background preloader

The Well-Rounded Mama: Historical and Traditional Birthing Positions

The Well-Rounded Mama: Historical and Traditional Birthing Positions
Although most women envision birth in a semi-reclining or semi-sitting position these days, there are many other possible positions in which to give birth.However, it's always important to point out that there is no one "right" position for laboring or pushing out a baby. All positions have pros and cons. Care providers should encourage women to experiment with different positions and then trust that the woman's body will tell her the right position for her needs. If a woman is not making progress with a certain position, encourage her to try other positions, as these may help the baby move down or turn to help labor progress, but in the end it is the mother who should have the ultimate say in her position. If the traditional semi-reclining or semi-sitting positions feel "right" to you, there is nothing wrong with that. Many babies have been born that way just fine. This is a strong statement about the differences in birthing culture then and now. Squatting Supported Squatting Kneeling Dr.

http://wellroundedmama.blogspot.com/2015/03/historical-and-traditional-birthing.html

Related:  Préparer son accouchementPositions et pousséeNaissancesanté - grossesse

Le mythe de l’accouchement qui dérape en quelques secondes Il suffit d’évoquer l’idée d’accoucher en dehors d’un hôpital pour qu’une armée de médecins s’élève en brandissant les innombrables risques de cette entreprise. L’argument le plus utilisé est que toutes les femmes, y compris celles en excellente santé, à la grossesse idyllique et ne présentant aucun risque apparent, peuvent voir leur accouchement se compliquer sans la moindre raison et virer au drame en quelques instants. Un médecin peut se limiter à prononcer cette phrase pour contrer toute proposition visant à offrir aux femmes des lieux plus respectueux pour donner la vie, tels que les maisons de naissance ou la possibilité d’accoucher à domicile. Qu’importe si cet argument est irrationnel et en contradiction avec les données scientifiques, la terreur est la meilleure arme pour dissuader les femmes de toute aspiration à la liberté et les maintenir dans une soumission la plus absolue au pouvoir médical. Lors d’un accouchement à domicile, les praticiens s’adaptent à la femme.

Position maternelle de l’accouchement - Association Sun Simiao Introduction Les positions adoptées par les femmes pendant le travail et lors de l’expulsion fœtale terminant l’accouchement ont été historiquement et universellement dominées par la mobilité et la verticalité, spontanément adoptées en association avec diverses aides matérielles et humaines Ces aides représentent une spécificité de la parturition humaine : elles sont rendues nécessaires par la difficulté de l’accouchement secondaire à l’acquisition de la bipédie et à l’augmentation progressive du volume cérébral de l’espèce. Cette proposition s’est imposée lentement mais sûrement dans tout le monde occidental. Elle s’est généralisée avec la prise en charge quasi-exclusive des accouchements en milieu hospitalier et donc la quasi-disparition des accouchements à domicile, que l’on peut situer en France vers les années 1960. 1-Classement des positions d’accouchement.

Accouchement médicalisé... le dangereux parcours de la combattante L’accouchement médicalisé a été tellement banalisé par la presse féminine que les femmes n’ont même plus idée qu’elles peuvent refuser toutes ces techniques qui les rendent totalement dépendantes des médecins et qui les dépossèdent du vrai vécu de leur accouchement. Lorsque les futures mamans arrivent à l’hôpital ou à la clinique, elles se soumettent en général à toutes les directives qui leur sont imposées, pensant que plus l’accouchement sera contrôlé par une technologie ultra-moderne, plus il aura de chance d’être réussi. Elles se livrent, corps et âmes, aux technocrates de l’accouchement qui, d’un bout à l’autre du travail, décideront de tout sans laisser au corps de la femme, ni au bébé lui-même, l’occasion de s’exprimer. Elles se résignent à être des patientes allongées sur des lits d’hôpital, plutôt que des futures mères, en train d’enfanter activement.

Naturette: Les 10 plus gros mensonges sur l'accouchement Les 10 plus gros mensonges sur l'accouchement de Blandine POITEL Après la naissance de son troisième enfant en Maison de Naissance, Blandine Poitel s'est penchée de plus près sur les conditions de naissance en France... Auteur de dossiers d'information validés par des professionnels, elle a cofondé un collectif de plus de 80 associations qui intervient au niveau des organismes d'État (HAS, CPAM...), est membre du comité de rédaction des Dossiers de l'Obstétrique et créatrice de liste de discussion et de site sur le thème douloureux de l'épisiotomie.

La poussée dirigée Il est très fréquent à l'hôpital que le praticien (après vous avoir examiné par toucher vaginal) vous dise : "maintenant il va falloir pousser" : le moment de pousser est décidé "arbitrairement" par le praticien en fonction de la dilatation de votre col (qui "doit" être totale) et de l'engagement du bébé dans votre bassin. On vous indique quand pousser, comment le faire et comment respirer. C'est la poussée dirigée. Mais la poussée est un acte réflexe, involontaire. Lorsqu'on laisse un accouchement se dérouler normalement, sans intervenir, il arrive un moment où la femme a envie / besoin de pousser (parfois ce besoin est confondu avec une envie d'aller à la selle).

la saison du mammouth: Mon accouchement: intensité, intimité et fierté J'ai hésité avant de publier sur Internet mon récit d'accouchement, cela est tellement personnel... Mais vous êtes plusieurs à me l'avoir demandé, et comme je crois que des histoires de femmes fortes et fières peuvent avoir un effet boule de neige dans le choix des femmes... voici! Un vent fou

Mobilisées pour pouvoir accoucher à domicile En juillet dernier, Aurélie Cavallin a donné naissance à sa deuxième fille. L’accouchement s’est déroulé chez elle, avec une sage-femme libérale. « Je voulais me réapproprier mon corps, être respectée dans mon intimité. À la maternité, pour ma première fille, on me disait de pousser, de me mettre dans telle ou telle position. Isabelle Challut : « Rendons la maternité aux femmes ! » Infirmière diplômée en 1986, Isabelle Challut a d’abord travaillé dans le milieu hospitalier en France et en Suisse avant de s’installer au Québec, il y a plus de 20 ans. À travers son cheminement personnel et professionnel, elle est devenue accompagnante à la naissance. Elle a développé une expertise et une passion pour l’accouchement naturel, respectueux du rythme physiologique de la mère et de l’enfant. En 2005, elle a créé au Québec le Centre Pleine Lune, un lieu d’accompagnement et d’enseignement pour les parents et les professionnels. Ses activités de formatrice en périnatalité l’emmènent aussi en France, en Belgique et en Suisse.

La poussée, c'est tout sauf de la plongée en apnée ! Mère et monde, centre de maternité … Ni une méthode de soulagement de la constipation. Alors pourquoi faudrait-il y retenir son air comme si on plongeait sous l’eau, ou pousser comme si on allait à la selle? Loin d’être inoffensive, la poussée dirigée, aussi appelée poussée gynécologique ou obstétricale, est si répandue dans les milieux hospitaliers que les parents s’étonnent encore que ce ne soit pas « obligatoire ». Ils sont surpris de savoir que la femme, eh bien, elle a le droit de pousser dans la position et de la façon qui lui conviennent le mieux. Et qu’il y a de nombreux avantages à le faire…

Déclaration de naissance Que dit la loi ? Dès lors qu’un enfant naît sur le territoire français les parents sont tenus d’en faire la déclaration, même s’ils sont étrangers. L’article 55 du code civil précise que : « Les déclarations de naissance seront faites dans les trois jours de l’accouchement, à l’officier de l’état civil du lieu. Le décret n° 60-1265 du 25 novembre 1960 précise que le jour de l’accouchement ne compte pas dans le décompte des trois jours (article 1er alinéa 1) et que si le dernier jour du délai tombe un samedi, un dimanche ou un jour férié ou chômé, ce délai est prorogé jusqu’au premier jour ouvrable suivant (article 1er alinéa 2). Enfin, l’article 56 du code civil précise que : « La naissance de l’enfant sera déclarée par le père, ou, à défaut du père, par les docteurs en médecine ou en chirurgie, sages-femmes, officiers de santé ou autres personnes qui auront assisté à l’accouchement (…).

Related: