background preloader

Pourquoi les terroristes détruisent les œuvres d'art en Irak

http://1jour1actu.com/info-animee/irak-etat-islamique-oeuvres-dart/

Related:  Charlie

CANOPÉ Académie d'Orléans-Tours - Semaine de la Presse et des Médias dans l'Ecole Chaque année,les enseignants de tous niveaux et de toutes disciplines sont invités à participer à la Semaine de la presse et des médias dans l’école®. "Activité d’éducation civique, elle a pour but d’aider les élèves à comprendre le système des médias, à former leur jugement critique, à développer leur goût pour l’actualité et à forger leur identité de citoyen." "La liberté d’expression, ça s’apprend !" est le nouveau thème de la 26e Semaine de la presse et des médias dans l’école (du 23 au 28 mars) proposé par le CLEMI-Réseau Canopé en hommage aux victimes des attentats survenus en janvier dernier. Vous souhaitez participer à la 26ème Semaine de la Presse et des Médias à l'École®,

Le document de collecte : quand la recherche documentaire devient écriture, mémoire et partage Depuis 2008 et la publication des travaux de Nicole Boubée, nous avons fait évoluer le document de collecte avec nous. Tel que défini au départ, il est une compilation d’extraits copiés-collés réalisée avec un traitement de texte. Il a une double fonction dans le processus informationnel : une fonction de soutien à l’éclaircissement conceptuel d’un thème de recherche, une fonction de régulation de son activité informationnelle. Depuis, les outils à notre disposition ont évolué, aidant à la structuration de la pensée lors de la démarche de recherche d’information, d’où le besoin et la nécessité de questionner sans cesse le document de collecte.

Le Centenaire et la 26e Semaine de la Presse et des Médias à l’Ecole Dans le cadre de la 25ème Semaine de la presse et des médias à l’école et à l’occasion des commémorations de la Première Guerre mondiale, la Mission du Centenaire propose deux ateliers pédagogiques pour les classes qui souhaitent travailler sur la question croisée des médias, de la guerre et des commémorations. Ces deux ateliers portent : sur les commémorations dans la presse nationale et régionale en 2013-2014 : quel(s) discours sont privilégiés ? Les dessinateurs de presse à travers le monde De nombreux dessinateurs de presse partagent leurs créations en ligne de manière ponctuelle ou régulière. On pourra par exemple citer les oeuvres de Patrick Chapatte, en anglais et en français, qui indique que « les enseignants peuvent librement utiliser des dessins dans le cadre de la classe, sous forme d’impression ou d’affichage à l’écran ». De même pour les dessins réalisés par Martin Vidberg (« L'actu en patates ») qui peuvent être aussi gratuitement reproduits pour un usage en classe. Selon les pays, les auteurs peuvent être confrontés à différents tabous et autres interdits en matière de représentation graphique. Le projet « Fini de rire » s'inscrit dans cette problématique : il s'articule autour d’un documentaire télévisé de 52 minutes et d'un webdocumentaire.

Liberté de conscience, liberté d'expression : outils pédagogiques pour réfléchir avec les élèves Comment parler d'un drame de l'actualité aux élèves ? Quelques principes Moduler son attitude pédagogique selon l'âge des élèves : à l'école maternelle, du début à la fin de l'école élémentaire, au collège...Accueillir l'expression de l'émotion des élèves, sans sous-estimer, y compris chez les très jeunes enfants, leur capacité à saisir la gravité des situations ;Rassurer les élèves : l'école est un espace protégé ; l'évènement s'est déroulé dans un lieu et un temps circonscrit, même si les média en parlent et diffusent plusieurs fois les images ;Etre attentif au « niveau de connaissance » que les élèves ont de l'évènement : certains élèves peuvent n'en avoir aucune connaissance ; d'autres ne disposer que d'éléments partiels, voire erronés, provenant de sources variées. Pour aller plus loin : Aborder un événement collectif violent Quelques repères pour agir à l'école primaire

Le blogueur Raif Badawi risque encore la peine de mort Le 11 janvier dernier, François Hollande accueillait sur les marches de son palais présidentiel Nizar al-Madani, le ministre d’Etat aux affaires étrangères de l’Arabie Saoudite, venu à Paris pour participer à la "marche républicaine" pour la liberté d'expression. "Je suis Charlie", proclamait l'envoyé spécial du roi. Deux jours plus tôt, le 9 janvier 2015, le blogueur Raif Badawi recevait ses 50 premiers coups de fouets, sur un total de 1000, pour avoir osé critiqué des figures de l'autorité religieuse islamique et du régime saoudien. Raif Badawi avait été arrêté en 2012 pour avoir fondé le site "Free Saudi Liberals", sur lequel il plaidait pour une libéralisation morale de l'Arabie Saoudite.

Ecole : et maintenant on fait quoi ? Après la sidération, après l’émotion, doit venir le temps de la réflexion et des propositions. Depuis les attentats des 7 et 8 janvier, beaucoup de français sont restés dans une sorte de temps suspendu dont ils sortent lentement. Les marches et tous les hommages permettent de faire le deuil. Mais les questions qui se posent alors sont terribles. Sommes nous à la fin ou au début de quelque chose ? Va t-on vers le pire ou le meilleur ?

[FADBEN] Au sein de la communauté éducative, beaucoup de professeurs documentalistes se sont identifiés à Charlie en exprimant leur solidarité. Ils l’ont manifesté dans le cadre de leur travail avec des kiosques médias en deuil, en exposant des dessins de presse créés après l’événement, ou en construisant, parfois dans l’instant, des séquences pédagogiques, avec des collègues d’autres domaines d’enseignement. Un travail pédagogique mené dans l’urgence donc, mais à partir de réflexions et de publications existantes sur ce sujet du dessin de presse et de la caricature, objet d’enseignement qui n’est pas nouveau pour les professeurs documentalistes, de même que ceux plus larges de la liberté d’expression et de la liberté de la presse. La FADBEN observe avec intérêt l’ouverture de réflexions et de discussions internes aux services centraux du Ministère de l’Éducation nationale, avec le CLEMI, la DGESCO ou la Direction du numérique par exemple. 1. 2.

Attentat contre Charlie Hebdo : comment en parler avec les élèves Suite à l'attentat du 7 janvier 2015 contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo, Savoirs CDI se joint à vous dans vos efforts pour élaborer un discours approprié à direction des élèves. Voici une première réponse avec le travail de Natacha Dugas : Cette bibliographie que nous vous invitons à compléter n'est que la première brique d'un corpus que nous souhaitons construire avec vous. C'est pour cela que nous vous proposons de nous transmettre vos documents pédagogiques de façon à ce que nous les mettions à disposition du plus grand nombre. Pour proposer vos travaux savoirscdi[at]reseau-canope.fr

Charlie expliqué aux lecteurs étrangers Vu d'Espagne : une tradition française Dans un éditorial titré "Liberté ou terreur", le quotidien espagnol La Vanguardia explique à ses lecteurs le symbole que représente Charlie Hebdo de l'autre côté des Pyrénées. "L'hebdomadaire attaqué s'inscrit dans la tradition de la presse satirique, très ancrée en Europe, mais particulièrement chez nos voisins français où elle jouit d'une diffusion très importante depuis la révolution. Charlie Hebdo a cultivé cette tradition sur un ton particulièrement insolent."

Related: