background preloader

Sciences participatives

Sciences participatives
Related:  Sciences participativessciences participatives

Devine qui vient nicher chez moi ? - Partager vos observations Pour la cinquième année consécutive, la LPO invite le grand public à participer à la grande enquête participative « Devine qui vient nicher chez moi ? » Mésange charbonnière (Parus major) - Crédit photo : Fabrice CahezDu 15 avril jusqu’au 30 septembre, cette opération de grande ampleur offre une excellente occasion d’évaluer l’état de santé d’une partie de l’avifaune nicheuse sur notre territoire et de sensibiliser petits et grands à la protection de la nature de proximité. Dans un premier temps, tout propriétaire de terrain est invité à poser des nichoirs pour favoriser la reproduction des espèces d’oiseaux cavernicoles en déclin partout en France (Chevêche d’Athéna, Petit-duc scops, Huppe fasciée, Rougequeue à front blanc…). Chacun pourra saisir facilement ses observations sur un module mis en place sur le site internet de la LPO La LPO a ainsi pu recueillir et analyser 1364 réponses relatives à l’occupation (ou non) des nichoirs. Comment participer ? Les espèces concernées par l’enquête

Mieux connaître les sciences participatives C'est quoi ? On a tous eu, à un moment ou à un autre, l’occasion d’observer la nature et sa diversité, en s’en étonnant ou en s’émerveillant. Observer pour son plaisir, c’est bien… mais observer et faire profiter la communauté scientifique de ses observations, c’est mieux ! À quoi ça sert ? En premier lieu à améliorer les connaissances sur la biodiversité. Pour qui ? Pour tous ! Trouvez le programme qui VOUS correspond ! Crédibilité scientifique Les sciences participatives ne sont pas réservées qu’aux experts. Tous les observateurs, débutants et confirmés, respectent un protocole de collecte de données bien défini. OPEN n’est pas un site de données ! OPEN ne permet pas de télé-verser vos données d’observation dans la base de données du programme de sciences participatives de votre choix. nombre d'observatoires de sciences participatives (Collectif National des Sciences Participatives - Biodiversité) + de 65 % de français prêts à s'engager (Sondage IPSOS, 2016)

Programme Flora Data Participez aux découvertes en botanique Partagez avec un réseau collaboratif Améliorez votre connaissance de la flore Flora Data c'est quoi ? Flora Data est le programme de sciences participatives au cœur du réseau Tela Botanica : l'objectif est de faire coopérer des botanistes novices comme experts, pour améliorer les connaissances sur la flore et constituer une base de données qui permettra de faire des découvertes encore insoupçonnées… L’ambition est de créer des « biens communs » au service de la connaissance et de la protection de l’environnement. Pour participer, c'est très simple : il vous suffit, dès que vous le pouvez, de signaler la présence d'une plante, qu'elle soit rare ou très commune, tout peut être utile ! Laissez jouer la sérendipité ! En participant à Flora Data, vous améliorez immédiatement la connaissance commune de la flore, car vos données apparaissent instantanément dans eFlore sur les cartes de répartition de l'espèce, et vos photos dans les illustrations. 1.

Les acteurs | ORB Centre - Observatoire Régional de la Biodiversité du Centre La liste des acteurs ci-dessous n'est pas exhaustive. Elle recense, dans un premier temps, les premiers partenaires ayant contribués à l'élaboration de l'ORB. Elle a donc vocation à évoluer en fonction de la structuration de l'ORB. L’EcoPôle de la région Centre Il s’agit d’un établissement public régional créé en septembre 2008 et réunissant la Région et plusieurs partenaires associatifs. Le Conseil régional du Centre Pour endiguer la perte de biodiversité et répondre aux engagements nationaux et internationaux, la Région Centre a inscrit sa préservation dans l'ensemble de ses politiques en adoptant notamment une stratégie pour la biodiversité. Nature Centre Fondée en 1980, Nature centre est une fédération régionale qui regroupe 18 associations (dont certaines sont également des fédérations départementales) et, à travers elles, près de 4.500 adhérents répartis sur les 6 départements que compte la région Centre. Le GRAINE Centre

Projet:Wikiconcours lycéen 2014 Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Description du projet[modifier | modifier le code] Logo de l'édition 2014-2015. Calendrier[modifier | modifier le code] Les dates de fin de concours ont été repoussées : Clôture des contributions le jeudi 7 mai 2015.Résultats et proclamation du palmarès le jeudi 28 mai (composition du jury). Palmarès[modifier | modifier le code] Participants[modifier | modifier le code] Académies participantes[modifier | modifier le code] Chaque académie/établissement participant aura une page de coordination pour suivre, coordonner et travailler localement avec les élèves (pages accessibles à partir du 20 novembre 2014). Établissements du réseau AEFE engagés[modifier | modifier le code] Ressources[modifier | modifier le code] Sur Wikipédia[modifier | modifier le code] Une page de ressources sur Wikipédia, Projet:Wikiconcours lycéen/Ressources, est à la disposition des enseignants et élèves. Évaluation[modifier | modifier le code]

La science ouverte : refaire circuler le savoir librement Au Muséum national d’histoire naturelle, les échanges entre savants du pays et du monde entier ont toujours été des vecteurs essentiels de la production et de la diffusion de la connaissance scientifique. Les archives administratives et scientifiques de l’établissement témoignent d’une conversation ininterrompue entre chercheurs aux quatre coins de la planète : relations de voyages, journaux d’expéditions, correspondances, envois croisés entre spécialistes de caisses ou colis de spécimens, d’enveloppes garnies de graines, de photographies, de tirés à part, d’ouvrages… Un incessant ballet d’idées, d’indices et d’objets qu’on n’appelait pas encore des données et qui se dispensait souvent de toute tractation financière. Cette ouverture au monde s’est accompagnée d’une ouverture aux personnes. Bref, bien avant la révolution numérique qui a été un formidable accélérateur de ces échanges, on faisait de la science ouverte sans le savoir. Science ouverte !

Accueil < Découvertes < Réseau d'Observateurs < Choisissez votre programme < Opération Rhizoma Dans le cadre du réseau d'observateurs sous-marins de Bretagne et Pays de la Loire, la première opération d’observations initiée pendant l’été 2011 et toujours en cours, est l’Opération RHIZOMA : Réseau d’études des HIppocampes et des Zostères par des Observateurs sous-marins en Manche et Atlantique. Les partenaires de ce projet sont l'Agence des aires marines protégées, le CNDS Pays de la Loire et des organismes scientifiques, tels que le Laboratoire Universitaire LEMAR et l’Association Peau Bleue. Téléchargez la brochure de présentation de l'Opération RHIZOMA. L'Opération RHIZOMA a pour objectif de : Dès l’été 2012, le programme méduse vient compléter ce premier essai. Retrouvez tous les renseignements utiles pour participer à cette opération dans les articles ci-dessous.

LADYSS - Laboratoire Dynamiques Sociales et Recomposition des Espaces - Historique et objectifs scientifiques Accueil > Recherche > Le Ladyss en Bref > Historique et objectifs scientifiques Le laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces (LADYSS) est une UMR pluridisciplinaire distribuée sur 4 sites universitaires (Paris 1, Paris 7, Paris 8, Paris 10). Rattaché à deux Instituts du CNRS (INSHS et INEE), le Ladyss dépend de deux sections du CNRS (39 et 36) et de trois sections du CNU (19, 23, 24). Rappelons en quelques mots quelles étaient les ambitions du LADYSS en 2007. Cette idée qui a guidé les problématiques de beaucoup de nos projets de recherche à partir de 2007 a pris une nouvelle actualité à l’heure de la révolution informatique, de l’affirmation des mondes virtuels : celle de la réaffirmation de la place de la matérialité, de la naturalité, des territoires et des objets dans la construction des liens sociaux. Trois axes de recherche et une approche transversaleIl existe, donc, trois axes principaux au nouveau projet du LADYSS.

Bâtisseurs de possibles ! Chercheurs : quels services rendus à la cité ? Nos collègues suisses possèdent une très belle expression pour identifier ce que les universitaires doivent concevoir comme un prolongement naturel de leur activité d’enseignants-chercheurs au-delà des murs de nos universités : « service à la cité ». En effet, dans l’évaluation des activités annuelles, ils sont interrogés sur la façon dont ils s’emploient à diffuser, au-delà d’un public d’étudiants et de confrères et consœurs, leurs savoirs et les fruits de leur réflexion. C’est loin d’être injustifié, surtout si on est salarié de l’État. C’est dans ce cadre que le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation s’est associé à The Conversation pour élaborer un questionnaire afin d’appréhender les modalités d’interventions des chercheurs dans la cité et les formes de démocratisation du savoir, tout en comprenant mieux les pratiques, les motivations et les freins de chacun. Nous tenterons ici d’en dresser les contours et les motivations possibles.

Related: