background preloader

Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques

Grèce : petit guide contre les bobards médiatiques
Malgré l’ingérence et la pression des dirigeants de l’Union Européenne, le peuple grec a décidé de prendre courageusement son destin en main et d’en finir avec les politiques d’austérité qui ont plongé le pays dans la misère et la récession. Dans les pays victimes de la Troïka, mais aussi dans de nombreux autres pays européens, cette victoire est perçue comme un formidable encouragement à lutter pour mettre un terme à des politiques profitables aux marchés financiers et désastreuses pour les populations. Mais déjà les grands médias relaient l’idée absurde selon laquelle l’annulation de la dette grecque « coûterait 600 euros à chaque contribuable français ». À mesure que les négociations vont se durcir entre la Grèce et la Troïka, la propagande va s’intensifier et notre travail d’éducation populaire sur la question de la dette publique va devenir de plus en plus décisif. Ces réponses aux idées reçues sur la dette grecque ont vocation à y contribuer. (Version PDF) Pourquoi c’est faux ?

http://www.audit-citoyen.org/?p=6374

Related:  Conscience sociale et politiqueWebPolitique

POURQUOI LE SOCIALISME ? Albert Einstein - Est-il avisé pour quelqu’un qui n’est pas un expert en économie et questions sociales d’exprimer ses vues sur le sujet du socialisme ? En fait, je crois que oui, pour un certain nombre de raisons. Considérons d’abord la question du point de vue du savoir scientifique. On pourrait penser qu’il n’y a pas de différences méthodologiques essentielles entre l’astronomie et l’économie : les hommes de science œuvrant dans ces deux matières essaient de découvrir des lois relativement générales pour un ensemble limité de phénomènes de façon à rendre le lien entre ces phénomènes aussi intelligibles que possible.

J’invite un banquier dans ma classe : quand les banques enseignent la gestion financière « responsable » à l’école Dans le cadre de la « Semaine européenne de l’argent », des banquiers ont été invités par l’Education nationale dans une quarantaine de classes en école primaire. Objectif de cette opération pilote menée par la Fédération bancaire française : apprendre aux élèves les principes d’une « gestion financière responsable ». Au vu des scandales et controverses qui touchent les banques françaises, il n’est pas sûr que cette fédération, principal lobby du secteur financier en France, soit la mieux placée pour faire la leçon en la matière. Cette opération pourrait se généraliser l’année prochaine. Les banquiers débarquent dans les écoles primaires ! Qui peut enseigner aux élèves à bien gérer leur argent de poche ?

Déclaration du Front de Gauche Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon pour les élections régionales Dernière consultation électorale avant 2017, les élections régionales se dérouleront en décembre dans un contexte d’austérité aggravée et de crise politique majeure. La politique du gouvernement tourne le dos aux aspirations populaires, aggrave le sort de la majorité de la population. Nous rejetons fermement cette politique désastreuse et voulons œuvrer au contraire à une politique qui procède d’une nouvelle répartition des richesses, s’attaque aux profits, à la spéculation, pour privilégier la protection sociale, l’emploi et les services publics. Ces élections sont convoquées en décembre 2015, au même moment que la Conférence mondiale sur le climat de Paris. Notre ambition est de faire de ces élections un moment fort de sursaut démocratique!

La France a payé 58 millions de dollars à Al-Qaïda depuis 2008 Selon une enquête du New York Times du 29 juillet 2014, Al Quaïda a reçu depuis 2008, plus de 125 millions de dollars !!! Quoi ? Comment ? Et oui, 125 millions de dollars récoltés uniquement grâce aux rançons payés par les occidentaux pour obtenir la libération de leurs otages. (1) Droit de résistance à l’oppression et désobéissance civique (III), par Geneviève Koubi - Droit cri-TIC Le 16 mars 2008, par Geneviève Koubi, Dans tout système démocratique, toute intervention des pouvoirs publics dans quelconque secteur ne saurait reposer sur des appréciations dépourvues de fondements raisonnés, sur des approximations artificielles ou sur des évaluations invraisemblables, sur des jugements à l’emporte-pièce. Les politiques de la tyrannie qui aménagent progressivement l’empire et l’emprise de la crainte, se renforcent sans doute à la faveur de l’anxiété diffuse mais, à terme, elles engendrent des actions audacieuses de rébellion et des mouvements alternatifs de soulèvement ou de révolte. Elles ont de tous temps induit des mouvements de désobéissance civile ou civique comme elles ont chaque fois conduit la réflexion sur le droit de résistance à l’oppression comme sur le droit à l’insurrection.

Comment le lobby financier pèse sur Bruxelles Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Marie Charrel 120 millions d'euros : il s'agit du montant, en euros, dépensé chaque année par l'industrie financière en actions de lobbying à Bruxelles, auprès des institutions européennes. C'est ce que révèle le think tank européen Corporate Europe Observatory (CEO), mercredi 9 avril. Selon ce dernier, la finance emploie 1 700 lobbyistes dans la capitale belge, soit bien plus que tous les autres secteurs. Le rapport de CEO, intitulé « The Fire Power of the Financial Lobby », est publié à la veille des élections européennes et alors que nombre de régulations, comme celle visant à instaurer une taxe sur les transactions financières, sont encore en négociation à Bruxelles

Il n’y a pas d’autre alternative que de construire en commun La démocratie peut reprendre vie. Des exemples le prouvent, à Grenoble, en Grèce, en Espagne, etc. Gérard Poujade, Guilhem Serieys et François Simon, conseillers régionaux de Midi-Pyrénées de trois groupes politiques différents (Socialiste, Front de Gauche, Europe Ecologie Les Verts) veulent contribuer à un sursaut démocratique qui rétablira le citoyen comme acteur politique tout au long de la mandature. Tribune publiée sur Médiapart. Les prochaines élections régionales de décembre s’inscrivent dans un contexte difficile.

La main longue de l’Otan, par Manlio Dinucci Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, s’entretient avec la Première ministre danoise, Helle Thorning-Schmidt, la présidente de Lituanie Dalia Grybauskaite, la Haute-représentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité Frederica Mogherini, le président du Conseil européen Donald Tusk et le Premier ministre néerlandais Mark Rutte (Bruxelles, 26 juin 2015). « Violence répugnante » : c’est ainsi que le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg définit l’attaque terroriste en Tunisie. Il efface d’un coup d’éponge le fait que la réaction en chaîne, dont le massacre en Tunisie est un des effets, a été mise en marche par la stratégie des USA et de l’Otan.

Loin des tranchées : quand les multinationales européennes engrangeaient déjà les profits de la guerre 6 septembre 1914. Les avant-gardes allemandes arrivent à Meaux, à une cinquantaine de kilomètres de Paris. Interrompant trois semaines de retraite, les armées françaises et britanniques font volte-face pour mener la première bataille de la Marne. À l’arrière, la mobilisation industrielle commence. Car la guerre semble devoir durer. Des banquiers s'invitent dans les classes d'école A l'occasion de la semaine européenne de l'argent, des banquiers sont invités dans des classes de CM1/CM2 à donner une éducation financière et budgétaire aux enfants. Wall Street s'invite à l'école. A l'occasion de la semaine européenne de l'argent organisée par la Fédération bancaire européenne, lancée du 9 au 13 mars dans 22 pays, «Les clés de la banque» mettent en route l'opération «J'invite un banquier dans ma classe».

Related: