background preloader

Un immense besoin d'éducation populaire

Un immense besoin d'éducation populaire
Où va le monde et que peuvent les hommes ? C'est à ces deux questions que l'éducation populaire tente à sa manière de répondre. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Christian Maurel, sociologue, cofondateur du collectif national Education populaire et transformation sociale Où va le monde et que peuvent les hommes ? C'est à ces deux questions que l'éducation populaire tente à sa manière de répondre. En fait ces deux questions se ramènent à une seule : comment faire pour que les hommes qui sont le produit de l'Histoire – selon les cas et les moments, bénéficiaires ou victimes – puissent individuellement et collectivement faire l'Histoire et construire leur devenir commun ? 1- La crise économique, sociale et écologique profonde que nous traversons nous conduit à penser que le monde ne peut rester en l'état et qu'il est urgent que les hommes reprennent collectivement leur destin en main. 2- Nous vivons un redéploiement des inégalités tant dans notre pays que sur l'ensemble de la planète.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/02/02/un-immense-besoin-d-education-populaire_1473891_3232.html

Related:  Enjeux contemporains de l'éducation populaireÉducation-cultureRecherche/DocsPouvoir d'agir par l'éducationEducation populaire

Qui veut la peau de l'éducation populaire ? - Mouvement associatif Depuis quelques mois, les associations d’éducation populaire subissent une campagne de déstabilisation de la part du gouvernement. Baisses de financement, suppressions de subventions, démantèlement des outils à leur disposition, tout y passe. Jusqu’à la fermeture d’un lieu historique pour ces associations : l’Institut national de jeunesse et d’éducation populaire (INJEP) de Marly-Le-Roi. « Je crois à l’éducation populaire, je crois au mouvement associatif, la France a besoin d’éducation populaire. Avec Bernard Laporte on soutiendra l’éducation populaire de façon totale ». Cette déclaration de Nicolas Sarkozy, les salariés de l’INJEP (Institut National de Jeunesse et d’Education Populaire) auraient bien voulu y croire un tout petit peu.

Atelier : « Politique et stratégie des lieux » Créer de nouveaux lieux, détourner les usages d’un lieu existant, habiter un espace, faire écosystème… Autant de préoccupations majeure pour les acteurs écologiques et éducatifs. Mais qu’est-ce qui caractérise ces lieux ? Quelles pratiques collaboratives en leur sein ? Quels sont les lieux du renouvellement de l’exercice de la citoyenneté ? Bruce Bégout : « Les exemples de l’indécence sociale sont multiples, quotidiens, gigantesques Il y a un Orwell que l’on connaît peu, qui est resté dans l’ombre de la figure presque écrasante de 1984. Il est moins facile d’accès, c’est certain. Moins charismatique, aussi : il n’a pas l’attrait prophétique de celui qui - à travers 1984 ou La Ferme des animaux - met à nu les ressorts d’une société totalitaire.

Éducation populaire et transformation sociale Formations, gestions de lieux, animations au plus près des habitants… constituent des aspects importants de leurs projets. L’idée que la « puissance publique » (État, collectivités territoriales) et la « puissance sociale » (citoyens organisés) sont deux leviers de promotion nécessaires à l’intérêt collectif, structure leurs réflexions. Mais, à ce jour, trois obstacles participent à la mise en panne de ces forces d’initiative : le désengagement public de l’État et des gouvernants, l’affaiblissement de l’osmose avec le peuple et les processus de marchandisation imposés. ?kh=-1&uddg= L’école doit-elle se contenter d’instruire, ou contribuer aussi à la formation du citoyen ? Ce débat éclabousse à nouveau l’actualité. La nomination de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Éducation nationale, à quelques jours de la rentrée scolaire, a déclenché les foudres de l’UMP contre la ministre qui avait défendu les « ABCD de l’égalité ».

De l’éducation populaire à la domestication par la « culture », par Franck Lepage En France, quand on prononce le mot « culture », chacun comprend « art » et plus précisément « art contemporain ». Le mot Culture, avec son singulier et sa majuscule, suscite une religiosité appuyée sur ce nouveau sacré, l’art, essence supérieure incarnée par quelques individus eux-mêmes touchés par une grâce — les « vrais » artistes. La population, elle, est invitée à contempler le mystère. Education populaire & démocratie Une pédagogie de la démocratie Parce qu’elles ont pour objectif de politiser le plus grand nombre, les démarches d’éducation populaire constituent une pédagogie de la démocratie. Nullement. Là où l’éducation civique communément pratiquée, notamment dans le système scolaire, vise le maintien de l’ordre et de la paix sociale – voter utile, ramasser le papier par terre, tenir la porte à la vieille dame –, l’éducation populaire ambitionne de faire émerger des esprits critiques, revendicatifs, contestataires. Non pas pour se singulariser et prendre la pose du rebelle grande-gueule, mais pour susciter l’action collective. C’est une démarche qui encourage la montée en puissance des personnes, individuellement et collectivement.

Images et discours sur la banlieue, par Marilia Amorim Depuis un certain temps, la banlieue, indissociablement liée à toutes les grandes villes de la société contemporaine, est à la une des médias. Mais de quelle banlieue parle-t-on dans ces images et dans ces discours ? Quelle logique préside à ces constructions ? Quelles valeurs sont en jeu ? Peut-on, dans certains cas, dégager une esthétique de la banlieue ?

Débat : FACE AU DÉCLIN DES VALEURS DES LUMIÈRES, QUELLE RÉPUBLIQUE CULTURELLE, QUELLE DÉMOCRATIE CULTURELLE ? Dans le cadre de notre rendez-vous Du NECTART en Avignon, 3 débats ont été organisés pendant le Festival d’Avignon. Retrouvez la rencontre du 18 juillet : FACE AU DÉCLIN DES VALEURS DES LUMIÈRES, QUELLE RÉPUBLIQUE CULTURELLE, QUELLE DÉMOCRATIE CULTURELLE ? Avec Serge Regourd, professeur à l’université de Toulouse I-Capitole, créateur de l’Institut du droit de la culture et de la communication (Idetcom), président de la commission culture de la Région Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, Christian Ruby, philosophe, formateur de médiateurs culturels, auteur de nombreux ouvrages dont Abécédaire des arts et de la culture (éd. Attribut), Joëlle Zask, philosophe, spécialiste de philosophie politique et du pragmatisme, maître de conférences HDR à l’Université de Provence. Animée par Pascal Bonniel-Chalier et Eric Fourreau, directeur de NECTART.

Lunyx[BETA] : culture libre et éducation populaire Lunyx est un projet destiné à promouvoir la culture libre, notamment par l'éducation populaire et les technologies du numérique. Nous sommes deux jeunes amateurs de développement informatique et de culture libre et entreprenons de développer différentes plateformes, outils et services valorisant la culture libre, et la diffusant dans différents domaines du quotidien. Notre objectif à moyen terme est de créer une plateforme complète prenant en compte le plus de secteurs : éducation (Apprenti sage) information (publications...pages libres) culture (dicolibre...)

L'éducation populaire doit redevenir un mouvement de transformation sociale L’éducation populaire est à la croisée des chemins, elle doit se ressourcer ou alors sombrer dans la marchandisation ou l’instrumentalisation ! Toutes organisations confondues, les fédérations et associations d’éducation populaire regroupent plusieurs millions de personnes . La « vieille dame », créée par Jean Macé en 1866 revendique 2.200 000 adhérents répartis dans 35 000 associations . La Ligue de l’Enseignement, puisqu’il s’agit d’elle constitue la plus grande « structure », une véritable confédération, certes, mais d’autres maisons ont aussi de larges vitrines, qu’elles soient laïques comme Léo Lagrange et les Francas ou d’origine confessionnelle comme l’UFCV. Ce sont des organisations qui ayant pignon sur rue continuent à se maintenir, voire à se développer. Ce sont pourtant des géants aux pieds d’argile : leur puissance est réelle, leur influence aussi mais elles ne sont plus pour la grande majorité d’entre elles peuplées de très nombreux militants et militantes.

L’Empowerment : pouvoir par tous, pouvoir pour tous Suite à la publication du rapport d’Emmanuel Porte intitulé « Des pratiques d’engagement en transformation : enjeux pour l’avenir de l’éducation populaire », l’Injep a organisé, mercredi 11 décembre 2013, à l’Assemblée nationale la seconde édition des Rencontres de l’Observatoire de la Jeunesse. Cette année, elles étaient consacrées aux pratiques non-instituées de l’éducation populaire. Ces rencontres se sont faits en partenariat avec le Comité pour les relations nationales et internationales des associations de jeunesse et d’éducation populaire (Cnajep), l’association Jets d’Encre, la MJC d’Elbeuf ainsi que le Réseau national des maisons des associations (RNMA). La question du savoir est directement reliée à celle du pouvoir et de l’agir. Pierre-Jean Andrieu, animateur du Séminaire pour la promotion de l’intervention sociale communautaire, a constaté que la notion d’empowerment s’était répandue « comme une traînée de poudre » dans la sphère institutionnelle. La démocratie d’engagement

L'entrepreneuriat social peut-il répondre aux besoins des pauvres ? 20% de la population européenne vit dans la pauvreté et a des besoins pas ou mal remplis en matière de logement, d'alimentation saine, de santé, d'éducation, de finances, etc. Ces 50 millions de personnes pauvres dépensent pourtant quelque 220 Milliards € par an, mais pour disposer de produits et services mal adaptés et manquer souvent de l'essentiel. Car l'innovation produits/services/marketing se concentre sur les segments socio-économiques élevés. Une étude européenne a chiffré, pour 6 secteurs majeurs (logement, santé, produits financiers, alimentation, énergie, emploi), les besoins existants et montré les freins actuels tout en évoquant un certain nombre d'opportunités. L'étendue des besoins des 21 millions de personnes qui ont du mal à se chauffer ; 12 millions subissent des privations sévères liées au logement ; 60% des français ont différé ou renoncé à des soins de santé pour raisons économiques en 2010, etc.

Related: