background preloader

Qui dit dépression, dit inflammation du cerveau - Sciencesetavenir.fr

Qui dit dépression, dit inflammation du cerveau - Sciencesetavenir.fr
INFLAMMATION. Le cerveau des patients dépressifs présenterait bel et bien une inflammation. Telle est la découverte d’une équipe du Centre pour Addiction et santé mentale (CAMH) de Toronto (Canada) qui ouvre la voie à de nouveaux traitements. Un des mystères de la dépression est, en effet, qu’on n’en connaît toujours pas l’origine. Et que 30% des personnes atteintes de dépression majeure (lire encadré) demeurent résistantes aux traitements. Si bien qu’aujourd’hui une nouvelle hypothèse voit le jour dans la communauté scientifique. L’hypothèse est étayée par plusieurs faits. La sévérité de la dépression intimement liée avec l'ampleur de l'inflammation Malgré tous ces indices, les chercheurs n’avaient pas encore de véritables preuves de l’inflammation cérébrale durant un épisode dépressif. D’autres chercheurs sont déjà en quête de la cause de cette inflammation.

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150226.OBS3434/qui-dit-depression-dit-inflammation-du-cerveau.html

Related:  cerveauDépressionDouance-Scanneur-PASS-DépressionNeurosciences, sciences cognitivesPsycho

Les gènes paternels plus forts que ceux de la mère ? 04 Mars 2015, 16h39 | MAJ : 04 Mars 2015, 16h39 Les résultats de ces recherches menées sur des souris pourraient avoir d'importantes répercussions sur l'étude des maladies humaines car ils révèlent que les mutations génétiques dont on hérite pourraient avoir des conséquences différentes selon qu'elles proviennent du père ou de la mère. "C'est une nouvelle découverte scientifique exceptionnelle qui rend possible une nouvelle zone d'exploration de la génétique humaine", explique Fernando Pardo-Manuel de Villena, spécialiste en génétique en charge de cette étude. La communauté scientifique sait depuis un certain temps que 95 gènes s'expriment différemment selon le parent dont ils proviennent, comme le note le Dr. Pardo-Manuel de Villena, mais cette nouvelle étude révèle que ce serait aussi le cas pour des milliers d'autres gènes.

Certains l'aiment froid : cette minorité de gens dont le cerveau s’épanouit avec les jours courts et l’hiver Beaucoup sont ceux qui commencent à perdre le moral au début de l'hiver. Les journées sont de plus en plus courtes, la lumière se fait rare et le froid n'aide pas. De façon générale, on parle du "blues de l’hiver" ou de la déprime hivernale, mais pour les scientifiques, il s'agit officiellement du "trouble affectif saisonier". Couramment, la dépression saisonnière est un épisode de dépression qui s'installe à l'automne ou au début de l'hiver et dure jusqu'au printemps.

Système complexe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ainsi une réaction chimique, comme la dissolution d'un grain de sucre dans du café, est simple car on connaît à l'avance le résultat : quelques équations permettent non seulement de décrire les processus d’évolution, mais les états futurs ou final du système. Il n'est pas nécessaire d'assister au phénomène concret ou de réaliser une expérience pour savoir ce qui va se résulter en réalité. Au contraire, les cellules nerveuses de notre cerveau, une colonie de fourmis ou les agents qui peuplent un marché économique sont autant de systèmes complexes car le seul moyen de connaître l'évolution du système est de faire l'expérience, éventuellement sur un modèle réduit. En d'autre termes, lorsque l'on veut modéliser un système, on conçoit un certain nombre de règles d'évolution, puis l'on simule le système en itérant ces règles jusqu'à obtenir un résultat structuré. Du fait de la diversité des systèmes complexes, leur étude est interdisciplinaire.

Alimentez votre cerveau! - Ma santé au sommet Saviez-vous que plus de 40 éléments nutritifs sont indispensables au bon fonctionnement de votre cerveau? Mais est-ce dire que certains éléments nutritifs pourraient aiguiser votre intelligence? Les glucides : le carburant du cerveauVotre cerveau carbure au glucose (sucre de la famille des glucides) et comme il ne peut en faire des réserves, le cerveau doit constamment être alimenté en glucose. Il est donc important de consommer des glucides à chaque repas : pain, pâtes, riz, céréales, fruits, légumes, lait et yogourt. La vitamine B1 : la bougie d’allumage Pour utiliser le glucose, le cerveau a besoin de la vitamine B1, aussi appelée thiamine. Le syndrome de l'imposteur : ses caractéristiques et son évolution Novembre 2012 (Mise à jour: Février 2015) Certaines personnes, souvent brillantes, sont persuadées qu'elles ne méritent pas leurs succès, malgré les efforts qu'elles ont fournis pour réussir. Ainsi, elles vivent en permanence avec ce sentiment de duperie et craignent sans cesse que quelqu'un découvre leur présumée imposture. Ces individus souffrent du syndrome de l'imposteur. Quelles sont les caractéristiques de ce syndrome? Ce syndrome se caractérise principalement par une mauvaise attribution pour expliquer les événements positifs.

Cerveau droit, cerveau gauche, la différences entre les hommes et les femmes Vous avez de la chance aujourd’hui : vous aurez droit à deux conférences… Et comme je dispose de peu de temps, je ferai ces deux conférences en même temps ! … Une pour les femmes ; une autre, pour les hommes ! … D’ailleurs, j’ai déjà commencé ! Test psychologique: L'inventaire rapide de symptomatologie dépressive (IRSD Ce test, l'Inventaire rapide de symptomatologie dépressive, publié par le psychiatre John Rush et ses collègues (1), évalue la présence et la sévérité de la dépression dite caractérisée ou majeure. La dépression, au sens médical (ou clinique), est différente d'un sentiment de tristesse ou encore de symptômes dépressifs isolés ou transitoires. Le test mesure les symptômes qui correspondent aux critères diagnostiques définis par le DSM-IV (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) (2). Ces critères sont largement utilisés internationalement. Ils sont notamment repris en France par la Haute autorité de santé (HAS) et l'Assurance Maladie.

La Théorie Du Chaos (TPE) Quelques definitions sur le chaos Cliquez sur les titres pour developper les dossiers Sommaire : Isaac Newton D ’après la mécanique de Newton (1643–1727), quand on connaît l’état d’un système physique (positions et vitesses), à un instant donné - que nous appellerons instant initial, on peut déduire son état à tout autre instant. Pour un système donné, les forces sont à chaque instant déterminées par l’état du système à cet instant. L'hémisphère droit Il a une perception globale des choses L’hémisphère droit est spécialisé dans la perception holistique des relations, des modèles, des configurations et des structures complexes. Il considère toujours les choses d’un point de vu général, global, il a peu le souci du détail, mais son appréhension de la totalité est instantanée, même à partir d’un fragment. C’est lui par exemple qui permet de reconnaître quelqu’un à partir du détail d’une photo, des quelques traits d’une caricature ou encore qui permet de fredonner un air à partir de l’écoute des premières notes de musique.

Comment se débarrasser de ce satané complexe de l’imposteur Vous venez d’être nommé à un nouveau poste à responsabilités, typiquement un poste de manager. Vous êtes fier de programmer votre logiciel de mail pour ajouter votre nouvelle signature à vos messages. Vous le méritez bien après tout. Vous avez travaillé dur pour arriver à ce poste. Mais dès les premiers jours où vous portez votre nouveau costume, une étrange angoisse vous traverse. Vous vous dîtes : « Heureusement que les autres ne voient pas que je ne suis pas aussi compétent que cela ! LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! La mise au point des différentes classes d’antidépresseurs a suivi l’évolution des hypothèses biochimiques concernant la dépression. Une première hypothèse formulée durant les années 1960 ciblait la noradrénaline comme le neurotransmetteur principal impliqué dans la dépression. Cette hypothèse dites «des catécholamines» proposait que la dépression était due à une déficience en noradrénaline dans certains circuits cérébraux, alors que la manie correspondait à une surabondance du même neurotransmetteur. Bien qu’encore reconnue, cette hypothèse n’explique pas tout, et en particulier pourquoi des fluctuations du taux de noradrénaline n’affecte pas l’humeur de certaines personnes. Durant les années 1970, l’implication d’un autre neurotransmetteur, la sérotonine, fut postulée dans ce que l’on a appelé l’hypothèse «permissive» de la dépression.

Related: