background preloader

Stop! Mon corps ne vous appartient pas

Stop! Mon corps ne vous appartient pas
C'est le mois de mars, un mois pendant lequel, en tant que femme, noire, musulmane, je dois célébrer certaines journées : d'abord le 8, qui est la journée internationale du droit des femmes, puis le 15, c'est le triste anniversaire du vote de la loi du 15 mars 2004 excluant de l'école publique les filles qui portent le foulard et enfin le 21 qui est la journée internationale contre le racisme. Nous sommes le 14 mars 2015, une semaine après le 8 mars, journée internationale du droit des femmes et la veille du onzième anniversaire du vote de la loi du 15 mars 2004. Je décide d'aller, avec une amie, au festival du film de femmes de Créteil voir Je ne suis pas féministe, mais..., un film de Florence et Sylvie Tissot sur le parcours de la féministe Christine Delphy. J'y vais, toute contente, pensant que ce serait un espace safe (de sécurité) pour moi. J'arrive un peu en retard et rate le début du film. Mais le cauchemar n'est pas fini.

http://blogs.mediapart.fr/blog/ndella-paye/230315/stop-mon-corps-ne-vous-appartient-pas

Related:  Intersectionalité 2A lire dans le désordre... suspect ou non???Unit 4: Law & order, religion & belief, equality of opportunity

Pourquoi, en tant qu'homme, je la ferme lors des réunions féministes Un samedi, vers 18 heures. Dans le sous-sol d’un bar parisien réservé pour l’occasion, une petite dizaine de personnes se réunit. Des femmes, en grande majorité: ici tout le monde ou presque s’est rencontré sur Twitter, en évoluant dans les mêmes cercles féministes. On va parler d’oppression, du patriarcat, des hommes. De la violence des hommes, surtout. Le berceau des dominations Anthropologie de l’inceste, livre 1. Dorothée Dussy se penche sur les mécanismes complexes par lesquels l’inceste, en théorie interdit et condamné, est couramment pratiqué dans l’intimité des foyers français. À la faveur du réel, et de la banalité des abus sexuels commis sur les enfants, l’inceste se révèle structurant de l’ordre social. Il y apparaît comme l’outil primal de formation à l’exploitation et à la domination de genre et de classe. Cinq ans d’enquête ethnographique menée auprès d’enfants incestés devenus grands, et auprès de leur famille, sont restitués dans une trilogie dont Le berceau des dominations forme le premier livre.

«Les femmes sont les principales victimes de la violence islamophobe» Le sociologue Marwan Mohammed, co-auteur d'un ouvrage sur l'islamophobie, explique les mécanismes à l’œuvre dans la montée de ce racisme renouvelé. Un racisme dont seraient responsables les «élites» françaises, de gauche comme de droite. Entretien. Je ne serai jamais qu'un allié (et c'est fantastique) - Carnet d'un rêveur Par Jonas Lubec, mardi 29 avril 2014. Lien permanent Pré-scriptum: J'ai hésité avant de poster ce billet. Il m'apparaît toujours comme étant quelque peu arrogant, ou gonflé. Je ne sais pas pourquoi j'ai cette sensation. Possiblement parce que parler de ses privilèges est une chose qu'on associe à l'arrogance.

Qu'est-ce qu'on peut faire�? par Félicien Breton (2005, révisé en mars 2009) À vous de tracer un chemin qui vous ressemble. Voici quelques suggestions ; dans l’ordre : Ne plus se laisser embrouiller la tête La conquête de son propre regard sur le monde est un terrain de liberté majeur. On peut donc cultiver la distance vis-à-vis des médias. Les filles voilées parlent, d'Ismahane Chouder, Malika Latrèche et Pierre Tevanian « Les filles voilées parlent » ? On en voit d’ici qui, au seul énoncé de ce titre, brandissent le crucifix et agitent la gousse d’ail. Autant dire « Belzébuth parle », ou « l’Etrangleur du Yorkshire parle » ! Au cours des mois qui ont précédé le vote de la loi du 15 mars 2004 interdisant le voile à l’école (hypocritement baptisée « loi sur la laïcité à l’école »), l’hystérie médiatique autour de cette question a persuadé la population entière que ces jeunes filles qui choisissaient de ne pas montrer leurs cheveux ou leurs oreilles, sorte de démons femelles, étaient la source de tous ses maux, et constituaient le principal problème auquel le pays était confronté - « c’est à cause de vous que tout va mal en France » revient souvent parmi les invectives qu’elles rapportent. On s’est déchiré sur le sujet, on a produit une quantité ahurissante d’arguments (y compris ici même) en faveur ou en défaveur d’une loi, mais on n’a pas jugé bon de demander leur avis aux principales intéressées.

La décence, chèr-e-s blanch-e-s...( 1ère partie) [ Edit: Je n’ai pas besoin que l’on m’explique l’esclavage, je suis afro-descendante, mes ancêtres étaient de esclaves et j’ai pris la peine de me renseigner sur le sujet parce que je me sens concernée. Et pour mettre les choses au clair: la traite négrière n’était pas motivé par le racisme. Mais par l’appât du gain ( ne pas payer des gens pour faire le sale boulot, quoi de plus rentable?), c’est du capitalisme. Port du voile - Les motifs derrière les apparences Québec — La sociologue Leïla Benhadjoudja travaille depuis trois ans sur le féminisme des musulmanes francophones du Québec. Elle constate qu’un monde sépare la réalité de ces femmes de la perception qu’on peut avoir d’elles. Surtout lorsque le voile entre en ligne de compte. « On ne peut pas faire de corrélation directe entre le port du voile et les rapports de domination qui peuvent exister dans un couple », souligne l’étudiante au doctorat basée à l’UQAM.

"Ne sois pas une Fatou" : des jeunes Françaises racontent leurs blessures Parisiennes, elles ont le passeport bordeaux et la peau noire. Anne, Fanta, Gaëlle et Christelle sont les héroïnes modernes d’une série vidéo née en Angleterre puis exportée en France par la réalisatrice Cecile Emeke. Repérée par la presse anglaise et américaine grâce à ses mini-feuilletons - Ackee & Saltfish - , Cecile Emeke, réalisatrice jamaïco-britannique, est ensuite passée au documentaire avec une série intitulée Strolling. Sa série de portraits vidéo initiée en Angleterre en 2014 a rapidement traversé la Manche pour s'intéresser aux spécificités françaises. Filmées dans les rues de Paris, ces vidéos en anglais sous-titrées en français, donnent la parole à une jeunesse française qui ne trouve pas toujours sa place dans le pays qui l'a vu grandir.

Fleur Furieuse - Blog féministe: Prostitution Article publié le 12 décembre 2012 sur mon ancien blog sans nom : Après vous avoir recommandé l'article ci-joint de la féministe Anne-Cécile Mailfert, je vous livre un avis personnel, voire intime, sur la question de la prostitution. J’ai grandi dans un milieu favorable à la prostitution et j’ai souvent entendu dire qu’il s’agissait d’un travail comme un autre, peu recommandable certes, mais somme toute moins ingrat qu’un emploi d’ouvrière par exemple. En tant que jeune femme, la possibilité de gagner d’importantes sommes d’argent, et si ce n’est facilement, du moins très rapidement, pose la question : pourquoi est-ce que je m’y refuse? (car je m'y refuse).

Nice : Grande victoire pour les mamans accompagnatrices portant le foulard ! Une décision d’une portée historique a été rendue par le tribunal administratif de Nice ce mardi 9 juin 2015. Le CCIF, par l’entremise de Maître Sefen Guez Guez et de Madame D vient d’obtenir gain de cause au profit des mamans voilées discriminées dans le cadre de l'accompagnement des sorties scolaires. Cette décision devrait faire jurisprudence pour toutes les mères désireuses de participer à la vie scolaire de leurs enfants tout en conservant leur foulard. « Mandat du paradis » - élections légales et illégales dans l'empire du chaos © InconnuMandat du paradis La légitimité de la classe dirigeante - peu importe la forme politique qu'elle puisse prendre - est basée sur l'illusion qu'elle peut protéger le peuple ; que ce soit de la guerre, la famine, des difficultés économiques, ou quelconque autre genre de désastre qui rompt la routine quotidienne de leurs vies et moyens d'existence. L'extrait suivant illustre ce point : Je veux que ce pays comprenne que nous sommes sur le point de disparaître.

Je suis fatiguée du hijab A 19 ans, je suis montée sur scène et j’ai parlé des avances que m’avait faites un professeur d’université. J’ai dit que c’était un vieil homme sale, et j’ai répété certaines de ses phrases, que les femmes entendent tous les jours dans les rues d’Egypte. Quand plus tard j’ai quitté le théâtre ce soir-là, j’ai entendu deux hommes dire : « Elle a pas honte de dire des mots aussi sales alors qu’elle est voilée ?! »

Related: