background preloader

L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – les violences sexuelles graves et la dissociation

L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – les violences sexuelles graves et la dissociation
Avertissement : cet article parle de violences sexuelles, mais aussi de troubles dissociatifs et de syndrome de stress post-traumatique, et peut donc être difficile pour certaines personnes. Partie 1 : définition et concept-clés Partie 2 : le regard masculin ou male gaze « Arrête de faire semblant d’être un être humain » Parole d’un violeur à sa victime, tiré du projet Unbreakable Sommaire 1. Dans l’énoncé initial de la théorie de l’objectivation3, Fredrickson et Roberts reprenaient la définition de Sandra Bartky4 : L’objectivation sexuelle survient à chaque fois que le corps d’une femme, les parties de son corps, ou ses fonctions sexuelles, sont séparées de sa personne, réduit à l’état de simples instruments, ou considérés comme s’ils pouvaient la représenter. Dans leur article fondateur, Fredrickson et Roberts mentionnent surtout le male gaze – le regard masculin objectivant – et le harcèlement sexuel, traités en partie 2. 2. 3. Dans la série Game of Thrones, Jaime viole sa sœur Cersei.

http://antisexisme.net/2015/02/27/dissociation/

Related:  lezhysterikObjectivation sexuelle 2Rape culture

Andrea Dworkin – Sexisme et Sciences humaines – Féminisme Les femmes de droite est un ouvrage écrit par Andrea Dworkin, féministe radicale, en 1983. Cette dernière nous propose une Andrea Dworkin explication à l’allégeance de certaines femmes à la droite américaine dure. Crise d'angoisse, sentiment d'irréalité du monde autour - Stress, anxiété, angoisse @mike Oui je sais qu'il pourrait causer du tord à d'autre mais je me suis déjà retrouvée en hospitalisation la seule et unique fois que je suis allée voir une avocate. En sortant de chez elle j'ai fait une crise de spasmophilie et de tétanie, j'ai été amenée par les pompiers aux urgences psy, et j'ai été transféré pendant très peu de temps (1 jour et demi) en hôpital psychiatrique par mesure de précaution (juste avant de faire ma crise de spasmo j'étais prête à me jeter sous une voiture et c'est ma crise qui a stoppé net cette idée à ce moment là... Mais sinon je crois que je l'aurais fait... )Donc quand je vois l'état dans lequel a pu me mettre un rendez-vous avec l'avocate euhhh... Pareil il y a encore peu de temps (presque deux semaines), j'ai eu un rendez-vous avec ma psy assez remuant et qui m'a beaucoup secouée. + J'ai pleuré de 16h30 jusqu'à midi le lendemain matin et je me suis mutilée avec une lame de rasoir. Je ne tiens pas à me retrouver en hôpital psy à cause de ma plainte...

« Ce n'est pas de votre faute ! » : Salut Les Geeks répond à la police hongroise Mathieu Sommet, petit panda sous LSD, nous gratifie d’un excellent décryptage du « victim blaming », la culpabilisation des victimes de viol orchestrée par la police hongroise, dans une récente vidéo de « sensibilisation ». Merci à lui. Il peut être difficile d’aller porter plainte, pour une victime de viol, et ce pour de nombreuses raisons. Parce qu’on connait son violeur, parce qu’on se sent coupable, parce qu’on nous fait nous sentir coupable, parce qu’on est dans le déni… ou parce qu’on a peur, peur de la réaction des autres, parce qu’on craint de ne pas être pris•e au sérieux, notamment par la police. À l’occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, l’association féministe Les Dé-chaînées lançait une enquête sur l’accueil des victimes de viol et d’agression sexuelle par les services de police.

Spécisme et capacitisme: quand l’intelligence se fait violence Autoportrait avec poulets, par Sunaura Taylor. (2008) Reproduction de ma conférence éponyme donnée le 22 août 2015 à Montréal dans le cadre de la Journée mondiale pour la fin du spécisme. L’idéologie spéciste trace une frontière étanche entre les êtres humains et les autres animaux pour de nombreuses raisons, mais l’une des plus communes relève de sa manière de définir l’humanité. Lorsqu’on demande ce qu’il y a de si différent, de si particulier, de si incroyable dans l’être humain pour le distinguer des autres animaux, le spécisme va souvent faire appel à des distinctions comme « les êtres humains sont intelligents, ont une conscience de soi, sont capables de faire de l’art et d’entreprendre des luttes politiques ». Les animaux, eux, ne possèdent pas ces qualités, et de ce fait, ils seraient inférieurs aux êtres humains.

La culture du viol se porte bien dans nos écoles — Témoignages Cinq élèves de sixième scolarisés dans le collège Montaigne, un établissement du VIème arrondissement parisien, ont été sanctionnés pour avoir pratiqué des attouchements sexuels sur leurs camarades de classe. Je ne sais pas si c’est la paresse ou le déni qui a conduit de trop nombreux médias à focaliser cette affaire sur un détail (l’utilisation des smartphones), plutôt que sur son problème de fond (c’est à dire la prégnance de la culture du viol dans notre société)… Toujours est-il que nous avons tenu à recentrer le problème, sur l’éducation des garçons dans ce cas, et plus globalement, sur la nécessité de revoir complètement l’éducation des enfants au respect de l’autre. À lire aussi : Collège Montaigne : faut-il interdire les portables ou (enfin) éduquer les garçons ? Loin de susciter des rectificatifs ou d’inciter à revoir le traitement de ce sujet, notre article est passé relativement inaperçu. À lire aussi : « NOULÉFILLES », cet agaçant syndrome de Stockholm

Le probl@egrave;me de l'identité sexuelle Cet article a été repris sous une forme un peu raccourcie dans Parages, la revue littéraire des élèves de l'Ecole; ce qui ne veut pas dire qu'il n'est pas intéressant. L’expression " identité sexuelle " suppose que tout le monde a à la fois un sexe bien établi (à savoir le sexe biologique masculin ou féminin), et une sexualité arrêtée qui suppose un choix d’objet sexuel bien fixé (à savoir les hommes ou les femmes), que ce choix d’objet soit homosexuel ou hétérosexuel. L’" identité sexuelle " ne laisse donc aucune marge de liberté, aucun libre espace de jeu qui prendrait place dans le devenir : la sexualité et le sexe de l’individu doivent selon cette expression s’exprimer sous une forme fixée pour la vie. Or cette ontologie sexuelle devient problématique quand on tente de la lier au problème de l’identité d’une personne, c’est-à-dire de ses désirs, de ses goûts en devenir. Masculin(e) ou féminin(e) ? Le problème de l’androgyne

La paix de la société allemande a été achetée par le silence des femmes J’ai rencontré Rita Kimmel il y a quelques années pour un sujet qui me fascine parce qu’il raconte beaucoup sur la société allemande, l’image des femmes et les rapports entre les sexes. Accrochez-vous mes agneaux, car ce n’est pas vraiment un conte de Noël, mais c’est ma modeste contribution à l’année 2015 qui marquera les 70 ans de la fin de la Seconde Guerre mondiale. « Quand je vois des femmes de mon âge, je me demande toujours ce qu’elles ont vécu durant la guerre. » Crinière rousse et ongles soigneusement manucurés, Rita Kimmer, 71 ans, a les traits lisses et le regard inquiet. Confortablement installée dans le café du luxueux grand magasin KaDeWe, perché sur l’artère chic du Kurfüstendamm, elle observe les femmes autour d’elle. On estime que près de deux millions d’Allemandes ont été violées par les Soviétiques entre janvier 1945, lorsque l’Armée rouge entre dans le pays, et juillet 1945, quand les Alliés se partagent le Reich.

Le paradoxe de la viande – Christiane Bailey Nier la vie mentale des animaux pour mieux les manger Nous avons développé un puissant outil pour nous aider à surmonter la souffrance causée par notre consommation de viande : le déni. Dans son dernier numéro, Scientific American Mind (The Carnivore’s Dilemma, avril 2012) rapporte les détails d’une étude sur le conflit qui survient entre les convictions morales (ex: il ne faut pas faire souffrir les êtres sensibles) et les pratiques effectives (manger de la viande). Des chercheurs en Australie ont montré que les gens concilient difficilement le fait d’élever et de tuer des animaux pour les manger avec la reconnaissance que ces animaux ont une vie mentale (mind).

Les médias, les femmes et leur estime d'elles-mêmes En 2010, la Media Education Foundation sortait un nouvel épisode de Killing Us Softly, une série de documentaires sur les médias, les femmes et leur estime d'elles-mêmes. Quatre ans plus tard, il est toujours temps de tirer la sonnette d'alarme... La Media Education Foundation, dont la mission est de produire des films éducatifs pour aider au développement du sens critique des jeunes américains, a récemment fait parler d’elle suite au retour en grâce du quatrième épisode de Killing Us Softly, une série de documentaires sur l’image des femmes dans les médias et les répercussions qu’elle peut avoir sur leur amour-propre. Cette vidéo, sortie en 2010, se remet en effet à tourner sur les Internets mondiaux. Voici quelques morceaux choisis pour les non-anglophones d’entre nous :

La viande : symbole de domination masculine? Steak, bacon et côtes levées sont-ils des symboles de masculinité? Certains auteurs de magazines culinaires, propriétaires de restaurants et autres amoureux de bonne chère amalgament allègrement hommes et carnivorisme. La tendance est encore plus frappante durant la saison du barbecue. Lorsqu’on suit cette voie, l’analogie femme–morceau de viande n’est jamais loin. Un cliché qui n’est pas sans rappeler la tristement célèbre page couverture de la revue pornographique Hustler de juin 1978, dont le montage photo représentait un corps féminin passant au hachoir à viande.

Le mont de Vénus, le nouveau thigh gap ? Une uniformisation inquiétante du sexe féminin Hannah Davis dévoile son "mont de Vénus" à la une de "Sports Illustrated Swimsuit Issue" (capture) L’autre jour, je reçois un article sur la "monsplasty", une pratique que je ne connaissais pas, du moins que je n’imaginais pas : une chirurgie visant à donner à votre mont de Vénus (soit la partie du pubis où poussent les poils pubiens chez la femme) "une allure plus petite et plus naturelle", selon le Docteur Davison, chirurgien à Washington. Plus naturel que le naturel ? Marion Point Comm Ici le lien vers l’article de blog de Jack: clique. Là, un florilège de tous les commentaires à caractère gerbatoire en réponse à son article: clique. (prévoyez une bassine, hein, dégueulassez pas votre clavier.)

Écoféminisme – Écologie, genres, dualisme [Extrait tiré de l’ouvrage Éthique de l’environnement : Une introduction à la philosophie environnementale] Avertissement Ce texte n'est pas une introduction à l'écoféminisme. Il explore la nouvelle pensée écoféministe, un courant qui questionne les oppositions qu'on considérait intouchables: masculin/féminin, humain/nature, raison/émotion, objectif/subjectif, etc. Pour t'initier à l'écoféminisme, tu peux te référer aux liens du RQGE: www.rqge.qc.ca/node/227.

Related: