background preloader

Le numérique révolutionne le travail (et voilà pourquoi vous devez vous en soucier)

Le numérique révolutionne le travail (et voilà pourquoi vous devez vous en soucier)
"Je t’aime, moi non plus !" Le sentiment des salariés sur la numérisation de l’économie traduit tout le paradoxe de ce phénomène. S’il détruit les emplois d’hier, le numérique ne remplace pas le travail. Il le remodèle. Pour cela, il dispose d’alliés insoupçonnables, bien sous tous rapports, comme l’ordinateur personnel et le smartphone. Dans toutes les poches, ce dernier sape progressivement les fondements de la relation employeurs-salariés. Demain, tous indépendants ? La plupart des individus ont désormais en main des outils que seule l’entreprise fournissait jusqu’ici, leur offrant une puissance de calcul, du stockage, des logiciels, des informations, des contacts, de la formation… Les plates-formes d’intermédiation, comme Amazon, Alibaba, Le Bon Coin, Uber et Airbnb, offrent de multiples opportunités pour utiliser ces outils. Des milliers d’ingénieurs hors les murs L’industrie n’échappe pas à la mutation du travail par le numérique. Une bourse au travail permanente ?

http://www.usine-digitale.fr/article/le-numerique-revolutionne-le-travail-et-voila-pourquoi-vous-devez-vous-en-soucier.N321662

Related:  Innovation & prise de risqueTransformation numériqueTravailEconomie numérique

Travail : surtout ne plus prendre de décisions... Absence d’une communication constructive, formation inexistante, équipements obsolètes, objectifs en augmentation et impossibles à atteindre... L’entreprise est souvent une mâchoire d’acier où il ne fait plus bon prendre une décision. Résultat ? La peur de perdre son job prédomine selon une étude menée par Epicor Software Corporation avec ICM Unlimited. Le doute a des vertus, car souvent en poussant à l’enquête, la réflexion et la discussion, il fait avancer l’individu et bouger les lignes d’un cadre. Mais parfois, il inhibe. Management : les petits chefs On peut, sans grand risque d’erreur, qualifier tout Français moyen de plus de quarante ans de Monsieur [ou Madame, d'ailleurs] le Président : président de séance, président du Rotary, président d’association de parents d’élèves, président des pêcheurs à la ligne, président de la communauté de communes, etc. Il est vrai que chacun d’entre nous a été et sera quelque part et quelque temps « chef » de quelque chose : chef de section, chef de classe, chef de projet, chef de service, chef de bureau, chef de gare, chef de musique ou chef de famille. Le mot « chef » est parfois mal perçu. On le remplace par dirigeant, animateur, délégué, responsable, manager ou directeur.

Ricardo Semler instaure la démocratie en entreprise. - Souriez Vous Managez Résultat de la démocratie en entreprise : 900% de croissance en 10 ans ! Ricardo Semler de SEMCO, entreprise brésilienne qui favorise la pénétration des entreprises étrangères dans cet eldorado des BRIC, obtient des résultats époustouflants en imprimant à son entreprise un modèle managérial totalement innovant. Voici son secret de néo manager : Grâce aux théories de l’auto-management, de la gestion démocratique et de la participation aux résultats, appliquées de façon systématique, Ricardo Semler, alors jeune homme, sauve l’entreprise familiale au bord de la faillite et donne naissance à un système de gestion aussi original qu’efficace : 900% de croissance en 10 ans, un effectif qui passe de 100 à 3000, moins de 1% de turn over, N°1 sur son secteur, des ouvrages traduits en 24 langues. Mais comment fait-il ?

L'open source, véritable "booster" de la croissance du numérique d'ici 2020... L’open source, véritable "booster" de la croissance du numérique d’ici 2020... Une étude de marché prospective sur le logiciel libre d’ici 2020, réalisée par le cabinet Pierre Audoin Conseil pour le compte du Conseil National du Logiciel Libre et du Syntec Numérique, avec le support de Systematic Paris-Region, a été divulguée ce matin au cours de la Keynote d’ouverture du Paris Open Source Summit. Cette étude met en évidence la pénétration croissante du Libre sur le marché informatique en France et confirme ses retombées en termes d’emplois. Un panel de plus de 100 entreprises, TPE, PME,ETI et grands groupes, membres du CNLL et du Syntec Numérique, a répondu à l’enquête, permettant d’évaluer le poids du logiciel libre dans le paysage numérique français, son écosystème et ses enjeux en termes d’emplois, de profils recherchés, d’innovation. Les points clés à retenir : L’open source moteur de l’innovation.

Pirater le navire... pour sauver l’équipage A pas feutrés, en avançant parfois masqués, une nouvelle bande de salariés d’entreprises ambitionne de modifier en profondeur les façons de faire de grands groupes. Pour le meilleur. Ces pirates institutionnels, personnes efficaces, motivées, clairvoyantes, ne veulent plus, comme nombre de leurs prédécesseurs s’épuiser à râler, isolés chacun dans leur coin, faute de voir leurs idées, leurs talents, reconnus et mis à profit. Par la grâce des réseaux sociaux et l’énergie de quelques-uns, ils ont décidé de se serrer les coudes. Leur groupe « Corporate hackers » créé sur Facebook, facilite les échanges d’informations, d’expériences, l’organisation de réunions, pour préparer des projets et les mener à bien. Certains prennent des jours de vacances pour participer à ces échanges.

La place du réseau social et les facteurs de succès : les thèmes forts de Solutions Intranet Cela ressemble à un retour aux sources. Cette année, le salon Solutions Intranet, qui ouvre ses portes demain midi, mardi 24 mars, accorde une large place à l'intranet. Ce ne sont pas les mêmes plates-formes, ni les mêmes enjeux qu'il y a quelques années. Entre-temps, le réseau social d'entreprise (RSE) a imposé sa vision et il a popularisé les approches collaboratives. Bernard Stiegler : Travailler demain Trousses de secours en période de crise, saison 2 : la crise du travail À l’époque de l’automatisation généralisée Le siècle dernier était celui du consumer capitalism, produit dérivé du taylorisme : produire à la chaîne et consommer comme le marketing le dicte. On a parlé du keynésianisme et du welfare state de Roosevelt.

Les coûts énergétiques cachés du cloud computing sans fil La consommation électrique des data centers n’est qu’une petite partie du problème: les réseaux mobiles deviennent les plus gros consommateurs d’énergie du cloud, estime une étude australienne. Ces dernières années, des groupes environnementaux comme Greenpeace ont fait pression sur des géants de la technologie comme Apple, Amazon et Microsoft pour qu’ils nettoient le cloud computing en mettant l’accent sur l’utilisation d’énergies renouvelables pour alimenter les data centers qui abritent les serveurs sur lesquels résident la plupart de nos informations numériques. Or, un nouveau livre blanc affirme que les centres de traitements de données sont loin d’être le consommateur d’énergie le plus préoccupant en ce qui concerne « l’écosystème du cloud computing sans fil ». Des chercheurs de l’université de Melbourne ont calculé (PDF) la consommation d’énergie des différents composants utilisés pour prendre en charge les services de cloud computing accessibles via les réseaux sans fil.

La Théorie de la Reine Rouge « L’évolution permanente d’une espèce est nécessaire pour maintenir son aptitude suite aux évolutions des espèces avec lesquelles elle co-évolue ». Leigh Van Valen La force d’un concept demeure dans sa capacité à expliquer plusieurs phénomènes n’appartenant pas aux mêmes domaines de réflexion. Relier plusieurs choses différentes qui au premier abord ne semblent posséder aucunes similitudes et tirer une vérité par un même concept est un gage de sa pertinence. Ici, la théorie de la Reine Rouge est au cœur de notre réflexion. De l'engagement des talents à l'intelligence collective Et si la slow transformation était la clé des organisations performantes ? Expression-clé supplémentaire ? Le hashtag #slowtransformation pourrait bien se révéler déterminant pour évoquer le rapport qu’entretiennent les salariés à leur entreprise. Et si la slow transformation favorisait cette rencontre, nécessaire adéquation, levier de performance et d’efficience dans un contexte d’hyper-compétition ? Et si la slow transformation permettait de passer d’une entreprise verticale, hiérarchisée, stratifiée, jacobine à une organisation décentralisée, transversale et interactive, où toutes les parties prenantes auraient leur place et seraient écoutées ?

AISECO, ENTREPRISE AUTO-MANAGEE PAR SES SALARIES AISECO étonne à plus d’un titre. Créée en 2007 par Laurent Guérin, la société conseille et accompagne les entreprises dans la diversification de leurs activités. Pour ce faire, la PME de L’Herbergement, en Vendée, a développé un moteur de recherche spécifique dont les algorithmes ont séduit le géant californien Google qui a signé un contrat pour les utiliser dans ses produits pour les entreprises (Google Search Appliance) et pour ses recherches Big Data (Big Query). Plus surprenant encore, le dirigeant d’AISECO qui déclare « détester le management », mais aime faire sauter les tabous, a confié le management de l’entreprise à ses salariés. Bienvenue chez AISECO, entreprise inclassable et auto-managée. AISECO emploie 36 salariés : chercheurs, concepteurs-designers et chefs de projet industriels.

L'État et SFR sortent de Numergy, nouvel échec du cloud à la française L’État est sur le point de retirer ses intérêts placés dans l’opérateur de cloud Numergy. Le cloud souverain, piloté par la puissance publique, est donc en train de vivre un nouvel échec, après celui de Cloudwatt, revendu début 2015. L’autre actionnaire SFR, (à 47%), cherche aussi à quitter le navire, d’après Usine Digitale. L’État est présent à hauteur de 33% au travers de la Caisse des Dépôts, avec le groupe informatique Bull (20%), racheté par Atos en 2014. Le paradoxe de la Reine Rouge Dans le roman qui succède à Alice au pays des Merveilles, De l’autre côté du miroir, Lewis Carrol décrit une conversation entre Alice et un personnage étrange, ‘la Reine Rouge’. Alice trouve bizarre le fait de courir sans avancer d’un centimètre : "[…] Dans mon pays à moi, répondit Alice, encore un peu essoufflée, on arriverait généralement à un autre endroit si on courait très vite pendant longtemps, comme nous venons de le faire." "On va bien lentement dans ton pays! Ici, vois-tu, on est obligé de courir tant qu'on peut pour rester au même endroit", dit la reine.

L’entreprise à l’ère du digital : savoir propulser sa transformation numérique, Le Cercle Efficacité opérationnelle et optimisation des processus existants seront des éléments clés pour le succès de cette nouvelle économie numérique. Un enjeu global Cette transformation ne se contente pas de la dématérialisation de la relation client et de l’omnicanal, elle touche tous les pans de son organisation : repenser le business model, la relation client, les processus de gestion et de production, la chaine d’approvisionnement, les relations à l’écosystème et l’innovation. Pour être efficiente, elle nécessite une gouvernance accrue et une exigence de qualité puisqu’elle va transformer en profondeur la façon dont nous travaillons.

Related: