des enseignants. Il s’agit donc essentiellement d’une webographie en commençant par ce que j’ai pu moi même écrire sur ce blog et par les productions des Cahiers Pédagogiques mais aussi en proposant quelques ressources glanées au hasard de mes butinages et de ma veille pédagogique sur les réseaux sociaux. Réflexions et conseils personnels Les Cahiers Pédagogiques : un outil d’auto-formation Depuis sa création en 1945, la revue “Cahiers Pédagogiques” est un moyen de diffusion des pratiques et des recherches. Pour finir ce chapitre (assumé !) Métier professeur ❝- L’enseignant est aussi un éducateur. Référentiels Et ailleurs ? Néo-pass @ction

untitled Le CRIJ Limousin innove en publiant en décembre 2014 le guide Panorama des Serious Games métiers. Cet impressionnant dossier de 93 pages (en pdf) propose de découvrir 73 jeux sérieux dans différents domaines professionnels : métiers de la communication, de l’économie, des transports, de l’agriculture, de la médecine, de l’ingénierie… Créé comme outil pour les professionnels de l’information, il a été réalisé par le CRIJ Limousin en partenariat avec la Cité des métiers de Limoges et du Limousin. Ce projet soutenu par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (Ministère chargé de la jeunesse) propose donc 73 fiches techniques de serious games métiers avec bref descriptif, capture d’écran et infos essentielles (type, adresse URL, année de création, mots-clés, inscription nécessaire ou non, prix, nom de l’éditeur, langue utilisée, durée du jeu). Licence : Contrat spécifique : merci de prendre contactGéographie : Limousin Tags: atelier, création, guide, jeu serieux, métier, S NetEmploi

Élèves en difficulté et métacognition : qu'en disent les neurosciences ? On observe que les élèves en difficulté ont du mal à produire une réflexion métacognitive. La métacognition serait-elle trop difficile pour cette clientèle ? Peut-être que ce n’est pas pour eux ? Suite à une question soulevée par l’une de nos participantes à l’atelier TIC et métacognition tenue à l’AQUOPS en 2009 : « Pourquoi les élèves en difficulté ont-ils tant de mal à effectuer une réflexion métacognitive », nous avons cherché à y répondre. La réponse que nous avons trouvée est très encourageante. Apprendre La conception que nous avons de ce qui ce passe dans la tête d’un élève lorsqu’il apprend provient des grandes théories de l’apprentissage qui font encore autorité en ce moment : cognitivisme, constructivisme, socioconstructivisme. le cognitivisme [1] s’intéresse au processus de traitement de l’information lié à l’apprentissage et aux stratégies cognitives qui sont efficaces ou inefficaces dans ce processus. Comment rétablir ces fonctions du cerveau et rendre l’élève conscient ?

IFé : Qui doit former les enseignants ? Un collectif d’enseignants ou un collectif d’experts ? On ne peut apprendre qu’en décortiquant son activité c’est-à-dire à travers un travail réflexif. Travail qui ne peut être guidé que par des professionnels non jugeant, donc non pairs. La profession enseignante alors, qui peine à se définir, peut-elle le faire elle-même ou est-elle définitivement dépendante de l’expertise des chercheurs ? Qu’il soit collaboratif, collectif, coopératif, collégial, de concertation voire communautaire, le travail enseignant était au centre des interventions et des réflexions, le 5 novembre, à l’ENS de Lyon. L'Ifé-ENS et la chaire Unesco : « Former les enseignants au XXIème siècle » organisaient une conférence de consensus/dissensus sur la question « Former au sein des établissements scolaires ». Enseigner : est-ce seulement maîtriser sa discipline ? Assurément non, répond Michel Lussault, le Directeur de l’Ifé/E.N.S Lyon. Objectiver le travail enseignant L'oeil expert extérieur L'impact de l'IPR sur les pratiques... L'enseignant, objet ou sujet ? Adeline Meyer

Blocus, un sérious game pour mieux réussir à l’université! Notes et compétences, quelle équation ? C'est une question qui agite la salle des profs, à l'heure de la mise en oeuvre du socle commun. J'émets l'hypothèse de l'incompatibilité. La note sur 20 permet, à travers l'exemple de la dictée, de sanctionner les fautes. On peut rétorquer que dans les multiples évaluations notées, les points sont comptés en positif : on pointe les réussites des élèves par un point, qu'on pourra d'ailleurs décliner jusqu'au quart de point selon le degré d'approximation de la formulation de l'élève. Retirer un demi ou un quart de point sur une question permet de signifier à l'élève que sa réponse n'est pas parfaite, mais qu'elle comprend tout de même un élément de réponse positif. Si l'on se penche sur les moyennes (obtenues par de savants calculs coefficientés), ce "réel" est biaisé. Ces constantes s'expliquent par des mécanismes protecteurs de la part du professeur, obnubilés tant par la réussite des élèves, que par la moyenne que l'on présente en conseil de classe.

Gestion de classe : Les 9 ajustements de septembre Bonjour! En août dernier, je me suis amusé à écrire quelques trucs en gestion de classe que j’aime particulièrement (13 trucs en gestion de classe qui instaurent le respect). Au-delà d’être un ramassis de recettes personnelles, je crois, tout de même que les éléments de cet article pointent dans une direction de responsabilisation et le respect des élèves. Lorsque l’on s’entend dire qu’on a une classe difficile, c’est souvent des élèves plus turbulents que l’on parle, et non de l’ensemble. Plus il y en a, plus la dynamique du groupe en subit les répercussions, c’est pourquoi il est bien important de s’attarder à ces élèves. Les plus expérimentés (lire ici sage, et non ceux qui ont nécessairement le plus d’ancienneté) ont survécu à plusieurs rentrées, suffisamment pour savoir que la tâche qu’est l’instauration d’une ambiance de classe agréable ne se fait pas entre le 26 et le 27 août. Ces élèves, comme tous les autres, ont besoin aussi de voir leur évolution: soulignée. P.S. Au plaisir!

Triangle pédagogique Houssaye Dans son modèle de compréhension pédagogique, Jean Houssaye définit tout acte pédagogique comme l’espace entre trois sommets d’un triangle : l’enseignant, l’étudiant, le savoir. Derrière le savoir se cache le contenu de la formation : la matière, le programme à enseigner. L’enseignant est celui qui a quelques enjambées d’avance sur celui qui apprend et qui transmet ou fait apprendre le savoir. Jean Houssaye fait remarquer qu’en règle général, toute situation pédagogique privilégie la relation de deux éléments sur trois du triangle pédagogique. La principale critique faite à ce modèle porte sur la non-contextualisation de l’acte pédagogique dans une époque, une culture… En effet, cet acte pédagogique se passe à un moment historique et géographique, dans un environnement humain, politique, et social qui explicite le processus EDUQUER que l’on retrouve dans le slogan « éducation et formation tout au long de la vie » de la Commission Européenne.

Les maudites moyennes Nous devons nous donner une vision plus positive de l’éducation, qui inclut l’erreur et l’imperfection Pendant pratiquement tout mon parcours scolaire, j’ai été conditionné à préférer la bonne note à l’apprentissage. Et, aujourd’hui, je me demande s’il y a moyen de ne pas propager le même esprit de comparaison dans les classes. C’est peut-être juste une période. Je suis certain que ça me réveille la nuit. La mentalité du système scolaire devrait être la même qu’un bon joueur de golf : tu joues contre toi-même. Au secondaire, pendant une période où l’estime de soi est en con (des)struction, où le regard des pairs devient aussi important – sinon plus – que le regard des parents, on pousse tout naturellement les élèves à se comparer entre eux, à s’autocatégoriser dans des « castes » allant de la au en maths, en passant par le doubleur. Je ne sais pas si c’est par sa simple présence que l’outil de comparaison est néfaste ou par son utilisation.

Related: