background preloader

Des logiciels pour déconstruire la rhétorique du Front national et des Le Pen

Des logiciels pour déconstruire la rhétorique du Front national et des Le Pen
Marine Le Pen et ses mots En librairie, il n’a l’air de rien. Un énième bouquin sur le Front national. Et pourtant, le travail de Cécile Alduy et Stéphane Wahnich (« Marine Le Pen prise aux mots », Seuil, février 2015) mérite d’être lu. S’élevant au-dessus du « bruit » médiatique quotidien, il replace le discours des Le Pen dans le temps long et permet d’en décortiquer les ressorts. La thèse ? « L’analyse lexicale nous conduit à conclure qu’en dépit de son apport sur les thématiques économiques et l’abandon des références raciales explicites, Marine Le Pen n’a pas fondamentalement altéré le logiciel de pensée frontiste : sa version en actualise la présentation et le vocabulaire, non le fond idéologique. » « Le paradoxe du discours mariniste est d’un côté de manier une novlangue technocratique pour des discussions de politique économique parfois absconses, et, de l’autre de se nourrir d’un récit mythologique et hyperbolique dans la lignée de celui de son père. » Oui. Tout à fait. Oui.

http://rue89.nouvelobs.com/2015/03/22/logiciels-deconstruire-rhetorique-front-national-pen-258297

Related:  Social nationalismeUne autre démocratie est possibleDébats sur le numériqueLaicité

« Sur un plan stratégique, Marion est la vraie héritière de Jean-Marie Le Pen » LE MONDE | • Mis à jour le | Propos recueillis par Thomas Wieder Marion Maréchal-Le Pen a condamné, samedi 22 août, la décision prise jeudi par le bureau exécutif du Front national à l’encontre de Jean-Marie Le Pen. « J’étais contre l’exclusion de mon grand-père », a déclaré la députée du Vaucluse au quotidien La Provence. Joël Gombin, chercheur en science politique à l’université de Picardie et membre de l’Observatoire des radicalités politiques à la Fondation Jean-Jaurès, analyse la place singulière de la nièce de Marine Le Pen au sein du FN. Comment analysez-vous les déclarations de Marion Maréchal-Le Pen ? Joël Gombin : Elles sont révélatrices de la place singulière que celle-ci occupe au FN. Elle est la seule à y disposer d’une double légitimité, à la fois charismatique et politique.

« Les hackers créent les cultures de la désobéissance dont nous avons besoin » Anthropologue de formation, Gabriella Coleman est devenue spécialiste de la culture hacker et notamment du groupe Anonymous, après avoir passé des années à étudier le monde du logiciel libre. Elle est probablement la personne qui connaît le mieux le groupe Anonymous sans pour autant en faire partie, et son livre sur le mouvement a récemment été traduit en français. Elle était de passage à Paris le week-end dernier, pour prononcer la conférence inaugurale du festival Hors Pistes au Centre Pompidou.

Marc L*** Mis en ligne le mercredi 7 janvier 2009 ; mis à jour le mardi 28 avril 2009. Bon annniversaire, Marc. Le 5 décembre 2008, tu fêteras tes vingt-neuf ans. Le jour où la France se réveillera... Les révolutions sont un leurre ; il suffit de constater que « les fauteuils ont simplement changé de derrières », disait Giono. Car les révolutions, de toutes les couleurs, sont des utopies, négations des réalités et du bon sens, issues des raisonnements d’idéologues dogmatiques, qui finissent immanquablement dans un bain de sang. C’est la Révolution française qui a inspiré nombre de celles qui lui ont succédé dans le monde, la plus importante étant la révolution russe. La chape de plomb sous laquelle le peuple russe a vécu pendant 77 ans (une vie d’homme) a explosé en 1991, comme le couvercle d’une Cocotte-Minute sous la pression spirituelle d’un peuple qui n’avait rien renié de ses attachements profonds à son sol, à son Dieu, à son Histoire, à sa culture, à ses traditions et à la mémoire de ses ancêtres. Les Français, dans ce mouvement de libération européenne initié par le peuple russe, ont-ils encore la volonté, la lucidité et le courage d’y trouver une place ?

La résistible attraction du Front national, de l’Eglise à Jacques Sapir Marine Le Pen, samedi 29 août 2015 à Brachay : l’immigration en ligne de mire (FRANCOIS NASCIMBENI / AFP) Le Front national n’est pas en passe de se dédiaboliser, comme on dit désormais. Non. Il se débarrasse, non sans peine, de son fondateur, celui qui incarne les logiques les plus sulfureuses, ainsi de temps à autre, aussi, que de responsables ayant été trop loin dans l’expression du racisme ou de l’antisémitisme. 10 questions pour comprendre les budgets participatifs – lesbudgetsparticipatifs.fr Les budgets participatifs suscitent bien des questions et toujours une curiosité enthousiaste parmi les citoyens que rencontre lesbudgetsparticipatifs.fr. Nous en avons sélectionné une dizaine et avons tâché d’y répondre le plus simplement possible. 1- Un budget participatif, c’est quoi ?

"Oui, un Internet européen souverain est possible" Louis Pouzin, co-inventeur d'Internet LA TRIBUNE. Pourquoi avez-vous lancé, il y a plus d'un an, Open-Root pour concurrencer l'Icann dans la vente de noms de domaines Internet ? LOUIS POUZIN. Serait-il acceptable que les États-Unis gèrent l'annuaire mondial de tous les abonnés au téléphone ?

Gérard Delfau (PRG) : L'État doit toujours réfléchir avant de se mêler de religion (Colloque du CLR, 14 mars 15) Il fallait beaucoup de courage, mais le Comité Laïcité République n’en manque pas, pour organiser si tôt une rencontre autour des attentats terroristes qui ont frappé la France en janvier dernier. Et je félicite Patrick Kessel d’avoir voulu dès à présent faire un premier arrêt sur image et à cette occasion rappeler un principe, la laïcité, qui fonde notre capacité à vivre ensemble. Le sujet retenu pour nos échanges : "L’Après-janvier : plus que jamais la République laïque !" a le grand mérite de se placer dans le droit fil de la magnifique mobilisation du 11 janvier. Ce jour-là, plusieurs millions de citoyens et de citoyennes ont réaffirmé leur refus de la barbarie et du fanatisme religieux, mais aussi leur attachement à la liberté d’expression et de caricature. Nous sommes comptables des suites que donnera la nation à ces événements tragiques.

Non, la France ne sera pas aux trois quarts FN dimanche Mise à jour 6/12/15: Ce papier a été mis à jour pour y intégrer les analyses publiées par le cabinet Liegey Muller Pons ainsi que des éléments d'une interview avec Vincent Pons, professeur à Harvard Business School et cofondateur de Liegey Muller Pons. C’est une carte qui «fait peur» à certains, que d’autres trouvent ressemblante à un «cancer» qui rongerait la France, comme relevé par Rue 89, ou à «un poumon détruit par le tabac». La société Liegey Muller Pons, qui se définit comme une «startup en stratégie électorale», a publié avec le Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, une carte projetant la liste arrivée en tête dans chaque commune aux élections régionales, qui fait beaucoup parler d’elle car elle montre une France aux deux tiers ou aux trois quarts noire, la couleur habituellement utilisée pour représenter l’extrême-droite.

Dieu a tué 2,8 millions de personnes dans la Bible Steve Wells est l’auteur d’un livre que tout bon catholique devrait lire. Dans Drunk With Blood: God’s Killings In The Bible (qu’on pourrait traduire par «Ivre de sang: les meurtres de Dieu dans la Bible») il dénombre et analyse tous les meurtres et exécutions de Dieu. Le résultat est effarant: lorsqu’on se contente de regarder les assassinats et génocides pour lesquels il existe un décompte précis, on arrive au chiffre phénoménal de 2,8 millions de morts, résume Vocativ. C’est bien plus que le génocide arménien et le génocide rwandais réunis. Et c’est aussi bien plus que Satan, qui n’est l’auteur que de dix morts dans l’Ancien et le Nouveau Testament, ou même que Game of Thrones, dont le cimetière comporte 704 morts. Jusqu’à 25 millions de victimes

Des députés UMP plagient Wikipédia dans leur proposition de loi Le copié-collé est un art qu'il faut savoir pratiquer avec malice, habileté et parcimonie. Des députés de l'UMP l'auront sans doute appris ce lundi à leur dépends. Le 11 mars, ils ont déposé une proposition de loi relative à la reconnaissance du génocide assyrien de 1915. Dans l'exposé des motifs de leur proposition, qui doit convaincre les parlementaires, il est savamment question du génocide des "Grecs pontiques", "des accords Sykes-Picot de 1916", des massacres de "Diyarbakir" et "du traité de Lausanne de 1923". Le fruit d'un long travail de recherches et de synthèse, aimerait-on croire, de la rapporteure du texte Valérie Boyer. Malheureusement, il semble que la méthode choisie ait été plus rapide... et plus grossière... : un bon vieux copié-collé de la page de l'encyclopédie collaborative Wikipedia relative au sujet, qui n'a pas échappé à un assistant parlementaire EELV, Pierre Januel, lequel l'a révélé lundi sur son compte Twitter.

Enseignement officiel: Les écoles devront occuper les élèves dispensés des cours de religions Belgique La ministre de l'Éducation, Joëlle Milquet, a promis devant le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles le dépôt le mois prochain d'un avant-projet de décret visant à rendre facultative, dès septembre, la participation aux cours de morale laïque ou de religions dans l'enseignement officiel, conformément à l'arrêt rendu jeudi dernier par la Cour constitutionnelle. Il appartiendra dans un premier temps aux écoles d'occuper ces élèves dispensés. Sur le Front d’Avignon Si l’implantation du Front National dans la région Provence-Alpes Côte d’Azur est historique, à tel point que la région semble en être devenue l’un des bastions, celle-ci est loin d’être uniforme sur l’ensemble du territoire régional. À l’approche des élections de 2017, il apparaît nécessaire de tirer les enseignements des scrutins précédents pour limiter les analyses globalisantes et éviter les commentaires simplistes sur la nature des soutiens du FN. Parmi ces derniers, l’idée d’un vote qui serait celui des classes « populaires », ou celui des « ouvriers », ou encore de jeunes dépolitisés grandissant doit être relativisée.

Démocratie participative : de Paris à Reykjavik, des outils au service des citoyens Des citoyens qui aident les élus et leurs services à bâtir le futur des collectivités territoriales, c’est aujourd’hui une réalité à l’échelle mondiale, qui compte déjà plusieurs partisans en France. Pour ce faire, de nombreux outils participatifs ont été conçus et sont utilisés, notamment par les communes. Ils permettent de recueillir les idées, avis et votes de chacun avec pour but de financer ensuite les projets de demain, la finalité étant bien la co-construction de ces derniers.

Related: