background preloader

Michel Bauwens : « Quand survient le chaos, il faut déjà avoir les solutions »

Michel Bauwens : « Quand survient le chaos, il faut déjà avoir les solutions »

http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/06/quand-survient-chaos-faut-deja-avoir-les-solutions-258517

Related:  ECONOMIE DE PARTAGE PEER TO PEER

Après les Gafa, les nouveaux maîtres du monde sont les Natu Les Gafa, c’est tellement 2014... Voici venir l’ère des Natu. Natu, c’est l’acronyme de l’été 2015 ; celui qui réunit les quatre grande entreprises emblématiques de la « disruption » numérique : Netflix, Airbnb, Tesla, et Uber. Les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) sont toujours bel et bien là, affichant une santé économique insolente et une surface financière plus importante que bien des Etats ; néanmoins ces entreprises font déjà figure de « vieilles » (pensez, Mark Zuckerberg va être papa...) face à l’émergence de la nouvelle génération des géants américains, qui surfent sur de nouveaux modèles. Cette mutation d’une vitesse spectaculaire du capitalisme à l’heure numérique affecte l’économie mondiale, la création et la destruction d’emplois à l’échelle planétaire, l’évolution de nos systèmes sociaux et du salariat ; ne pas chercher à comprendre le phénomène, qui n’a plus grand chose à voir avec la part d’idéalisme de l’économie du partage, condamnerait à le subir. Absence de débat

la Croix Mobile TRIBUNE de Hugues Sibille,président du Labo de l’économie sociale et solidaire (ESS) L’affaire Uber en est une preuve évidente : économie collaborative et économie coopérative ne sont pas synonymes. Elles ne doivent plus être confondues. L’économie collaborative, récente, est, selon Wikipedia, « une activité humaine qui vise à produire de la valeur en commun, en s’appuyant sur une organisation horizontale, rendue possible par les plates-formes Internet ; elle privilégie souvent l’usage sur la possession ». Ici commence une forme de mystification : supprimer les intermédiaires ne veut pas dire mettre en commun la valeur créée.

Blablacar, le covoiturage tué par la finance et l’appât du gain Il y a des jours où les coups de gueule remontent plus que d’autres. Aujourd’hui, fais partie de ces journées où l’on souhaite s’exprimer et montrer au plus grand nombre le mensonge et la calomnie proposée par certains services. Aujourd’hui, mon dévolu se tourne vers le site Blablacar, le site N°1 du covoiturage en France qui a réussi en l’espace de 5 ans à créer un esprit communautaire et humaniste autour du covoiturage et à le détruire, récit d’un inscrit de la première heure qui vomit ce qu’est devenue la dernière.

Michel Bauwens : « Uber et Airbnb n’ont rien à voir avec l’économie de partage » Pour ce théoricien de l’économie collaborative, seul le vrai « pair-à-pair » et la culture d’un « bien commun » constituent une réponse à la crise écologique et de civilisation de l’Occident. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Claire Legros (Propos recueillis par) Ancien chef d’entreprise, Michel Bauwens étudie depuis une dizaine d’années l’économie collaborative et ses réseaux qui s’organisent pour créer des outils partagés et mutualiser les savoirs et le travail. Auteur de « Sauver le monde, vers une société post-capitaliste avec le peer-to-peer » (Les Liens qui libèrent), il est l’un des théoriciens des « communs », un modèle économique et politique d’avenir selon lui, et une réponse à la crise écologique et de civilisation liée à la raréfaction des ressources.

Michel Bauwens,théoricien du pair à pair,l'économie du savoir partagé et des échanges non marchands - Le Temple des Consciences Pour lire la totalité de l’article sur Médiapart On le présente parfois comme le « Jeremy Rifkin de gauche ». Michel Bauwens, 56 ans, est l’un des plus influents théoriciens du pair à pair, cette économie du savoir partagé et des échanges non marchands née dans le monde du numérique. Avec la Fondation Peer To Peer, qu’il a créée, il s’attaque à un nouveau chantier intellectuel et politique : concevoir un modèle de transition vers une société des communs, où l’activité serait collaborative, en partie non marchande, plus écologique et plus heureuse. C’est le projet FLOK Society (« free, libre, open knowledge »), d’abord développé avec le soutien de l’Équateur. …Le monde du travail est en déclin.

Après le capitalisme - Les Echos Politique Valls évoque un remaniement, Duflot ferme la porte +VIDEO Manuel Valls n’écarte pas un remaniement du gouvernement après les mauvais résultats des départementales. L'ancienne ministre écologiste du... Conjoncture Emploi, investissement : ce que prépare Manuel Valls Michel Bauwens : « Il faut que la gauche sorte de la croyance dans l'État-nation » L'économiste belge Michel Bauwens est connu pour être le chantre du pair-à-pair et le fondateur de la P2P Foundation. Janique Laudouar, lectrice d'Usbek & Rica, l'a rencontré en février dernier à Chiang-Mai, en Thaïlande, avant qu'il ne rejoigne la Belgique pour un projet de cartographie des communs, à Gand. L'occasion de parler comptabilité contributive, bouddhisme digital, mais aussi d'une coalition mondiale de collectifs pour, peut-être, sauver le monde. Comment se porte l'économie collaborative censée être en train d'émerger ? Il y a actuellement une crise systémique. En Europe, on vient d’un système féodal, avec l’idée de base que l’homme est mauvais, mais que si on écoute les commandements divins, on peut s’améliorer.

Travailler tous ensemble pour travailler moins: quand les chercheurs imaginent l?entreprise de demain Non, le salariat en entreprise n'est pas une fatalité. Tout comme le statut d'auto-entrepreneur n'est pas la seule option pour les indépendants. D'autres structures dans lesquelles il est possible d'entreprendre existent.

Related: