background preloader

Transclasses, ils échappent à leur destin social

Transclasses, ils échappent à leur destin social
Issus d’un milieu populaire, ils connaissent des ascensions sociales fulgurantes. Leur trajectoire résulte-t-elle de leur seul mérite ou de la combinaison de certains facteurs déterminants ? Une philosophe et un sociologue rouvrent l’enquête. Des fils d’ouvriers qui deviennent patrons, des filles d’agriculteurs professeures d’université, des enfants de femmes de ménage qui percent dans la littérature, le journalisme ou le spectacle… Nous en connaissons tous. Ces trajectoires ont beau être singulières et admirables, elles n’en demeurent pas moins fréquentes et leur fréquence même semble contrarier le schéma bourdieusien de la « reproduction sociale ». Article de 5072 mots.

http://www.scienceshumaines.com/transclasses-ils-echappent-a-leur-destin-social_fr_34196.html

Related:  HumainsSocialisation et dévianceSociologiemisaamane2

« Laissé pour mort à l’Everest » en 1996, l’Américain Beck Weathers a réappris à vivre LE MONDE | • Mis à jour le | Par Patricia Jolly (Propos recueillis par) Le 10 mai 1996, l’Américain Beck Weathers, alors âgé de 49 ans, survit miraculeusement à la tempête qui a coûté la vie à huit membres de deux expéditions commerciales sur les flancs du mont Everest (8 848 mètres). A l’occasion de la sortie en salles à la fin de septembre de la superproduction Everest, réalisée par l’Islandais Baltasar Kormakur – et inspirée du livre Tragédie à l’Everest (Presses de la Cité, 1998), du journaliste américain Jon Krakauer –, qui relate ce tragique épisode de l’histoire du point culminant du monde, les éditions Glénat publient Laissé pour mort à l’Everest, la traduction du récit de Beck Weathers parue en 2000 en langue anglaise. Dans ce livre à deux voix, Beck Weathers et son épouse, Peach, content sans concession les années de vie commune dominées par l’obsession de Beck pour la montagne, et la manière dont ils ont vécu et péniblement surmonté le drame de la « mort » de Beck.

La fabrique des footballeurs Le spectacle offert par la Coupe de Monde de football entretient l’idée, plus ou moins confuse, que le footballeur réalise sur le terrain un talent naturel dont le geste parfait veut être la plus belle incarnation. Mais la célébration du « génie » des idoles ne doit pas faire oublier qu’elles sont savamment produites – la grâce ne doit pas faire oublier que le football est un métier, dont l’apprentissage a ses règles et ses exigences. On ne naît pas footballeur, on le devient. Au football, l’accès à cette élite repose sur une socialisation longue et intensive, d’autant plus exigeante que derrière l’apparente facilité des gestes se cache un travail de longue haleine nécessitant un sens de l’effort et de la persévérance. Ce n’est qu’à la suite d’un long cheminement incertain, les confrontant à une concurrence précoce à l’intérieur d’institutions spécialisées, que quelques rares apprentis ouvrent les portes du professionnalisme.

Au coeur des bandes Bagarres, vols, braquages, trafics et embrouilles en tous genres, émeutes dirigées contre l’ordre social… En réponse à l’exclusion et à la stigmatisation, les violences des bandes expriment des revendications identitaires et une recherche de reconnaissance. Dans l’univers des bandes, l’usage des violences verbales ou physiques peut avoir différentes significations et finalités qui s’entrecroisent très souvent. Par violences, on peut entendre aussi bien les coups, les menaces, brimades et autres intimidations. Se battre contre des groupes rivaux, racketter ou humilier régulièrement des lycéens ou des commerçants, mettre « la pression » à des résidents excédés par le bruit…, sont des facettes différentes de l’activité transgressive et agressive des bandes (par opposition aux formes plus conformes, voire positives, de leurs attitudes). Les conduites violentes les plus quotidiennes s’inscrivent le plus souvent dans les relations sociales de proximité. S’affronter pour exister

Immigration : l’UMP se ruine la santé « Les étrangers en situation irrégulière sont couverts à 100% pour les dépenses de maladie. C’est les seuls qui, sur notre territoire, ne payent rien.» Jean-François Copé, le 10 octobre, sur France 2. « L’aide médicale d’Etat, c’est totalement gratuit alors que, pour les Français, il peut y avoir jusqu’à 50 euros de franchise.»

5 idées à retenir de... «Oui, vous avez du charisme», Bien-être au travail Immobilier - BTP Pierre Berger, un patron atypique dans le BTP Le PDG du groupe Eiffage, décédé à 47 ans dans la nuit de jeudi à vendredi, a tout fait pour redresser son entreprise. Eiffage annonce le décès de son PDG Pierre Berger, décédé dans la nuit de jeudi à vendredi, était âgé de 47 ans. Il avait succédé au fondateur du groupe Jean-François Roverato en août 2012.

Réussite scolaire : l'influence de la fratrie L’influence familiale sur le parcours scolaire et professionnel se cantonne dans bien des études aux données relatives aux parents. Les frères et sœurs demeurent les grands oubliés… Des chercheurs en économie et statistique réparent cette injustice. Leur constat : dans les familles, l’influence est particulièrement forte entre sœurs. Les itinéraires des filles se ressemblent souvent au niveau scolaire (où l’influence est estimée à 60 %), puis au niveau social et professionnel. Ainsi, une fille qui fait des études longues a de grandes chances de voir sa sœur prolonger aussi sa scolarité.

« Le nègre docile est un mythe », par Matthieu Renault (Le Monde diplomatique, janvier 2015) Octobre 1935. L’Italie de Benito Mussolini envahit l’Ethiopie. A Londres, un groupe de migrants caribéens et africains se mobilise et fonde une organisation, l’International African Friends of Abyssinia, laquelle cède bientôt la place à l’International African Service Bureau, qui milite contre l’impérialisme européen en Afrique. Et publie un journal, International African Opinion, dont le rédacteur en chef, Cyril Lionel Robert James, originaire de l’île de la Trinité, est par ailleurs une figure montante du mouvement trotskiste britannique. Se remémorant ces années, il écrit en 1976 : « Nous étions en contact étroit avec les membres de la gauche du Parti travailliste et d’autres organisations de gauche (...). Ils venaient à nos réunions.

Non à "l’invasion" des migrants ! Les milliers de migrants, je préfère parler de « réfugiés », variables d’ajustement de l’ordre capitaliste, ne sont pas des bébés phoques, et c’est peut-être regrettable pour eux, mais bel et bien nos semblables, nos frères, fuyant surtout la guerre, nos sales guerres, dans des pays que « l’occident » a pillé pendant des siècles, en toute impunité, sans scrupules, et cassé aujourd’hui (Libye, Syrie, Irak, Afghanistan), pour des raisons très humanitaires : pétrole, métaux précieux, néocolonialisme, intérêts géostratégiques, orgies des multinationales... L’Europe est confrontée à la plus grave crise migratoire depuis la Deuxième guerre mondiale ; et le système dit « néo-libéral », les impérialismes occidentaux, en sont, ne nous lassons jamais de le dire, les responsables. Des milliers de « non Blancs » : 340 000 pour les 7 premiers mois de l’année, se pressent aux frontières de l’Union européenne. 340 000 ! Quelle horreur !

Quand les sorcières sont-elles apparues en Occident ? CITROUILLES. En ces temps d’Halloween, lointain héritage d’anciennes fêtes païennes, les sorcières n’enfourchent plus leur balai… et les citrouilles se transforment en lanternes : Harry Potter est passé par là ! Mais que sait-on aujourd’hui de ces créatures apparues au Moyen Âge — essentiellement des femmes —, qui furent persécutées pendant des siècles au point de finir au bûcher ? Rencontre avec Maxime Perbellini, doctorant au Centre de recherche historique de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), à Paris, spécialiste de la représentation des sorcières à la fin du Moyen Âge. Choix du conjoint : l’entre-soi des nantis « Qui se ressemble s’assemble », telle a longtemps été la loi en matière de choix amoureux. Dès 1964, le démographe Alain Girard avait montré que « la foudre, quand elle tombe, ne tombe pas n'importe où » mais unissait, bien plus souvent que ne le voudrait le hasard, des individus de même milieu social. Cinquante ans plus tard, cette logique de reproduction sociale s’est nettement assouplie, selon le sociologue Milan Bouchet-Valat. S’appuyant sur une série d’enquêtes sur l’emploi menées annuellement par l’Insee, il montre qu’entre 1969 et 2001, le nombre de couples (mariés ou cohabitants) homogames a baissé de 30 % à 50 % selon le critère retenu. Le taux de couple endogame du point de vue du diplôme est par exemple passé de 47 % en 1969 à 27 % en 2011.

Réfugiés: la France n’assume pas sa part 71 morts dans un camion en Autriche, 150 dans un bateau devant les côtes de Libye... Les jours se suivent et se ressemblent : ils montrent que l'Europe est confrontée à une grave crise et que, bien qu'étant la première puissance économique mondiale et l'une des zones les plus riches de la planète, elle est totalement incapable d'y faire face de manière décente. Et la France porte - certes avec d'autres - une responsabilité non négligeable dans cette incapacité. Selon les chiffres d'Eurostat, entre janvier et juin 2015, l'Union européenne a enregistré 420 000 demandes d'asile contre 260 000 l'an dernier, un quasi-doublement. Sur ces 420 000 demandes, 170 000 ont été déposées en Allemagne, soit 40 % du total alors que les 83 millions d'Allemands représentent 16 % de la population européenne.

Des portraits d'immigrés arrivant aux États-Unis il y a plus de 100 ans IMMIGRATION - Alors que l'Europe fait face à l'une de ses pires crises migratoires, le HuffPost américain a rassemblé une série de portraits d'immigrés arrivant à Ellis Island réalisés entre 1905 et 1914. Les clichés ont été pris par Augustus Sherman, photographe amateur et greffier. Ils sont consignés dans les archves de la bibliothèque publique de New York. Découvrez les portraits ci-dessous: AUGUSTUS F.

Related: