background preloader

Socialisme

Pays de l'Union européenne comptant un ou plusieurs députés européens socialistes ou sociaux-démocrates au XXIe siècle. Le mot socialisme entre dans le langage courant à partir des années 1820, dans le contexte de la révolution industrielle et de l'urbanisation qui l'accompagne : il désigne alors un ensemble de revendications et d'idées visant à améliorer le sort des ouvriers, et plus largement de la population, via le remplacement du capitalisme par une société supposée plus juste. L'idée socialiste, sous de multiples formes, se développe au long du XIXe siècle et donne naissance dans le monde entier à des partis politiques s'en réclamant sous diverses dénominations (socialiste, mais également social-démocrate, travailliste, etc.)[3]. Définitions[modifier | modifier le code] Sur le plan politique, le socialisme s'affirme en Europe au XIXe siècle, en même temps que le libéralisme et l'aspiration démocratique. Un concept aux significations multiples[modifier | modifier le code] Related:  Philosophie politique

Socialisme scientifique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Définitions et historique[modifier | modifier le code] Dans le Manifeste du Parti communiste, Marx et Engels jugent sévèrement les formes de socialisme et de communisme « critico-utopiques » présente dans les œuvres d'auteurs comme Saint-Simon, Owen ou Fourier : à leurs yeux, ces idées se sont perdues dans la réalisation expérimentale de leurs utopies, en négligeant la lutte des classes[2]. L'ensemble des socialistes pré-marxistes tend par la suite à être qualifié de « socialisme utopique », par opposition au socialisme scientifique revendiqué par les marxistes[3]. Le premier auteur à utiliser l'expression « socialisme scientifique » - ainsi que celle de « socialisme utopique » - n'est cependant pas Marx, mais un adversaire politique de ce dernier, Pierre-Joseph Proudhon[4], qui forge le terme en 1840 dans Qu'est-ce que la propriété ? Marx pense son œuvre à l'aune de la science : Le Capital se veut un traité scientifique. Friedrich Engels.

Prières - Actes de Consécration et de Réparation Voici le texte de cet Acte de consécration, dans la formulation de Pie X (19 mai 1908) : Cœur sacré de Jésus, vous qui avez manifesté à sainte Marguerite-Marie le désir de régner sur les familles chrétiennes, nous venons aujourd'hui proclamer votre Royauté la plus absolue sur la nôtre. Nous voulons vivre désormais de votre vie et la rayonner autour de nous ; nous voulons faire fleurir dans notre sein les vertus auxquelles Vous avez promis la paix dès ici-bas, nous voulons bannir loin de nous l'esprit mondain que Vous avez maudit. Vous régnerez sur nos intelligences par la simplicité de notre foi ; Vous régnerez sur nos cœurs par l'amour sans réserve dont ils brûleront pour Vous, et dont nous entretiendrons la flamme par la réception fréquente de votre divine Eucharistie. Daignez, ô divin Cœur, présider nos réunions, bénir nos entreprises spirituelles et temporelles, écarter nos soucis, sanctifier nos joies, soulager nos peines. Retour en haut

Socialisme utopique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'expression « socialisme utopique » désigne l'ensemble des doctrines des premiers socialistes européens du début du XIXe siècle (qui ont précédé Marx et Engels) tels Robert Owen en Grande-Bretagne, Saint-Simon, Charles Fourier, Étienne Cabet et Philippe Buchez en France. Ce courant est influencé par l'humanisme et souvent le christianisme social. Le socialisme utopique se caractérise par la volonté de mettre en place des communautés idéales selon des modèles divers, certaines régies par des règlements très contraignants, d'autres plus libertaires ; certaines communistes, d'autre laissant une plus grande part à la propriété individuelle. Des milliers d'expériences de création de communautés socialistes s'inscrivant dans la filiation du socialisme utopique peuvent être relevées à travers l'histoire. Origine de l'expression[modifier | modifier le code] Historique synthétique[modifier | modifier le code] Yellow Springs (Ohio) (1825).

Lev Vygotski (1896-1934). Pensée et langage Le développement de l'enfant ne procède pas de l'individuel vers le social, mais du social vers l'individuel. Telle est l'une des thèses développées par Vygotski et qui, soixante ans après, sert de fondement à de multiples recherches contemporaines. Quels rapports la pensée et le langage entretiennent-ils? Pensée et Langage est un gros ouvrage de plus de 500 pages, divisé en 7 chapitres de longueur très inégale. Vers le langage intérieur Selon Vygotski, la psychologie scientifique a hésité jusqu'à présent entre deux positions extrêmes au sujet des liens entre la pensée et le langage : soit la fusion, soit la complète dissociation. Mais ce qui intéresse surtout Vygotski, c'est la manière dont pensée et langage se développent chez l'être humain, en particulier au cours de l'enfance. Jean Piaget et Vygotski ont deux interprétations radicalement différentes de cette évolution. Pour asseoir son propos, il consacre de longues pages à l'analyse du langage «égocentrique». Lev Vygotski

Marxisme Le marxisme est un courant de pensée politique, sociologique et économique fondé sur les idées de Karl Marx (et dans une moindre mesure de Friedrich Engels) et de ses continuateurs. Politiquement, le marxisme repose sur la participation au mouvement réel de la lutte des classes, afin d'arriver à une société sans classes en tant qu'alternative au capitalisme. En effet, Karl Marx considère que « l’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes »[1]. Le communisme, le marxisme et le socialisme de Marx[modifier | modifier le code] Marx et le communisme[modifier | modifier le code] Karl Marx a abordé à la fois la philosophie, la sociologie, l’analyse économique du capitalisme dans le cadre du matérialisme et de la science. En 1847, Engels définit ce mouvement réel dans le premier des Principes du communisme, « Qu'est ce que le communisme ? Le marxisme de Marx[modifier | modifier le code] Socialisme scientifique[modifier | modifier le code]

Autoritarismes démocratiques. Démocraties autoritaires au XXIe siècle Relégué au « musée des horreurs politiques », l’autoritarisme semblait devoir être emporté par la vague de démocratisation qui a touché aussi bien l’Amérique latine, l’Afrique noire et le monde arabo-musulman que, plus récemment, les anciennes « démocraties populaires » est-européennes. Pourtant, la défaite de l’autoritarisme sur le terrain de la légitimité internationale n’a pas toujours produit de mutations décisives des relations de pouvoir au sein des États. La libéralisation des économies, loin d’entraîner celle des scènes politiques internes, a renforcé le pouvoir personnel des autocrates, la mainmise des « clans » sur les richesses nationales et la manipulation des urnes. Pire, montrent les auteurs de ce livre stimulant, l’autoritarisme surgit là où on ne l’attendait plus, au cœur même des systèmes « pluralistes » d’Europe et d’Amérique du Nord. Page 1 à 6 Pages de début Page 7 à 26 Introduction La démocratisation contre la démocratie Page 29 à 56 Page 57 à 87 Page 89 à 112 Pages de fin

Matérialisme historique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le matérialisme historique, ou conception matérialiste de l'histoire, est une méthode marxiste d'analyse de l'histoire, dans une optique matérialiste. Elle induit l’idée, présente dans les écrits de Karl Marx et Friedrich Engels, que les événements historiques sont influencés par les rapports sociaux, en particulier les rapports entre classes sociales, donc par la situation réellement vécue par les êtres humains. Cette conception accorde une part essentielle à l'économie dans les transformations du monde[1]. Maximilien Rubel définit la conception matérialiste de l'histoire comme un « instrument de connaissance et d'explication de la réalité sociale et historique »[2]. Définition[modifier | modifier le code] L'idée fondamentale de Marx est que « Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux, mais dans des conditions directement données et héritées du passé. »[10]

FELLATEST : Un test salivaire pour détecter les fellations extraconjugales Pour permettre aux hommes d’obtenir la preuve scientifique de l’infidélité de leurs épouses, des chercheurs ont mis au point un test salivaire permettant de détecter la pratique de fellations extraconjugales illégitimes. Jusqu’à présent, les hommes doutant de la fidélité de leurs compagnes étaient totalement désarmés pour avoir la preuve irréfutable que celles-ci se livraient à des pratiques buccales réprouvées à la fois par la morale et mais aussi par le Code civil régissant les lois du mariage. Cela ne sera désormais plus qu’un mauvais souvenir. L’équipe scientifique du docteur Teuber vient de publier les résultats de travaux de recherche ayant conduit à l’élaboration d’un test salivaire – nommé FELLATEST – permettant de détecter, avec un taux de fiabilité proche de 99,9 %, la présence de traces de liquide pré-séminal dans la salive des femmes ayant pratiqué des fellations.

Mag Philo : Citoyenneté antique et citoyenneté moderne : la question de l'esclavage Pour l'historien des idées politiques, la citoyenneté est un thème perturbant. Rien ne déroute tant son éthique professionnelle qu'une notion dont il est inévitable de rappeler qu'elle tire ses origines de l'Antiquité et se maintient avec des caractères à peu près semblables jusqu'à nos jours. À la différence du philosophe - du philosophe heideggerien en particulier - le politiste est mal à son aise lorsqu'il fait face à des phénomènes qui le contraignent à des sauts intellectuels sur plusieurs millénaires. La définition par la participation À la racine, avant que ne se manifestent les perturbations qui affectent la compréhension de la notion de citoyen, il n'est pas difficile de distinguer une conception matricielle, exprimée dès Aristote, mais dont on sait qu'elle se maintient tout au long de la cité antique : la définition du citoyen à partir de son droit à prendre part aux affaires publiques (Nicolet, 1975). La participation comme action Les deux piliers de la théorie du citoyen

Related: