background preloader

Les parents pris au piège des écrans

Les parents pris au piège des écrans
Tablette, smartphone, télévision… Ne faut-il pas limiter le temps d’utilisation des parents ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Guillemette Faure Vous pouvez baisser la télé que je puisse faire mes devoirs ! », demande un ado dans une pub radio pour Volkswagen. Exagéré ? Pas vraiment. « Mon fils n’arrive pas à décrocher de ses jeux », entendent les enseignants, qui voient ces mêmes adultes quitter une réunion de parents d’élèves pour prendre un appel. « Une espèce d’euphorie avec leurs écrans » « Au moment du coucher, ils regardent une vidéo sur leur tablette. Evidemment, on se dira que les enjeux ne sont pas les mêmes, entre un enfant dont les cellules grises sont en développement et un adulte pour qui les dés cérébraux sont quasi jetés. Lire aussi Si les mots de passe pouvaient parler Dans les trois quarts des cas, les parents utilisaient leur smartphone, la plupart d’entre eux plus absorbés par leur mobile que par leurs enfants. Des parents fascinés… et piégés

http://www.lemonde.fr/m-boulot-reseau/article/2015/04/03/les-parents-pris-au-piege-des-ecrans_4609486_4498015.html

Related:  Les comportements addictifs liés à l’usage du numériquePerles tiersLes comportements addictifs liés à l'usage du numériquefaureville_groupeb_psy

L'isolement - Pouvoir et société L'isolement social est la situation d'une personne que l'on éloigne de la societé, des autres groupes sociaux. Il y a une minimisation de la communication causé par la séparation physique ou social entre les individus. Les liens sociaux d'internet sont attractifs car ils sont ludiques, convivials et interactifs. Les moyens et outils de communication ne manquent pas. En effet, grâce aux différentes plates-formes d'internet les individus peuvent tout faire en restant connecté. Nomophobie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La nomophobie est une phobie liée à la peur excessive d'être séparé de son téléphone mobile. Étymologie[modifier | modifier le code] Le mot a été inventé au cours d'une étude menée en février 2008 par la UK Post Office qui accrédita YouGov, une organisation de recherche basée au Royaume-Uni, pour observer les angoisses subies par les utilisateurs de téléphones mobiles[1].

Interview : Serge Tisseron, psychanalyste JDN. Comment analysez-vous l'appropriation des nouvelles technologies de communication par les jeunes ? Serge Tisseron. Cyberdépendance ? Réalité clinique ou invention psychopathologique ? Depuis plusieurs années, être connecté à internet est devenu la règle, que ce soit dans le milieu familial, professionnel ou encore en matière d’éducation. En effet, nous aurions du mal à nous passer de ce nouveau média, quasi indispensable au quotidien. Suite au développement des technologies de l’information et de la communication, des scientifiques se sont penchés sur la question des dépendances aux nouvelles technologies et plus spécifiquement à Internet. Ces dernières années, les politiques ont été interpellés à ce sujet que ce soit par le monde scolaire, professionnel ou encore par les acteurs psychosociaux de terrain. C’est pourquoi de nouvelles initiatives ont vu le jour pour tenter de répondre au mieux à ces diverses demandes. Ainsi en 2009, le projet « CYBERACCROS ?

Traitement des addictions comportementales Addiction à la technologie Le traitement des troubles provoqués par l’addiction aux nouvelles technologies commence par la reconnaissance du problème. Étant donné la nouveauté de ce problème, le diagnostic de cette pathologie est bien souvent complexe. Les personnes addictives ainsi que leur entourage se résistent à admettre la dépendance même quand le sujet présente clairement de l’anxiété lorsque l’accès à son activité lui est interdit. Il est nécessaire de clarifier la nature spécifique du problème ainsi que les autres difficultés associées.

Serge Tisseron : La pédagogie de projet et le numérique, où en est la France ? Ainsi, n‘utiliser que du papier, du crayon, que du livre entraîne forcément un certain type de relation à soi-même, aux autres, aux savoirs et aux apprentissages et d’un autre côté, utiliser parallèlement ou exclusivement les outils numériques en entraînent une autre relation type. Il faut souligner cependant qu’aujourd’hui, ces deux cultures sont en train de se métisser très fortement puisque les repères traditionnels de la culture du livre, qui sont traditionnellement axés sur la temporalité et la chronologie, se retrouvent désormais dans la culture des écrans. Preuve en est la fameuse timeline de Facebook que nous connaissons tous : avant, les informations que nous mettions sur Facebook se répartissaient sans ordre précis, à tel point qu’il était difficile de s’y retrouver ; aujourd’hui, elles s’ordonnent selon une ligne temporelle, c’est-à-dire selon quelque chose qui reste l’un des fondements de la culture du livre, à savoir la chronologie. La relation au savoir

VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté» SANTE A l'occasion de la sortie du MOOC de l'université de Nantes sur l'addiction numérique, Didier Acier, professeur de psychologie clinique fait le point sur ce phénomène... Propos recueillis par Delphine Bancaud Publié le Mis à jour le Un phénomène de société qui est devenu un sujet d’étude. Actualités 2015 - Connaissez-vous les « Consultations Jeunes Consommateurs » ? 12-01-2015 - màj 14-01-15 Parce que ces dispositifs de proximité confidentiels et gratuits pour les familles demeurent mal connus, l’Inpes, la Mildeca et le ministère chargé de la santé lancent une campagne de communication sur les Consultations Jeunes Consommateurs (CJC). La nouvelle campagne « CJC » Elle s'inscrit dans le plan gouvernemental de lutte contre la drogue et les conduites addictives 2013-2017. La campagne multimédia (du 12 janvier au 08 février 2015, en Métropole et dans les DOM) comprend trois spots télé (cannabis, jeux vidéo, alcool) qui renvoient sur la ligne 0 800 23 13 13 et un dispositif Web (bannières, intégration éditoriale, community management, mots-clés) .Ces spots mettent en scène les visions caricaturales et fantasmées induites par des conduites potentiellement addictives, et montrent comment les CJC peuvent être un lieu de retour au dialogue entre l’adolescent et ses parents.

Thierry Crouzet : Le retour du débranché LE MONDE TELEVISION | • Mis à jour le | Par Olivier Zilbertin Il s'y est remis tout doucement. Avec les gestes précautionneux et comme engourdis de celui qui remarcherait après six mois de plâtre. Désir de recommencer et crainte de chuter à nouveau mêlés. Bien décidé en tout cas à ne pas sombrer dans les excès du passé.

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? Allez au contenu, Allez à la navigation 14 février 2016 Recherche Recherche avancée Travaux parlementaires > Rapports > Rapports d'information Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ? Qui sera responsable des « maladies de la connexion » Que devons-nous apprendre des anxiétés, des obsessions, des phobies, du stress lié à notre connexion ? C'est la question que pose le designer Fabien Girardin sur le blog du Near Future Laboratory, ce studio de conseil et de design-fiction. A l'heure où nous sommes de plus en plus cernés et saturés par les notifications sociales en temps réel, la connexion permanente livre sa face noire. Vivre dans le village global conduit les plus connectés à éprouver de nouvelles anxiétés, de nouvelles obsessions, de nouvelles phobies et de nouvelles formes de stress, qui sont le symptôme des effets négatifs liés à la manière dont on conçoit les technologies.

Pour apprivoiser les écrans, ensemble Les écrans de toutes natures sont de plus en plus présents dans notre vie quotidienne, nos enfants les utilisent de plus en plus tôt et… les inquiétudes ne cessent de grandir à leur sujet. Depuis les années 1990, de nombreuses études ont montré la nocivité de la télévision pour les très jeunes enfants, les dangers d’une consommation qui écarte l’enfant plus grand d’autres activités essentielles à son développement, et les conséquences des images violentes sur les comportements quotidiens. Du coup, les mises en garde se multiplient. Hélas, si quelques familles en tiennent compte, notamment celles qui appartiennent aux milieux favorisés, ces appels restent largement sans effet : la consommation d’écran ne cesse pas d’augmenter, et avec elle le risque de consommation trop précoce et d’usages échappant à tout contrôle parental.

Dépendance au smartphone Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance ou l'addiction au smartphone est un phénomène qui apparaît entre 2000 et 2010 avec la large diffusion des smartphones. Il relève, au moins en partie, de la cyberaddiction (dépendance à Internet) qui peut se développer, notamment dans le cadre du nomadisme numérique, ou révèle souvent d'autres addictions[1]. Il peut ajouter à la dépendance au téléphone et à l'information disponible sur l'Internet une autre dépendance, à certains des réseaux sociaux qui se sont développés grâce à l'internet. Cette nouvelle addiction semble tendre, pour partie au moins, à se substituer à l'addiction à la télévision.

Mourir à cause de la cyberdépendance - Cyberdépendance Je continue ma tartine car beaucoup sont de ceux qui pensent ainsi : Ma vie détruite, je ne vois pas pourquoi la sienne ne serait pas détruite. L'erreur ça aide à se construire.

Bonjour et merci pour cet article. Il est vrai que lorsque je pense conduites addictives et numériques, la première idée qui me vient est que cette problématique concerne plutôt les enfants et les ados…mais qu'en est-il des comportements des adultes ? Qu'en est il de leur comportements"numériques" et de l'image qu'ils génèrent auprès des plus jeunes ? by colas_groupec_psy Mar 4

Bonsoir, C'est vrai qu'il est intéressant. Il rejoint le constat de nombreux pédopsychiatres et psychologues. Les parents sont désarmés, pris dans le tourbillon de leurs occupations quotidiennes, avec pour la plupart d'entre-eux, des obligations professionnelles de plus en plus stressantes et contraignantes, qui font aussi la part belle aux technologies numériques (impossible d'y échapper!!). Il ont alors tendance, sans se remettre en question, à "pathologiser" l'attitude de leurs enfants (peut-être une façon de projeter sur eux leur propre culpabilité. by jurand_groupea_psy Feb 14

Bonjour, je trouve cet article intéressant car en effet en tant que parents nous devons montrer l'exemple. Or l'écran prend une telle place dans nos vies qu'il est difficile de demander, assis devant sa tablette et sans lever le nez, aux enfants de lâcher la leur...C'est pourtant le quotidien des familles. Il convient alors de mettre en oeuvre des stratégies éducatives pour toute la famille: couper la wifi et faire un temps de pause tous ensemble ! by delacroix_groupea_psy Feb 14

Related: