background preloader

Féministe. Le prix à payer.

Féministe. Le prix à payer.
Imaginez un groupe de gens : vous pouvez choisir n’importe quel contexte socio-culturel, professionnel ou personnel, ça marche à tous les coups. Imaginez donc, à votre guise, une manif, un milieu engagé, un collectif, une famille, un groupe de collègues, de potes, des couples, des forums, des sites, une association, des blogs, une émission de télé, de radio, un repas entre amis, bref des assemblées diverses, officielles ou non, IRL ou virtuelles. Visualisez une femme ou plusieurs dans ce groupe donné. Vous y êtes ? ok. Maintenant, visualisez-la dans quatre situations précises de prise de parole, que cette parole soit orale et physiquement adressée au groupe ou écrite et mise en ligne face à ce groupe : – Elle est en train de contrer un argument sexiste/misogyne – Elle défend un argument féministe – En tant que féministe elle dénonce quelque chose – Elle dit simplement « Je suis féministe ». Le féminisme en milieu militant ? Ce n’est plus une femme : c’est une emmerdeuse.

http://www.acontrario.net/2015/04/04/feministe-le-prix-a-payer/

Related:  halfladyDroits des femmesExpériences être-femme, expériences être féministe : coûtspilule rouge et pilule bleue

5 raisons pour lesquelles les droits des animaux concernent les féministes Article paru ici en décembre dernier, écrit par Aph Ko avec l’aide de Syl Kocieda. Les droits des animaux, c’est un problème féministe. Voilà, je l’ai dit. En fait, l’objectivation et l’exploitation des vies et des corps des animaux se devaient d’être examinées minutieusement par les féministes, étant donné que le féminisme a pour principe de se battre contre la façon dont le patriarcat ignore les intérêts et la subjectivité de certains êtres au profit d’autres arbitrairement considérés comme « supérieurs ». Un point encore plus terrifiant est que la vulnérabilité perçue chez les animaux est utilisée comme justification implicite de leur exploitation. En d’autres termes, parce que les animaux ne peuvent pas se défendre, donner ou non leur consentement, ou organiser une opposition, nous, en tant qu’humains, pensons que nous pouvons faire d’eux ce que nous voulons, généralement avec l’excuse de « prendre en compte » leurs intérêts.

Journal solidaritéS Pour autant, bien entendu, cette égalité est loin d’être gagnée. Les inégalités hommes-femmes sont bien présentes, et elles sont même en augmentation, aggravées par la crise et les politiques d’austérité qui touchent plus durement les populations qui sont déjà en situation inégalitaire. S’il a pris un nouveau visage, le système patriarcal reste donc l’un des fondements qui structurent notre société. Par patriarcat, on désigne le système social de domination des femmes par les hommes. Ne nous taisons plus ! Sources (garanties sans lien wikipédia) : Merci à tous d’avoir suivi cette publication. J’espère que les surfeurs comprendront que je ne les mets pas tous dans le même sac. J’ai d’ailleurs essayé (sans succès), d’entrer en contact avec l’un deux pour en parler dans la fin de ma BD. Ce gars là a été victime d’une attaque de requin, il a perdu une jambe, mais est devenu un de leur plus ardent défenseur. Ce n’est pas le seul surfeur particulièrement impliqué dans les enjeux écologiques, mais c’est une belle leçon pour tout ceux qui utilisent des arguments basés sur l’émotion !

«Notre féminisme, une haine assumée» A vous qui n’êtes, ni fille, ni mère, ni sœur, ni épouse, A vous qui n’êtes, ni femmes dans l’ombre d’un grand homme, ni petites mains de la guerre, ni forces arrières, A vous qui êtes maîtresses de votre condition et combattantes pour vos droits, A vous qui êtes femmes,

Pourquoi est-il toujours compliqué d'être féministe ? Propos recueillis par Camille Caldini Mis à jour le , publié le Sept Français sur dix estiment que les militantes féministes "n'ont pas la bonne méthode". "Ne sois pas une Fatou" : des jeunes Françaises racontent leurs blessures Parisiennes, elles ont le passeport bordeaux et la peau noire. Anne, Fanta, Gaëlle et Christelle sont les héroïnes modernes d’une série vidéo née en Angleterre puis exportée en France par la réalisatrice Cecile Emeke. Repérée par la presse anglaise et américaine grâce à ses mini-feuilletons - Ackee & Saltfish - , Cecile Emeke, réalisatrice jamaïco-britannique, est ensuite passée au documentaire avec une série intitulée Strolling. Sa série de portraits vidéo initiée en Angleterre en 2014 a rapidement traversé la Manche pour s'intéresser aux spécificités françaises. Filmées dans les rues de Paris, ces vidéos en anglais sous-titrées en français, donnent la parole à une jeunesse française qui ne trouve pas toujours sa place dans le pays qui l'a vu grandir. Un pays appelé France, dans lequel le mot « race » a certes été rayé de la Constitution mais dans lequel le racisme fait toujours partie de la réalité.

L’INFLUENCE DE LA RELIGION SUR LE STATUT DES FEMMES  La place occupée par la religion dans le champ politique n’a cessé de s’affirmer ces dernières décennies. Certes, les pratiques religieuses ont régressé dans plus d’un pays (notamment en Europe occidentale), mais elles ont tendu à s’amplifier à l’échelle mondiale, en lien direct avec la victoire du modèle néolibéral. En effet, si la sortie de la guerre froide a suscité davantage d’attention vis-à-vis de la démocratie, des droits humains et des droits des femmes en particulier, on a assisté dans le même temps à un accroissement des inégalités économiques et sociales, qu’il s’agisse des écarts de revenus ou des taux de pauvreté. Dans ce cadre, et alors que le recours aux arguments religieux restait une pratique courante chez les acteurs politiques de tous bords, nombre de mouvements religieux – en partie grâce au soutien de réseaux transnationaux de la finance et de diverses diaspora – ont vu leur assise et leur influence consolidées. L’égalité des sexes au regard des religions

Vous avez dit « enculé » L’incident est atypique. Il m’arrive souvent de reprendre les gens qui emploient le terme d’ "enculé", avec des collègues ou des amis d’amis ; ce qui s’ensuit est généralement une conversation trop longue et souvent pénible pendant laquelle la personne avec qui je parle essaie de prouver qu’elle est dans son droit. Les arguments sont toujours plus ou moins les mêmes. Il existe une panoplie relativement standard. L’une des premières justifications est de signifier, d’une façon ou d’une autre, que si le terme est fort c’est que la faute est grave : "C’est vraiment un connard". Le féminisme de A à G L’heure du bilan a sonné. Alors que chaque année, nous avons droit à une élection par voie de sondage de la femme de l’année (Léa Salamé pour GQ, Cristina Cordula pour Télé 7 Jours, Florence Foresti pour Terra Femina, Taylor Swift pour Billboard…), 2014 voit poindre un podium des féministes de l’année. Dingue.

Related: