background preloader

Pourquoi l"économie du partage" va triompher

Pourquoi l"économie du partage" va triompher
Après avoir émerveillé, l’économie du partage soulève de nombreuses questions : est-ce légal ? Peut-on en vivre ? Et pourtant cette mutation de l’économie semble incontournable. Comment expliquer son succès ? Notre hypothèse est qu’elle doit sa dynamique au besoin d’Esprit de service que l’on trouve aujourd’hui chez les consommateurs et les prestataires. Les questions posées par l’économie du partage La nouvelle a défrayé la chronique : en Espagne Uber a décidé de remplacer Uber Pop - illégal - par un service de livraison de repas à domicile. Quant à Airbnb, elle ressemble de plus en plus à une chaîne d’hôtel et est accusée de concurrence déloyale ; du coup, la firme californienne a annoncé qu’elle allait prélever des taxes locales sur les voyageurs aux USA. Pas de marche arrière possible Pourtant, les chiffres des montants levés par ces nouvelles entreprises indiquent que le mouvement n’est pas prêt de s’arrêter. S’agit-il d’une bulle ? Une transition compliquée

http://www.challenges.fr/tribunes/20150311.CHA3781/pourquoi-l-economie-du-partage-va-triompher.html

Related:  Prenons le temps d'y penserEconomie CirculaireBoxmédia

Révolution québécoise: La première maison au monde à être alimentée par une Hydrolienne Je viens de tomber là-dessus. C’est une vidéo qui a été publiée le mois d’octobre dernier. Avec seulement 3 000 vues, j’ai décidé de leur donner un petit coup de pouce, car c’est, selon moi, une véritable innovation faite par des gens d’ici. Non seulement ça, mais, cette solution pourrait nous faire sauver beaucoup d’argent. Je cherchais une façon de vous présenter ma découverte. Je me suis dit que les mieux placés pour en parler ce sont les gens qui l’ont inventés. Jeremy Rifkin : “Ce qui a permis le succès inouï du capitalisme va se retourner contre lui” Pour l’économiste américain Jeremy Rifkin, l’heure de la troisième révolution industrielle a sonné. La société va devoir s’adapter. Il y a vingt-cinq ans, c'était la star du ring, le « boss », vainqueur du communisme par K-O ! Aujourd'hui, le capitalisme est un champion usé par la crise, miné par les contradictions et politiquement à bout de souffle. Pour l'économiste américain Jeremy Rifkin, nous assistons, tout simplement, à son éclipse.

#ConsoCollab : L'avocat et l'entrepreneur face aux enjeux juridiques de l'économie collaborative Le développement fulgurant de l’économie collaborative, en particulier grâce à l’émergence d’un écosystème de startups particulièrement dynamiques en France, n’est pas sans poser de nombreuses questions juridiques… Ces questions juridiques et règlementaires sont clés dans les business models de l’économie collaborative. Analyse du sujet par les avocats de Droit du partage (Loic Jourdain, Michel Leclerc et Arthur Millerand). Pour s’en convaincre, il suffit d’évoquer les crispations des hôteliers face à la concurrence d’Airbnb, les rodomontades des pouvoirs publics face à Uber Pop et, plus largement, la question du statut juridique de la plateforme mettant en relation les utilisateurs entre eux par le biais d’un site Internet et/ou d’une application mobile dédiée. Etat des lieux des risques juridiques dans l’économie collaborative Sans nul doute, l’économie collaborative brouille les pistes et chamboule les repères classiques. Perspectives d’évolution du cadre juridique en France

A propos d’apa projects apa ou actions participatives et alternatives : en Pays d’Auge, en Normandie ou ailleurs (autogestion, auto-organisation, démocratie directe, alternatives citoyennes, …) Né en février 2012 sous le nom de Résistances du Pays d’Auge (RPA), nous avons fait évolué la matrice du projet. Aujourd’hui, le collectif APA Projects garde le même objet en toile de fond : la promotion des libertés d’expression, d’opinion et d’action. Physiquement, le collectif œuvre essentiellement dans le Pays d’Auge et en Normandie mais peut occasionnellement participer à des actions situées dans d’autres régions. Il peut à tout moment lancer ou participer à des opérations dématérialisées.

Ils nous plongent au cœur de Fukushima, en zone interdite Ils nous plongent au cœur de Fukushima, en zone interdite « Fukushima No Go Zone » est un projet photographique d’un binôme artistique : Carlos Ayesta et Guillaume Bression. Ils nous plongent au cœur de la zone sinistrée pour offrir au monde un léger aperçu des lieux après la double catastrophe. Carlos et Guillaume vont se rendre à plusieurs reprises dans la zone sinistrée de Fukushima après l’explosion de la centrale nucléaire. Aujourd’hui, la région n’est plus qu’un no man’s land de 1000 kilomètres carrés.

Création d'une plateforme nationale au service de l'économie circulaire Ce 11 mars 2015 est annoncée le lancement d'une plateforme nationale web collaborative sur l'économie circulaire. En sont à l'initiative l'Institut de l'économie circulaire et le Centre international de ressources et d'innovation pour le développement durable (Ciridd). L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) et le ministère de l'Ecologie soutiennent quant à eux le projet.

Comment Xavier Niel s'est imposé comme le patron le plus performant de France Martin Bouygues le surnomme Tapie 2.0. Pas sûr que l’expression soit un compliment dans la bouche de son grand rival, mais cela amuse beaucoup Xavier Niel. Iliad, le trublion des télécoms qu’il a fondé il y a bientôt vingt-cinq ans, affiche une santé époustouflante, comme en témoigne cette première place acquise dans le classement Challenges-Oddo des patrons les plus performants. Non, un «réfugié politique» n’a pas droit à 700 euros par mois INTOX. La rengaine d’intox sur les réfugiés n’est pas près de s’arrêter. Pierre Lellouche commence fort cette semaine en tapant sur les aides accordées aux demandeurs d’asile, censées être beaucoup trop élevées. Ce lundi, sur RMC, le député Les Républicains (LR) de Paris, qui s’était déjà fait attraper par la patrouille Désintox pour une salve d’âneries sur l’immigration, a fait part de ses difficultés à expliquer à une famille modeste pourquoi, «aujourd’hui, un réfugié politique en France a droit à 700 euros par mois».

Contre la violence, l’intelligence collective « Je sais qu’il y a des risques. » Maintenant plus que jamais, Emma Gabrelle, vingt ans, connaît le prix de l’engagement. Début mars, cette jeune communiste de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a été agressée et insultée trois fois dans la même semaine, alors qu’elle soutenait un mouvement de grève au lycée Louise- Michel. Une expérience qui l’a marquée, mais qui a aussi renforcé son désir d’action politique comme celui de ses camarades. « S’ils s’attendent à ce que je m’arrête… » Le 28 février, la jeune femme « rentrait de voir le match du tournoi des Six-Nations France-pays de Galles » avec des amis. À quelques pas de chez elle, elle se retrouve seule.

Related: