background preloader

Travailler de n’importe où, une expérience d’entreprise libérée

Travailler de n’importe où, une expérience d’entreprise libérée
Libérer l’entreprise c’est faire exploser ses cadres traditionnels et adopter une organisation managériale différente, pour le plus grand bonheur des employés. De nombreuses entreprises se lancent dans cette démarche de changement, popularisée avec la diffusion au mois de février d’un documentaire sur Arte. Car libérer l’entreprise c’est aussi la rendre plus performante. C’est ce qui a motivé la société Doyoubuzz, une start-up nantaise, qui a entreprise depuis 6 mois d’opérer un reboot complet. « Pourquoi travailler dans la grisaille alors qu’on peut le faire depuis une plage sous le soleil ? Il faut dire que le concept de Hackerbeach a de quoi séduire les développeurs. « C’est un rassemblement assez informel entre développeurs volontaires qui veulent se retrouver et rester une semaine ou un mois » raconte Thomas. « Je suis parti 3 semaines avec des amis. Une expérimentation de travailleur nomade qu’il a raconté dans un « petit guide du travailleur-voyageur ».

Olivier Maurel L’entreprise libérée vue par Le Lab RH et expérimentée par DoYouBuzz Actualité RH publié le 09/03/2016 Le Lab RH, Laboratoire collectif de l’innovation RH, a su devenir l’acteur transverse de référence pour l'accompagnement des DRH dans la transformation des entreprises et est amené à accompagner certaines d’entres elles dans leur « libération ». Nous vous proposons aujourd’hui le regard de Boris Sirbey, Co-fondateur de Le Lab RH et CIO de MyJobCompany. Le Bonheur au travail pour accroitre la motivation, la rétention, la compétitivité et la productivité (Boris Sirbey, Co-fondateur de Le Lab RH et de CIO de MyJobCompany) A l’inverse des organisations « classiques », les entreprises libérées reposent sur le principe que l’on peut faire confiance aux collaborateurs. Certaines études démontrent que les entreprises fonctionnant sur ce type de modèle sont plus performantes en termes de productivité, de rentabilité, de créativité, de satisfaction client, et ont un taux d’absentéisme et de maladie sensiblement moindre.

Co-Gitons : Edition Orignale Les 7 mythes sur l'Entreprise Libérée Il y a quelques jours nous avons lu cet article “L’Entreprise Libérée, entre communication et imposture“. À la fin de cette lecture, nous n’avions qu’une envie : témoigner de notre expérience et défaire les mythes que l’on voit trop souvent sur l’Entreprise Libérée. Mais avant tout, il faut se demander ce qu’est une Entreprise Libérée. Les contres-vérités que l’on rencontre sur la question de l’Entreprise Libérée sont variées. Chez Fasterize nous construisons depuis 5 ans notre Entreprise Libérée. 1. Pourquoi opposer l’Entreprise Libérée à l’entreprise traditionnelle ? Malgré tout, on ne peut pas nier que le modèle traditionnel ne convient pas à tout le monde. Cela explique en partie que beaucoup de salariés tendent vers plus d’indépendance et se lancent à leur compte. Si nous avons des envies et des ambitions différentes, pourquoi faudrait-il qu’un seul modèle subsiste ? 2. Revenons point par point aux “bienfaits” indiqués ci-dessus : 3. 4. 5. Et le fondateur dans tout ça ? 6. 7.

Vous partez en vacances cet été ? Faites garder votre maison par un retraité Le départ en vacances est pour bientôt et vous ne savez toujours pas qui va arroser les plantes ou garder votre chat ? Soucis résolus grâce à la plateforme seniorsavotreservice.com. Créée en 2008, Seniors à votre service est la première plateforme de mise en relation entre des candidats retraités et des particuliers. Cette plateforme peut être une bonne alternative pour partir en vacances l’esprit tranquille. Peu coûteuse, cette initiative vous permettra de ne plus vous soucier des cambriolages ou autres gardes d’animaux de compagnie. Depuis quelques années, la plateforme seniorsavotreservice.com a remarqué une forte tendance de recrutement de seniors lors des périodes estivales. Valérie Gruau, fondatrice de seniorsavotreservice.com, constate « une forte demande des missions de gardiennage en été, entre les mois de mai et août avec +42 % des seniors recrutés pour du home-sitting pendant cette période ». Illustration bannière © Viacheslav Nikolaenko – Shutterstock

L’entreprise libérée, entre communication et imposture A l’heure où le modèle d’entreprise libérée est glorifié dans les médias, autant spécialisés que grand public, François Gueuze expert en management des ressources humaines, prend la plume pour faire entendre une voix discordante. Pour ou contre l’entreprise libérée ? A vous de vous forger votre propre avis. L’encadrement intermédiaire ne sert à rien sinon à contrôler en permanence, à la manière militaire, de pauvres collaborateurs asservis. Les fonctions support ne font qu’abriter des parasites vivant grassement sur le dos des « productifs ». Si vous pensez cela, alors le concept d’entreprise libérée est fait pour vous. Bien entendu, mon propos de départ est largement exagéré. Si vous êtes un ardent défenseur de l’entreprise libérée, passez votre chemin car cet article risque particulièrement de vous ulcérer ou allez directement m’insulter dans la zone de commentaires. Mais les questions importent parfois davantage que les réponses. Un concept pour entreprises en manque de repères…

Pourquoi la société salariale a besoin de nouveaux valets, par André Gorz (Le Monde diplomatique, juin 1990) Depuis le début de l’ère moderne, une question n’a cessé de se poser à l’Occident : dans quelle mesure la rationalité économique est-elle compatible avec ce minimum de cohésion sociale dont une société a besoin pour survivre ? Cette question se pose aujourd’hui sous des aspects nouveaux, avec une actualité et une acuité accrues. Le contraste est en effet saisissant entre la réalité et le discours lénifiant de l’idéologie dominante. Dans l’ensemble des pays capitalistes d’Europe, on produit trois à quatre fois plus de richesses qu’il y a trente-cinq ans ; cette production n’exige pas trois fois plus d’heures de travail, mais une quantité de travail beaucoup plus faible. En RFA, le volume annuel du travail a diminué de 30 % depuis 1955. En France, il a baissé de 15 % en trente ans, de 10 % en six ans. Ces chiffres, notre civilisation, notre presse, nos représentants politiques préfèrent ne pas les regarder en face. La situation en France n’a rien d’exceptionnel à cet égard.

Je vous raconte mes plus grands échecs dans la mise en place d'une démarche de développement responsable : échec n°1 - Sustainway - Développement responsable des organisations Echec n°1 : Vous avez dit "entreprise libérée" ? Une entreprise qui se prétendait "libérée" pour faire tendance et "éthique", et dont je tairai évidemment le nom, entend parler de mes travaux et de mon expérience via une collaboratrice en interne. Celle-ci me propose de rencontrer son Directeur de la Stratégie et son DG. Je commence par les écouter attentivement. Je tente : "Vous savez, la communauté internationale s'est saisi de cette intention d'aider les entreprises à mieux prendre en compte leurs interactions avec la Société, à commencer au coeur des pratiques métiers des collaborateurs. Leur réaction fuse : "nous sommes une entreprise libérée, nous avons des valeurs, nous sommes exemplaires, nous sommes éthique, nous !". Il se trouve que j’ai une alliée dans l'entreprise, une femme très soucieuse de traduire cette posture proclamatoire au coeur des pratiques quotidiennes des salariés. La première clé de réussite pour gagner en excellence sociétale est l'humilité.

Related: