background preloader

Les femmes investissent le sport de haut niveau, mais les inégalités persistent

Les femmes investissent le sport de haut niveau, mais les inégalités persistent
La France affronte l'Angleterre mardi en Coupe du monde de football féminin, au Canada. Les Bleues sont 3es au classement mondial mais les matchs ne seront pas retransmis sur les chaînes nationales. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alice Fabre L'équipe de France de football féminin joue mardi 9 juin son premier match de la Coupe du monde, organisée au Canada jusqu'au 5 juillet. Les Bleues sont 3e au classement mondial mais pourtant, les matchs ne seront pas retransmis sur les grandes chaînes nationales (uniquement sur la TNT avec W9 et par satellite avec Eurosport). Lire : Football : onze raisons de suivre le Mondial féminin Si, en France, les femmes sont de plus en plus nombreuses à être licenciées d'une fédération sportive, la féminisation du sport ne se retrouve pas forcément dans la pratique de haut niveau. 1. En France, elles sont 2 400 aux côtés de leurs 4 600 homologues masculins. Le sport de haut niveau, c'est quoi ? 2. 3. 4. Le rugby fait ici office de sport à part. 5. 6.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/03/07/sportives-de-haut-niveau-des-progres-mais-encore-des-inegalites_4588283_4355770.html

Related:  Ressources exposé emcSport : les femmes entrent en compet'Féminismeflorinegouby

Sexisme. Historiquement le sport a été pensé et organisé pour former les hommes à la virilité «Les inégalités entre les sexes perdurent à tous les niveaux de la pratique sportive. D’abord concernant l’accès au sport : il y a inégalité entre les femmes et les hommes, et même entre les femmes : par exemple, celles de classes populaires rencontrent plus de difficultés que les autres à pouvoir exercer une pratique physique. Et ce constat demeure aussi chez les plus jeunes.

Egalité des femmes et des hommes dans le sport : comme dans le marathon, ce sont les derniers mètres les plus difficiles Il serait illusoire d'imaginer que les conditions d'accès des hommes et des femmes aux activités physiques et sportives se rapprocheront inéluctablement par un changement des mentalités et une évolution « spontanée » de la société. La délégation partage en effet les analyses exprimées par la sociologue Catherine Louveau suivant lesquelles « laisser faire le temps, la culture, c'est favoriser la reproduction », compte tenu de la prégnance des stéréotypes sexués répandus dans la société et les médias, de l'appoint que leur apportent des facteurs « culturels » et de certaines pesanteurs sociologiques propres au monde du sport lui-même. 1. Le poids des stéréotypes Les stéréotypes sexués qui renvoient à une répartition des tâches, des rôles et des attitudes entre les femmes et les hommes dans l'ensemble de la vie d'une société, prennent une acuité particulière dans le domaine du sport dont la dimension physique et corporelle est manifeste.

Sport, handicap...les journalistes appelés à plus de diversité - En ce moment (8535) Résumé : Plus de diversité dans les medias et donc plus de handisport? L'opération lancée par le ministère des Sports en appelle à la responsabilité sociale des journalistes pour éviter toute discrimination dans le traitement du sport. Belle idée! Par Handicap.fr / Emmanuelle Dal'Secco, le Lire les réactions et réagissez ! Pensez-vous que les grands évènements handisports sont suffisamment visibles dans les médias ?

La place des femmes - Libérer le sport des stéréotypes - Libération.fr Par Olga Trostiansky Tu seras un homme, mon fils ! Fais du foot ! Exclusion des personnes handicapées mentales des jeux Paralympiques de 2008 - Sénat Question écrite n° 24450 de M. Yves Détraigne (Marne - UDI-UC) publiée dans le JO Sénat du 21/09/2006 - page 2420 M. Yves Détraigne attire l'attention de M. le ministre de la jeunesse, des sports et de la vie associative sur la décision prise par le comité paralympique international d'exclure les personnes handicapées mentales des jeux paralympiques de Pékin en 2008.

Les stéréotypes filles-garçons, sources d'inégalités dans le sport, les loisirs et la santé  Le 1er février prochain auront lieu les "24 heures du sport féminin". Une occasion de revenir sur l'un des terreaux des inégalités dans le sport: les stéréotypes filles-garçons. Lieux d'épanouissement et de développement personnel, les pratiques de loisirs contribuent cependant dès le plus jeune âge à la construction d'identités et de normes corporelles féminines et masculines figées, et donc aux inégalités de genre. Le sport, en particulier, pâtit d'une vision naturalisante: selon un stéréotype dominant, les différences biologiques et les goûts innés des enfants les orientent vers telle activité et les éloignent de telle autre. Or, les pratiques sportives des filles et des garçons restent, à l'instar des pratiques culturelles, des activités stratifiées en termes socio-économiques, culturels et genrés. Cette réalité est masquée par une illusion de mixité, elle-même nourrie par l'omniprésence d'un discours universel et méritocratique sur les "valeurs du sport".

Inégalités et discriminations La participation des personnes handicapées à la vie sociale, culturelle, sportive, reste relativement restreinte en raison du manque d’aménagements spécifiques et de leurs faibles revenus. Le handicap reste un obstacle pour prétendre participer au même titre que les personnes valides à la vie sociale, culturelle et sportive. Des problèmes liés aux déplacements, d’accessibilité, la faiblesse des revenus des personnes handicapées ne leur permettent toujours pas d’accéder aux mêmes loisirs que le reste de la population, même si l’on a pris récemment conscience que des efforts importants devaient être faits dans ce sens et que des initiatives allant vers une égalité de traitement apparaissent ici et là.

Féminin, masculin, mixte : comment sont répartis les sports olympiques ? Cette année, à Londres, il y a 26 disciplines olympiques. L’immense majorité des sports dans chacune des disciplines est séparée en épreuves masculines et féminines. Cela veut dire que, du fait de leurs différences physiques, les hommes concourent d’un côté et les femmes du leur. C’est le schéma classique mais certains sports font exception.

L'Ultimate Fighting, modèle d'égalité hommes-femmes Interdits aux femmes il y a encore quelques années, les combats d’Ultimate Fighting, extrêmement violents, sont devenus un modèle de parité sportive entre les sexes. Ronda Rousey a remporté une médaille de bronze en judo aux Jeux olympiques de Pékin. Cette fan de Pokémon est aujourd’hui championne en titre des poids coqs de l’Ultimate Fighting Championship [ou UFC, championnat américain de ce sport qui combine plusieurs arts martiaux]. A titre d’exemple, elle a conclu son dernier combat en seize secondes – durée pendant laquelle elle a réussi à étourdir son opposante avec un crochet du droit, à lui attraper la tête, à lui donner des coups de genou, à la mettre à terre avec un parfait harai-goshi et à lui infliger une douzaine de coups sans qu’elle puisse réagir, avant que l’arbitre ne finisse par s’interposer. Les autres combats où elle a défendu son titre se sont déroulés de la même manière : seul un de ses dix affrontements a duré plus d’un round de cinq minutes.

La discrimination dans le sport Certains organismes officiels lancent régulièrement des campagnes de lutte contre la discrimination. Par exemple la Décennie de l'inclusion des Roms a créé une campagne intitulée Le racisme casse le sport. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, son message est à portée générale contre le racisme et pas orienté exclusivement sur la communauté Roms. Le problème c'est que ces campagnes sont essentiellement lancées par des organismes indépendants. Bien que les fédérations sportives aient connaissance du problème de la discrimination, leurs messages sont peu nombreux ou commencent simplement à apparaitre, parfois de manière discrètes. Par exemple, lors d'une rencontre sportive majeure, comme au rugby, un message du type "Silence.

<em>This Girl Can</em>: une campagne qui frappe fort!  Elles transpirent, sont décoiffées et aucun maquillage ne saurait tenir la route tant elles se donnent à fond. Vélo, course, zumba, boxe, natation, tennis, basket: tous les sports y passent! Et des citations viennent ponctuer ces scènes sportives plus vraies que nature : « Damn right I look hot », « Sweating like a pig, feeling like a fox ». Mais ce qui rend cette vidéo vraiment unique, c'est son casting : des femmes de toutes les silhouettes avec des corps vrais, sans artifice ni retouche! La campagne publicitaire « This Girl Can » fut lancée le 12 janvier dernier par l'organisation Sport England afin d'amener les femmes et les filles à être plus actives, et ce peu importe leur âge, leur format corporel ou leur niveau d'habileté. Les instigateurs de la campagne soutiennent qu'une grande proportion de femmes ne pratiquent pas d'activité physique par peur du jugement des autres.

Jeux paralympiques Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Jeux paralympiques réunissent des athlètes handicapés de tous pays pour des épreuves handisports. Y participent des athlètes handicapés physiques ou visuels (amputés, aveugles, infirmes moteurs, cérébraux ou en fauteuil roulant, ou tout autre handicap physique) ainsi que les athlètes handicapés mentaux. Ils sont organisés par le Comité international paralympique (et non pas par le Comité international olympique) et ont lieu tous les 4 ans à la suite des Jeux olympiques. Les sourds et malentendants peuvent prendre part aux Deaflympics (Jeux olympiques des sourds).

Des membres de l’équipe des Dégommeuses verbalement agressées par un entraîneur de football [+ mise à jour] [Mise à jour, 18h40] Ajout des réactions de l’entraîneur mis en cause et de la maire du XXe arrondissement Mercredi 28 janvier au soir, l’équipe de football féminine Les Dégommeuses a été la cible de propos lesbophobes et sexistes de la part de l’entraîneur d’une autre équipe. «On occupe un terrain le mercredi à 19h30 au stade Louis Lumière dans le XXe arrondissement pour faire un match avec une autre équipe, a raconté à Yagg, Cécile Chartrain, une des joueuses. Avant nous, c’est l’entraînement d’un club pour des enfants qui ont une douzaine d’années.

JEUX PARALYMPIQUES. Le sport favorise-t-il réellement l'intégration des handicapés Épreuve de 1500m T54 à Londres, le 3 septembre 2012 (K.WIGGLESWORTH/SIPA). La réponse est délicate et complexe car elle est multifactorielle, contextuelle et dépend du vécu et ressenti de tout un chacun dont, au premier chef, les sportifs en situation de handicap. Qui plus est, de quelle type d’intégration, voire d’inclusion, parle-t-on ? Si un court article ne suffit pas et s’expose, de fait, à quelques raccourcis et caricatures, certaines pistes peuvent néanmoins être mises au jour pour alimenter le débat. L'image positive et flatteuse du sport

Related: