background preloader

Rendre les savoirs plus accessibles avec le numérique : la fin de l’enseignement ?

Rendre les savoirs plus accessibles avec le numérique : la fin de l’enseignement ?

http://www.youtube.com/watch?v=KLwFNHf3LRA

Related:  Pédagogie numériqueConférencesdavidleducConférences sur l'Education

13 erreurs mortelles en e-learning et comment les éviter – Formation 3.0 Chaque activité humaine recèle ses pièges et ses illusions. L’e-learning n’échappe pas à la règle. Voici donc 13 erreurs mortelles en e-learning et surtout, comment faire pour les éviter. [FADBEN - Congres 2015] Introduction Et voilà, nous y sommes : c’est la fin. Et il faut bien conclure après 2 journées et demie extrêmement intenses et riches pour chacun et chacune de nous. Numérique et éducation : mythe de l’autonomie des apprentissages Share Tweet Email Peut-on concevoir des outils numériques qui vont prendre en compte la manière dont les gens apprennent, se comportent, interagissent et leur donner un “feedback“ qui soit adapté ? Franck Amadieu pose le débat de l’autonomie et définit cette notion de manière plus précise : est-ce que l’autonomie signifie d’être seul face à une tâche d’apprentissage sans avoir besoin de régulation extérieure, par exemple d’un enseignant ? L’autonomie dans les apprentissages n’est pas forcément facilitée par numérique.

10 propositions pour le numérique à l’école « Il faut apprendre à coder le + tôt possible : je suis pour le PHP à l’école primaire » @mazaic@BlaBlaCar#DSFemploipic.twitter.com/RAqUsNcFrE— Delphine Cuny (@DelphineCuny)3 Février 2016 Le pire est que l’incongruité d’une telle proposition ne choque pas plus de gens que ça (ou pas assez pour que plus jamais personne ne dise un truc pareil), et qu’il ne vient pas à l’esprit de ceux qui l’affirment qu’on ne saurait coder sans savoir un minimum d’orthographe qui plus est dans une langue qui n’est pas la nôtre ni sans un minimum de bagage informatique. Mais il y a pire.

Home Bref rappel : la création d'archiveSIC @rchiveSIC a vu le jour en Mai 2002. Ce projet a fait l'objet d'une proposition sic_00000025 lors du colloque "Place et enjeux des revues pour la recherche en infoCom (SFSIC)", le 25 mars 2002 et a été retenu en conclusion de ces journées comme une piste favorisant le développement scientifique de notre communauté. Il s'inscrit dans le mouvement mondial des Archives ouvertes, dont le précurseur fut Paul Ginsparg au début des années 90, au "Los Alamos National Laboratory" ( L'initiative de Paul Ginsparg a profondément ébranlé l'univers de l'édition en ouvrant la possibilité d'un monde plus différencié de l'édition scientifique et technique.

L'enseignement numérique : une nécessité urgente pour la France ! Dans un article récent [1], la fracture numérique entre les élites et une partie des français était mise en exergue. Evidemment, ces questions peuvent paraître peu importantes aux vues des défis qui attendent notre système éducatif de plus en plus inégalitaire. C'est justement le problème : alors que les débats sur l'éducation en France tournent encore autour de questions idéologique, le manque de consensus autour du modèle que nous souhaitons pour notre école empêche de se concentrer sur des questions pressantes pour nos élèves telles que la place de l'Anglais ou les modalités de l'enseignement des technologies de l'information et de la communication. L'importance des TIC à l'école C'est cependant une erreur, l'Anglais comme les TICE font désormais partie intégrante du bagage commun que tout élève se doit de maitriser à la fin de la scolarité obligatoire.

Le design thinking dans l'éducation — Enseigner avec le numérique Comme le rappelle Thot Cursus, le design thinking, défini par ailleurs par Nicolas Beudon comme « une méthode d’innovation centrée sur la créativité », peut se concrétiser en plusieurs approches. Il se décompose à l'origine en 7 étapes : Définir (identification du problème), Rechercher (historique des problèmes, collecte des exemples d'échecs, rencontre avec le client), Idéater (identification des besoins et des motivations des clients finaux, remue-méninges), Prototyper (croisement et affinement des idées, créations de maquettes), Sélectionner (révision des objectifs, choix de l'idée), Implémenter (mise en place, plan d’action) et Apprendre (retour du client final, adéquation entre la solution validée et l'objectif initial, solutions d'amélioration). Ces différents stades sont ramenés à 5 éléments (Définir, Idéater, Synthétiser, Prototyper, Tester et Lancer), voire seulement à 4 ou même 3 mouvements fondamentaux pour Tim Brown (Inspiration, Idéation, Implémentation). Sources

Quel monde construisons-nous On ne présente plus la chercheuse et ethnographe américaine danah boyd (Wikipédia, @zephoria) dont nous avons souvent relayé les propos sur InternetActu.net comme sur A lire ailleurs. A l’occasion d’une conférence donnée récemment, dont elle a publié le transcript sur son site, elle posait la question du monde que nous fabriquons avec les technologies et y apportait des réponses qui méritent d’être écoutées. Image : danah boyd durant sa conférence donnée à l’UCCMediaJustice, photographié par @MauritaColey via Twitter.

Collèges connectés Dans le cadre de la stratégie pour faire entrer l'École dans l'ère du numérique, soixante-douze collèges ont été sélectionnés afin de bénéficier d'un accompagnement pédagogique et d'investissements spécifiques, pour leur permettre d'aller plus loin dans l'intégration du numérique dans les enseignements et la vie scolaire. Ces soixante-douze collèges connectés pilotes seront accélérateurs d'innovation et de changement. Les collèges connectés : pourquoi ? Démontrer les apports concrets du numérique pour les élèves, les enseignants et les famillesIntégrer le numérique dans le quotidien de l’établissement et de la communauté éducativeFavoriser les usages massifs et transversaux du numérique propices à la réussite scolaire Les collèges connectés : c’est quoi ?

Innovation : de l’inspiration au détournement Bien que de nombreux acteurs de l’éducation se soient déjà exprimés sur la question, la confusion entre innovation pédagogique et pratiques numériques a la peau dure. Le qualificatif « inspirant », largement utilisé dans Nipédu, bien que commode, reste centré sur l’enseignant, sur la diffusion de pratiques originales, individuelles, parfois difficilement transposables. Ainsi, lors de sa conférence d’ouverture au Forum des enseignants innovants, le 8 décembre 2015, Philippe Meirieu affirme que « l’on ne peut pas demander aux enseignants innovants de produire des pratiques transférables ». Pourtant, ces pratiques inspirantes ne s’appuient que trop rarement sur des études permettant d’évaluer l’impact sur les apprentissages des élèves.

Pour une littératie numérique qui traverse et éclaire les disciplines scolaires Longtemps j’ai pensé qu’il était urgent et nécessaire d’enseigner le numérique comme on enseigne les mathématiques ou le français. Non pour en faire une nouvelle discipline, mais pour mobiliser à ce sujet les collègues compétents et volontaires, quelle que soit leur discipline d’origine. Il devenait urgent, pensais-je alors, de prendre en charge, de manière formelle et inscrite dans les emplois du temps, à l’école, au collège et au lycée, une éducation au numérique augmentée justement de cette éducation aux médias et à l’information qui lui est, à mon sens, indissociable. Je vous l’avais dit il y a un moment déjà, j’ai changé d’avis à ce sujet, pour quatre bonnes raisons : Un tel dispositif ne pourrait en aucun cas être pérenne.Ce serait ajouter du temps scolaire à un temps qui est déjà trop lourd pour les élèves, un des plus importants en Europe !

La qualité de l’enseignement est-elle réellement améliorée grâce aux TICE ? Néanmoins, chacun est en droit de s’interroger sur leur réelle utilité dans une salle de classe. En quoi l’usage d’un vidéoprojecteur ou d’un TBI apporte-il concrètement une valeur ajoutée à l’élève et au professeur ? Parce qu’aujourd’hui, le savoir et l’apprentissage sont démocratisés. Les données massives en éducation : lesquelles sont importantes et pourquoi. Knewton est une entreprise qui offre des services de formation en ligne adaptatifs. Pour adapter leurs contenus en fonction des usagers, ils accumulent des données sur chaque étudiant, beaucoup de données. Mais ils sont bien conscients que toutes les données n’ont pas la même valeur ni la même portée. Par exemple, légalement, les données personnelles sont mieux encadrées que les données d’évaluation ou d’administration.

Remise en question de l'utilisation du Numérique dans l'enseignement. La Machine peut-elle remplacer le professeur? by davidleduc Nov 3

Related: